Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Le fil de discussion réservé aux femmes

Par Alcool Info Service

55 réponses


malaw - 02/11/2017 à 20h41

Bsr onçinha,
Ma volonté est intacte, je suis assez tetue, et je vis seule, je n'ai aucune source de tentation dans mon environnement. Par contre j'ai vu souvent mon addictologue, ma psy et ma psychiatre, puis je fais des activites dans une asso pour personnes en souffrance, fais attention se sevrer seule peut etre dangereux pour ta santé
Ensuite tu peux decider avec ton medecin addicto de faire que tu bouves occasionnellement, tu peux juste diminuer, c'est en parlant que vs verrez ensemble la solution adaptée a toi seule..

Enfin pour lutter, je fais du sport, je sors en nature, je m'ecoute sur mes envies et je me protege si possible de toutes situations stressantes et au plus je suis fiere de moi au plus j'ai envie de rester sobre, une cercle vertueux en quelque sorte

salmiot1 - 03/11/2017 à 09h30

Bonjour Onçiha,

Je te sens prête pour dire définitivement NON à l'alcool mais cela ne pourra se faire qu'en te faisant accompagner dans cette démarche ; par exemple avec une association d'anciens buveurs. Je te parlerai à toi aussi de l'association A.A. qui m'a sauvé la vie il y a de nombreuses années . A.A. est connu dans le monde entier . Il existe bien sûr d'autres associations et tu pourras les découvrir sur ce forum . Je ne peux parler que de celle que je connais intimement pour l'avoir expérimentée et les résultats sont spectaculaires tout au moins pour moi . J'en connais de nombreux autres qui ont vécu des expériences similaires aux miennes et qui sont également libérés .
A la base ,, il suffit d'admettre que l'on est alcoolique et que l'on a perdu la maîtrise de sa vie . Il y avait de nombreuses années que je savais pertinemment bien que j'étais alcoolique , il y avait de nombreuses années que j'essayais de limiter ma consommation à deux ou trois verres mais je m'étais rendu compte que lorsque j'avais bu la première gorgée, les autres suivaient , de plus en plus et de plus en plus fréquemment . Les promesses de ne plus jamais boire , je ne les tenais pas très longtemps et pourtant , j'étais sincère lorsque je disais que je ne boirais JAMAIS plus .Chez A.A., j'ai appris à ne plus boire un jour à la fois quoi qu'il arrive , quoi qu'on me fasse ou me dise . A ma deuxième tentative , je fus libéré presqu'instantanément car je suis revenu un soir ivre-mort dans le local qui m'avait accueilli un an plus tôt et dès le lendemain matin, j'ai été libéré malgré un gueule de bois spectaculaire .Je n'ai plus jamais repris le premier verre et je suis resté un fidèle de chez A.A. Mon but est à présent d'en aider d'autres à se libérer de l'alcool car j'ai constaté que pour moi , c'était le meilleur moyen de préserver ma propre abstinence .

Bon courage à toi . J'ai cru comprendre que tu ne consommais pas d'énormes quantités donc ta détresse est plus mentale que physique . Peut-être que je me trompe, je ne suis pas dans ta peau . Personnellement c'est aussi mentalement que j'étais atteint , bien plus que physiquement . Nous sommes tous différents si même nous avons tous le même problème d'alcool . J'avais perdu la maîtrise de ma vie mais surtout l'estime et l'amour de moi-même . Chez A.A. j'ai tout retrouvé .
Je te souhaite que cela t'arrive à toi aussi quelle que soit la manière que tu utiliseras .

Continue à croire que c'est possible pour toi aussi , conserve l'espoir et entrevois ton abstinence comme une libération et non comme une privation .

salmiot

Onçinha - 03/11/2017 à 13h34

Merci Salmiot1 de cette longue réponse... en effet je ne bois de grandes quantités, mais c'est tous les soirs.. j'ai arrêté il y a 2 jours, et pour l'instant, évidemment tout va bien... mais je commence déjà à penser à la coupe de champagne qu'il va falloir refuser a noël, aux dîners entre amis sans vin etc. . Je suis donc consciente de ma fragilité.AA m'inquiete un peu... Je risque de rencontrer des gens du quartier, je n'ai pas envie de me montrer à visage découvert... Je vais essayer un addicto et voir comment ça se passe... J'ai aussi peur d'etre malade, d'avoir detruit mon foie ou autre. Bref, il est temps d'arrêter tout ca.. a bientôt peur être sur ce fil...

salmiot1 - 03/11/2017 à 15h50

Si A.A. te fait peur, ce que je comprends parfaitement car moi-même suis passé souvent devant la porte du local avant d'oser la franchir , tu as aussi des forums A.A. dont celui "de l'Ombre à la Lumière " où s'entraident de nombreuses femmes et quelque hommes aussi car il y a également des hommes alcooliques.

