Actualites Actualites http://www.alcool-info-service.fr/Actualites Questionnaire Addiction en situation de rupture professionnelle Enquête addictions en situation de rupture professionnelle Site web de la FNATH : www.fnath.org ]]> Risque de cancer dû à l'alcool : comment réduire le risque ? toute consommation régulière d’alcool, même d’un seul verre par jour, augmente le risque de développer un cancer. L’alcool est notamment cancérigène pour la bouche, la gorge, l’œsophage,  le colon-rectum, le foie et le sein. Chaque année 28 000 cancers attribuables à l’alcool sont déclarés en France. L’importance du risque que l’on prend en buvant de l’alcool dépend des quantités que l’on boit. Si l’on souhaite consommer de l’alcool il est recommandé, pour limiter les risques pour sa santé :
  • De ne pas boire plus de 2 verres par jour
  • Et pas plus de 10 verres standards par semaine
  • D’avoir des jours sans consommation
Articles en lien : Pour une consommation à moindre risque La consommation régulière et excessive ]]>
Pour votre santé, l’alcool c’est maximum 2 verres par jour et pas tous les jours Du 26 mars au 14 avril 2019, le Ministère des solidarités et de la santé et Santé publique France lancent une campagne d’information pour rappeler à chacun que  la consommation d’alcool comporte des risques et présenter les nouveaux repères de consommation : pour votre santé, l’alcool c’est maximum 2 verres par jour et pas tous les jours.   Contrairement aux idées reçues, même pour de faibles consommations d’alcool,  des risques pour la santé existent: cancers, hémorragies cérébrales, hypertension….   Connaitre les risques associés à l’alcool  et les nouveaux repères de consommation permet de faire le choix éclairé d’une consommation à moindre risque pour sa santé. Pour cela, un spot est actuellement diffusé à la télévision, sur les plateformes de vidéos en ligne et sur les réseaux sociaux. Ce dispositif est  complété par des chroniques radio et des encarts dans la presse.... ]]> Repères de consommation : comment faire quand on boit trop ? Des repères de consommation à moindre risque pour la santé Même à faible dose l’alcool a un impact négatif sur la santé (1). Les experts réunis par Santé publique France et l’Institut national du Cancer ont proposé des repères de consommation qui permettent de limiter ces risques. Ces repères sont : - pas plus de 10 verres(2) par semaine - maximum 2 verres par jour - des jours sans boire d’alcool pendant la semaine Zéro alcool Il existe des situations où il n’y a pas de « risque acceptable ». La recommandation est alors de ne pas boire d’alcool. C’est notamment le cas pour les femmes enceintes, les adolescents et les personnes souffrant de certaines maladies dont celles qui ont arrêté de boire parce qu’elles étaient alcoolo-dépendantes.  Que faire lorsqu’on dépasse ces repères ? Quand on consomme beaucoup d’alcool, quand on est dépendant à l’alcool il est très difficile voire impossible de ne... ]]> Par temps de canicule, l'alcool aggrave le risque de surchauffe L’alcool a le potentiel d’aggraver la déshydratation du corps car il favorise l’évaporation de la sueur et il a des propriétés diurétiques. Avec la chaleur ambiante le risque de faire un coup de chaud est accru. Si vous ressentez une fatigue inhabituelle, que vous avez mal à la tête, des vertiges ou la nausée, faites une pause. Mettez-vous au frais et hydratez-vous avec de l’eau. Si vous vous sentez mal ou si vous rencontrez une personne en détresse appelez les secours (112). Par temps de fortes chaleurs il est conseillé :
  • De boire de l’eau régulièrement
  • De passer du temps dans un endroit frais
  • De se rafraîchir en mouillant son corps
Retrouvez les conseils de Santé publique France Canicule : les précautions à prendre.  ]]>
Par précaution : zéro alcool pendant la grossesse La Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) du 9 septembre nous rappelle que chaque année, de nombreux bébés naissent atteints de troubles causés par l'alcoolisation fœtale (TCAF), dont le SAF est la forme la plus grave. D'après l'étude publiée par Santé publique France en septembre 2018, en France, entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour en moyenne) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale, dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine en moyenne) un syndrome d’alcoolisation fœtale. Mais par ailleurs, il n'existe pas de "seuil" défini (de nombre de verres) en-dessous duquel la consommation d'alcool de la mère serait sans risque pour le futur enfant. Et parce qu'aujourd'hui, personne ne peut affirmer qu'un seul verre soit sans risque pour le bébé, "par précaution,... ]]> « Amis aussi la nuit » : prendre soin les uns des autres en soirée Afin d’inciter les jeunes à intervenir auprès de leurs amis s’ils vont trop loin dans leur consommation d’alcool ou de cannabis en soirée, Santé publique France lance une campagne qui rappelle que « Prendre soin de ses amis, c’est le faire aussi la nuit ! ». Cette campagne se déroule du 25 septembre au 26 octobre. Retrouvez sa déclinaison web à travers le compte Instagram « Amis aussi la nuit » et le site « Amis aussi la nuit ».   Et sur jeunes.alcool-info-service.fr retrouvez nos informations et conseils aux jeunes. Parce qu’être amis c’est sortir et s’amuser ensemble mais c’est aussi pouvoir se dire lorsqu’on va trop loin.   Articles en lien sur le site jeunes.alcool-info-service.fr : Kit de survie en soirée Attention aux mélanges Prendre soin de ses amis en soirée ]]> [A écouter] « Moi, maman, j’ai posé le verre… » La chronique de la journaliste Sandrine Oudin sur France Inter a donné à la parole à une maman devenue alcoolique. Après avoir raconté son parcours, elle explique qu’elle s’en est sortie en partie grâce aux groupes de parole où elle s’est sentie comprise. Son message : poussez la porte des associations d’entraide le plus tôt possible. A  écouter (4 min) sur le site ou l’application de France Inter : https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-de-sandrine-oudin/la-chronique-de-sandrine-oudin-03-novembre-2019 Article en lien : L’entraide entre pairs ]]> Les dangers d'une canette de bière à 16 degrés Et une canette de 50cl d’une bière à 16 degrés contient l’équivalent de 6 à 7 verres standards ! Une présentation en canette incite à boire la boisson dans son intégralité en une seule occasion. Avec un tel degré d’alcool, toutes les conditions sont réunies pour que les consommateurs boivent vite et beaucoup. Cela peut avoir des conséquences négatives :
  • Ivresse rapide et intense à l’origine de risques immédiats
  • Prendre l’habitude de... ]]> Bonne Année 2020 ! Toute l'équipe d'Alcool info Service vous présente ses meilleurs vœux 2020. ]]> Un collectif d'associations, de mutuelles et de sociétés savantes lance "Dry January" en France Un collectif d’associations, de mutuelles et de sociétés savantes (*) propose aux Français de se lancer le défi de ne pas boire d’alcool pendant un mois. L’opération « Dry January France », sous-titrée aussi #LeDéfiDeJanvier sur les réseaux sociaux, s’appuie sur l’expérience « Dry January » menée en Angleterre depuis plusieurs années. Se lancer le défi pendant un mois, en l’occurrence le mois de janvier, de ne pas boire d’alcool permet aux participants de réfléchir à leur relation avec l’alcool, de mieux respecter ensuite les repères de consommation (« maximum deux verres par jour, et pas tous les jours »), et d’engranger un certain nombre de bénéfices pour leur santé comme :
    • Plus d’énergie, grâce notamment à un sommeil plus réparateur
    • Une perte de poids
    • Une meilleure mine
    Et d’autres encore… Retrouvez le dispositif mis en place pour soutenir ceux qui se lancent dans ce défi, et inscrivez-vous... ]]>
