Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je tente aujourd’hui

Par Marredemoi17

Vendredi 13 novembre c’est un bon jour pour arrêter. J’espère y parvenir mais je ne m’emballe pas trop vite, je me connais un peu...

Hier encore une fois, j’ai trop bu mais vraiment raide de chez raide... trou noir, chute, vomissements, endormie sur le carrelage comme une ivrogne encore vêtue de ma petite robe et maquillée, la loose je suis une looseuse ...

Ça fait 10 ans que ça dure ce bazar .... une émotion au boulot et hop un petit remontant, une émotion amoureuse et hop encore un ptit, moments de solitude et hop encore un, toutes les occasions sont bonnes, quand on est bien, quand on est mal, quand on se sent excitée, triste, seule, contrariée, gaie on trouve toujours la bonne excuse pour l’apéro ....et puis c’est le we et puis c’est les vacances et puis et puis ça finit par tous les soirs ....

Moi je raconte n’importe quoi quand je bois, j’écris à des inconnus, ou pas, et je refais le monde mais à ma façon et ça finit mal car je ne supporte pas qu’on me dise « t es bizarre le soir » alors j’envoie tout le monde bouler donc ma vie c’est les montagnes russes, ensuite je m’en veux j’ai honte je m’excuse et je recommence bah oui tant qu’à faire... j’en ai perdu du monde depuis 10 ans, des hommes surtout car ils se disent que je suis folle .... ou plutôt que je suis bizarre .... merci l’alcool

Donc hier soir j’ai viré celui qui me fait du mal depuis 3 mois Pour la nième fois j ai Encore raconté n’importe quoi et j'ai décidé de tenter l’arrêt de l’alcool, je suis dépendante aux 2 malheureusement , dépendante affective hyper émotive hyper sensible et dépendante à l’alcool. Ça me détruit. Je me détruis. Je m auto détruis et m auto sabote. Je me fais du mal. Je me fais payer qque chose que je ne maîtrise pas je le ressens.

Je vais venir ici pour me confier dans ce parcours du combattant.
C’est un cercle vicieux j’aimerais m’en sortir. Sortir de ces dépendances qui me pourrissent la vie. Ah ce soir aucun risque de plonger j’ai trop mal à la tête d’hier soir mais demain aïe aïe aïe ça va commencer à se corser.

Merci de m’avoir lue.

Fil suivant

60 réponses


Deepaketlesautres - 13/11/2020 à 16h25

Je me vois beaucoup dans cet écrit...
Ca fait écho et un peu mal
Entre l'envie de faire la fête avec les autres et le manque totale de maîtrise. Je bois je bois jusqu'à en perdre pied, et aujourd'hui, encore une fois, je suis pleine de honte et de désarroi
Arrêter c'est aussi renoncer à la façon dont on a l'habitude de vivre. J'al l'envie mais il faut trouver la force. Comme si j'avais l'impression de tout devoir changer mais, en même temps je suis épuisée d'être cette personne là... Originale. Étrange. Comme disent certains. Tout simplement alcoolique.

Courage et merci pour cet écrit

Kyle - 13/11/2020 à 16h44

Bonsoir ,

Je me reconnais pas mal dans tes écrits
Hier moi aussi j'ai bu picoler à vomir , cela dure depuis 5 ans
Aujourd'hui je souhaite vraiment arrête je le dit à chaque fois que je fait de la merde et pourtant je continue je sais pas pourquoi je te réponds à ton post peux être que je suis une femme qui en a marre d'être se que elle et que je cherche des réponses bref bon courage cdt kyle .

Marredemoi17 - 13/11/2020 à 17h35

Merci pour vos écrits qui me vont droit au cœur ...

C’est exactement ça originale et étrange mais tu n’as personne qui dirait mais il se passe quoi le soir chez toi pour que tu deviennes bizarre !! Incroyable

En fait il y a un mélange chez moi de timidité ça me rend plus avenante joviale l’alcool j’ose parler de choses tabous, ensuite il y a ce côté émotionnel que je n’arrive pas à gérer donc je bois pour faire taire mes émotions pour qu’elles soient moins douloureuses la solitude me pèse aussi, je m’ennuie le soir, l’incapacité à avoir des relations sociales normales, les traumatismes de vie, l’abandon familial, L’incapacité à garder et avoir un homme, tout un ensemble de facteurs réunis qui font que je trouve cette vie lourde et pesante donc boire me permet de l’encaisser un peu mieux je dirais que c’est comme une béquille. Mais le revers de la médaille c’est les journées désastreuses où je me dis comme là auj vivement ce soir que j’aille me coucher et que je me réveille fraîche demain.

Mais hahaha ça ne dure que 48h cette belle pensée car quand je suis bien reposée le lendemain et bien je recommence allez 1 ou 2 verres Max je me dis oui oui c’est ça 1 h après j’ai éclaté la bouteille !

