Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Réaction après avoir tout perdu

Par help4429

70 réponses


help4429 - 18/01/2020 à 00h41

Cambodge, bien joué pour la soirée crêpes, tisane et cocooning ! C'est vrai que c'est bon les snickers, c'est les meilleurs avec les bounty pour moi.

Comment ça a été ce soir ? Te sentirais-tu prête à vider toutes les bouteilles qui restent chez toi ? Il y aurait déjà moins de tentation. Mais j'ai confiance, je te sens motivée et je pense que ce n'est qu'un passage. Une partie de moi pense qu'on a peur de craquer, de ne pas y arriver en partie parce qu'on entend souvent que c'est difficile, qu'il y en a qui replongent, etc... C'est comme arrêter de fumer. Tout le monde en fait une montagne alors que des gens y arrivent sans aucune aide. Et fumer (je suis fumeuse), c'est aussi une drogue, il y a aussi une dépendance mentale et une dépendance physique, il y a aussi les cigarettes en solo et les cigarettes sociales. Et quand on arrête, si vraiment on est un vrai fumeur, il vaut mieux arrêter pour de bon et ne jamais retoucher une cigarette. C'est très similaire à l'alcool ! La grosse différence c'est que ce n'est pas mal vu, "honteux", péjoratif ou tabou d'être accro à la clope alors que ça l'est complètement pour l'alcool.

Donc courage et il n'y a pas de raison qu'on n'y arrive pas ! D'ailleurs où est passé Gast ??? Gaaaast ???

Moi en ce moment, je vais souvent chez des amis le soir, pendant nos heures démoniaques, comme tu dis. Surtout parce que je n'ai pas envie de rester seule toute la journée et toute la soirée vu les circonstances, là-dessus j'imagine que tu me comprends. Eh bien les gens m'ont demandé s'ils pouvaient boire des bières ou du vin devant moi, j'ai dit oui, bien sûr (déjà que je suis souvent chez eux et qu'ils m'ont récupérée à la petite cuillère il y a peu). Alors je suis confrontée depuis le début à la consommation "normale" des autres. Je les vois boire une, deux, trois bières et s'arrêter. Moi je reste à l'eau. Et quand je les vois s'arrêter de boire, je me dis "eh oui... si j'en avais bu une, deux ou trois, j'aurai eu envie d'en boire quatre, et cinq et crescendo et je me serais retrouvée toute seule à faire ça, ou du moins à avoir envie de faire ça." Alors je bois de l'eau, et je me retrouve dans le même état qu'eux au bout de quelques temps, c'est-à-dire qu'on mange et on fait autre chose. Ce n'est qu'un moment à passer. Comme quand tu vas fumer dehors et qu'un non fumeur vient avec toi pour ne pas rester seul mais sans pour autant fumer.

Que penses-tu de ma nouvelle théorie ? Ah ah !!!

Et maintenant que tu connais les émotions de base, par lesquelles passes-tu concernant la séparation ? Moi ça change, mais ça évolue. L'acceptation se fait doucement, je n'arrive pas à ressentir de la colère (pourtant j'aimerais bien, au moins un peu) et j'ai des pics de dégoût par rapport à son comportement. Mais j'ai aussi encore des sentiments (??!!??). Par contre je n'ai presque plus de gros moments de désespoir.

A moi aussi tes messages me font du bien et m'aident beaucoup.

A bientôt !

help4429 - 18/01/2020 à 00h49

Re salut Eloïse.

Oui, tu en es restée au post initial. Je suis d'accord avec toi sur le comportement de mon ex compagne. Tout le monde autour de moi est d'accord avec ça. Et c'est rassurant et très aidant alors merci pour ton message. Je me débats encore un peu avec tout ça, car son comportement et le fait qu'elle ait déjà quelqu'un, c'est ce qui m'a fait et me fait encore le plus mal. Mais le temps, la réflexion, les médicaments, les professionnelles que je vais voir et la présence de mon entourage font que la séparation en elle-même est un peu moins douloureuse et j'ai depuis réussi à replacer ma culpabilité à hauteur de MES défaillances et non pas de l'échec entier de notre couple.