    A écouter : l’alcoolisme des femmes L’émission « Grand Bien vous Fasse ! » de France Inter s’est penchée le 13 janvier dernier sur le sujet de l’alcoolisme des femmes. La consommation d’alcool des femmes est en augmentation et ce sont notamment les femmes les plus diplômées qui boivent le plus. Malgré une plus grande diffusion de la parole des femmes concernées, le regard de la société sur l’alcoolisme au féminin reste culpabilisant Cette stigmatisation a notamment pour effet de retarder leur recours au soin. Pourtant, comme en témoignent deux invitées de l’émission, on peut s’en sortir. Un message fort que font passer certains intervenants de l’émission : n’attendez pas que votre corps vous lâche pour vous faire aider. Alcool info service met à disposition des femmes qui souhaitent parler de leur alcoolisme un fil de discussion qui leur est réservé. Les écoutants d’Alcool info service sont également à la disposition de... ]]> Une campagne pour rappeler les repères de consommation Mise à jour du 17 mars 2020 : en raison des circonstances exceptionnelles que traverse notre pays, la campagne pour rappeler les repères de consommation est suspendue et sera reprogrammée ultérieurement. Du 02 mars au 29 mars 2020, le Ministère des solidarités et de la santé et Santé publique France renouvellent une campagne d’information pour rappeler les repères de consommation qui permettent de limiter les risques pour sa santé. En effet, même consommé en faible quantité, l’alcool présente des risques pour la santé. L’objectif de la campagne est que chacun puisse faire un choix éclairé d’une consommation à moindre risque pour sa santé.  La campagne d’information se décline en spots diffusés à la télévision, à la radio, sur les plateformes de vidéos en ligne, les médias et réseaux sociaux. Articles en lien : ]]> COVID-19 : pendant le confinement nos services d'aide par internet restent ouverts ! Pendant la période de confinement, les services d’aide à distance par internet d'Alcool info service restent ouverts. Posez vos questions à des professionnels sur Vos Questions / Nos Réponses. Entretenez-vous avec l’un de nos écoutants par chat tous les jours entre 8h et minuit. Un écoutant est disponible pour chatter lorsqu’une fenêtre d’invitation à dialoguer s’affiche sur le site. Échangez avec la communauté sur vos problèmes d’alcool ou ceux de vos proches dans les forums de discussion. Plus que jamais prenez soin de vous et des autres ! Mise à jour du 27 mars : pendant la période de confinement notre service de chat élargit ses horaires de 8h à minuit au lieu de 14h à minuit. ]]> COVID 19. Quel accueil et accompagnement pour les personnes en difficulté avec l’alcool ? Il est recommandé de téléphoner systématiquement avant de se déplacer dans un lieu d’aide Alcool info service vous informe sur les modalités d’accompagnement mises en place dans les structures de soin en cette période d’épidémie :
    • Les patients déjà suivis en CSAPA* et en CJC* peuvent être accompagnés par téléphone ou en présentiel dans certaines situations
    • Il reste possible de démarrer un suivi auprès de certains CSAPA. Se renseigner en téléphonant
    • Le fonctionnement des unités hospitalières est très perturbé en raison de la priorité donnée aux personnes atteintes du COVID 19
    Alcool info service réalise actuellement un travail de mise à jour des fiches de son annuaire afin d’informer des changements d’horaires et de conditions d’accueil. (*) CSAPA : Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (*) CJC : Consultation Jeunes Consommateurs   Article en lien : COVID-19 : pendant le confinement nos services d’aide par... ]]>
    Problèmes d’alcool : des visio-réunions pour que l’entraide continue durant le confinement Les mesures de confinement ont imposé la suspension provisoire des groupes de parole en présentiel pour les personnes en difficulté avec l’alcool et leurs proches. Les associations Alcooliques Anonymes et Al-Anon/Alateen ont mis en place des visio-réunions qui permettent à l’entraide de continuer pendant le confinement. Alcooliques Anonymes est une association d’entraide pour les personnes qui souhaitent arrêter l’alcool. L’association propose de nombreuses réunions à distance par visioconférence et un numéro d’écoute : 09 69 39 40 20 (appel non surtaxé). Pour en savoir plus et participer aux réunions : https://www.alcooliques-anonymes.fr/nos_reunions/visio-reunions/ Al-Anon/Alateen est une association d’entraide pour les proches (conjoints, enfants, fratries, amis…) des personnes en difficulté avec l’alcool. L’association propose 2 visio-réunions par jour. Pour en savoir plus et participer aux réunions : http://al-anon-alateen.fr/visio-reunions/ Enfin, pour ne pas rester seul(e), rejoignez les forums pour les consommateurs et les forums pour l’entourage d’Alcool info... ]]> Les services d’aide et d’écoute nationaux ouverts pendant le confinement Pendant le confinement les services d’aide à distance sur les addictions ne sont pas les seuls à rester ouverts. Voici une liste de services d’aide à distance nationaux qui restent accessibles pendant l’épidémie de COVID-19. Arrêt du Tabac
    • Tabac info service : 39 89, (coût d’une communication locale, du lundi au samedi de 10h à 18h), https://www.tabac-info-service.fr/
    Solitude, dépression, violence, dépendance, détresse psychologique… :
    • Croix-Rouge écoute : 0 800 858 858 (gratuit, 7j/7 de 8h à 20h), https://www.croix-rouge.fr/Nos-actions/Action-sociale/Ecoute-acces-aux-droits/Croix-Rouge-Ecoute-service-de-soutien-psychologique-par-telephone  
    • SOS Amitié : 09 72 39 40 50 (gratuit, 7j/7 24h/24, https://www.sos-amitie.com/
    Violences conjugales
    • Violences Femmes info : 39 19 (gratuit, du lundi au samedi de 9h à 19h), http://www.solidaritefemmes.org/appeler-le-3919
    • SOS Viols Femmes informations : 0 800 05 95 95 (gratuit, du lundi au vendredi de 10h à 19h), https://cfcv.asso.fr/
    Enfance maltraitée
    • Allo Enfance Maltraitée :... ]]> Votre médecin traitant, votre premier interlocuteur ! Vous êtes stressé(e), angoissé(e) par le confinement, inquiet(e) pour votre santé, vous ressentez des symptômes de Covid19 ? Contactez votre médecin traitant. Le confinement et le COVID-19 mettent à rude épreuve nos corps et notre moral, aussi n’oubliez pas que les médecins généralistes continuent leur activité. Quelle qu’en soit la raison, si vous vous sentez mal votre médecin peut s’entretenir avec vous : 
      • Au téléphone
      • Par téléconsultation
      • En cabinet
      Dans la période actuelle n’hésitez pas à solliciter votre médecin ! Il, elle vous connaît et vous proposera un accompagnement adapté à votre situation. Article en lien : Le médecin généraliste ]]>
      Confinement : trucs et astuces pour ne pas consommer trop d'alcool Pendant le confinement le stress, l’isolement et l’ennui pèsent sur le moral. A chacun ses solutions pour essayer de tenir le coup. L’alcool peut en être une pour certains d’entre nous. Mais attention à l’envol des consommations et à ses conséquences ! Alcool info service vous donne quelques idées pour ne pas augmenter votre consommation d’alcool.
      Les repères de consommation
      Les repères de consommation à moindre risque soutenus par les pouvoirs publics sont un cadre à garder en mémoire. Ils peuvent être un objectif à atteindre lorsqu’on est au-dessus des repères sans pour autant obliger à renoncer totalement à boire.
      • Pas plus de 2 verres par jour
      • Pas tous les jours
      • Pas plus de 10 verres par semaine
      Pour vous aider à ne pas boire tous les jours, les organisateurs du « Dry January » en France ont eu l’idée de proposer... ]]>
      Confinement, alcool et vie de famille : comment faire face ? La période de confinement actuelle enferme toute la famille dans un même lieu, avec très peu de possibilités de s’échapper. Lorsqu’il y a une personne qui a des problèmes d’alcool, son entourage doit alors composer avec la situation en permanence. Parfois la situation est impossible à vivre et d’autres fois des aménagements sont possibles. Alcool info service vous propose de faire un point sur la question.
