Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs PDF Imprimer EnvoiMail

Je n'arrive pas à me faire aider

Par GreenStar

Bonjour,

J'ai effectué une seule démarche jusqu'à maintenant, c'est de me confier à un docteur généraliste qui m'a prescrit Acamprosate à raison de 4 par jour et Diazepam un demi le soir. Motivée par une semaine chargée en actions, travail, sorties et responsabilités. J'ai tenu le coup 2 jour et demi d'abstinence, j'allais dire 3 mais ce ne serait pas honnête......... J'avais l'impression d'avoir fait un exploit....

Depuis 2 semaines, je n'ai plus la motivation nécessaire et je craque à chaque occasion (Dieu sait quelles sont nombreuses) et non seulement je craque mais j'abuse à en avoir de gros remords le lendemain (fatigue extrême état dépressif, dégoût)

Je vous lis sur le forum et vous conseillez d'aller pousser la porte d'un centre. Hors, j'en suis incapable. Je chercher un spécialiste d'alcoologie proche de mon domicile, en vain. Il y a bien un centre médico-psychologique mais je n'ose pas prendre le téléphone. Je pleure directe à l'idée de me faire aider . J'aimerai tant y arriver seule.

J'ai déjà réussi tant de fois à maigrir et à éviter l'alcool mais, passée la cinquantaine tout est devenu trop difficile. Je choisis les plaisirs gustatifs et le semblant d'euphorie des boissons alcoolisées aux effets destructeurs plutôt qu'une bonne hygiène de vie qui consiste à pratiquer une activité sportive et à manger sainement (fuir les aliments ultra-transformés, dont l'alcool, et se nourrir d'une alimentation vivante, les crudités, fruits et légumes)

Force, énergie, courage, sortir de sa zone de confort, j'écoute mille et une théorie sur le sujet mais je fais tout le contraire. J'ai, au fond de moi, un désir de changement énorme. Mais c'est comme si je devais subir un lavage de cerveau, changer de personnalité, faire une séance d'hypnose pour ne plus avoir cette envie d'alcool.

J'ai passé une précommande sur un drive hier soir. Je suis déterminée pour l'heure à enlever bière et vin blanc et mettre à la place un Canadadry (car "il a la couleur de l'alcool mais ce n'est pas de l'alcool" --voilà une pub qui m'a marqué). Parce que ma bouteille de Canadadry va me durer 3 jours alors que la bouteille de blanc ne me suffira pas en une soirée !!

Je connais les raisons de mon alcoolisme (je ne les citerai pas, ce serait trop long) Je n'ai pas choisi la voix de la sagesse mais je souhaite que ça change. Comme une intelligence supérieure, j'admire ceux et celles qui choisissent un soft et déteste se trouver en fragilité. C'est une fragilité d'accepter que nos actions soient guidées par l'alcool jusqu'à perdre le contrôle.

Je ne sais pas si je suis trop timide ou trop fière mais je n'arrive pas à m'imaginer dans un groupe de paroles.

Merci pour vos encouragements.
GreenStar

Fil précédent Fil suivant

64 réponses


moune78 - 05/03/2019 à 10h41

Bonjour GreenStar,
Je me retrouve bien dans ton profil. C'est vrai que c'est dur de prendre son 1er RDV.
Je travaille en Centre Hospitalier, et, il y a... 2 ans déjà, j'ai pris mon RDV au service Addicto de mon lieu de travail... Je suis suivie là où je bosse, et finalement, je m'en fiche des qu'en dira-t-on.
Mon objectif d'arrêter de boire n'est pas atteint. J'y parviens parfois, quelques semaines, quelques mois, et je rechute systématiquement.
Parfois j'aimerais qu'on me plonge dans un coma 3 mois pour ne pas ressentir l'envie de boire, la honte du lendemain matin, les trous noirs, le visage marqué, les yeux cernés d'avoir bu et pleuré.
Là où j'ai pensé trouver de la force pour faire face à mon quotidien, je m'enfonce, petit à petit...

Alors, on peut échanger si tu le souhaites.
Je me dis ce matin... ce soir, je ne bois pas. Jour 1

A suivre....

Bonne journée,
Moune

GreenStar - 05/03/2019 à 13h45

Bonjour,

Merci pour ton message qui me fait du bien. Je pensais ne jamais être lue.

J'ai accompagné mon fils de 13 ans chez un médecin spécialisé dans la médecine du sport pour un problème de tâche sous la voûte plantaire.

J'ai osé lui demander s'il ne connaissait pas un confrère compétent spécialisé dans l'addiction. Il m'a conseillé une clinique dans une ville voisine.Tôt ce matin je suis allée me renseigner sur internet. Mais je n'ai pas encore appelé. Je m'imaginais déjà m'engager une semaine lorsque mes enfants seraient chez leur père au printemps ou envisager ça durant les grandes vacances. Et j'ai du mal à me projeter et me faire une idée du programme que me proposerait la clinique !!!. Ou alors y aller 2 jours par semaine. Je ne sais pas trop.

