Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage PDF Imprimer EnvoiMail

Est ce que votre couple a survécu ?

Par aude81

70 réponses


aude81 - 23/08/2018 à 10h15

bonjour

J'ai la réponse à la question de ce fil de discussion : NON pour mon couple.

cuberdon - 23/08/2018 à 19h52

Bonsoir Aude ,
J’ai beaucoup de boulot en ce moment et je viens seulement de voir vos messages.
Que c’est-il passe?
J’avais cru comprendre que les vacances avaient été prometteuses et qu’il allait recommencer le travail.
Il a replongé?
Et vous comment allez vous?
Delphine

Lilys - 23/08/2018 à 19h53

Bonjour Aude.

Je suis bien désolée de lire que ton conjoint à rechuté après sa cure.

J'ai vécu la même situation. Le mien a rechuté peu de temps après sa sortie de cure aussi, à notre retour de vacances... peut être un retour à la réalité trop dur à encaisser, je ne sais pas...

Je me souviens bien de cette angoisse quand il est sorti de cure, je me suis bien gardée d'aborder le sujet qui fache, pour ne pas lui rappeler sans cesse qu'il est abstinant, pour le ménager... J'ai attendu qu'il en parles de lui même, il avait un discours très posé et rassurant. On lui avait donné des pistes pour rester loin de l'alcool et retrouver son self estime...

Bref, quand j'ai retrouvé un soir le cadavre à moitié vide d'une bouteille de Vodka.... P...tin la douche froide, la chape de plomb qui s'abat sur mes épaules...
Je lui en ai parlé et ça c'est très mal passé. Il a fait la gueule et j'ai pleuré...

Il s'est renfermé et s'est remis à boire comme avant. Il ne disait que du mal de son mois de cure, que ça n'avait servi à rien, que les adictologues et infirmières étaient incompétents, etc.

Enfin on a retrouvé le schéma d'avant sa cure, il me mentait, j'étais malheureuse et délaissée, devait tout assumer.

Puis il s'est calmé tout seul, sûrement pour me ou se prouver qu'il pouvait de nouveau arrêter.

Depuis il boit par intermitance. Des semaines ou il ne boit pas, et des crises ou il boit beaucoup (suite à une contrariété souvent) jusqu'à m'insulter. Alors le lendemain je lui fait la gueule et je lui répète tout ce qu'il m'a dit, il s'en veut et ne boit plus de nouveau, jusqu'à la prochaine contrariété...

Nous avions 2 événements familiaux prévus cet été. Le premier s'est très mal passé et je lui en ai beaucoup voulu. Pour le 2eme il m'avait promis de bien se tenir et il a tenu parole. Il a bu, mais avec modération. (J'ai été très surprise qu'il puisse faire ça et qu'il ai tenu sa parole...)

Je suis encore avec lui pour l'instant, franchement je ne serais plus avec si le 2eme événement s'était mal passé.
Et depuis je profite des moments où il ne boit pas et reste intérieurement sut la défensive.

Alors quelque soit ton choix, je te souhaite bon courage pour la suite !

Moderateur - 24/08/2018 à 10h41

Bonjour Aude,

J'aimerais appuyer un aspect du témoignage de Lylys, aussi en réaction à un message que vous venez de laisser dans un autre fil de discussion (Au bout du rouleau à cause de mon mari).

Elle dit que son mari a fini par se calmer tout seul. Je veux juste souligner là que l'échec actuel de votre mari est un traumatisme pour lui aussi, une déception. Cela génère de l'amertume qui se transforme en agressivité et en insultes souvent malheureusement. Mais c'est une réaction et cela peut passer rapidement.

Votre mari a connu sa première cure. Il a commencé à travailler sur lui-même et à avoir des ressources pour s'en sortir. Il n'est plus tout à fait le même qu'avant la cure, même s'il reboit. Si vous pouvez faire encore quelque chose pour lui c'est souligner ce point : il est revenu rasséréné de sa cure, personne n'est parfait et il y a souvent des rechutes au retour mais cela ne signifie pas qu'il n'y arrivera pas ni que cela n'a servi à rien. Encouragez-le à reprendre contact le plus vite possible avec les professionnels (en ambulatoire ou du centre de cure) pour en parler et débriefer ce qui s'est passé. La rechute n'est en aucun cas inéluctable et cela sera une "simple" réalcoolisation temporaire s'il les recontacte dès maintenant et arrête de nouveau. Encouragez-le à ne pas baisser les bras.