      En premier lieu, l’alcool n’excuse pas la violence
      L’alcool est souvent impliqué dans les actes de violence au sein de la famille. Avec le confinement il y a de grandes craintes pour que ces violences s’intensifient. Les proches qui subissent cette violence ne savent souvent pas quoi faire. Ils sont divisés entre l’intolérable de la situation et leur loyauté vis-à-vis de l’auteur des violences. L’idée que la personne qui agit sous alcool n’est pas dans son... ]]>
      Oz ensemble, une application pour maîtriser sa consommation d'alcool OZ ensemble vient d’être lancée. Elle a pour objectif d’aider l’utilisateur à maitriser sa consommation d’alcool. Conçue par le CSAPA* Rabelais à Montreuil (93) avec le soutien du Ministère de la Santé et de l’Agence régionale de Santé d’Ile de France, elle est gratuite, confidentielle et sécurisée. Cette application permet :
      • De suivre sa consommation d’alcool jour après jour
      • D’évaluer les risques de sa consommation habituelle
      • D’échanger en toute confidentialité avec un professionnel de l’addiction
      • De bénéficier d’un suivi par visioconférence
      Retrouvez la vidéo de présentation de l’application sur cette page : Oz Ensemble Cette application est disponible sur Google Play et App Store. *CSAPA : Centre de soins, d’accompagnement et de prévention en Addictologie Articles en lien : Alcoomètre : outil d’évaluation de votre consommation d’alcool Qu’est-ce qu’un CSAPA ? Covid-19 : quel accueil et accompagnement pour les personnes en difficulté avec l’alcool ? (actualité du 26/03/2020) ]]>
      Participez à l’édition spéciale COVID-19 de l’enquête « Global Drug Survey »
      Mise à jour : la participation à cette enquête est désormais close.
      L’une des plus grandes enquêtes mondiales sur les consommations d’alcool et de drogues lance une édition spéciale pour connaître les conséquences de l’épidémie due au COVID-19 sur votre consommation, votre vie, vos relations et votre santé. L’accès aux services d’aide est également abordé.
      Participer à cette enquête prend entre 10 et 15 minutes environ, un peu plus si vous êtes aussi usager de drogues. Cette année vous avez aussi la possibilité de devenir volontaire pour être interrogé tous les 30 jours sur les évolutions de votre consommation dans le contexte actuel. « Global Drug Survey » est une enquête qui réunit chaque année 20 pays et 130 000 participants. C’est l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) qui pilote la branche française de cette étude. Cette enquête est... ]]>
      Alcool et déconfinement : entre envie de faire la fête et peur de reprendre comme avant La période que nous vivons est très particulière. Après presque deux mois de confinement, le déconfinement a démarré. Faut-il se sentir libéré ou se tenir sur nos gardes ? En cette période incertaine, quelles questions se poser au sujet de sa consommation d’alcool ?
      Attention, l’épidémie est toujours là !
      • Les gestes barrière sont toujours d’actualité :
        • Se laver les mains aussi souvent que possible
        • Maintenir une distance d’au moins 1 mètre avec les autres
        • Porter un masque en public
      • Les rassemblements de plus de 10 personnes sont interdits dans l’espace public
      • Concernant l’alcool ne partagez pas le verre ou le contenant dans lequel vous buvez avec d’autres personnes afin d’éviter une éventuelle contamination par le coronavirus.
      Faire la fête oui mais…
      Si le confinement a été pour vous une période de diminution ou d’abstinence d’alcool, vous... ]]>
      Début de commercialisation pour le Baclocur® (baclofène) le 15 juin Mise à jour : par décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise en date du 17 juin 2020, la commercialisation de Baclocur® est suspendue. Dans un communiqué l'Agence nationale de sécurité du médicament indique qu'elle va contester cette décision auprès du Conseil d’État. En attendant l'accès au baclofène pour les patients est toujours possible dans le cadre d'une Recommandation temporaire d'utilisation (RTU). Le Baclocur®, médicament à base de baclofène, sera mis en vente à partir du 15 juin 2020. Ce médicament est indiqué pour aider la réduction de la consommation d’alcool. Il s’adresse aux personnes adultes qui ont une consommation d’alcool qui présente des risques élevés pour la santé. Il fonctionne en réduisant l’envie de boire de l’alcool. Il est prescrit après échec des autres traitements médicamenteux disponibles ou impossibilité à les prescrire. La prise de ce traitement nécessite un suivi rapproché... ]]> Tous solidaires et supporters du zéro alcool pendant la grossesse ! Pendant tout l’été 2020, Santé publique France réédite sa campagne de prévention sur la consommation d’alcool pendant la grossesse. Au mois de septembre, la campagne se tournera vers les premières concernées, avec le message « Par précaution : zéro alcool pendant la grossesse ». Mais en attendant et pour les mois de juillet et août, l’accent est mis sur l’entourage, comme soutien et supporter du « zéro alcool ». Ainsi, les futurs papas, mais aussi les frères, sœurs, parents et amis des femmes enceintes sont invités à être solidaires avec elles en s’abstenant eux aussi de boire, de temps en temps ou plus longtemps ou, au moins, à ne pas leur proposer de boissons alcoolisées pendant cette période… Car lorsqu’on est enceinte, qu’on ait besoin d’aide ou pas pour ne pas boire d’alcool, les occasions sont nombreuses en été et il peut être agréable de se voir proposer... ]]> « Amis aussi la nuit » : prendre soin les uns des autres en soirée Santé publique France relance à partir de juillet 2020 la campagne « Amis aussi la nuit », destinée aux jeunes. Afin de les inciter à rester solidaires et bienveillants en soirée et à intervenir auprès de leurs amis s’ils vont trop loin dans leur consommation d’alcool ou de cannabis, cette campagne rappelle que « Prendre soin de ses amis, c’est le faire aussi la nuit ! ». Elle se déroule du 6 juillet au 30 septembre 2020 sur internet et les réseaux sociaux. Retrouvez sa déclinaison web à travers le compte Instagram « Amis aussi la nuit », qui propose des astuces pour passer de bonnes soirées avec ses amis et le site « Amis aussi la nuit ».   Parce qu’être amis c’est parfois sortir et s’amuser ensemble, mais c’est aussi pouvoir se dire « stop » lorsqu’on va trop loin ! Articles en lien Kit de survie en soirée Attention aux mélanges Prendre soin de ses... ]]> Vidéo : c'est quoi une consommation raisonnable ? La chaîne YouTube « Dans ton corps » propose une vidéo pour expliquer comment faire si on veut boire de l’alcool en limitant les risques. Après avoir rappelé ce qu’est une consommation raisonnable, des conseils sont proposés pour réduire les risques. Chaîne Dans ton corps, dédiée aux questions de santé et sur le corps humain. Articles en lien : L’alcool, des risques immédiats Pour une consommation à moindre risque Je veux réduire ma consommation d'alcool ]]> Attention à l'alcool par temps de canicule Lorsqu’il fait chaud, certains alcools comme la bière peuvent donnent une impression de fraîcheur. Mais attention : l’alcool ne permet pas de s’hydrater ! Au contraire, l’alcool favorise la déshydratation car, surtout conjugué avec de fortes chaleurs, il augmente l’évaporation de l’eau du corps. Il est aussi diurétique et favorise l’envie d’uriner.
      Par fortes chaleurs, ne comptez pas sur l’alcool pour vous réhydrater.