Ce midi c'est jus à l'extracteur : carottes, pommes, chou kalé, gingembre et curcuma, c'est délicieux. Il est facile pour moi de m'abstenir le midi même quand je suis toute la journée chez moi. C'est le soir le plus difficile. Quand les enfants chamaillent, quand il faut prendre part aux devoirs et leur laisser l'usage de l'ordi et de mon téléphone portable, quant il faut conduire et rechercher mon joueur de foot à 20h30 (c'est une contrainte)

Mais je bosse demain matin et je veux absolument être au top... car il m'arrive de ne pas me rendre au travail (à cause d'un état trop fébrile)

J'avais pris l'habitude de boire mes bières devant une émission de télé dès 17h. Mais depuis quelques temps je m'occupe à autre chose et me focalise sur quelques tâches pour ne pas y penser. Je me sers plutôt un canada dry. Ce n'est pas toujours facile.

à suivre...

Bonne journée à toi.

moune78 - 05/03/2019 à 14h38

Que de points communs!!!
Penses-tu qu'il te soit nécéssaire d'envisager tout de suite une cure en clinique? J'y ai pensé, mais jamais franchi cette étape. J'ai fait quelques sevrages à la maison, au valium, prescrit par mon addicto. Ca a marché... malheureusement j'ai rechuté...
Aujourd'hui je suis sous baclo et aotal ... et sous anti deprésseurs aussi. malgré le suivi, le traitement, la thérapie, je ne trouve pas encore la force de ne pas boire. Au contraire, je me cherche des excuses même. Pffff...
Comme il est difficile de se faire violence et de tenir dans le temps!

Je suis maman de 4 enfants (18, 16, 11 ans et demi et 10 ans), divorcée de leur papa depuis 2011. Je me reconnais dans ta fatigue du bruit des enfants, des devoirs et des conduites (J'ai une de mes filles qui joue au foot sport étude pour un gros club du nord). Tout comme toi boire un verre est une détente, le premier verre.... les autres, me permettent de supporter tout ce à quoi il faut faire face... ou croire que je le gère mieux. Parce qu'au final, le lendemain j'ai en plus ma culpabilité face à mon échec de la veille...
J'ai aussi la tête chiffonnée parfois le matin au boulot, souvent même.

Le principal est de ne pas faire l'autruche, même si c'est plus facile, mais j'essaie de rester franche avec moi même. Je revois mon addicto demain après midi...

Bonne journée à toi également,

GreenStar - 06/03/2019 à 08h40

Bonjour,

J'ai 4 enfants totalement indépendants et 2 pré-ado de 12 et 13 ans qui vivent avec moi. Je travaille à temps partiel.

Ce matin, grosse victoire, je me suis sentie très bien. J'ai lutté car je suis passée 2 fois devant CarrefourCity. J'ai tout de même bu la canette d'Heineken qui traînait dans mon réfrigérateur en attendant l'heure d'aller chercher mon fils au foot. J'ai préparé le repas et surfé sur le net.

En rentrant vers 20h45, j'ai avalé un demi diazépam et j'avoue je n'en prends pas tous les jours. Il m'a tourné un peu la tête. J'ai débarrassé la table sans laver casseroles et poêles car je me sentais lasse.

Cette nuit juste un éveil ou deux mais je me suis rendormie donc pas d'insomnie et je me suis levée sans problème à 6h. J'ai pris conscience de mon bien-être et savouré le fait de ne pas être accablée, fatiguée et embrumée par l'alcool. Je me disais alors qu'il fallait absolument me souvenir de ça. Être normale et prête à vivre une belle journée. C'est ça la véritable récompense.

Je t'avoue que mon cerveau primitif aux mauvaises habitudes me dicte bien souvent qu'après une bonne journée de travail rien de tel qu'une bonne bouteille comme récompense. Hors, je devrais me récompenser par un repos ou distraction bien mérité au lieu de m'installer dans un fauteuil et boire. Car le revers de la médaille est bien sombre et il faut perdre une journée entière à pour se remettre à nouveau et malgré tout, refaire la même connerie quelques jours plus tard. C'est un cercle vicieux.

Alors pourquoi tout alcoolique qui sait tout ça, replonge ? J'ai vu un petit film qui tente de démontrer ce qu'est l'addiction. On y voit un oiseau qui marche, qui goûte un jour (de malchance) un produit quelconque, il s'envole et plane, puis y retourne et s'envole plus haut, puis il abuse fini par tomber, et y retourne continuant jusqu'à en être kao,

Ce matin je travaille de 9 à 11 (plus souvent jusque 11h30) Je devrais recevoir mon chèque emploi service si la veille dame n'a pas oublié... Je vais enfiler mes bottes et filer...

Comment s'est passé ta soirée ?