Aujourd’hui j’ai eu plein de msg par rapport à mes folies d’hier je peux être odieuse avec celui qui me fait du mal c’est ce que j’ai fait d’ailleurs Ms sinon j’ai discuté avec ma fille car je suis maman solo par sms je n’ai aucun souvenir j’ai aussi invité un Vieux pote carrément à venir vivre chez nous (non mais non t es malade) ensuite j’ai raconté ma vie à 2 hommes inconnus et enfin pour clôturer en beauté j’ai téléphoné à un inconnu rencontré sur un site de rencontres j’avais déjà 7 verres au moins ds la tête et je n’ai aucun souvenir si ce n’est que ce matin il m a dit je préfère que l’on s’oublie !! Tu m’étonnes j’aurais fait pareil à sa place mon Dieu la honte

C’est pitoyable je me trouve pitoyable donc je vais tout faire pour m’en sortir .... pour moi et mes enfants et pour me donner la chance de trouver le chemin du bonheur car pour l’instant c’est mal barré je me dirige tout droit vers l’enfer ....

Portez vous bien, prenez soin de vous, à très vite j’espère et merci encore

Marredemoi17 - 14/11/2020 à 11h17

Samedi 14 novembre,

Et bien aujourd’hui c’est le bon jour, le jour sur 2 où j’ai repris mes esprits prête à tout attaquer avec force et énergie... le monde n’a plus la même couleur, le ciel est beau et jour de chance il est bleu, le soleil est là, les oiseaux chantent, la musique prend des notes différentes d’hier, Tout est différent d’hier mais connerie de cerveau, connerie de vie, je pense déjà à fêter ça ...... ce soir (quelle conne tu es!)

Mais non je vais faire autrement car je me suis engagée avec mon cerveau j’ai fait un pacte « arrêtons nos conneries toi et moi » donc je vais faire comme hier soir, zéro alcool dîner à 18h et ça ira.... enfin j’espère ... déjà quand je l’écris j’ai quelques doutes c’est dingue ça !! J’ai l’impression de ne pas être maître de moi, comme un enfoiré de démon qui agit à ma place qui se fout de moi a l’intérieur et qui me dit oui oui tu le veux mais c’est moi qui commande ici .... faut que j’abatte la bête à tous prix ...

Déjà profitons de cette journée comme il se doit, chaque petit pas est un pas vers le meilleur...

Passez un doux week-end

Marredemoi17 - 17/11/2020 à 11h53

J’ai écrit longuement sur samedi dimanche et lundi mais le post n’est pas passé a priori arffffff Donc je recommencerai ce soir ...

Belle journée à tous

Sebouz59 - 19/11/2020 à 20h57

Salut.
Je me reconnais totalement dans ton témoignage.
Boire pour un oui ou pour un non, me dire au bout de deux jours d'abstinence que ça va en fin de compte y'a pire que moi, se dire qu'on gère et qu'on s'arrête au bout de trois verres, picoler, prendre le volant à 1 gramme pour aller en racheter, tituber, chuter, dire n'importe quoi à qui et j'en passe... pour au final quoi ? culpabiliser, regretter, déprimer et ne pas être en accord avec soi même. Bref souffrir avant, pendant et après, une souffrance causée et/ou amplifiée par l'alcool. Une belle cochonnerie.
Le pire c'est la conscience de la vie dangereuse qu'on mène, mais c'est plus fort que nous. Une cuite, plus jamais ça, ça va mieux, la tentation qui vient, l'obsession mentale et crac, on repart pour un tour.
Pour moi ça fait une bonne dizaine d'années que ça dure, plusieurs tentatives et autant d'échecs, peut-être parce que j'avais pas encore compris que le produit était plus fort que moi. Ça sert à rien de résister et lutter contre. C'est comme qui quitter une vieille relation toxique, comprendre que sans lui le meilleur est à venir.
Ce qui est fait est fait, l'avenir est devant.
Donne nous des nouvelles si tu peux. Échanger est une belle occupation comme tellement d'autres choses qui se révéleront à toi. L'ennui et l'envie ne durent qu'un temps.
Seb, à j+6 et pressé de se réveiller en forme.

Marredemoi17 - 23/11/2020 à 15h22

Bonjour Seb, merci pour ton message et bravo ... quel a été ton déclic? Tu prends un traitement?

Marredemoi17 - 23/11/2020 à 15h29

Lundi 23 novembre

J’en étais restée à il y a 10 jours quand j’avais décidé d’arrêter ou tout du moins ralentir car ma vie partait en cacahuètes ...
L hypnose faisait moyennement ses effets, je me perdais dans mes amours, émotions émotions alcool alcool....

Puis j’avais longuement écrit le lundi de la semaine dernière mais mon message n’était pas passé.