      Par temps de forte chaleur il est conseillé :
      • De boire de l’eau régulièrement
      • De passer du temps dans un endroit frais
      • De se rafraîchir en mouillant son corps
      Retrouvez les conseils de Santé publique France pour l’été. ]]>
      Livret "Accompagner la réduction de la consommation d'alcool" Le Respadd est une association de prévention et de réduction des risques liés aux addictions. Il publie un livret à destination du grand public pour « Accompagner la réduction de la consommation d’alcool ». Avec l’aide de ce livret vous pouvez :
      • connaître les risques de votre consommation d’alcool
      • évaluer votre consommation
      • vous préparer à changer votre consommation
      • faire le point sur vos motivations
      • recevoir des conseils pour mettre en œuvre la diminution de votre consommation
      • vous fixer des objectifs et anticiper les difficultés
      • faire le point sur le processus engagé
      Découvrez « Accompagner la réduction de la consommation d’alcool ». ]]>
      Par précaution : zéro alcool pendant la grossesse La Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) du 9 septembre nous rappelle que chaque année, de nombreux bébés naissent atteints de troubles causés par l'alcoolisation fœtale (TCAF), dont le SAF est la forme la plus grave. D'après l'étude publiée par Santé publique France en septembre 2018, en France, entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour en moyenne) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale, dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine en moyenne) un syndrome d’alcoolisation fœtale. Mais par ailleurs, il n'existe pas de nombre de verres en-dessous duquel la consommation d'alcool de la mère serait sans risque pour le futur enfant. Et parce qu'aujourd'hui, personne ne peut affirmer qu'un seul verre soit sans risque pour le bébé, "par précaution, zéro alcool pendant la grossesse" est le message à retenir. Pour les jeunes parents et futurs parents... ]]> COVID-19 et alcool : réduire les risques La consommation d’alcool des Français est traditionnellement liée à la convivialité. Par ces temps d’épidémie ce lubrifiant social présente cependant de nouveaux risques. 
      Alcool et risque de contagion
      Par ses effets immédiats l’alcool désinhibe et diminue la vigilance. En état d’ivresse, les comportements sont moins contrôlés et les barrières tombent :
      • Risque de ne pas maintenir la distanciation d’un mètre
      • Risque de ne pas faire attention et de se toucher le visage
      • Négligence du port du masque
      Alcool et stress
      La situation que nous traversons peut générer du stress. Ce stress accentue le besoin de relâcher la pression et favorise la recherche d’ivresse. Quand on boit pour apaiser son stress ou pour combler un manque affectif c’est notre rapport à l’alcool qui change. Il ne s’agit plus d’être avec les autres mais de combler un besoin plus personnel. L’alcool prend alors une place plus importante. Si l’alcool... ]]>
      Mois sans Tabac : une première étape pour arrêter l'alcool ? La consommation importante d’alcool s’accompagne souvent d’une consommation de tabac. Les études montrent que ces deux dépendances sont liées et qu’arrêter les deux donne plus de chances de réussir. Toutefois arrêter les deux n’est pas facile. Pour faciliter votre arrêt du tabac pourquoi ne pas profiter d’une opération comme le « Mois sans tabac » ? C’est aussi une manière de trouver des idées et des ressources pour se préparer à arrêter l’alcool. L’opération « Mois sans tabac » commence au mois d’octobre par une phase d’inscription et de préparation sur le site « Mois sans tabac ». C’est en novembre que commence le défi de ne plus fumer pendant 30 jours. L’intérêt de cette opération est que l’on n’est pas seul à arrêter, que l’on reçoit des encouragements, des conseils, des témoignages qui facilitent et renforcent l’arrêt du tabac. Pouvoir arrêter le tabac est une satisfaction et une aide pour l’arrêt de l’alcool. Si... ]]> Crise sanitaire : parlez de vos ressentis ! La crise sanitaire liée à la COVID-19 dure et impose un nouveau confinement. Peut-être vous sentez-vous frustré, fragilisé, anxieux, déprimé par la situation. Cela vous conduit peut-être à consommer plus d’alcool. Il n’y a pas de honte à en parler. Pour vous aider, pendant la crise sanitaire Alcool info service reste à votre écoute 7j/7 :
      • Par téléphone au 0 980 980 930 de 8h à 2h du matin (anonyme, appel non surtaxé)
      • Par chat sur ce site de 8h à minuit
      Vous n’êtes pas seul(e) dans cette situation. Vous pouvez aussi en parler avec d’autres personnes dans le même cas que vous dans les forums. ]]>
      Une campagne pour rappeler les repères de consommation Du 9 au 29 novembre, Santé publique France et le Ministères de la Santé renouvellent une campagne d’information pour rappeler les repères de consommation d’alcool. Ces repères permettent de limiter les risques de la consommation d’alcool pour sa santé. La campagne actuelle incite les Français à évaluer eux-mêmes leur consommation d’alcool grâce à l’alcoomètre. Cette autoévaluation permet de se rendre compte de son niveau de consommation d’alcool. Elle contribue à donner à chacun les moyens de faire un choix éclairé pour une consommation à moindre risques. Pour plus d’informations : Pour une consommation à moindre risque Les conséquences de l’alcool sur la santé à long terme « Je bois un peu tous les jours » « Je veux réduire ma consommation d’alcool » ]]> Les groupes d'entraide, un soutien humain Alors que l’association Alcooliques Anonymes fête ses 60 ans cette année, le magazine Interception de France Inter propose le podcast d’une émission en immersion dans l’un de ses groupes de parole. C’est l’occasion de rappeler qu’il existe en France de nombreuses associations d’entraide qui proposent des groupes de parole. Rejoindre ces groupes aide à se sentir moins seul(e) à chaque étape de son parcours avec (ou sans) l’alcool. Il y a des lieux de réunion dans chaque département mais aussi des groupes qui fonctionnent par visioconférence. Voici quelques associations et leurs sites internet :
      • Alcoolique Anonymes
      • Alcool Assistance
      • La Croix Bleue
      • Vie Libre
      • Alcool Écoute Joie et Santé
      Vous êtes en difficulté avec l’alcool et vous souhaitez arrêter ou simplement voir si ces groupes peuvent vous aider ? N’hésitez pas à prendre contact avec... ]]>
