Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je n'arrive pas à me faire aider

Par GreenStar

63 réponses


Manuelouly - 07/03/2019 à 14h24

Bonjour Green Star,

Félicitations d'avoir tenu bon hier ! Bien sûr tu n’installeras pas un nouvel ordi tous les jours, mais tu trouveras autre chose blunk ! Ne pas aller acheter l'alcool, c'est le premier pas. Reste à trouver un projet/un programme, pour occuper chaque soir, mais avec des enfants on trouve vite ... Tiens bon !

Bonjour Moune78,

Tu as l'air de ressentir énormément de culpabilité, c'est compréhensible car l’alcool abîme beaucoup de choses et les souvenirs sont honteux, peu glorieux, voir pire..., mais ne laisse pas cette culpabilité te ronger trop (facile à dire!) car elle pourrait te faire tomber à nouveau.
Ce n'est pas facile mais il serait bon de te pardonner à toi-même tes erreurs du passé (même si le passé c'est hier seulement), cela peut commencer par un matin sobre, une journée lucide, une soirée sans alcool, puis 2, et plus tu avances, plus ton estime de toi remontera (chaque jour un peu plus), et plus tu arriveras à te pardonner.
Tu pourras laisser derrière toi cette culpabilité qui est un poids aussi grand que la bouteille,

Ne baisse pas les bras, essaye un premier jour (puis un deuxième), et tu te réveilleras demain matin en te disant que ça valait vraiment le coup de tenir. Et tu écriras ta propre lettre happy

GreenStar - 08/03/2019 à 06h48

Bonjour les filles,

Ce matin je vais bien. Pas trop de mal à me lever, pas d'insomnie mais...... j'ai craqué hier après le boulot. Quand je quitte le travail, j'ai pris habitude d'aller chercher une commande drive et je passe devant un magasin de bière. Je ne suis pas rentrée dans ce dernier car il est horriblement cher depuis quelques temps il augmente ses prix chaque semaine c'est dingue ! Alors que ma commande contenait que de l'alimentation et du soft, je me suis tout de même arrêter au Match et j'ai acheté des canettes, du filet américain et des cacahuètes, un sachet de pomme aussi pour faire mais jus. J'y ai croisé un voisin. Il s'est mis derrière moi à la caisse et nous avons bavardé et je lui ai demandé s'il n'avait pas de souci dans son appartement style moisissure plafond ou fissure sur les murs comme certains se plaignent. Il a posé 2 canettes alors que moi j'en ai posé 5. C'est drôle....

De retour a la maison, ma fille de 27 ans est passée déposée le gaufrier que je lui ai prêté et a refusé de prendre un verre avec moi sous prétexte qu'avec son mari elle a bu chaque soir et se culpabilise pour son poids. Elle aussi me disait qu'elle avait prévu de faire les devoirs avec sa fille et de faire de la couture pour s'occuper et ne pas boire car nous avons ce souci commun. Quand on commence, difficile de se raisonner.

J'ai bu une canette en faisant le devoir de math avec ma collégienne. Puis une deuxième. Ensuite souper et dodo.

Je n'en aurais pas pris d'avantage. Pas de quoi se rendre malade mais c'est quand même toujours trop. Quand on considère aussi la teneur en calories vides de cette boisson diabolique.

Conclusion Journée 3 : Aprés 2 jours d'abstinence, 1 de modération pour rester positive !

Aujourd'hui j'ai comme programme de nettoyer l'appartement. Il en a besoin, surtout le sol. En fin de journée il me faudra aller chercher un cadeau ou une carte cadeau dans un magasin. Attention ! dimanche devra être sobre car je conduis mon fils en pleine après midi à plusieurs kilomètres de chez moi pour fêter l'anniversaire d'un copain.

Oui parceque le dimanche chez moi c'est triste et rarement animé.

Je vous souhaite plein d'énergie en ce vendredi.
Green

moune78 - 08/03/2019 à 09h26

Bonjour les filles,

Il faut que je vous dise que ça me fait énormément de bien de vous lire...
J'ai pas grand chose de positif à dire sur moi, alors je vais juste vous dire que vous assurez!! BRAVO Green, continue dans ce sens! Tu sais, bien souvent je fais 3-4 courses en fin d'aprem, ou en début de soirée, pour mon ravitaillement de merde, et, bon nombre de personne ont une bouteille ou 2, une canettes ou plusieurs.... L'alcool est un fléau, une drogue en vente libre, partout, à toute heure et pas chère. Une soupape de décompression, une mauvaise canne pour tenir dans un quotidien pesant, faire face à des responsabilités parfois aussi... et cela, qu'on soit dans la misère ou pas. Parce que je me souviens de mon premier RDV avec l'addicto, je me vois lui dire, en larmes : "Je ne suis pas un cas social!!"
Pour ma part, ce week end, ce sera également ménage, conduites au foot, mais j'ai pris RDV chez le coiffeur, demain matin. Cela me fera du bien.

