Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je souffre de l’alcoolisme de mon conjoint

Par Cassouille

Bonjour j’ai besoin d’aide je n’arrive plus à passer au dessus des crises de mon conjoint.
Je vous remercie par avance de m’avoir lu et d’avoir pris le temps de me répondre.

Alors voilà cela fait 3 ans et demi que je suis avec mon conjoint tout ce passait bien. nous avons eu un fils qui a aujourd’hui 2 ans depuis quelques semaines. (C’est un papa merveilleux au top du top)
Quelques temps après sa venu nous avons eu des problèmes d’argents, de travail, de logement, et surtout de fréquentation. L’alcool s’est donc installé dans la vie de mon chéri. Nous avons remédié à ses problèmes en déménagent à 500km je pensais que ça suffirai mais finalement pas. (J’ai oublier de préciser que son papa est alcoolique) quelques mois ce sont écoulés et plus d’alcool, le bonheur, puis le confinement.. 1 bière puis 2;3;4;5.. whisky, vodka, vin, de l’eau de vie.. ce n’est pas tous les jours en excès mais tous les jours il lui faut une dose d’alcool. Il y a 6 mois il a été voir le médecin qui lui a donner un traitement contre l’alcool qu’il n’a pas pris parce que ça lui faisait peur il a su diminuer tout seul avec l’aide d’une psychologue. Malheureusement qu’il ne voit plus car trop onéreux. (Il a Beaucoup de tromastisme dû à l’enfance..) . Puis l’alcool a repris sa place le soucis c’est qu’il devient méchant, agressif il change de personne je ne le reconnais plus et par dessus tout ça il a une perte de mémoire complète. Il devient même dangereux pour lui même. Je ne supporte plus beaucoup de stress. J’ai peur pour mon enfant car jusqu’à présent il ne boit pas devant lui mais j’ai peur qu’il se réveil et qu’il le voit j’ai peur de l’avenir j’ai peur qu’il grandisse dans ce milieu j’ai peur de ne pas être assez forte et je ne vois même plus d’avenir avec dans les moments où il boit. Alors je m’énerve, je le rabaisse sans le vouloir. Je sais que c’est pas du tout la bonne solution mais j’éprouve un besoin de lui faire mal comme moi j’ai mal. Je voudrai qu’il comprenne ce que je vis.
Je ne sais pas comment l’aider et comment m’aider s’il vous plaît aidez moi.
Je sais qu’il est très malheureux mais c’est une personne réservée qui ne parle pas. Il esquive toute conversation avec moi.

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


Moderateur - 26/01/2021 à 16h19

Bonjour Cassouille,

Soyez la bienvenue dans ce forum, merci d'y avoir laissé votre histoire.

Il semblerait que votre conjoint ait un certain nombre de problèmes personnels à régler et un passé lourd mais que cela soit difficile pour lui de s'y confronter. Il fait des efforts parfois mais c'est pour l'instant suivi de rechutes et, semble-t-il, d'un relâchement dans sa motivation. Malheureusement, lorsqu'il boit il peut devenir agressif et il a des conséquences cognitives graves comme des pertes de mémoire et sans doute de la désorientation.

C'est un problème lourd qui pèse actuellement sur vos épaules. Il est tout à fait normal que vous vous sentiez dépassée et que vous en souffriez vous-même. Alors merci déjà d'avoir osé en parler et d'avoir demandé conseil.

Je crois que le premier conseil que l'on peut vous donner prolonge votre question : trouvez de l'aide pour vous. Ces aides existent et sont de plusieurs sortes. En voici une présentation succinte :
- vous pouvez, en tant que conjointe, être reçue dans les mêmes lieux qui soignent les personnes qui ont des problèmes d'alcool. Il s'agit notamment des Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (Csapa) dont les consultations sont gratuites et sur rendez-vous. Vous y rencontrerez des professionnels qui pourront vous donner des informations sur la maladie alcoolique, qui vous écouteront et vous conseilleront ;
- vous pouvez également participer à des groupes de parole réunissant des conjoints de personnes ayant un problème d'alcool : certains CSAPA en proposent mais surtout l'association Al-Anon, qui est dédiée aux proches des personnes qui boivent, organise des groupes de parole un peu partout en France ou même par visioconférence actuellement. Vois son site : http://al-anon-alateen.fr/
- vous pouvez aussi chercher l'aide de professionnels non spécialisés dans les addictions mais centrés sur l'aide à la personne : psy ou autres. L'idée ait que vous puissiez avoir régulièrement un espace de parole (ou bien-être) "à vous" pour faire le point et respirer un peu ;
- notre ligne d'écoute et notre chat peuvent vous répondre pour des appels ponctuels, quand vous en éprouvez le besoin et que les autres services ne sont pas disponibles. Cela permet d'en parler aussi au moment où vous avez besoin d'en parler ;
- Enfin bien sûr il y a ce forum qui est orienté sur l'entraide mais où il n'est pas toujours facile de nouer des conversations. Cependant cela existe et c'est son but. Je vous suggère par exemple de participer à d'autres fils de discussion actuellement actifs et où vous vous reconnaîtriez.

Pour votre conjoint la difficulté est que s'il refuse d'en parler, s'il refuse de reconnaître sa difficulté et évidemment de se prendre en main vous ne pouvez pas faire grand chose. Cependant les pistes que nous vous suggérons ci-dessus peuvent vous permettre de vous repositionner dans la relation que vous avez avec lui et dans la vision que vous avez de son problème. Ces évolutions vous aideront peut-être à trouver les modalités selon lesquelles vous réussirez à renouer les fils de dialogue entre vous et à lui donner envie de se battre contre son problème. En tout cas ne perdez pas espoir mais prenez soin de vous d'abord pour pouvoir l'aider ensuite.

Cordialement,

le modérateur.

Cassouille - 26/01/2021 à 19h07

Bonjour, je vous remercie énormément d’avoir pris le temps de me lire et de me répondre cela me redonne déjà confiance et de la motivation. Je vais me renseigner sur les pistes que vous m’avez suggéré. C’est gentil car je me sent perdu j’ai 21 ans et vis loin de ma famille donc j’évite d’en parler pour ne pas inquiéter.
Merci encore et oui j’ai pris rendez vous vers un « psy » afin de me libérer du poids que je porte.

Répondre au fil Retour