Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment allez-vous durant le confinement ?

Par Moderateur

C’est difficile ? Ne restez pas seul.es, partagez vos difficultés, vos idées pour les surmonter, vos réflexions.

Vous allez bien ? Dites-nous comment vous faites, cela peut aider les autres et vous renforcer dans votre mieux-être.

Même chacun chez soi, en parler c’est avancer.

Fil précédent Fil suivant

25 réponses


Louise57 - 03/04/2020 à 23h08

Bonsoir,
Le confinement est dur. Je ne dis pas qu’on es plus victime que d’autre mais perso je n’allais pas bien et là c’est de pire en pire 3 semaines sans voir personne là bouteille devient ode plus en plus régulière. Plus d’admission en cure honte d’aller en psy car les lits doivent être réservée. On va finir plus que mal

Bibibi - 04/04/2020 à 10h40

C'est difficile OUI. Tellement.
J'ai eu envie d'arrêter au début du confinement. Mais c'est difficile voire impossible. C'est dangereux d'arrêter sur un coup de tête, on se sent trop mal alors mieux vaut conserver sa dose.
Je fais des courses exprès pour pouvoir acheter de l'alcool. Je me sens encore plus misérable que d'habitude avec mon cubi énorme à la caisse du supermarché. J'aurais presque envie d'en acheter des tonnes pour être "tranquille". J'ai peur de manquer.
J'ai eu une période de grosse angoisse, de panique au début en ne pensant qu'à ma consommation, comment je vais faire ?
Après je me suis sentie terriblement égoïste et minable de ne penser qu'à moi.
Je devais entrer à l'hôpital pour un sevrage... J'ai tout refuser par peur et surtout pour ne pas "déranger". Je vais mal mais je ne me sens pas d'encombrer les hôpitaux.
J'ai la chance que mon csapa soit toujours ouvert, et reçoit encore en "physique" au cas par cas. Je peux discuter... Ça fait du bien, de ne pas se sentir délaisser.
Tout ressurgit, les angoisses, la solitude, la colère, l'ennui, la déprime... L'alcool augmente rapidement. Je prends cuite sur cuite.
Je suis depuis peu sous traitement, pour pouvoir passer cette phase. Que je considère comme une phase de régression dans le suivi, dans le contrôle de soi, dans les consommations. Les médicaments servent à patienter jai l'impression. Aucun intérêt (?)
L'idéal serait d'en faire quelque chose de positif de cette période. Mais c'est tellement plus facile de se noyer. Je me sens inutile, je ne vois pas d'avenir, de but, d'intérêt.
Je me sens très mal. Mais en cette période il y a pire...

Coeurdepirate - 04/04/2020 à 17h07

Pendant le confinement c est dur. Le midi je bois un verre le midi alors qu au bureau ce n est pas le cas
Je n arrive pas a supprimer ce verre comment faire?
Cela fait des années que je travaille sur moi suite à une dépression
Je suis sous paroxetine depuis 1999 et suivi par un psychiatre
Quand je suis déprimée je peux aussi prendre alprazolam
Depuis 2 , 3 ans je prends 1 verre ou 2 de vin le soir du blanc
J ai arrêté à cause de l estomac mais je bois soit vouvray soit rouge.
Mon mari boit aussi.

Je suis alcoolique dans la mesure où mon cerveau n arrive pas a combattre la pulsion de l envie

J essaie tous les jours d arrêter ou limiter ac1 verre le soir

Mais la mon but c est le midi. Non il faut que j arrive à zéro le midi

Merci de me lire

Moderateur - 06/04/2020 à 11h28

Bonjour Louise57,

L'ennui, la solitude et le stress sont effectivement des facteurs qui encouragent à boire plus lorsqu'on a déjà un problème d'alcool.

Avez-vous la possibilité de vous trouver des activités à domicile ? Quitte à vous forcer peut-être un petit peu au départ.

Pouvez-vous aussi, ne serait-ce qu'à distance, appeler régulièrement des proches ? Vous pouvez appeler aussi Alcool info service pour en parler si vous le souhaitez.

Pendant le confinement les services en addictologie ont dû s'adapter mais les équipes soignantes restent mobilisées et la plupart des centres sont ouverts. Donc les centres (CSAPA surtout) peuvent vous apporter un soutien par téléphone ou même en présentiel. Je vous invite à vous renseigner auprès de nous sur les centres les plus proches ou peut-être de rappeler le service qui vous suit habituellement.

Les médecins et professionnels de santé, notamment ceux spécialisés dans les addictions, insistent bien sur le fait que cette période de confinement et d'épidémie ne doit pas être une période où on arrête ses autres soins et traitements. Donc n'ayez surtout pas de "honte" à solliciter de l'aide. Vous en avez besoin.

Cordialement,

le modérateur.

Moderateur - 06/04/2020 à 12h06

Bonjour Bibibi,

Essayez de ne pas relativiser votre propre mal-être face à celui des autres. Vous souffrez, vous êtes visiblement angoissée et vous avez perdu le contrôle de votre consommation depuis le confinement. Vous méritez tout autant qu'un/une autre des soins et de l'aide ! Le médicament ce n'est pas "que" pour patienter, c'est aussi pour que vous vous sentiez un peu mieux et moins en tension avec l'envie de boire. C'est pour vous aider à reprendre pied, sans attendre la fin du confinement.

Il est exact qu'il peut être dangereux d'arrêter brutalement l'alcool lorsqu'on est dépendant et qu'on boit beaucoup. Il vaut mieux effectivement "avoir sa dose" si on ne peut pas faire autrement. Il n'y aura pas de pénurie d'alcool donc l'approvisionnement ne sera heureusement pas un problème.