Les enfants revenus avec moi, les choses se sont calmées la semaine dernière jusqu’à hier mais le fantôme meurtrier n’est jamais bien loin .. .. 1 soir calme puis 1 soir moins calme puis rien puis trop ... j’ai toujours été excessive dans tout de toutes façons .... mais bon une bonne semaine qui se déroulait, reprise du sport dynamisme malgré tout... et puis j’ai pris RDV chez mon addictologue pas revu depuis 2018. Je voulais tenter le Selincro. Bon il m a un peu flingué le moral c’est son rôle, madame vous êtes alcoolique, bah oui ça date pas d’hier, c’est pas un scoop!

Bref rdv chaque semaine pris il y tient et me voilà partie avec mon Selincro.

Le vendredi soir, quelques verres après le Selincro et là mal comme un chien hallucinations difficultés à articuler Lucie bourrée au Selincro pire qu’après 2 bouteilles, la vache ... nuit blanche, je voyais des gros bonhommes me sauter dessus, suées terribles, une catastrophe et le samedi pareil toujours super mal, vertiges,nausées, troubles de la vue alors pour s’occuper des petits j’étais à cran, super énervée, épuisée.
Hier ça allait beaucoup mieux....

Comptage de la semaine 3 bouteilles entre dimanche et samedi c’est beaucoup trop mais moins que parfois.

Et puis le pire arrive hier.... avec tout ce bordel de Selincro addictologue je suis obsédée par l alcool je pense qu’à ça,mes stratégies pour stopper, ralentir, le fantôme meurtrier domine ma vie ...

Et puis les enfants repartant hier midi je range la maison impeccable, j’avance bien mais 18h00 la solitude me pèse à nouveau. Comme je me suis calmée pendant presque 10 j Chéri (rencontré en août) m a avoué un peu ses sentiments, m a dit qu’il ne comprenait pas quand je foutais tout en l’air le soir, que je partais en sucette mais j’ai réussi à regagner sa confiance avec plus de sobriété donc j étais censée être bien, heureuse, rassurée mais je m’ennuie hier soir bah oui c’est comme ça, je tourne en rond. Ma pauvre Lulu qu’est ce qu’on va faire de toi!

Je sais que je vais faire une connerie. Je la sens arriver. Alors j’ouvre la bouteille achetée pour notre dîner de demain avec Chéri et je me la fais en entier bien sûr! Et là j’ai vraiment merdé mais terrible. Je lui ai parlé de mon ex qui revenait en ce moment, que je ne savais plus où j’en étais, j’ai dit à ma mère que mon fils avait de graves problèmes, bref j’ai dû faire au moins une bonne dizaine d’énormes boulettes. Ça s’est mal fini bah oui logique. Il m a dit, c’est plus possible tes délires tu es folle on arrête tout, ma mère ce matin en panique a appelé tout le monde pour dire que mon fils avait de graves problèmes, non mais n’importe quoi n’importe quoi mais je suis conne ou je le fais exprès. J’ai l’impression que je m auto sabote c’est fou ça.

Tout allait bien et moi je viens foutre un coup de pied là où tout va bien.Des fois je me dis que je suis folle!

Résultat aujourd’hui c’est l’angoisse j’ai honte, je suis épuisée, je n’arrive pas à me concentrer au travail, j’ai une tête de déterrée et j’ai tout perdu. Merde je l’aimais bien ce mec en plus c’est pas croyable. J’ai l’impression d’être habitée par le Diable.

D’habitude j’en ris, je ris de moi mais pas aujourd’hui car j’ai gâché du bonheur ... en plus de me pourrir la santé... Ça s’appelle gâcher du bonheur c’est triste je suis triste

Sebouz59 - 23/11/2020 à 17h51

Petit décalage entre l'envoi de mon message et l'affichage du tien.

Les rechutes ça arrive. Au lieu de t'attarder et t'angoisser dessus, essaies d'analyser à tête reposée les mécanismes qui t'ont conduit à craquer. Environnement, stress, sentiment d'un travail accompli, besoin d'une récompense, etc... et vois ce que tu peux mettre en place pour éviter de craquer. Sport, relaxation, lecture, famille, etc...
Ta priorité à l'heure actuelle c'est le sevrage physique. On m'avait aussi prescrit du selincro mais à la lecture des effets secondaires ça m'a pas donné super envie. Tu peux en parler à ton médecin au csapa pour qu'il réévalue le protocole de soins.
L'ennui oui c'est la porte ouverte à la consommation. Mais l'ennui fait aussi parti de la vie. Retrouver une vie sobre et normale c'est aussi réapprendre à s'ennuyer. Un moindre mal comparé à ce qu'on peut endurer une fois alcoolisés non ? Et puis ton corps et ton esprit ont besoin de repos. La fatigue amène le stress, une autre porte ouverte à la consommation. En ce moment quand je m'ennuie je tâche de dormir, crois moi le temps passe vite et le bénéfice se fait ressentir.
Tu penseras à de nouvelles relations une fois rétablie, chaque chose en son temps, un pas à la fois.
Courage, des jours meilleurs sont en vue.
Seb

Répondre au fil Retour