Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Le fil de discussion réservé aux femmes

Par Alcool Info Service

80 réponses


salmiot1 - 26/12/2017 à 13h55

Bonjour Matilde,

Merci de t'être donné la peine de lire la réponse que je t'adressais .
Te dire comment se déroule une réunion A.A; est tout simple mais cela peut varier d'une région à l'autre . Je suis belge , ai déjà fait quelques réunions en France et il y a des points de similitudes tout de même.
Tu seras accueillie avec beaucoup d'enthousiasme là où tu te présenteras , c'est certains. Tu ne seras soumise à aucun interrogatoire, rassure-toi . Toutes les personnes que tu rencontreras seront également des malades alcooliques donc elles savent mieux que quiconque ce que tu vis .
Pas de jugement , pas d'obligation, uniquement des suggestions à ne pas prendre le premier verre quoi qu'il arrive . Il te sera demandé de conserver l'esprit ouvert et , en fin de réunion, presque partout il est récité la prière de la sérénité qui est celle-ci :
Mon dieu, donnez-moi la sérénité d'accepter les choses que je ne peux changer , le courage de changer les choses que je peux et la sagesse d'en connaître la différence .
le dieu en question est une puissance supérieure telle que chacun la conçoit . Moi , j'ai choisi le Mouvement A.A. avec qui j'ai été libéré de l'alcool depuis tout un temps . D'autres choisiront le Dieu des chrétiens, Allah, Bouddha... un arbre...
Chez A.A. nous avons un programme de rétablissement qu'il serait bien trop long à expliquer ici . £
Je te citerai seulement la Première Etape : nous avons admis que nous étions alcooliques et que nous avions perdu la maîtrise de notre vie .
Chez A.A. , comme partout ailleurs l'alcoolisme est considéré comme une maladie et non comme une tare ou un vice . C'est une maladie progressive, incurable ou mortelle , mais il est possible d'en arrêter l'évolution en ne prenant plus le premier verre , un jour à la fois .

C'est la force du groupe qui donne la force au malade alcoolique de s'en sortir .
Fais bien ton abstinence pour toi-même et non pour tes copines qui , peut-être ne sont pas des malades alcooliques.
Chez A.A. , il te sera remis un questionnaire avec lequel tu pourras un peu te situer si tu as encore des doutes .
Le forum A.A. " de l'Ombre à la Lumière" pourra t'aider dans un premier temps . Je connais plusieurs personnes qui sont devenues et qui sont restées abstinentes . Rejoints-le si tu le désires .
La seule condition pour faire partie des A.A. est d'avoir le désir d'arrêter de boire . C'est la seule . Tu peux aussi t'y inscrire ou aller en réunion une fois, par curiosité .
J'espère avoir répondu à tes questions mais il y a tellement de choses à dire !!!

Je suis abstinent, oui bien sûr et pour rien au monde, je ne voudrais retourner dans l'alcool .
Au plaisir de te lire ici ou de t'accueillir sur ce forum.

salmiot1

manenmane - 06/03/2018 à 16h40

Bonjour, je viens ici à fin de partager ma situation et surtout les réactions que ma façon de boire peut engendrer chez mon compagnon.

J'ai toujours, depuis mes 18 ans, aimé faire la fête, danser, être avec des amis... Il m'est aussi arrivée de boire seul, de manière raisonnable et aussi moins d'une dizaine de fois ces 5 dernières années, quand vraiment je me sentais seule, une manière très temporaire d'adoucir mes pensées.

Je vois un alcoologue depuis décembre, pour essayer de changer mon comportement en tout cas d'identifier les moments où boire un verre est quelque chose de positif ou négatif, et d'éliminer les 25% restant de consommation négative. Je tente d'avancer mais il reste toujours ces soirées "positives" où je bois trop. Je dépasse une limite et après je ne raisonne plus vraiment. Je ne danse pas sur les tables ou quoique ce soit mais je suis quand même saoule. Je rentre et j'ai du mal à me souvenir de mon parcours pour rentrer...