      Rien qu’un verre ! La web-série qui parle d’alcool France TV Slash a lancé une série documentaire très intéressante qui donne la parole à des jeunes de 18 à 30 ans. Ces jeunes parlent en voix off de leurs expériences avec l’alcool et des réflexions que cela suscite chez eux. Leurs témoignages sont particulièrement bien mis en valeur par une animation très graphique. Pour cette saison 1 en 10 épisodes de cinq minutes, sont abordés des thèmes comme l’alcool pendant le confinement, la gueule de bois, le black-out, la pression à boire, l’alcool au travail, l’amour, le sexe et l’alcool, etc. A voir sur : https://www.france.tv/slash/rien-qu-un-verre/ Article en lien : Amis aussi la nuit : prendre soin des autres en soirée ]]> Dry January 2e édition Sous l’impulsion de plus d’une trentaine d’organisations (*) l’édition 2021 du Dry January – #LeDéfiDeJanvier  – nous invite à faire une pause dans notre consommation d’alcool. Les inscriptions sont d’ores-et-déjà ouvertes et permettent de recevoir conseils et soutien tout au long du mois. Cette année l’opération s’accompagne d’une application – Try Dry - permettant de se fixer des objectifs personnalisés et de comptabiliser les jours sans alcool et les bénéfices associés. Si vous souhaitez relever « #LeDéfiDeJanvier » et expérimenter les bénéfices(**) d’un arrêt temporaire de l’alcool inscrivez-vous sur le site du Dry January français : https://dryjanuary.fr Pour télécharger l’application Try Dry : https://dryjanuary.fr/lapplication-try-dry/ Pour suivre et participer à l’opération sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/fr_dry Facebook : https://www.facebook.com/DryJanuaryFR/ Instagram : https://www.instagram.com/dry_januaryfr/ (*) associations, fédérations, sociétés savantes, groupements de patients, acteurs mutualistes : plus d’informations ]]> En 2021 nous serons chaque jour à vos côtés ! Les équipes d'Alcool info service vous souhaitent une bonne année 2021. Prenez soin de vous et de vos proches. Chaque jour nous serons à vos côtés pour vous écouter, vous soutenir, vous informer, vous orienter :
      • Par téléphone au 0 980 980 930 (appel anonyme et non surtaxé, 7j/7 de 8h à 2h)
      • Par chat sur ce site 7j/7 de 8h à minuit
      • Par « Vos Questions/nos Réponses »
      • Par les forums d’entraide
      ]]>
      #LeDéfiDeJanvier : un nouveau regard sur votre consommation ! L’émission Télématin a proposé récemment une chronique sur le Dry January, le #LeDéfideJanvier. Alors que le mois sans alcool entre dans son dernier tiers il est intéressant de souligner qu’arrêter de boire pendant un mois ce n’est pas seulement ressentir des bénéfices pour sa santé. Comme l’explique cette vidéo ce défi est aussi l’occasion de regarder comment l’on consomme habituellement et peut-être de modifier sa consommation pour le mieux : Faites une pause quand vous voulez Vous n’avez pas fait le défi de janvier ? Il n’est jamais trop tard ! Que cela soit dès maintenant, le mois prochain ou un autre, lancez-vous le défi de faire une pause alcool d’un mois et proposez-le aussi à vos proches. C’est une expérience enrichissante. En dehors de l’élan organisé au mois de janvier, nous vous encourageons à vous appuyer sur les initiatives similaires proposées à l’étranger,... ]]> Après janvier sans alcool, voici la « Tournée Minérale » Vous avez raté Dry January (#LeDéfiDeJanvier) ou vous souhaitez le prolonger ? La 5e édition de la « Tournée Minérale » vous permet de relever le défi d’un mois de février sans alcool. Lancée initialement par la Fondation belge contre le Cancer, le volet francophone de la Tournée Minérale est repris par l’association de promotion de la santé Univers santé. Chaque semaine de février une thématique sera particulièrement mise en avant : culture, sommeil, bien-être et santé. L’opération repose sur :
      • Un site internet qui explique la démarche et donne des conseils : https://tournee-minerale.be/
      • Une inscription via les réseaux sociaux : sur Facebook et sur Instagram
      Cette opération, au ton résolument détendu et positif, s’adapte pour que le plus grand nombre puisse y participer. Par exemple ceux dont l’anniversaire tombe en février peuvent bénéficier d’un « joker anniversaire ». Articles en lien :... ]]>
      Toute une vie dans l'alcool, et enfin le déclic ! L’émission « Ça commence aujourd’hui » a consacré le 22 janvier l’un de ses numéros au témoignage de personnes en difficulté avec l’alcool et qui, un jour, ont eu le déclic pour s’en sortir. Ces témoignages rares permettent de redonner espoir à tous ceux qui pensent ne jamais pouvoir s’en sortir.  Le professeur Laurent Karila est également invité de l’émission. Il est possible de revoir cette émission jusqu’au 21 février : https://www.france.tv/france-2/ca-commence-aujourd-hui/2201543-emission-du-vendredi-22-janvier-2021.html   Articles en lien : Arrêter comment faire ? Je souhaiterais être aidé J’ai recommencé à boire ]]> Pourquoi faut-il boire moins d'alcool quand on avance en âge ? Avec l’âge, l’organisme supporte moins bien l’alcool.  Même pour des consommations considérées comme modérées, il existe des conséquences pour la santé. L’alcoolémie est plus élevée que chez les personnes plus jeunes et elle baisse plus lentement. Ces alcoolémies élevées peuvent entraîner un état d’ivresse avec confusion mentale, chutes, troubles du comportement ou troubles cognitifs. Aussi, si vous avez 65 ans ou plus, vous pouvez limiter les risques pour votre santé en suivant ces conseils : Si vous êtes consommateur quotidien d’alcool :
      • pas plus d’un verre par jour
      • des jours sans consommation dans la semaine
      Si vous êtes un consommateur occasionnel :
      • pas plus de 2 verres par occasion
      • pas plus de 7 verres dans la semaine
      • au moins 2 jours sans consommation dans la semaine
      Retrouvez ces informations ainsi que les risques spécifiques de la consommation d’alcool... ]]>
      Alcool info service.fr www.alcool-info-service.fr.
      Deux espaces
      Alcool info service.fr se divise désormais en deux espaces : un « Espace général » pour tous publics et un « Espace Jeunes » dédié aux adolescents et jeunes adultes.
      De l’information
      Dans chaque espace des informations adaptées sont proposées. Des informations générales sur l’alcool et les thématiques qui lui sont liées (Tout Savoir sur l’alcool). Des informations à destination des consommateurs d’alcool (L’alcool et Vous) et de leur entourage (L’alcool et vos proches). Enfin, une rubrique Actualités pour se tenir au courant des dernières nouvelles dans le domaine de l’addiction à l’alcool.
      Des espaces interactifs et d’expression
      Animés par les équipes d’Alcool info service, les internautes disposent désormais d’espaces de dialogue avec les forums... ]]>
      Un espace réservé aux Jeunes ! Forums, Témoignages, Vos Questions / Nos Réponses, Chats individuels, Actus, de nombreux espaces interactifs vous sont proposés. Lancez-vous ! ]]> La nouvelle campagne de communication "Alcool" youtube youtube ]]> Un clip à ne pas manquer : "Pas 2 fumée sans feu !" youtube
      Qu'en pensez-vous ? Vous pouvez réagir ici ou dans les forums.
      Pour aller plus loin :
      L'alcool, des risques immédiats
      ]]> L'alcool dans la famille : 2 émissions à écouter Nos parents alcooliques France Culture nous propose un documentaire sonore de 53 minutes où des personnes ayant eu des parents alcooliques témoignent de leur expérience. Leurs sentiments, leur relation au parent alcoolique, leur lucidité et leur incompréhension. De manière très sensible ces témoignages nous emmènent dans leur douleur, leurs regrets, leur colère mais aussi leur amour pour leur parent buveur.  A découvrir sur le site de France Culture ici : http://www.franceculture.fr/player/reecouter?play=4756700
      Les conséquences de l'alcoolisme sur la famille
      Dans une émission de 40 minutes qui commence ironiquement par une publicité parlant de champagne, RTL traite de la question de l'alcoolisme dans la famille. Flavie Flament a réuni autour d'elle un addictologue et des personnes qui ont eu recours aux Alcooliques Anonymes ou à... ]]>
      Ivresse : Guillaume Canet met son talent au service de la prévention youtube Réagissez à cette vidéo dans cet espace ! ]]> Neknomination : 2 vraies bonnes idées à suivre ! Bradley Eames est mort.