Merci à toi de me lire

Bonne journée
Green

moune78 - 06/03/2019 à 10h11

Bonjour Green,

Ca fait plaisir de te lire !!!
Tu as donc comme moi 4 enfants... belle famille, qui donne beaucoup mais demande beaucoup aussi... Je travaille pour ma part à temps plein. Je suis contente pour toi que tu as su résister hier. Moi je suis allée au sport avec ma fille ainée, histoire de penser à autre chose, me défouler, reprendre une hygiène de vie, car, c'était ma résolution d'hier matin, JOUR 1... en sortant de la salle, suis allée faire 2-3 courses à LIDL, j'ai pris une grande bouteille de bière, et arrivée à la caisse, suis allée la reposer dans le rayon. J'étais fière de moi!

Je suis allée rechercher mon dernier au foot... et arrivée à la maison, les filles qui se disputent pour passer à la salle de bain, moi qui me dépêche de faire le repas... le bruit, l'angoisse, le manque ... eh bien, j'ai pas tenu ma bonne résolution.
Il me restait ce fond de Pastis, j'aime pas cela particulièrement, mais ce besoin de m'ennivrer à repris le contrôle. Qu'est ce que je peux en avoir MARRE!!!!

J'ai donc bu quelques verres, disons, 3-4 mm de pastis pour le reste en eau, donc, très léger, mais bu quand même.

Et là, nouveau sentiment d'échec.
Je vois l'addicto cet aprem. RDV à 16h00. Je me demande à quoi bon. Je lui fais perdre son temps, J'avoue avoir envie d'annuler, d'oublier d'y aller ou d'enjoliver la vérité... Mais ça, c'est faire l'autruche. Et ce serait refuser définitivement de m'en sortir.
J'irai donc, avec mes mouchoirs et ma culpabilité, lui dire que je suis encore en échec ce mois ci.
Très belle représentation cet oiseau qui plane... c'est bien cela l'addiction, et le cercle vicieux, spirale infernale. Dur dur...


J'espère que ta vieille dame n'oubliera pas que tout travail mérite salaire, parce que les mois sont difficiles.

C'est sympa d'échanger avec toi, sur ce forum. Car on peut se comprendre, là où certaines personnes jugent, ou essaient de convaincre de faire comme ceci ou cela, sans connaître le mal être de l'alcoolique.

Je te souhaite bonne journée et bon courage,
Te remercie également de me lire et d'échanger avec moi,

Moune

Manuelouly - 06/03/2019 à 14h17

Bonjour Green Star,

Je lis ton témoignage et comme beaucoup je me retrouve en toi. Je lis ton passage sur le bien-être de se réveiller sans les effets de l'alcool : une délivrance et un déclic ?

J'ai écrit dans la rubrique "témoignages" une lettre qui s'appelle "1er réveil sobre : lettre à moi-même", tu pourras le trouvé en page 2 des témoignages sur ce site, je l'ai rédigée après mon 1er réveil sobre (depuis des mois) et cela m'a fait un bien fou, et je l'ai gardée sur moi,

si tu veux je t'invite à la lire et peut -être rédiger ta propre lettre (avec tes mots) qui pourra décrire ce que tu ressens et te servir de soutien et de motivation pour les prochains jours car tu sembles bien partie ! Plus tu le fera à vif, plus les mots seront percutants pour toi,

Courage à toi, et à Moune aussi, la vie de maman n'est pas facile mais la prise de conscience que vous vivez est importante et peut-être le début d'une nouvelle vie plus saine
J'adore venir lire sur ce site, quand je doute ou m'inquiète, cela fait du bien d'y trouver du soutien happy



GreenStar - 07/03/2019 à 05h48

Bonjour à toutes,

Je t'avais déjà lu il y a quelques temps Manuelouly, mais je n'avais pas compris le titre de ta lettre. Le jour où je l'ai lu j'ai cru que c'était ton mari qui l'avait écrit. Cette lettre écrite à toi-même est très belle de vérité. J'aurais pu en rédiger une tout pareil !! Les descriptions des états dans lesquels j'ai pu me mettre sont identiques.

Hier soir je n'ai rien bu et surtout je ne suis rien aller acheter. Je n'ai pas eu le besoin de prendre un cachet non plus. Je me suis occupée l'esprit à installer et paramétrer un nouvel ordinateur. ...Je sais ça coûte cher le prix à payer pour s'occuper blunk

Au plaisir de vous lire...
Green



moune78 - 07/03/2019 à 10h54

Bonjour Green,

Je suis super contente pour toi qu'hier tu aies réussi à contrôler ta soirée. Sois fière!
J'ai regardé ton petit film à l'instant, c'est tout à fait cela.... Comme je regrette d'avoir commencé l'alcool...
Je me dis que si je pouvais remonter dans le temps, je changerais tellement de choses, je prendrais tellement d'autres décisions... afin d'éviter tout ce qui m'a fait mal, tout ce que j'ai supporté, tout ce que j'ai gâché, tout ce que j'ai manqué....
Mais ça, c'est pas possible. Me reste à construire un avenir meilleur et à ne plus trouver refuge dans cette merde.
J'y arriverai.

Manulouli, j'ai lu ton témoignage.. j'en ai pleuré. Comme j'aimerais l'écrire cette lettre, ... demain peut être?

Je baisse un peu les bras... j'ai beaucoup de mal à avancer.

Au plaisir de vous lire,

Moune

Répondre au fil Retour