Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Jour 365 !

Par Trekk44

28 réponses


Trekk44 - 12/12/2021 à 18h42

Bonsoir à vous trois Bonbonalamenthe, Salmiot et Olivier.

Merci encore pour ces retours, qui me confortent dans mon choix de l'abstinence. J'ai toujours un peu de mal avec ce mot...
Hier soir j'étais en terasse à boire mon coca avec mon ami (un "peu" alcoolique, sans le reconnaitre) qui buvait sa bière, on a enchainé avec un petit bar à vin, à la mode Chicandier. Plateau de charcuteries, vin pour mon ami et ice tea pour moi. Quel plaisir de voir que d'un, je n'ai plus cette crainte d'aller dans ce genre d'endroits et de deux, de me dire que je vois toujours l'alcool comme un poison et que tout le folklore autour de celui-ci me fait bien rire. "Ce vin est en accord parfait avec telle ou telle viande ou formage. Il vient d'un petit producteur et blablabla". Et pour finir dans une cave, pour que mon ami achète deux "bonnes" bouteilles pour accompagner ces sushis avec sa compagne.

Je suis bien content dêtre sorti de là, même si je sais bien que cela va me poursuivre jusqu'à la fin de ma vie. Comme tu l'as dis Olivier, il suffit de quelques secondes pour retourner dans la spirale infernale...

Effectivement, il y a toujours une part en moi addictive (café depuis l'arret de l'alcool, et CBD depuis peu...). Mais au moins, je suis maître de moi même blunk

Merci Oliver et Salmiot, car pour moi vous etes les deux pilliers de ce site.

bonbonalamenthe, hâte de te lire pour cette nouvelle année.

Bien à vous Trekk

Olivier 54150 - 13/12/2021 à 18h35

Bonjour Trekk
Bonjour tous.

<<...me dire que je vois toujours l'alcool comme un poison et que tout le folklore autour de celui-ci me fait bien rire. ...>>

Voilà une réflexion qui me fait super plaisir à lire. Le "folklore" autour de l'alcool... C'est rien de l'dire.
Le terroir, les traditions, les grands crus, les gourmets, l'amour des vignes, la fierté de ce pays, la convivialité... et l'éducation du goût...
Bien sûr, cela existe, y pas de mal, mais c'est quand on se rend compte à quelle point c'est utiliser par les alcooliers pour en vendre toujours plus, en visant les plus jeunes, que cela devient un vrai folklore.
Un folklore triste, teinté de mensonges et de manipulation.
( Je pense à comment ils ont démantelé la loi Evin )

Il y à de l'amélioration dans les mentalités à ce niveau mais c'est encore tellement normal de boire, et anormal de ne jamais consommer.

Bref, c'est une prise de conscience importante je trouve car tout ce folklore comme tu dis est très souvent un vrai obstacle pour celui qui veut se sortir de ce tourbillon, de ce cyclone qu'est la dépendance à l'alcool.
Oliv


bonbonalamenthe - 03/01/2022 à 10h37

Bonjour Trekk, Olivier, Salmiot, Pépite et vous toutes et tous,

Comme promis, je vous écris ma petite et énorme année 2020 zéro alcool. Pas habituée à me confier, je le fais ici pour dire que oui, c’est possible, jamais gagné mais possible.

C’est fait, j’ai réussi à tenir 365 jours sans boire, vous vous rendez compte 365 jours

Je suis passée par la colère, la fatigue, la tristesse, le vide, grâce à moi mais surtout grâce à vous, vos récits, vos encouragements, vos conseils, grâce au site alcool info service.

J’ai réussi à ne pas boire pendant une année même plus maintenant et le compteur continue à tourner désormais et dans le bon sens

Cela me trottait depuis quelque temps déjà, c’est envie de diminuer, diminuer seulement, arrêter totalement était inconcevable

Je quittais mes emplois avant d’être débusquée, par rapport à l’alcoolisation excessive. Mon cerveau était complètement modifié, mes idées étaient absolument loufoques, mes paroles, mon comportement, pas en permanence mais par a coup.Pourtant je me suis toujours sentie extraordinaire … non ce n’était pas le cas.