      Ne soyez pas stupide
      Si vous voulez vous assurer de tomber en coma éthylique et de prendre le risque de mourir, faites comme Bradley Eames et buvez un maximum d'alcool en un minimum de temps. Votre corps va se retrouver saturé d'alcool et très vite vous allez passer de l'ivresse à la perte de connaissance. La mort tragique de Bradley Eames montre que consommer trop d'alcool cul-sec n'est pas un acte héroïque mais une idée stupide. Lisez ou relisez l'article comment éviter un coma éthylique,... ]]>
      Fêtes de fin d'année : éviter ou subir la gueule de bois AVANT la fête Si vous avez un doute sur l’organisation de la soirée, pensez à manger avant la fête afin de ne pas consommer d’alcool à jeun. Cela évitera une montée trop rapide de votre alcoolémie et vous permettra de profiter plus longtemps de la soirée. Posez-vous aussi la question de vos intentions pendant cette soirée. Quel mode de  consommation d’alcool souhaitez-vous adopter ?  Une alcoolisation rapide et intense fait certes monter rapidement l’euphorie mais fait aussi perdre... ]]> Meilleurs vœux pour 2017 ! ]]> Février 2017 : le défi "mois sans alcool" un vif succès, la Fondation belge contre le cancer propose à tout un chacun de s’essayer à « un mois sans alcool ». Le défi « Tournée minérale » consiste à essayer de passer un mois sans alcool pour en tester les bénéfices. Pour appuyer cette bonne résolution, un site Internet permet de s’inscrire seul ou en équipe dès maintenant et de partager largement sa bonne résolution avec les autres. Une rubrique « Conseils »  aide à trouver des moyens de tenir le coup pendant ces 28 jours sans alcool et un calculateur permet de mesurer les économies faites. Le participant a la possibilité s’il le veut de reverser une partie des économies réalisées à la recherche contre le cancer ou de se faire parrainer pour ce mois sans alcool. Ce défi belge... ]]> Boire de l’alcool en hiver, ça réchauffe ? 10% des décès par cancer sont dus à l’alcool Même à faible dose, l’alcool augmente le risque de cancers L’alcool est la deuxième cause évitable de mortalité par cancer, après le tabac. Chaque année en France 15 000 décès par cancer sont attribuables à l’alcool (1). Le risque de développer un cancer augmente avec la quantité bue mais les études montrent que même des consommations modérées présentent un risque. Ainsi, une consommation moyenne d’un verre par jour est déjà nocive. Rappelons que tous les types de boissons sont concernés : le vin est aussi cancérigène que la bière ou l’alcool fort. Quels cancers ? Les cancers de la bouche, du larynx et du pharynx, le cancer de l’œsophage, le cancer colorectal, le cancer du foie et même le cancer du sein sont favorisés par la consommation d’alcool. D’après l’institut national du cancer... ]]> C'est parti pour l'enquête "Baromètre Santé 2017" bs2017.fr, permet de s’informer sur l’enquête et de vérifier si l’on fait partie des personnes tirées au sort pour répondre à l’enquête. Source : Baromètre santé 2017 : une enquête pour connaître les attitudes et comportements des Français en matière de santé ]]> Alcool : trois questionnaires pour faire le point sur sa consommation Addict AIDE a récemment mis en ligne deux questionnaires qui permettent d’analyser sa consommation d’alcool et son risque d’addiction à l’alcool. Cette offre vient compléter l’alcoomètre présent sur Alcool Info Service. Le questionnaire FACE analyse en 5 questions la consommation d’alcool des 12 derniers mois. Le questionnaire AUDIT, développé par l’Organisation Mondiale de la Santé, propose une évaluation du risque d’addiction à l’alcool en 10 questions. L’alcoomètre présent sur Alcool info service se réfère au questionnaire AUDIT et permet de se situer par rapport aux autres personnes de même âge et de même sexe. A la fin du test, des informations personnalisées sont données et il est possible d’accéder à un programme d’aide qui permet de se fixer des objectifs et de suivre les changements intervenus.  Les résultats de ces tests peuvent susciter des questions et l’envie d’en savoir plus.... ]]> Femmes alcoolo-dépendantes : prévenir la rechute en soignant ses idées noires (1) qui s’est intéressée, chez les patients alcoolo-dépendants en sevrage, au lien entre l’intensité du craving  et les sentiments négatifs qu’ils ressentent.  Le « craving » est un terme anglais qui désigne l’envie soudaine et irrépressible de consommer une substance.  Il est une cause majeure de rechute chez les personnes alcoolo-dépendantes. Cette étude révèle que l’intensité du craving(*) est, chez les femmes, directement dépendante de l’intensité de la dépression, de l’anxiété ou des sentiments négatifs ressentis. Ce lien n’a pas été retrouvé chez les hommes. La prise en charge des sentiments négatifs en amont ou dès le début du sevrage serait donc, pour les patientes, un facteur important de diminution du risque de rechute. Pour trouver un centre d’aide spécialisé, appelez Alcool info service au 0 980 980 930, ouvert tous les jours de 8h à 2h (coût d’une communication locale). (*) mesurée 18 jours après... ]]> Comment retenir un ami qui a trop bu ? 10 bons conseils pour retenir un ami qui a bu sont proposés au format BD. Pour ne plus hésiter à retenir l'ami qui a bu et peut-être... ]]> La rechute, que faire ? « Rechute… Qu’est-ce que c’est ? Que faire ? Comment la prévenir ? ». Elle permet de comprendre pourquoi il faut changer de regard sur la rechute et comment ne pas se laisser dépasser. Elle aide à ne pas se laisser décourager et à rebondir rapidement. Elle donne des pistes pour agir ainsi que des conseils préventifs pour limiter les risques de rechute. Cette brochure intéressera aussi bien les personnes qui essayent d’arrêter que l'entourage. Articles en lien : J'ai recommencé à boire Il a recommencé à boire La consolidation, apprentissage de la vie sans alcool ]]> Participez à l'évaluation d'une nouvelle aide à l'arrêt du tabac étude nationale peut vous aider face à votre consommation. ]]> Etudiants : répondez à un questionnaire sur vos conditions de vie et vos consommations Un questionnaire d’auto-évaluation en ligne est proposé à tous les étudiants français majeurs. Anonyme et sécurisé, il vous faut moins de 15 minutes pour répondre aux différentes questions. Les questions portent sur vos conditions de vie et votre état de santé, sur votre recours aux médicaments et vos consommations de produits psychoactifs. Ce questionnaire entre dans le cadre d’une recherche menée par le Centre d’Evaluation et d’Information sur la Pharmacodépendance – Addictovigilance (CEIP-A) des régions Ile-de-France – Centre Val de Loire. Il fera l’objet d’un rapport final et de communications scientifiques. Les résultats seront disponibles fin 2018 et vous pourrez les consulter sur le site du CEIP-A : http://addictovigilance.aphp.fr Merci, par votre réponse à ce questionnaire, d’aider la recherche à avancer ! Questionnaire « Santé et conditions de vie des étudiants » ]]> Alcool : des experts proposent de nouveaux repères de consommation Informer sur les risques sanitaires liés à l’alcool Les experts proposent tout d’abord que les pouvoirs publics informent les Français sur les risques sanitaires associés à la consommation d’alcool. Pour cela, ils recommandent de parler de repères de consommation à faible risque. En effet, les avancées récentes de la science mettent en évidence que même une... ]]> Donnons la parole aux femmes un fil de discussion pour les femmes en difficulté avec l’alcool. Les forums d’alcool info service offrent un espace de dialogue facile d’accès et anonyme. La création de ce fil de discussion est une invitation à franchir le pas pour toutes celles qui hésitent à en parler. Je suis une femme de 29 ans qui a une vie à peu près classique en apparence, je fais en sorte que tout aille bien devant les gens. Et pourtant l’alcool est en train de me tuer. Les femmes qui boivent sont stigmatisées. La honte et la culpabilité  qu’elles ressentent peuvent les conduire à cacher leur consommation et retardent le moment où elles se font aider. J’ai honte, j’ai peur d’avouer à mon entourage et à ma famille que je suis alcoolique,... ]]> Parents - Ados : parler ensemble de l'alcool A l’occasion de la Journée mondiale des Parents le 2 juin, Alcool info service aide les parents à ouvrir le dialogue avec leur ado. L’alcool est la drogue la plus consommée en France et donc la plus banalisée. Chaque adolescent va y être confronté à un moment donné et les risques attachés à cette consommation sont nombreux.  