Manuelouly, oui, tu comprends bien le poids de la culpabilité qui m'envahit. Je vois un psy depuis 2 ans et demi, pour guérir de la relation pervesse dans lequel je me suis faite aspirée et vidée... ce problème là est réglé...
Il ne me reste qu'à guérir de mon manque de confiance en moi, apprendre à penser à moi et réussir à accepter que ce n'est pas de ma faute, du moins, pas tout...
Tu as l'air tellement soulagée de ta liberté! Comme j'ai hâte, tout comme toi Green, de retrouver la mienne.

Je vous souhaite à toutes les 2 un bon vendredi.

Moune




GreenStar - 08/03/2019 à 12h37

........ Moune ? De quelle relation perverse veux tu parler ? Ton ex ? Pour ma part j'ai passé le cap d'une relation de ce genre. J'étais mal dans mon couple et mes 4 enfants ne m'ont pas retenu esclave à la maison, leur père avait de quoi assouvir beaucoup de leur besoin et envies. Et je me suis laissée séduire par un prince de manipulation. Je suis séparée et divorcée deux fois.

J'ai longtemps pensé que je faisais de mauvais choix. Mais je tente aujourd'hui de me prouver que je suis heureuse dans ma situation actuelle. Je n'ai plus de compte à rendre au mari dominateur et décideur ni au mari pervers narcissique et voleur.... que de gros mots !!!

Quand on s'éloigne du mal, il disparaît... ça prend du temps. On parle d'emprise. Un jour on se détache complètement de nos vies d'avant et on avance mieux... Je ne veux plus être une femme sous influence. Tu connais The Holiday's ?

"Etre une femme de caractère" j'en ai retenu. Parfois ça m'aide les films qui ont du sens.

J'aime bien les films qui racontent l'histoire de femmes qui s'en sortent. Je ne peux pas les copier coller à ma propre vie mais ça m'encourage....

Obiwan - 08/03/2019 à 14h16

Bonjour Greenstar (Golfeuse ?) et Moune78

Je vous lis et bien sur me retrouve en vous.

Qu'est ce qui nous a poussé à boire ? Peut-être là est la question?

Pour ma part, sportif de haut niveau il y a quelques années puis tjrs dans l'action, le fait de ne plus pouvoir m'exprimer sportivement (blessure au dos) m'a fait chercher d'autres "sensations"....Mais celle-ci n'est pas la bonne, juste destructive….

Je suis allé voir un alcoologue il y a peu….1er pas et véritable passage obligé pour ma consommation devenue trop excessive !!!

Cet alcoologue m'a précisé qu'une part "d'hérédité" n'est pas à négliger également….


Comme un inspecteur le ferait, je cherche la source de cet état de fait….j'ai bien l'intention, comme vous d'y arriver…

Prenez soin de vous avec tolérance et respect pour vous même…


Stéphane

GreenStar - 09/03/2019 à 09h13

Bonjour,

Hier après midi gros craquage ! Moi qui avait retrouvé une peau plus lisse et une énergie certaine..... Bref, aujourd'hui je vais me reprendre en main.

J'ai déjà listé un ensemble de circonstances et de raisons probables à mon engouement pour la boisson.

1) Il paraîtrait que le premier verre bu, trop jeune aurait conditionné mon alcoolisme car mon cerveau aurait subi des séquelles irréversibles en mémorisant que le fait de boire c'est bien, festif et normal. Je précise que j'avais 15 ans à peine, peut être même moins lorsque mon beau-frère m'a servi un whisky coca sous le consentement de mes parents (ma mère m'a eu à 40 ans, je suis une gosse de vieux à qui on permet presque tout). Je me souviens que je m'allongeais et voyais les murs de la chambre tournoyer comme pas possible. (Je ne ressens plus cela aujourd'hui.)
Ce doit être les effets des toutes premières boissons alcoolisées qu'on absorbe.

[Aujourd'hui le problème est l'habitude qui est prise et le fait de consommer énormément sans se rendre compte qu'on s'empoisonne. Je ne connais plus la modération. Je dépasse les bornes. Encore que, hier soir je n'ai pas fini mon verre. Je devais être écœurée]

2) On ne se rend pas compte.... Quand je me suis mariée à 17 ans et demi, je buvais 1 coca en mangeant. Je prenais un jus de fruit le dimanche midi à l'apéro chez les beaux-parents qui s'est transformé en petit ballon de vin cuit par la suite. Après un verre de vin pendant les repas. Et puis l'habitude s'installant..... Mon mari me concoctait de grand verre de cocktail au rhum pensant que j'allais me libérer d'avantage au lit... (ça m'endormait plutôt qu’autre chose lol ) Nous assistions à des foires au vin... et apprenions à déguster des vins chers élevés au fut de chêne !
Chaque anniversaire dans la grande famille que nous avions était largement arrosé.