Le plus important dans tout cela c'est ce que cela crée dans mon couple.
Mon compagnon n'accepte plus mes cuites, même si elles arrivent une fois par mois. Il me trouve égoïste, il affirme que dans ces moments là je ne pense plus qu'à moi, que je me dis "ras le bol de celui la qui me prend la tête, j'ai envie de boire, je bois... ". Il me fait sentir que cela le touche en ne me touchant plus, en ne m'adressant presque plus la parole, en me rappelant toutes les fois où c'est arrivé, en demandant à son fils de s'asseoir entre nous si on regarde un film...

Je n'ai pas envie de ne plus faire la fête car je me suis déjà prouvée que je peux boire sans me bourrer la gueule, profiter du moment, partager avec les autres un moment de convivialité sans l'oublier le lendemain. Mon compagnon, lui, n'accepte plus cette situation et il m'a écrit qu'il n'accepterait plus aucune cuite (lorsque nous ne sommes pas ensemble).

J'ai de la volonté et j'ai profondément envie de ne plus être dans cet excès. J'ai peur de lui promettre une nouvelle fois que ça n'arrivera plus car je sais que ce sera la dernière...

Si vous avez des remarques, je m'adresse à vous sans rien attendre, rien qu'écrire, déjà cela me permet d'avancer dans cette réflexion.

Merci

Marie29 - 12/03/2018 à 09h25

Bonjour Manenmane,

Ma situation ressemble un peu à la tienne....Mon mari ne supporte plus que je boive une seule goutte et suite à mes exploits du week-end dernier, j'ai une épée de Damoclès sur la tête, car personne à la maison ne me fait plus confiance là dessus...

jusqu'à dimanche dernier, j'étais persuadée de ne pas avoir de problème d'alcool, car je pouvais gérer ma consommation entre amis etc... sauf que une fois tous les mois voire tous les deux mois, je bois seule... c'est une pulsion irrésistible, mais que je mettais sur le compte d'une pulsion et pas du tout d'une addiction...

Sauf que je ne me rappelle de rien, que je ne suis pas gentille quand j'ai beaucoup bu et que j'ai fait subir à enfants ce que mon père m'a fait subir et ce pourquoi je le déteste encore, même s'il est 6 pieds sous terre...

Le week-end dernier, je me suis fait trois grogs, sans penser du tout que je serai totalement soule et en pensant surtout que j'avais le contrôle totale. En fait, la seule chose dont je me souviens c'est que ma fille de 14 ans m'a traitée de mauvaise mère..... ce n'est que le lendemain, que j'ai appris que je l'avais copieusement insultée et cassé une porte, j'ai aussi dit à ma fille, la prunelle de mes yeux que je ne l'aimais pas.... J'ai été violente verbalement et physiquement et pour moi, c'est inacceptable....je suis devenue un vrai monstre....

j'ai pris rendez vous avec des professionnels (adresses trouvées sur ce site), je suis venue m'ouvrir et échanger sur ce forum et j'avoue que je me sens moins seule. Mon mari me parle depuis hier seulement et je me suis dit, je vais TOUT perdre si je continue, je vais perdre tout ceux que j'aime si je continue mes conneries... En plus de la honte et la culpabilité, c'est une descente aux enfers psychologiquement et physiquement.... Je me disais comme je ne bois pas tous les soirs, je n'aurais pas les stigmates sur le visage, ni vue ni connue.... mais si je continue oui, je serais une vieille peau tremblante, puante et totalement dépendante et ça, je n'ai pas envie... j'ai envie de vivre vieille et joyeuse, entourée de ma famille à rire et prendre du bon temps ensemble, car c'est ça la vraie vie... L'alcool rend tout le monde malheureux et mon dieu quelle horreur le matin au réveil, une haleine de merde et un mal être qui rappelle ô combien j'ai été stupide...Mon chemin va être long et difficile, mais j'ai décidé d'arrêter totalement... Mon petit souci c'est de trouver une excuse ou d'être vague lorsque je ferai la fête avec mes amis, et parmi mes amis, il y a mon médecin généraliste et d'autres médecins et je ne pourrai pas dire que j'arrête pour raisons médicales.... ce que je veux te dire, c'est que le fait d'être venue sur ce site, montre déjà que tu souhaites y mettre un terme. C'est courageux et un premier pas positif vers la guérison. Tu n'es pas seule, on est là ! Courage