En parler avec eux est important pour leur donner les moyens de gérer leur rencontre avec l’alcool. Les premières soirées, de bonnes occasions d’en parler La perspective d’une soirée est le moment idéal pour aborder le sujet. L’objectif est à la fois de l’écouter, de savoir comment il voit les choses et de pouvoir donner sa position de parent. Ainsi parents et adolescent pourront évoquer la soirée et se mettre d’accord sur les règles en matière de consommation d’alcool.   Dans l’article « Mon ado organise une soirée » les parents trouveront des éléments... ]]> Alcool : les jeunes enfants comprennent On peut parler aux enfants Si un problème d’alcool existe dans la famille, même les plus jeunes enfants en perçoivent quelque chose. Ils peuvent sentir la tension chez leurs parents et en être perturbés. Ils peuvent parfois se croire responsables... ]]> Canicule : attention à l'alcool ! L’alcool déshydrate Avec ce temps estival il peut être tentant de boire un verre pour se rafraîchir : rosé, bière, pastis, le choix ne manque pas… Si absorber une boisson fraîche peut apporter une sensation de bien-être sur le moment, l’organisme ne réagit pas très bien. En effet, l’alcool favorise la déshydratation. Il fait perdre plus de liquide que ce qu’il apporte à l’organisme et expose au coup de chaleur. Le coup de chaleur : une urgence Le coup de chaleur se manifeste pas des crampes, une fatigue inhabituelle, des maux de tête, des vertiges ou la nausée voire des propos qui deviennent incohérents. Si une personne alcoolisée fait un malaise sous le coup de la chaleur appelez les secours. Par fortes chaleurs, la seule manière de se... ]]> Fête de la Musique : pour que l'alcool ne gâche pas la fête ! Le tabou de l'alcoolisme : témoignage vidéo d'une patiente experte (*) Les patients experts sont des personnes sorties d’une addiction et qui ont suivi une formation en addictologie. Ils enrichissent ainsi leur expérience de patient de connaissances validées sur les addictions. Les patients experts travaillent ensuite avec certaines équipes de prise en charge, dans un rapport différent aux patients que celui des soignants.   Articles en lien : Vers une consommation modérée d’alcool Le sevrage La consolidation, apprentissage de la vie sans alcool ]]> Alcool et baignades : attention à la noyade ! Mise en garde sur l'utilisation du baclofène à haute dose Les Festivals d'été : culture, évasion et responsabilité Identifiez les lieux de repos et d’assistance Un festival bien organisé n’a pas que des scènes et des lieux de vente de boissons. Essayez de repérer où se trouve le poste de secours, s’il y a des stands tenus par des associations de réduction des dommages, où sont les zones de « chill out ». Les associations distribuent du matériel et des informations vous permettant de limiter les risques liés à un usage de drogue ou d’alcool. Les volontaires discuteront volontiers avec vous pour répondre à vos questions. En cas de « bad trip » ou de malaise ils pourront vous accueillir en zone « chill-out » et... ]]> Baclofène : réduction de la dose maximale autorisée dangerosité du baclofène pris à haute dose. L’ANSM demande aux médecins de revoir leurs patients en cours de traitement avec des doses supérieures à 80 mg/jour afin d’instaurer un protocole de diminution progressive du traitement et d’éviter ainsi un risque de syndrome de sevrage. Source : Réduction de la dose maximale de baclofène à 80mg par jour dans le cadre de la Recommandation Temporaire d’Utilisation (RTU) ]]> Hépatites : se faire dépister pour protéger son foie Zéro alcool pendant la grossesse L’alcool bu par la mère passe dans le sang du futur enfant et peut entraîner des risques très importants pour sa santé. Une grossesse sans alcool est donc vivement recommandée. En septembre 2017, Santé publique France renouvelle sa campagne de communication et de prévention sur le thème "Zéro alcool pendant la grossesse", à l’occasion de la Journée mondiale de sensibilisation au Syndrome d’alcoolisation fœtale (SAF) qui a lieu samedi 9 septembre. En effet, bien qu’on ne connaisse pas précisément le "seuil" en-dessous duquel la consommation d'alcool pendant la grossesse serait absolument sans risque pour l'enfant à naître, on sait que l'alcool bu par la femme enceinte passe dans le sang du fœtus et que le taux d'alcoolémie sera le même chez chacun d'eux. Et le développement de l’enfant peut être affecté par la présence d’alcool dans son sang. Mieux vaut donc appliquer le... ]]> Alcool : attention à l’overdose ! Prévenir le coma éthylique L’overdose d’alcool intervient lorsqu’une personne absorbe trop d’alcool, trop vite par rapport à ce que son corps peut supporter. Certains facteurs accélèrent le processus, comme le fait de boire à jeun, de ne pas avoir l’habitude de boire ou la prise de certains médicaments. Pour éviter le coma éthylique, il est important de prendre son temps pour boire, d’alterner boissons alcoolisées et non alcoolisées, de limiter les quantités bues et de ne pas oublier de manger. Porter secours Les signes d’un coma éthylique sont la perte de conscience plus ou moins prononcée, la perte du tonus musculaire et de la coordination et une peau froide et moite. A un stade plus avancée la personne ne peut plus être réveillée... ]]> 40% des cancers sont évitables
    • Ne pas fumer
    • Réduire sa consommation d’alcool
    • Manger plus de céréales complètes et de légumes
    • Bouger plus
    Chaque année 15 000 décès par cancer sont imputables à l’alcool. Réduire sa consommation d’alcool ou ne pas boire permet de réduire le risque de cancer de la bouche, du pharynx, du larynx, de l’œsophage, du côlon-rectum, du sein et du foie. Source : Limiter son risque de cancer au quotidien   Article en lien : Alcool, les conséquences sur la santé à long terme ]]>
    Bizutage : faire boire de l'alcool est un délit Article 225-16-1 du code pénal  Articles en lien : Alcool, les risques immédiats L’alcool et la loi : la protection des publics vulnérables ]]> Quelle relation entre alcool et dépression ? Une relation dans les deux sens Les personnes qui souffrent de dépression ont parfois recours à l’alcool pour anesthésier les émotions qui les assaillent et qu’elles ne parviennent pas à exprimer ou à gérer. Elles boivent pour oublier leur mal-être, pour supporter leur souffrance, pour parvenir à dormir… Boire est vu comme une "solution", une tentative d’automédication. A l’inverse, la grande majorité des personnes dépendantes à l’alcool, manifestent à un moment de leur existence des symptômes de dépression. L’apparition de la dépression est souvent liée à une faible estime de soi, à des relations affectives rendues difficiles par les alcoolisations chroniques. L’association des deux souffrances expose à un risque suicidaire élevé et rend les démarches de demande d’aide... ]]> Permettre à un enfant de parent dépendant d'aller mieux L'alcool, un facteur de vulnérabilité face au virus du Sida Quelques conseils Avoir des préservatifs à portée de main permet de les utiliser et de ne pas être pris au dépourvu lorsqu’une relation sexuelle se profile. Dans les 48 heures qui suivent une relation... ]]> Enquête européenne 2017 sur la consommation de drogues https://drugusersurvey.limequery.com/index.php/797877/lang-fr ]]> Surmonter les fêtes de fin d'année sans rechuter Aider un proche abstinent à passer le cap des fêtes de fin d'année Anticiper l’événement On peut discuter avec lui ou elle de l’événement à venir, lui proposer d’être à ses côtés, l’assurer de son soutien dans ce moment délicat. On pourra prévoir ensemble quelles boissons sans alcool apporter. Être solidaire Lors de la soirée, on peut faire en sorte de l’aider à ne pas boire en ne consommant pas d’alcool soi-même ou en adoptant une consommation d’alcool très modérée. On pourra, si la personne est d’accord, l’aider à justifier vis-à-vis des autres le fait qu’elle ne boive pas. Être solidaire c’est aussi ne pas laisser la personne isolée, veiller sur elle avec délicatesse, quitter la soirée ensemble… autant d’attentions qui rendront cette... ]]> Février sans alcool : 2e édition de la Tournée minérale avantages à court terme d’une pause dans la consommation d’alcool : meilleure forme, amélioration du sommeil, plus belle peau, économies. Toutefois, il peut y avoir des obstacles à tenter l’expérience, notamment la crainte de s’isoler, de moins profiter des occasions festives. La Fondation belge contre le cancer ne néglige pas cet aspect et propose donc aux personnes qui veulent se lancer d'embarquer avec elles leurs amis en leur proposant un défi. Ces défis, s’ils sont réussis, sont aussi l’occasion de faire une bonne action,... ]]> Alcool : comment réduire les risques