3) On en a jamais assez. Lorsque je rentre d'un anniversaire modéré, il faut que je passe au magasin pour prolonger car je me sens frustrée.

4) Le vice est pris est pour toutes sortes de circonstances, pour fêter la moindre chose ou pour se consoler d'un problème. Tout est occasion pour boire. En plus on y ajoute souvent des cacahuètes très caloriques. On mange pour boire et on boit pour accompagner un plat. Du blanc pour la fondue, du rouge pour le bourguignon, bière pour les frites moules etc........

5) L'alcool est partout ! Je vais chercher un colis au carrefour city. Et, dans l'attente, devant moi , un rayon rempli de bouteilles. Même si je rentre dans ce magasin pour un colis, je suis foudroyée par la vision de toutes ces bouteilles. Parce que par dessus le marché, j'aime quasiment tout !!! C'est une drogue qui rapporte et qui est complètement autorisée à partir de 18 ans.

J'ai peut être oublié un 6ème point, ah oui..... mon père d'abord ouvrier s'est mis à son compte et buvait dès 10h du matin son petit verre à moutarde de vin rouge. Il ne faisait pas des poses café mais des poses vin rouge tout au long de la journée. D'ailleurs, il a détruit ses intestins par une consommation journalière excessive. Quand il s'est mis au coca light, il a beaucoup maigri mais c'était trop tard, ses intestins, son foie étaient malades. Mon père était un très gros consommateur.

Justement ce 6ème point devrait me faire réagir au plus vite pour ne pas mourir dans cette souffrance !

Éternelle complexée, j'ai eu une longue période de régime ou je savais me limiter car je voulais être mince mais les difficultés liées au divorce et se retrouver seule m'a fait replongé dans ce faux confort psychique.

Excusez moi pour le pavé.

Il faut positiver. Quelle est la solution ? Quels sont les trucs et astuces pour se détourner de l'alcool et le remplacer par des choses meilleures. Comme une reconversion qui amène une meilleure vie. Une transformation. Une renaissance !

Déjà la reconnaissance des proches, leurs étonnements lorsqu'ils constatent un changement et lorsqu'ils peuvent témoigner de mes réussites ils en parlent entre eux (j'aimerai que ce soit pour la vie et non plus pour quelques jours d'abstinence)

Bon samedi à toutes et à tous...



moune78 - 09/03/2019 à 20h05

Bonjour Green
Oui je parle bien d une relation perverse...
Le père de mes 4 enfants est parti en 2011. Mes loulous avaient 10, 8, 4 et 2 ans et demi. J ai perdu pied à ce moment là et la bouteille est entrée dans ma vie. J étais persuadée à cette époque que je finirai seule. Et en avril 2012, j ai rencontré un ange. WAOUH
Comment un homme tel que.lui pouvait s intéresser à une femme comme moi???
Je l ai su petit à petit....
Je te citerai le titre d un livre sur les PN : je lui ai donné mon cœur il a volé mon âme. C est exactement cela.
Après avoir fait le vide autour de moi, il ne m a offert que solitude, mensonges, obligations, interdictions, humiliations, insultes, menaces, jalousie.... tout cela est monté crescendo. Mais je l aimais tellement ce bel ange... et ma copine... ma vieille bouteille m a tellement soutenue. Elle m a permis de supporter, de croire en lui, de pardonner, de le défendre, de me persuader que c était moi la fautive, la mauvaise femme... qui se comportait indignement. Octobre 2014, il est venu vivre avec moi, ou plutôt... chez moi. A mes crochets. Le piège était déjà refermé sur moi sans même que je n ai pume rendre compte de la cage dans laquelle j étais.
J ai accepté de l épouser. Octobre 2015.. me voula remariée. Soit 3 ans et demi après l avoir rencontré.
10 jours après le mariage, les insultes ont été bien plus crues et les humiliations et les crises bien plus graves.
Mars 2016, je finis au urgence avec une double fracture. Je l ai couvert. Et pardonné. Je l aime... je m alcoolise de plus en plus. C est moins douloureux comme ça.
Avril 2016... trop de pression de tous côtés. J en peux plus. Je suis à bout.
Je le mets dehors et finis par porter plainte en gendarmerie tellement il me harcèle. Jusqu à venir foutre le bazar à mon travail. La honte...
Je me sens tellement coupable. Comment ai je pu tomber si bas? Il m a vidée. J ai perdu de l argent, des amis, ma joie de vivre... ma dignité...
Mais pas mes enfants. C est le principal.
6 mois de mariage... j ai entamé le divorce en juin et mi septembre c était réglé.
J ai cru rencontré un ange
.... c était le diable en personne. Le diable habillé en Prada.
Voilà Green... comme toi. 2 mariage... 2 divorces. Et cette culpabilité constante d échec de vie. De l exemple que j ai donné à mes enfants. De la déception que j afflige à mes parents. Ne pas être à la hauteur.