Si vous le souhaitez, vous pouvez peut-être en revanche entamer un processus de diminution progressive de l'alcool. Cela pourrait être l'une de ces choses positives que vous cherchez à faire. Voici quelques conseils.
Pour commencer comptabilisez précisément pendant quelques jours (au moins 3 jours) combien vous consommez d'alcool. Puis pendant les jours suivants (3 jours minimum) restez à ce niveau de consommation et voyez comment vous vous sentez. Si vous vous sentez mal (symptômes d'inconfort et de manque) c'est que votre consommation déclarée est encore sous-estimée. Réévaluez-là.
Une fois votre base de consommation établie vous pouvez, par exemple avec l'appui et les conseils du CSAPA, établir un plan de diminution progressive par paliers. En commençant par les verres les plus faciles à enlever. Pour chaque palier de diminution attendez quelques jours (3-4 jours) avant de passer éventuellement au palier suivant. Les 2e et 3e jours seront probablement les plus difficiles. Si vous rencontrez des symptômes comme des convulsions, des hallucinations, de la confusion alors il faut arrêter de diminuer et revenir au palier précédent. Tout au long de ce processus de diminution jusqu'au palier que vous aurez choisi, appelez régulièrement votre CSAPA pour obtenir une écoute et des conseils. Un objectif pourrait être par exemple que vous reveniez à votre consommation de début de confinement pour retrouver l'estime de vous-même.

Appuyez-vous aussi sur vos proches de confiance si vous en avez. Appelez-les quand ça ne va pas ou pour vous aider à ne pas boire certains verres. Vous pouvez appeler Alcool info service également. Essayez enfin d'occuper vos journées par des activités qui vous permettent de vous sentir bien. Faites-vous un programme réaliste, c'est-à-dire pas trop ambitieux, avec des choses que vous pouvez faire facilement et des horaires fixés à l'avance pour structurer votre journée. Les occupations c'est important pour lutter contre l'ennui et l'envie de boire !

Courage, vous allez vous en sortir et nous restons là pour en parler au besoin.

Cordialement,

le modérateur.

Moderateur - 06/04/2020 à 12h53

Bonjour Coeurdepirate,

Votre témoignage est tout à fait intéressant car il y aurait plusieurs manières de vous répondre.

L'une d'entre elles serait de vous rassurer dans la mesure où votre consommation reste "raisonnable". Vous semblez être proche des repères de consommation "à moindre risque" sauf que vous buvez apparemment tous les jours. Pour mémoire ces repères sont : pas plus de 2 verres par jour, pas tous les jours et pas plus de 10 verres par semaine. Au moins pour votre santé vos risques semblent limités.

Mais nous entendons bien que même cette consommation vous angoisse et notamment le fait que vous n'arrivez pas à vous empêcher d'avoir cette pulsion. Vous dites d'ailleurs très bien que vous vous sentez alcoolique précisément parce que vous avez l'impression de ne pas contrôler ce verre d'alcool au déjeuner. Peut-être aussi avez vous peur pour le futur ?

Considérez déjà qu'il est positif d'avoir cette prise de conscience. C'est un garde-fou pour vous. Vous n'allez pas vous laisser aller. Ensuite peut-être pouvez-vous vous fixer un objectif intermédiaire. Plutôt que d'essayer d'éliminer le verre de vin à TOUS les déjeuners, constater votre "échec" parce que vous n'arrivez pas à vous en empêcher et devenir de moins en moins sûre de vous à ce sujet vous pourriez décider d'agir autrement. Par exemple nous vous avons donné les repères de consommation. Il ne faut notamment pas boire tous les jours et pas dépasser 10 verres pas semaine. Ne serait-il pas plus facile pour vous de décider, 2 jours par semaine, de ne pas boire d'alcool du tout ? Le jour choisi vous prenez la décision de ne pas boire aujourd'hui, juste aujourd'hui : ni au déjeuner, ni le soir. Pour vous aider vous pouvez prévoir des boissons plaisir alternatives (cocktails sans alcool, jus de fruits, tisanes...). Comme vous ne buvez pas du tout ce jour-là il n'y a pas d’ambiguïté. Les personnes qui ont un problème d'alcool s'aident beaucoup de cette approche "un jour à la fois". C'est plus facile à faire. Vos efforts ne portent que sur une seule journée. Les autres jours vous reprenez votre consommation actuelle mais vous constaterez qu'en fait, en réussissant ces 2 jours par semaine sans boire, vous avez du contrôle, bien plus que vous ne l'imaginez.

En espérant que cette idée puisse vous aider à attaquer votre problème sous un angle différent.

Cordialement,

le modérateur.

Lolo1999 - 06/04/2020 à 22h36

Bonsoir ,
C'est vrai que cette période est 1 vrai défi et vraiment pas évident.....
J'essaie de me contrôler ms parfois,je craque..... ca fait 20 ans que jbois ( g 41 ans) . Aujourd'hui, par exemple, qq symptômes, rien d'alarmant ms j'ai préféré laisser ma fille chez son père, par précaution et cela pdt 5 j minimum..... j'ai peur de craquer, mm si j'prends 3 Revia/jour en sachant que si jbois, j'serai malade comme 1 chien.
J'ai tenu aujourd'hui car fatiguée ms peur de craquer......

Thomas2Rijsel - 08/04/2020 à 06h54

Bonjour ,
J ai decidé d arreter .

Courage à vous tous !!!

pal33 - 09/04/2020 à 13h39

Bonjour,
suite à ma consommation d'alcool le confinnement c'est tres mal passé dans ma famille. J'ai du retourner chez moi en me rendant compte que je devais arrêter de boire n'ai pas d'autres solutions.
Je me sens seule.

Répondre au fil Retour