de cancer moindre risque. A l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, Alcool info service rappelle ces repères et donne aussi des clés d’action pour les personnes en difficulté avec l’alcool. Boire à moindre risque D’après les experts mobilisés par Santé publique France et l’Institut National du Cancer, adopter une consommation d’alcool maximale de 10 verres par semaine et pas plus de 2 verres par jour avec des jours sans consommation réduit les risques de dommages pour la santé. Le risque de cancer existe mais reste limité. Pour les personnes en difficulté avec l’alcool Toute diminution de la consommation sera bénéfique. Diminuer ses quantités hebdomadaires, essayer de boire plus lentement et d’espacer au mieux ses consommations est un progrès. Si l’on est... ]]> Grands froids : attention à l'alcool Alcool et grossesse : donnez votre avis ! Enquête auprès des femmes de 18 à 44 ans sur la consommation d’alcool durant la grossesse L'agence Kantar Public (anciennement TNS Sofres) réalise actuellement une enquête auprès des femmes de 18 à 44 ans afin de recueillir leurs opinions sur la consommation d’alcool durant la grossesse. Si vous êtes déjà mère, si vous êtes enceinte ou si vous avez envie d’avoir un enfant, participez ! > Accéder à l'enquête ]]> Premières ivresses à l'adolescence, comment réagir ? Mon enfant rentre ivre de soirée, comment lui en parler ? » ]]> Quand l'alcool accompagne la double journée des femmes A lire : Stressée par ma double journée, je bois   D’autres articles de notre site sont également en lien avec des thèmes qui concernent plus particulièrement les femmes : Je bois, j’ai honte Je viens d’apprendre que j’étais enceinte (mais j’ai bu) ]]> Auriez-vous découvert le secret de Laurence ? Le secret de Laurence » invite les internautes à visiter l’appartement de Laurence pour les découvrir et les comprendre. Le sens de ces indices est en effet expliqué en vidéo par Laurence Cottet, qui fut cette alcoolique, et par des spécialistes des addictions, le Pr Amine Benyamina et le Pr Michel Reynaud. Voici une vidéo de présentation de l’opération « Le secret de Laurence » : Source : Le Secret de Laurence, découvrez le site pédagogique Articles en lien : Je bois, j’ai honte Comment savoir si... ]]> Journée mondiale de la santé : le temps de faire le point sur ses consommations Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) aident les buveurs en toute confidentialité à faire un bilan de leur consommation. Ils accompagnent la personne dans son projet de sevrage ou de reprise de contrôle de sa consommation. L’aide peut être à la fois médicale, psychologique ou sociale selon les besoins.  Articles en lien : Comment savoir si j’ai un problème ? La préparation à la décision ]]> Mieux connaître Santé publique France à travers son rapport annuel rapport annuel 2017 de Santé publique France. ]]> Rapport bénéfice/risque négatif pour le baclofène Point d’information de l’Ansm concernant l’avis sur le baclofène Articles en lien : Les nouveaux traitements médicamenteux, les pistes de recherche Baclofène : réduction de la dose maximale autorisée ]]> Dépasser la honte l’un de nos articles. La honte est un sentiment qui enferme, qui retarde le moment où l’on commencera à se soigner. La peur du regard et du jugement des autres est en effet un sérieux frein à prendre soin de soi. Ce sentiment  concerne beaucoup de femmes qui ont des difficultés avec l’alcool. Elles ont en effet à se battre contre des représentations sociales négatives. Elles intériorisent souvent ces jugements de valeur et cachent leur consommation.   Commencer à en parler Pourtant, il est possible de desserrer le nœud de la honte sans être directement confronté au regard des autres. Commencer à en parler de façon anonyme a déjà été le choix de nombreux internautes sur notre forum pour les consommateurs. Pour beaucoup cela a permis de briser la solitude et de... ]]> Parents, vos enfants vous le disent : « ne nous initiez pas à l’alcool ! » Ils n’aiment pas goûter l’alcool en famille L’étude qualitative ARAMIS (1) menée par l’OFDT (Observatoire français des drogues et de la toxicomanie) montre que c’est entre 5 et 10 ans que les enfants connaissent leur premier contact avec l’alcool. Il a lieu en famille et consiste le plus souvent à « tremper les lèvres » dans une boisson alcoolisée sous le regard des adultes. Lorsqu’on les interroge, les adolescents rapportent majoritairement le souvenir d’une expérience désagréable. Ils se sont sentis contraints et ils n’ont souvent aimé ni le goût, ni les effets. Pour eux, leur véritable initiation intervient plus tard, avec leurs amis et loin du regard parental, lorsqu’ils boivent... ]]> Alcool : repères éducatifs pour les parents Parents n’initiez pas vos enfants à l’alcool »), quels repères donner pour que la transition de leur adolescent vers l’alcool reste maîtrisée ? Retarder l’âge des premières consommations Il est désormais scientifiquement établi que plus la consommation est précoce, plus sont favorisées les surconsommations voire la dépendance à l’âge adulte. Le premier repère est de retarder le plus possible l’autorisation de boire de l’alcool. Dans tous les cas, « pas d’alcool avant 15 ans » est une ligne de conduite simple à établir. Limiter les quantités bues En complément de l’âge de la première consommation, les quantités bues à l’adolescence ont un fort impact sur le développement du cerveau. Boire des quantités importantes d’alcool amoindrit ses performances et sensibilise également aux excès de consommation à l’âge adulte. Le second repère : entre 16 et 17 ans, poser des règles pour... ]]> L'été, résister à la tentation de boire Pas le premier verre Lorsqu’on est abstinent ou lorsqu’on a tendance à perdre le contrôle de sa consommation, boire le premier verre fait tomber ses défenses. Stimulé par un environnement agréable et détendu, on a tendance à minimiser ce premier verre. C’est « un petit verre », c’est « juste pour cette fois »….. Pourtant le premier verre est un point de bascule qui mérite que l’on se pose sérieusement la question : compte-tenu de ce qu’il risque d’entraîner, en vaut-il vraiment la peine ? Se rappeler ses motivations Dans les périodes de tentations, comme lors des soirées estivales arrosées, on peut prévoir... ]]> Par précaution : zéro alcool pendant la grossesse La Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) du 9 septembre nous rappelle que chaque année, de nombreux bébés naissent atteints de troubles causés par l'alcoolisation foetale (TCAF), dont le SAF est la forme la plus grave. D'après l'étude publiée par Santé publique France le 4 septembre, en France, entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés (soit une naissance par jour en moyenne) ont présenté au moins une conséquence liée à l’alcoolisation fœtale, dont pour 452 d’entre eux (soit une naissance par semaine en moyenne) un syndrome d’alcoolisation fœtale. En effet, boire de l’alcool pendant la grossesse est toxique pour le fœtus, puisqu'il passe dans son sang par le placenta et peut entraîner diverses complications (retard de croissance, atteintes du système nerveux central, malformations…). Mais par ailleurs, il n'existe pas de "seuil" défini (de nombre de verres) en-dessous duquel la consommation... ]]> De l'aide pour l'entourage ateliers de l’entourage (gratuit, sur inscription). Pour trouver un CSAPA qui accompagne l’entourage : Il est aussi possible d’appeler Alcool info service au 0 980 980 930 (tous les jours de 8h à 2h). Pour se soutenir entre personnes de l’entourage, rendez-vous sur les forums. Articles en lien : Comment aider un proche ?  Se faire aider en tant que proche  ]]> Personnes âgées : des risques spécifiques avec l’alcool semaine bleue Alcool info service fait le point sur les risques immédiats de la consommation d’alcool chez les plus de 60 ans. L’âge rend plus vulnérable aux problèmes de santé. En ce qui concerne l’alcool, plus on vieillit plus le corps absorbe rapidement l’alcool et l’élimine lentement. À quantités égales d’alcool, l’alcoolémie est plus élevée chez une personne âgée que chez quelqu’un de plus jeune. Les risques immédiats La chute est le risque immédiat le plus fréquent car l’alcool accentue la perte d’équilibre. C’est la première cause d’hospitalisation due à l’alcool pour les personnes âgées. La confusion et les troubles du comportement représentent  aussi des risques importants. L’ivresse alcoolique désoriente les personnes âgées les plus fragiles. L’efficacité des médicaments est remise en cause par l’alcool. Il modifie la disponibilité de beaucoup d’entre eux dans... ]]>