J’étais anxieuse de ne pas être apprécier, donc je buvais; Les réflexions me rendaient malades donc je buvais; La peur de perdre mon emploi me terrifiais donc je buvais; La peur d’avoir des problèmes me paralysait, donc je buvais

Je buvais beaucoup, le soir uniquement a la maison, pour ne pas être vue; 3 bières très fortes et un whisky pour finir et si et ça

Un rituel s’était installé avec mon mari, le soir; C’était inévitable, il était impossible de faire autrement;

Et puis il y a eu, la honte, le regard des autres qui devinaient ou soupçonnaient mes soirées festives;

Alors voilà, j’ai arrêtée de boire le 31 décembre 2020, malade comme un chien dans mon lit, tout tournait, j’étais plus que malade

J’ai installé l’appli DRY JANUARY, et cela m’a amusée dans un premier temps, relevé un défi avec les autres, en même temps;

j’ai eu mal, j’ai souffert; Des cauchemars pendant 15 jours, des pensées omniprésentes en boucle, oui en boucle. C’est ça aussi mon problème, les pensées qui tournent en boucle, quelques quels soient;

J’ai travaillé sur ses pensées, sur ce cerveau qui ne peut pas décroché à chaque problème, peur, déception

J’avais fait un premier essai d’abstinence il y a 3 ans, pendant 4 semaines, avec un craving omniprésent

J’ai lu, il y a seulement quelques jours que le craving était plus important si nous leurs donnons de l’importance : en pensant à combien nous voulons boire, à quel goût ça va ressembler, a quel point il est terrible d’ »avoir une envie de boire - plus les envies dureront longtemps. Je pense que c’est important de le savoir pour le combattre, ne pas donner trop d’importance, ne pas y penser exagérément


LE PREMIER MOIS : J’ai criée du manque d’alcool, dans mon oreillers, lors de mes multiples balades au plein air, dans ma voiture

Un mois est passé, excitée comme une puce d’avoir gagnée, mais prête à le fêter; Mon mari a voulu continuer, j’ai suivi mais je ne me voyais pas gagnée;

Le livre «sans alcool de Claire TOUZARD », la lecture de ce livre remplaçait mes apéros


4MOIS :

La tristesse, le vide se sont emparées de moi, moment douloureux et inquiétant aussi; Mon cerveau me lâchait. En fait, je devais remplacer les moments de toutes ses années à boire par une activité, et croyez moi je me suis fait violence;

TOUS LES JOURS :
J’étais fière de moi, tout les matins, je me réveillais, encore un jour de gagné; J’ai retrouvé un visage frais, des yeux pétillants, une humeur, une attitude agréable;;

L’été est arrivée avec l’ouverture des terrasses, le boucan sur l’alcool, la radio, la tv, tout incitait à fêter la vie avec l’alcool


JUILLET 2020
En juillet dernier j’ai découvert le site alcool info service, et je me suis accrochée, par les lectures, les récits; Je n’étais pas seule

Jamais le premier verre, jamais le premier verre, jamais le premier verre; Je vous ai écouté

NOVEMBRE 2020
En novembre, un cap a été franchi, pourquoi je ne sais pas, on est tous différents face à ce poison; 10 mois, oui 10 mois; Mon cerveau m’a quand même un ultime cauchemar la vieille, comme ci il me testait encore;

Pendant 1 an, j’ai mieux mangé, fait de belles balades, découverts les gens, été déçues par les gens aussi

NOËL et LA NOUVELLE ANNÉE :

J’ai pensé à vous tous, vous étiez ma force. Pas bu bien sûr et j’ai fait attention a tous cet alcool caché dans l’alimentation : foie gras, plat, gâteau au rhum


J’ai senti l’odeur de l’alcool, j’ai vu les comportements, les paroles, toutes les imbécilités des gens dus à l’alcool. Une chose amusante aussi, les personnes ont tendance à moins boire devant une personne qui ne boit pas d’alcool, c’est aussi contagieux dans l’autre sens

Maintenant que le défi qui n’en était pas un au début à été réalisé, je vais rester très vigilante, vraiment très vigilante, car l’alcool a essayé de me parler encore hier… dingue non ?

Je vous ai écrit les grosses lignes de cette fichue année. Je vous remercie de m’avoir lue, je vous remercie aussi tous d’être là.

Allez hop je vous embrasse tous (ça va faire beaucoup de monde happy )

Bonbonalamenthe

Salmiot1 - 03/01/2022 à 17h22

Hello ! Mes meilleurs voeux à toutes et à tous !

Pour moi il est impossible de vous citer toutes et tous mais je tiens tout spécialement à féliciter Bonbonalamenthe pour sa première année d'abstinence . Quelle libération car à présent tu ne te sens certainement plus privée d'alcool . Libérée , délivrée ;;; ça tu peux le chanter . Bel exemple es-tu et merci pour ton témoignage et ce beau résumé de ce beau parcours dans l'abstinence .

Comme il l'est suggéré en AA , un jour à la fois, cela peut se faire et se fera si nous décidons de capituler devant l'alcool, de ne plus nous battre contre ce redoutable ennemi.

Bonne continuation à toutes et à tous, croyez en vous et aimez-vous .