Chez A.A. personne ne juge car sommes toutes et tous atteints de la même maladie appelée alcoolisme . Il s'agit d'une maladie grave, progressive , incurable et mortelle avec laquelle on peut cependant vivre tout à fait normalement pour autant que l'on s'abstienne de prendre le premier verre et ce , un jour à la fois . Les fêtes de fin d'année sont encore loin, nous ne sommes que le 3 novembre . Et comme les bons aujourd'hui , c-à-d ceux sans alcool préparent les bons demains, pourquoi s'en faire à l'avance . Il y a aussi d'excellents jus de fruits et de délicieuses eaux .
Personnellement , une fois que j'ai eu capitulé devant l'alcool, je n'ai plus eu de problème ni de tentation et pourtant j'ai continué à travailler là où je buvais presque journellement . Le buffet n'a pas été fermé parce que salmiot cessait de boire de l'alcool .

Courage , un jour à la fois !

Onçinha - 03/11/2017 à 19h00

Merci a nouveau salmiot1,
J'ai craqué ce soir... 2 jours !
Je ne biaisé pas les bras... Je sais juste que seule, ça n'ira pas... bonne soirée !

drunk - 05/11/2017 à 23h14

Bonsoir,
J'ose poster ici ce soir car je m'inquiète de ma " dépendance",
Je bois tout les jours, 1, 2, 3 verres de vin ... Je sais qu'on est loin de la consomation massive des "alcooliques" mais je ressent de plus en plus ce besoin de ces quelques verres le soir.

J'ai du mal a me passer de ces verres, c'est pou ça que ça m'inquiète ... ces quelques verres sont pour moi un moyen de me détendre de ma journée ( boulot très prenant, stressant, avec de grosses responsabilités ... ), vers 19h je ne tiens plus en place, il me faut un verre de vin, comme si je l'avais mérité, comme si c'été ma récompense de cette journée de travail accomplie. Je prend un verre, puis un deuxième, parfois un troisième ou un quatrième pour être sure de bien dormir ...

J'ai peur de tomber dans la spirale infernale du " toujours plus, toujours plus loin", j'ai bossé en addictologie, je sais ce que c'est, je connais la descente aux enfers, la perte de contrôle et les conséquences ... Mais même en connaissance de causes je n'arrive pas à me passer de ces quelques verres le soir.

Je ne souffre pas de dépression, je suis une personne active, sportive, créative, dynamique, pleine de projet et à la vie bien rangée ( une belle maison, un époux super, une famille soudée ... ) mais cette mauvaise habitude commence à me faire peur, d'autant que mon mari et moi essayons d'avoir un enfant et que j'ai de plus en plus peur de ne pas réassure a décrocher si je tombe en vente, ou pire que ma consommation d'alcool nous empêche de procreer ( je sais que l'alcool peut provoquer des fausses couches ou empêcher la nidation du foetus ... )

J'ai également pris beaucoup de poid depuis que je consomme quotidiennement de l'alcool, malgré le sport et une alimentation très surveillée .. J'essai de ne pas boire car je sais que c'est mauvais pour tout, surtout pour ma ligne, mais rien n'y fait ...