Cela ne remet évidemment pas du tout en cause votre décision de le quitter. Vous avez vos limites, vous faites vos choix et c'est tout à fait légitime.

Cordialement,

le modérateur.

aude81 - 24/08/2018 à 11h25

Merci pour vos messages, je me sens moins seule.

Je suis au bout du rouleau et prête à le quitter.

Oui la cure nickel, les vacances parfaites et de retour à la maison, où il se retrouve seul, les mauvaise habitudes reviennent et tout recommence : cadavres planqués, retrait d'espèces ++, motivation 0, insultes... Il doit reprendre le taff lundi logiquement.

Je l'ai tellement encouragé et soutenu que je me demande aujourd'hui si cela a servi. Si je reste, où tout cela va nous mener, même si il arrête de temps en temps. Ma santé mentale est en jeu et je dois être forte pour mon fils.

Ce n'est pas une vie...J'y ai cru mais même l'annonce de notre séparation ne le rend pas plus combattant. Il dit que je le laisse tombé, que j'attendais que ca. Il ne se bat pas pour notre famille donc pourquoi je le ferai. Il n'arrête pas de m'appeler pour me dire adieu, il a changé son profil FB en séparé... donc j'ai le sentiment qu'il n'y a plus rien à sauver.



cuberdon - 24/08/2018 à 11h37

bonjour à toutes,

Mon compagnon a été en cure à deux reprises et à 3 mois d'intervalles car il avait replongé.
Il y est retourné de lui-même car il a senti qu'il perdait pied.
je pense qu'un des points forts de la cure, c'est que le malade prend conscience de son état bien plus tôt qu'avant. il est conscient de ses limites et sait quand il reprend le mauvais chemin.
C'est une route difficile et longue, car vivre dans l'abstinence, dans l'idée qu'on ne pourra plus jamais faire quelque chose c'est une notion horrible.

Il s'autorise de temps en temps un verre, même si je ne le cautionne pas mais cela lui permet de gérer sa frustration.
il m'a dit que si l'envie était là et qu'il essayait de la combattre trop longtemps, c'était souvent une grosse rechute. tandis que si après 2, 3 semaines sans alcool il s'autorise une petite bière, ça facilite son travail...

maintenant je comprends qu'on ne puisse plus tenir le coup en tant que compagnon ou compagne de malade alcoolique.
Je n'ai plus la même confiance en lui, je scrute beaucoup plus ses habitudes et je reste sur mes gardes. Tout en continuant de le soutenir mais en étant très franche avec lui aussi.
Quand il me dit qu'il est triste que je ne lui fasse plus confiance, je lui dis simplement que son comportement d'avant m'a poussé à déclencher chez moi une "auto"protection.
Quoi qu'il en soit, après tout ce que nous avons subi et ce qu'ils ont vécus, nous ne serons plus jamais les même...


mais je reste convaincue qu'ensemble on est plus fort tant qu'il n'y a pas de violence et qu'on vit dans le respect...
Nous ne sommes pas des putching balls et nous ne pouvons pas avoir la gueule de bois à leur place.
Pour soutenir l'autre, nous devons avoir confiance en nous, être forte et parfois c'est tellement dure d'y croire encore. il faut aussi penser à nous protéger.

Aude81, la vie est belle et malheureusement on doit prendre des décisions qui nous brisent le coeur et l'âme. Votre vie sera sans doute différente mais il faut lui rendre de la couleur. Nous méritons tous et toutes le bonheur et pour y arriver il y a des sacrifices....

courage à toutes,

aude81 - 24/08/2018 à 12h31

Votre mari a l'air plus raisonné que le mien Delphine. Je suis heureuse pour vous.

Je suis d'accord qu'on est plus fort à 2 mais on se détruit à petit feu. J'ai fait tant de sacrifices, accepté tant de réactions et de mots blessants, j'ai fait tampon avec notre fils, je me suis privée par manque d'argent.

Trop c'est trop, Toutefois, je souhaite qu'il s'en sorte bien entendu. Mais la base d'un couple n'est elle pas fondée sur la confiance ? Et de mon côté, j'avais confiance en sa guérison depuis 1 mois et aujourd'hui je me dis que je n'aurais plus jamais confiance en lui donc pourquoi continuer !

Je suis désolée, j'aurais tellement apporter un message positive au milieu de tous ces témoignages de détresse.

Répondre au fil Retour