salmiot1 - 12/03/2018 à 09h57

Bonjour tout le monde !

J'aimerais vous proposer le questionnaire suivant qui vous aidera à déterminer si vous êtes alcooliques ou non , sachant que si vous reconnaissez l'être , c'est pour la vie . Alcoolique un jour , alcoolique toujours mais il est tout à fait possible de bien vivre avec cette maladie en ne prenant pas le premier verre un jour à la fois . c'est en A.A. que l'on m'a appris cela et je vous assure que ça marche .
[b]
Pour y répondre, posez-vous les questions suivantes et répondez aussi honnêtement que possible.

1. La boisson est-elle une cause d'absence de votre travail?
2. Le fait de boire rend-il votre famille malheureuse?
3. Buvez-vous parce que vous êtes mal à l'aise avec les gens?
4. Buvez-vous au point d'affecter votre réputation?
5. Avez-vous jamais éprouvé du remords après avoir bu?
6. Avez-vous éprouvé des difficultés financières du fait d'avoir bu?
7. Lorsque vous buvez, fréquentez-vous des mauvais compagnons et un milieu de condition inférieure?
8. Négligez-vous le bien-être de votre famille lorsque vous buvez?
9. Depuis que vous buvez manquez-vous d'ambition?
10. Etes vous obsédé par le désir de boire à certains moments du jour?
11. Désirez-vous prendre un verre le lendemain matin?
12. Avez-vous des difficultés à dormir lorsque vous buvez?
13. Vos capacités ont-elles diminué depuis que vous buvez?
14. La boisson compromet-elle votre position ou votre commerce?
15. Buvez-vous pour fuir des ennuis ou des embarras?
16. Buvez-vous seul(e)?
17. Avez-vous déjà eu une perte de mémoire lorsque vous buvez?
18. Votre médecin vous a-t-il déjà traité pour alcoolisme?
19. Buvez-vous pour raffermir votre confiance en vous-même?
20. Avez-vous déjà fait un séjour dans un hôpital ou dans une institution à cause d'alcoolisme?

Si vous avez répondu "oui" à l'une de ces questions,il y a présomption que vous soyez un alcoolique.
Si vous avez répondu "oui" à deux de ces questions,les chances sont que vous êtes un alcoolique.
Si vous avez répondu "oui" à trois de ces questions ou plus,vous êtes définitivement un alcoolique.


(ce questionnaire,utilisé par l'hôpital de l'université John Hopkins,Baltimore,Md,sert à déterminer si un patient est ou non un alcoolique).[/b]

Il n'est pas nécessaire de boire tous les jours pour se reconnaître alcoolique ; il existe des alcooliques cycliques qui ne boivent que tous les trois mois mais qui chaque fois y vont à fond pour ne se souvenir de rien et commettre des actes répréhensibles .

Bonne route à toi Marie, et à vous toutes

Liza6788 - 24/03/2018 à 15h15

Bonjour à toutes ,

J'ai 29 ans , j'ai toujours eu des drames plus ou moins grave à cause de ma consommation excessive d'alcool.
Dernier épisode en date : J'ai bu seule jeudi en journée, à la suite , je suis partie dans un délire, je me suis montée la tête seule, des mensonges , et j'ai poussé à bout mon ancien copain, ça s'est fini mal , très mal ( on s'est tape dessus )

VOIlà du coup je suis très mal depuis 2 jours, je ne dors plus ...

salmiot1 - 26/03/2018 à 12h24

Bonjour Liza !