Et si tu lis les réponses ci-dessus, tu verras que Cambodge, Gast et moi, on n'a rien bu depuis le début du mois ! Et ce n'est qu'un début !

Merci encore pour tes encouragements.

Gast - 18/01/2020 à 17h56

Bonjour, j'espère que vous allez bien et que vous arrivez à tenir ce weekend. Moi j'y pense beaucoup mais je tiens bon. Hier je repensais à certaines du passé où j'étais ivre et j'avais honte, mais ça m'a conforté dans mon idée d'arrêter l'alcool. C'est un mal pour un bien.

N'hésitez pas à rechercher le hashtag #dryjanuary dans les réseaux sociaux, c'est une mine d'or de motivation pour notre combat commun. On se sent tout de suite moins seul, on pense à des effets positifs auxquels on n'avait pas pensé...

Bonne fin de weekend happy

help4429 - 18/01/2020 à 20h38

C'est bizarre, j'ai écrit hier soir mais mes messages n'apparaissent toujours pas...

Co12 - 18/01/2020 à 23h40

Bonjour a vous

Après avoir lu tout le fils de la conversation je tenais à vous encourager de tout cœur et vous féliciter.

Je ne sais pas par où commencer mais allons y
Cela fait maintenant 10 ans que je vis avec un homme au début tout etais magique nous étions heureux. Nous avons décider 5 ans après de déménager en région parisienne et la douche froide. A peine arriver le cauchemar commence.

Il sait enfermé dans l alcool tous les jours j ai commencer a lui dire gentiment il y a 4 ans mais rien faire.
Plus on avance dans le temps pire c est. Il boit tout les soirs nous n avons plus de vie, il est plus présent, plus de discution plus de partage plus rien. Il ment constamment trouve des excuses.

Il y a maintenant 2 ans on a passer le capte des insultes rabaissement méchante et tout ce qui vas avec. J en passe .

Il y a 6 mois un accident arrive et la je crois au change en me disant qu'il vas comprendre maos rien .

Je sais plus quoi faire je suis arriver un stade de fatigue morale et physique et j y crois plus.

Je sais que c est pas facile pour lui mais on peut pas le forcer.

Cela fait 5 ans de souffrance de voir quelqu'un se détruire comme ça en étant impuissante et ne pouvant rien faire pour l aider.

J ai écrit ce soir car je pense le quitte car il n y a rien a faire et je suis trop malheureuse.

Je sais pas s il nous pouvons tout pardonner.

Je suis tellement denuni par rapport à ce que je vis tout les jours


Milles questions dans ma tête pourquoi? Qu Est ce qui vas pas
? Ai-je fais quelque chose ? Est ce ma faute ?

Voila une partie de mon histoire.

Bonne soirée à vous

Saissile - 20/01/2020 à 16h58

Bonjour,

Le week end est passé, j'ai pensé fort à vous! Je ne vous ai pas écrit plus tôt car j'ai vu que le modérateur profite de ses week end pour se changer les idées (enfin j'espère et il a bien raison!)
Mon mari à difficilement accepté mais ce matin il a pris rdv au CMP, j'espère que nous y trouverons tout le soutiens nécessaire. Il pense qu'il va devoir aller chez les fous...
Comment se sont passé vos week-end? Parfois, devoir passer la journée seul à la maison mène à s'ennuyer puis ruminer et se retrouver avec ses vieux démons...
Avec mon mari nous nous sommes occupé à entretenir notre terrain... je vous envoie tout plein d'ondes positives!!!

Saissile - 20/01/2020 à 17h15

Co12, soyez forte!

Un jour viendra le déclic puis il y aura place aux excuses qui seront les bienvenues... La maladie fait que pour le moment il ne se rend pas compte du problème. Exit la honte engendrée, les conneries et j'en passe sur les moments carrément moins cool... l'alcool semble bien effacer la mémoire! sad
Ce qu'il faut à votre mari c'est un soutiens sans faille mais qui ne soit pas au détriment de vous. Peut être que la séparation pourrait lui être bénéfique comme déclic, ou pas...
Si lui refuse de se faire aider vous pourrez peut être vous faire aider en CMP. Car être proche d'une personne dépendante nécessite aussi d'être épaulé car ce n'est franchement pas une sinécure!!!!

