Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Témoignages de l'entourage PDF Imprimer EnvoiMail

Ressenti d’une sœur d’un frère alcoolique

Par Stel78

J'écris ce post sans attendre de réponse ni de solution car il n’y en a pas. Mes sentiments sont mélangés, je suis à la fois triste, en colère, j ai de la pitié et puis je lui en veux et puis parfois j'essaye de lui trouver des excuses, des réponses.

Mon frère est alcoolique depuis de nombreuses années. Il a 47 ans, 4 de plus que moi, et il n'a rien construit dans sa vie. Je dirais même qu’il a tout détruit autour de lui à cause de l alcool. Pas de femme, pas d enfant, pas de travail et puis pas vraiment envie de travailler non plus, SDF, pas un sou, faire souffrir tout le monde... RIEN, le néant ...... Juste une personne physique et un numéro de sécu c'est tout ce qu’il est devenu !! Un déchet social, un mec qui sert à rien à part emmerder et faire culpabiliser son monde.

Au début il fumait du cannabis et puis lorsqu’il s’est installé seul dans son appart, vers 25 ans, il travaillait. Pâtissier, un métier en or pourtant, il était doué en plus !! Il a commencé à boire quand il rentrait du travail et puis l´alcool s´est installé insidieusement dans sa vie petit à petit et de plus en plus. Et d’ un apéro avec ses potes, il est passé aux bouteilles de whisky à boire seul. Et la vie d’alcoolique a commencé : retard au travail, licenciement, embrouille avec son patron, perte du permis (alcool au volant) donc perte de son emploi, chômage, découvert bancaire. Tout son argent partait dans les bouteilles. Connaissance d’autres alcooliques qui n'arrange rien. Et puis l'alcool rend dingue : dépression, delirium... On l’a retrouvé plusieurs fois dans la rue, à l hôpital ramassé par le SAMU et puis j'en passe ça serait trop long à raconter.

Au début, pendant très longtemps, on l'excusait, on le défendait, on était aveugle. Je pense qu’il a un certain don pour la manipulation. Ma mère a essuyé toutes ses dettes, payait son loyer pour ne pas être expulsé, elle nettoyait tout chez lui, c'était sale, il ne faisait rien. Ma pauvre mère : elle a tout fait pour lui .elle en a vu de toute les couleurs avec lui. Il n'était même pas capable de s’occuper de ses papiers, ni même d'aller voir un médecin, ni de poster un arrêt maladie, un bon à rien. On l’a énormément aidé mais nous, personne ne nous a aidé. On a cherché de l’aide auprès des médecins et hôpitaux, ils ne voulaient pas le garder. Oui dès qu’il était sobre personne n’aurait imaginé à quel point il était malade. A l'hôpital il passe pour quelqu’un de charmant et de tout à fait normal dès lors qu’il n’était plus alcoolisé. On lui a donné le traitement baclofène, on y a cru encore et puis échec. Pour moi sa place aurait été dans un centre psychiatrique mais on ne pouvait rien faire.

Après on est passés par des phases d’espoir et puis de désespoir et re-espoir quand il a rencontré une femme formidable qui avait déjà une petite fille. Elle connaissait son problème et prête à combattre avec lui. Un ange tombé du ciel !!! On s’est dit que c’était incroyable ce qu’il lui arrivait !! Il a déménagé à Nantes pour la retrouver, il a emménagé chez elle. Nous on était super heureux, on se disait "c’est bon, l’amour va le guérir". Et puis pour être franc on était soulagés qu’il s'éloigne de nous. D'ailleurs on a même pensé que nous étions peut-être son problème à coacher sa vie si on peux dire ça. Bref, nous on a commencé à retrouver une vie un peu normale. On a soufflé un peu.

Et puis voilà 4 ans plus tard, retour à la case départ. Cette pauvre femme a tout fait pour lui, elle aussi y a cru et pourtant en 4 ans il n'a fait que des cures, alternant abstinence et rechute, jamais travaillé, profitant du système et a certainement fait la misère à cette femme qui a cru aussi pourvoir l´en sortir et traumatisé cette petite fille qui a dû assister à des scènes qu´on ne doit pas vivre à son âge. Je pense que l'alcoolique a une certaine capacité à la manipulation et elle l´a finalement mis à la porte pour protéger sa petite. Force est de constater qu´il n'avait aucune envie de s'en sortir, la traumatisant, elle et sa petite fille.

Il se retrouve SDF dans un foyer. A cause de l’alcool mon frère est devenu clodo. Il nous a appelé en nous culpabilisant, en nous faisant du chantage au suicide rabâchant le passé en faisant croire à tout le monde qu’il a eu une enfance difficile alors qu’on a eu la même éducation. Il s’imagine un destin tragique tout ça pour nous faire culpabiliser. En gros c’est notre faute, c’est la faute de tout le monde mais moi il me dégoûte, sa vie me dégoûte. L’alcool lui a ravagé le cerveau. Quel gâchis !

Pour moi il ne s´en sortira jamais. Moi j’ai fait le deuil de ce frère que je ne connais plus parce que je vis ma vie, j’ai un mari et des enfants. Mais ça me déchire le cœur de voir ma mère malheureuse. Elle n’est jamais en paix puisqu’il est toujours dans sa tête. Elle a longtemps culpabilisé. Avec le temps elle a appris à lâcher prise grâce à nous on l’a convaincu d’arrêter de l’aider puisqu’il va l’user jusqu’au bout. Elle est âgée, elle doit se préserver maintenant. Pour moi, toute sa vie il l’a emmerdé. Je me dis que ça ne s´arrêtera jamais.

C'est dur ce que je vais dire mais parfois je me dis pourquoi je n ai pas eu un frère normal, avec une vie normale. Triste de penser ça et pourtant .....j’aurais rêvé de déjeuners familiaux avec femme, mari ,enfants, neveux ou nièces mais non rien de tout ça .... L'alcoolisme c est un cauchemar sans fin.

Commentaire du modérateur

Bonjour,

Merci pour votre témoignage très sincère et complet.

Nonobstant votre histoire poignante, ce n'est heureusement pas le lot de toutes les personnes alcoolo-dépendantes de ne jamais arrêter. Beaucoup y arrivent. Nous sommes cependant désolés que cela n'ait jusqu’à présent jamais été le cas de votre frère, qui semble particulièrement perdu. Nous soutenons votre famille dans cette épreuve et sachez que les uns ou les autres vous pouvez aussi appeler notre ligne d'écoute pour en parler. Alcool info service est bien entendu aussi ouvert aux proches.

Bien cordialement,

le modérateur.

Déposez votre témoignage

Retour à la liste