Tu nous racontes une grosse saoulerie comme nous en avons toutes et tous connues mais que comptes-tu faire ? Cela tu ne nous le dis pas et perso, j'aimerais savoir pour t'aider .
Au plaisir de te lire sous peu

salmiot1

Tempete - 27/03/2018 à 15h33

Bonjour
Nouvelle sur ce site, je me présente brièvement ...âgée de 63ans, 40ans d'alcoolisation avec des périodes d'abstinence,et de modération, aujourd'hui j'en sais à mon 10ème jour d'abstinence, mais ce n'est pas facile.
Je vais dans un groupe de paroles hebdomadaire, je suis suivie par un alcoologue, je ne veux pas de cure en hospitalisation.pour des raisons pratiques et personnelles J'ai déjà essayé plusieurs fois dans ma vie.
Je suis retraitée, seule, célibataire et la solitude me pèse parfois. Je m'intéresse à beaucoup de choses (peinture, musique, Qi Gong....méditation) MAIS il faut que je tienne le coup..et j'aimerais partager avec des personnes dans ma situation.
Merci

salmiot1 - 27/03/2018 à 18h33

Bonsoir Tempête et bienvenue sur ce forum .

Tout d'abord, bravo pour tes 10 ours d'abstinence . Les plus difficiles dit-on toujours mais évidemment tout se passe dans la tête et si tu as capitulé devant l'alcool , la tâche sera bien moins rude .
Tu fréquentes un groupe de paroles, je ne sais pas lequel mais qu'importe , tous sont bons car l'important est de ne pas rester seul avec son problème . j'ai moi aussi fréquenté un groupe de paroles, les A.A. , pour me sortir de l'alcool et définitivement je crois , m'en libérer .
Je suis à présent sur un forum A.A. , celui "de l'Ombre à la Lumière " où tu seras la bienvenue et surtout soutenue jusqu'à ce que toi tu puisses aussi avoir la chance de soutenir et d'encourager d'autres .

Sur ce forum, tu as des membres de tous les âges , allant de 81 ans à 26 ans . Tu y seras la bienvenue . Tu pourras même lier connaissance avec une dame qui elle aussi pratique le Qi gong .

A toi de voir, tiens le coup si tu veux, mais capitule devant l'alcool est bien mieux encore . Si tu reprends le premier verre, il est écrit que les autres suivront . Tu connais aussi bien que moi .

Bonne continuation à toi un jour à la fois; fais bien ton abstinence pour toi et quoi qu'il puisse t'arriver ne reprends pas le premier verre.

Bien amicalement,

TENESSE - 08/04/2018 à 01h50

Bonjour a toutes,
Je suis alcoolique depuis 5 and environ et depressive aussi sous antidepresseurs depuis environ 10 ans
Mon mari travaille le soir alors la solitude m a poussee a tomber dans l alcool .ma conso est denvitron 1 bouteille de vin les soirs de semaine apres le travail et un peu plus le we
j ai essaye d arreter plusieur fois mais apres qlq semaines d abstinence, le 1 er verre entrainne vite la rechutte
dernierement j ai reussi 8 jours de sobriete avec le soutien de mon mari qui a aussi stoppe pour me soutenir
mais hier soir samedi soir, jai craque et achete une bouteille et bu 2 grand verres
ce matin je ne regerette pas trop car je les ai beaucoup apprecie hier soir
mais je suis toujours motive pour arreter
mais c est tres dure, surtout quand l alcool est si presente autour de nous et que 100% de mes amis boivent
Boire un seul soir par semaine est il tenable pour une personne alcool dependante?
J ai surtout envi de me debarrasser de cette envie de boire qui revient tous les jours en reantrant du boulot
ce soir je serais forte je ne boierai pas
combien de temps avez vous mis pour sortir l alcool de votre esprit?
Amicalement
Tenesse

Répondre au fil Retour