De tout coeur bon courage dans votre épreuve

help4429 - 21/01/2020 à 11h14

Bonjour Gast, et bonjour Saissile.

Alors Gast ce we ? Oui c'est une méthode de se souvenir de l'état dans lequel nous nous mettions. Et l'état du lendemain aussi...! Moi je buvais davantage le vendredi soir (relax de la semaine), ce qui fait que je commençais mal mon we le samedi matin, c'était n'importe quoi...!!! En tout cas bien joué, on est le 21 ! Mais j'ai dans l'idée que tu n'arrêteras pas d'arrêter en février non plus, je me trompe ?

Saissile, merci beaucoup pour ton message d'encouragement ! Oui je me demandais pour les messages du we, mais c'est vrai que les modérateurs ont bien le droit de se reposer un peu. En même temps, nos messages sont cordiaux, mais ils en lisent peut-être qui le sont moins...
C'est très bien de la part de ton mari ! Lui as-tu montré nos discussions ici ? Si c'est le cas, tu peux le féliciter de ma part. Et lui dire que rien n'est impossible, qu'on se sent décidément beaucoup mieux déjà après quelques jours d'abstinence et encore mieux par la suite. Jour après jour, un à la fois. Je pensais, s'il arrête, peut-être que les premiers jours, vous pourriez changer vos habitudes, aux heures qui vont être les plus difficiles pour lui, je sais pas, aller se promener, aller au cinéma si vous aimez ça, histoire de créer de nouvelles situations où il n'a pas d'automatisme. J'ai lu quelque part qu'une habitude, c'est un automatisme inconscient. Quand on arrive à prendre un peu de recul et à prendre conscience de notre comportement habituel, ce n'est plus une habitude, mais ça devient un choix conscient.
Le rendez-vous est prévu pour quand ? En tout cas j'admire la force et l'amour que tu déploies pour l'aider et le soutenir. Il a beaucoup de chance. (Ca, tu peux lui faire lire aussi !)

Et où est passée Cambodge ?

help4429 - 21/01/2020 à 11h29

Bonjour Co12.

Pas facile ta situation car, forcément avec cette maladie, l'état, le comportement et l'attitude de ton mari empirent... et il semble être encore dans un beau déni.
Si tu as déjà lu tout le fil de nos conversations, je ne sais pas trop quoi te dire de plus. As-tu réussi à lui dire que tu pensais à le quitter parce que tu n'en pouvais plus ? (Vise un moment où il est sobre pour ça)
Son alcoolisme semble s'être déclaré après le déménagement ? Tu penses qu'il n'est pas bien où vous êtes et dans sa vie ou bien n'a-t-il jamais été vraiment bien quelque part et ça a été la goutte d'eau ?
En tout cas, on ne boit pas pour rien. Il y a forcément des choses qui ne vont pas bien chez lui.

Si tu as encore la force et que tu ne l'as pas encore fait, essaie de lui parler de ça, demande-lui ce qui ne va pas en émettant des suppositions pour lui faciliter la tâche (certaines personnes ont bien du mal à s'exprimer).

En tout cas, ce n'est pas de ta faute ! L'alcoolisme, arrivé au stade de ton mari (se mettre en danger, couper tout rapport et discussion même avec toi) est une vraie maladie. J'imagine qu'il souffre des deux dépendances, à la fois mentale et physique. Penser que tu y es pour quelque chose, ce serait comme penser que s'il avait une maladie auto immune, ce serait de ta faute. C'est faux !

La balle, pour l'instant, est dans ton camp car lui n'est pas en mesure de voir quoique ce soit pour l'instant Soit tu essaies encore et différemment de l'aider, soit tu estimes que tu es arrivée au bout de tes forces (et tu en as le droit vu les circonstances) et tu t'en vas.

Répondre au fil Retour