Bonsoir Stéphane,
Oui... je comprends que tu aies cherché à combler un vide. Et, comprendre d où on a commencé à boire doit nous aider à guérir. L addicto aide beaucoup. Une thérapie aussi.
J aimerais être plongée dans le coma 3 mois. Histoire de ne plus penser ne plus lutter.
Je oense que.ces échanges sur le forum nous feront du bien.
Green... as tu écrit ta lettre de 1er réveil sobre? Il me tarde de commencer la mienne! Ce n etait pas ce matin. Et là... je lutte contre l appel de la bouteille de whisky. J ai donc préféré une coupe de cidre. Ce qui veut dire que ma lettre ne sera pas pour demain non plus.

Je vous souhaite une bonne soirée
Moune

moune78 - 11/03/2019 à 08h56

Bonjour,

J'espère que vous allez bien et que vous avez passé un bon week end, et tenu bon.
Moi, vendredi soir catastrophique mais samedi et dimanche, je me suis contentée de cidre.
Hier, juste 2 petites coupes. Bon, oui, c'est un peu alcoolisé... mais je suis tout de même fière de moi.

Et toi Green? Tu as tenu le coup?
Et toi Stéphane??

Au plaisir de vous lire,

Moune

moune78 - 11/03/2019 à 11h26

Green,
Moi aussi vendredi j'ai bu...
Moi aussi j'ai commencé très jeune à boire. Mon 1er amour était alcoolique et, pour être "cool" avec les copains du quartier, on buvait souvent quelques bières. Je l'ai quitté parce qu'il buvait vraiment beaucoup et il en est mort il y a 2 ans. Il n'avait que 40 ans. Ca donne à réfléchir c'est certain.

Tu vois je te le disais, nos parcours se ressemblent fort.
Mon papa aussi était un "bon vivant" qui ne buvait que rarement de l'eau, voir, jamais. Pourtant, je ne l'ai jamais vu ivre. C'était un ouvrier, tout comme ton papa, qui buvait "son verre de vin" sur la journée, une bouteille...

Oui, chaque fête, chaque réunion de famille, ... toutes les occasions sont bonnes pour boire un verre. C'est la convivialité. Sauf que pour nous, il en faut beaucoup pour se sentir dans le mouvement de la fête. Et tout comme toi, si je n'ai pas cet état euphorique que me procure ma dose d'alcool, je suis frustrée et je vais chercher à combler le manque pour y parvenir.

Tu le soulignes très bien, l'alcool est partout, en vente libre et peu cher!!!
Une drogue dure accessible à toute heure, à tous les prix et pour tous les goûts.

Ca m'a manqué ce week end que nos publications ne soient pas en ligne. J'ai cherché du réconfort sur le site pour tenir bon.

J'avais fait un sevrage il y a quelques mois, et, dès que je me sentais frustrée ou en manque ou angoissée, j'écoutais sur YOUTUBE "se libérer de l'alcoolisme". C'est une sorte d'hypnose, de méditation.
Cela me fait du bien... peut être essaie d'écouter une fois? Si toi aussi ça peut t'aider... on ne sait jamais!

Toujours est-il que d'échanger sur ton fil de discussion m'apporte beaucoup.
Samedi et dimanche j'ai très peu bu. Me suis contentée de cidre, à 2,5 degrés... je me dis, c'est pas trop mal!
Je veux tellement y arriver.... Avancer sans tituber de l'alcool...

Aussi, encore un point que nous partagerons, je suis ancienne obèse. Et là, l'alcool m'a fait regrossir et ça me dégoute.
J'ai fait 130 kilos, suis descendue à 59 (lors de ma descente aux enfers... je dirais de 2011 à 2015) et là je pèse 73 kilos. Je fais le yoyo, ça me saoûle ...
Mon ventre est gonflé. Je ne vois que cela, le vendre alcoolique... beurk.
Et le visage bouffi, les yeux gonflés, les cernes... GRRRRR nous savons le mal qu'on se fait... et quand même..

Courage, on va y arriver. Il le faut. Parce qu'on le mérite. On mérite mieux que l'esclavage alcoolique.

A très vite,
Bonne et belle journée,

Moune

Répondre au fil Retour