Je vous fais la bise moi aussi !

salmiot1

Olivier 54150 - 04/01/2022 à 09h04

Bonjour Trekk, Salmiot...
Merci bonbonalamenthe pour ce chouette résumé. À régal à lire pour moi.
Une année, c'est très symbolique. Maintenant grave dans le marbre de tes neurones << Pour rien ni personne >>
Pour éviter le premier verre à tout prix.
Cette petite phrase m'aide encore malgré les années dans des moments où ça déprime un peu...
Très belle année à vous tous avec toujours plus de sérénité, de concsientisation, de joie.
Oliv

bonbonalamenthe - 04/01/2022 à 13h47

Bonjour Salmiot, Oliv

Alors comme ça vous croyez que vous allez vous en sortir comme ça !

Juste pour la bonne humeur, je vous chante la chanson happy car moi je l’ai dans la tête maintenant ! happy

Bonbonalamenthe


« Libérée, délivrée
Je ne boira plus jamais
Libérée, délivrée
C'est décidé, pour rien ni personne
Me voilà
Je suis là
Libérée, délivrée
L’abstinence est pour moi le prix de la libertéééééé »

Salmiot1 - 04/01/2022 à 20h01

Que c'est beau de voir des alcooliques retrouver la joie de vivre dans l'abstinence . Vraiment Bonbonalamenthe , tu me combles de joie ! Bravo !

Alors Trek, Olivier et tous les autres , reprenons en choeur cette jolie chanson " libérée , délivrée "!!!

Je ne lie mon abstinence à rien ni à personne ; heureusement car il y a longtemps que j'aurais rechuté , j'ai quelques fois été tellement déçu , tracassé ...

Comme suggéré chez AA, j'avance un jour à la fois et je reste très vigilant mais avec confiance en l'avenir .

salmiot

bonbonalamenthe - 06/01/2022 à 09h01

Bonjour Salmiot,

Bon je crois qu'on va devoir se contenter d'un duo pour l'instant

J'aime bien : "pour rien, ni personne".

Bonne journée a tout le monde

Olivier 54150 - 07/01/2022 à 09h59

Bonjour bonbonalamenthe, bonjour Salmiot, bonjour tous.

Aïe, même à l'armée j'étais interdit de chant tellement je chantais faut, donc je m'abstiens. Éventuellement je vous accompagne à la guitare. happy

Ceci dit, cette sensation de liberté une fois sortie d'une addictions, ben, c'est rien de l'dire.
Pour l'alcool, je l'a savoure encore tant j'y étais enchaîné.
C'est très précieux, il faut le garder à l'esprit.

Ça me touche car ma dépendance avec le cannabis m'a fait re goûter à cette privation de liberté. Budget et motivation en berne je commençais à en souffrir pas mal.
Un retrait de permis m'a mis les points sur les i. C'était fin 2014.

Sevrage et tout le tralala, et pendant quelques années, ni alcool, ni thc, ni benzo...rien de rien.
De très belles années, délicieuses que je m'efforce de me remémorer car j'ai rechuté avec le cannabis été 2018.
Depuis je vie comme un yo-yo...

Pas de soucis avec l'alcool, c'est le pire pour moi et pour rien n'y personne.
Seulement j'ai sous-estimer à quelle point le thc m'avais emprisonné également, oublié ma liberté acquises avec tant de mal, a quelle point c'était addictif pour moi.

Une belle leçon, oui, mais que de temps perdu.

J'ai été souvent malheureux de ne pas pouvoir boire, les quatre, cinq premières années. Mais le goût de cette liberté a toujours été plus forte, "malgré", "grâce" aux thc.

Quand j'ai arrêté les joints, ça été plus rapide, quelques mois et j'y pensais plus. Vraiment fière d'être libre de tout psychotropes.
Envahi par des émotions cette reprise en 2018 ma bien aidé... Sur le coup. Aujourd'hui je pense qu'il devait y avoir d'autres solutions mais j'avais oublié cette fameuse liberté, si précieuse, si goûteuse.

Une addictions reste une addition, c'est n'avoir plus qu'un seul plaisir au détriment de tout les autres, au détriment de la vie tout simplement.
L'unique solution et de banir le produit, le comportement pour toujours.
Seule, l'addiction à la nourriture fait exception, et plus compliqué qu'on pourrait le penser pour ceux qui en souffrent car on ne peut pas vivre sans se nourrir, évidemment.
L'addiction à une personne peut être terribles aussi. Vraiment.

Voilà voilà, merci Bonbonalamenthe de m'avoir rappelé cette notion de liberté face au produitS.
Je continue de me sevré du thc tant bien que mal, là jsuis à 20 jours...il faut quelques mois...
Vous m'y aidé beaucoup et vous remercie infiniment.
Bonne année.

Oliv

Répondre au fil Retour