Je crois que j'ai besoin d'aide ...

salmiot1 - 06/11/2017 à 09h22

bonjour Onçiha,

ne cède surtout pas au découragement car ne dit -on pas que toujours sur le métier nous devons remettre notre ouvrage ? Tu reprends ton abstinence aujourd'hui et sous aucun prétexte tu ne bois pas la première goutte du premier verre d'alcool . Il y a tellement d'excellents jus de fruits et de très bionnes eaux . Tu n'as que l'embarras du choix . Et tu sais ce qu'il te reste à faire si tu veux être moins seule que jamais avec ton problème . Je t'assure qu'ensemble, sommes tellement plus forts . Belle journée à toi ;

Bonjour Drunk ! Si tu as travaillé en alcoologie , tu sais où l'alcool mène mais peut-être n'es-tu pas alcoolique . Inquiétant que tu te poses cependant la question . Chez A.A. avons un questionnaire qui nous aide à nous situer par rapport à ce poison . Réponds-y le plus honnêtement possible mais sache que les réponses t'appartiennent .
[b]
1. La boisson est-elle une cause d'absence de votre travail?
2. Le fait de boire rend-il votre famille malheureuse?
3. Buvez-vous parce que vous êtes mal à l'aise avec les gens?
4. Buvez-vous au point d'affecter votre réputation?
5. Avez-vous jamais éprouvé du remords après avoir bu?
6. Avez-vous éprouvé des difficultés financières du fait d'avoir bu?
7. Lorsque vous buvez, Fréquentez-vous des mauvais compagnons et un milieu de condition inférieure?
8. Négligez-vous le bien-être de votre famille lorsque vous buvez?
9. Depuis que vous buvez manquez-vous d'ambition?
10. Etes vous obsédé par le désir de boire à certains moments du jour?
11. Désirez-vous prendre un verre le lendemain matin?
12. Avez-vous des difficultés à dormir lorsque vous buvez?
13. Vos capacités ont-elles diminué depuis que vous buvez?
14. La boisson compromet-elle votre position ou votre commerce?
15. Buvez-vous pour fuir des ennuis ou des embarras?
16. Buvez-vous seul(e)?
17. Avez-vous déjà eu une perte de mémoire lorsque vous buvez?
18. Votre médecin vous a-t-il déjà traité pour alcoolisme?
19. Buvez-vous pour raffermir votre confiance en vous-même?
20. Avez-vous déjà fait un séjour dans un hôpital ou dans une institution à cause d'alcoolisme?

Si vous avez répondu "oui" à l'une de ces questions,il y a présomption que vous soyez un alcoolique.
Si vous avez répondu "oui" à deux de ces questions,les chances sont que vous êtes un alcoolique.
Si vous avez répondu "oui" à trois de ces questions ou plus,vous êtes définitivement un alcoolique.


(ce questionnaire,utilisé par l'hôpital de l'université John Hopkins,Baltimore,Md,sert à déterminer si un patient est ou non un alcoolique). [/b]

Mais tu sais , se poser la question, c'est déjà un signe !!!

Bonne journée à toi et sache que tu n'es plus seule

salmiot1

Onçinha - 08/11/2017 à 13h59

Bonjour Salmiot1,
Je viens de prendre connaissance de ton message et je te remercie beaucoup. Le temps que tu prends pour répondre à chacune de nous montre ta bienveillance et ta générosité...
J'ai fait le test que tu as mis pour Drunk : 5 réponses positives ! Donc... Enfin, je le savais... Depuis mon dernier message, j'ai à nouveau arrêté 4 jours et recraqué hier. C'est comme si le désir, tout d'un coup, devenait irrepressible. J'ai beau me raisonner, qqch en moi sait que je vais craquer. Comme si qqun de plus fort que moi m'envahissait à ce moment là...
Je ne baisse pas les bras, et je recommence.... Mais ton message m'a vraiment fait du bien aujourd'hui...
Très bonne journée à toi aussi !

Pauline.étudiante - 16/11/2017 à 22h59

Bonjour à toutes,

Je me présente je m'appelle Pauline et je suis actuellement étudiante en 3eme année de formation pour devenir assistante sociale. Dans le cadre de mes études, je dois réaliser un mémoire. J'ai choisi de réaliser le mien que la dépendance à l'alcool chez les femmes et notamment chez les femmes qui travaillent.

J'aimerais savoir si certaines d'entre vous seriez d'accord de me raconter leur histoire, leur vécue, votre ressenti. Mon objectif n'est pas d'être dans une curiosité malsaine. Au contraire, au travers mon travail, je veux faire partager votre parole. Évidemment l'anonymat est de rigueur.

Si vous êtes d'accord vous pouvez me contacter et je vous enverrais un petit questionnaire par mail.

Je vous remercie d'avance car c'est une bouteille à la mer que ne lance. Mon travail et mon diplôme dépend de vos témoignages.

Merci à vous Mesdames

Répondre au fil Retour