Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Le premier jour du reste de ma vie ?

Par guillaume

306 réponses


Carte - 07/02/2022 à 09h12

Bonjour Chica

Bienvenue dans le train. Compte sur nous tous pour t'aider à affronter ces premiers jours.

Objectif: prendre confiance jour après jour chaque jour gagné et plus tu auras plus de force

Bravo je te félicite
j'attaque mon jour 21 force, courage et le matin un bonheur de se réveiller au calme, de lire le soir et de faire du sport. ne rien lâcher car le cerveau est traite et ne te laisse pas tranquille facilement mais nous sommes bien plus fort que nous le pensons nous même

bravo et tiens nous au courant

Sy

sebos - 07/02/2022 à 09h46

Super ! Bravo Chica !

On va tous devenir accro au jus de tomate ! Ça ira, ce n'est pas trop grave happy
Tu le sais ce sont les premiers jours qui sont les plus durs. Il faut tromper l'envie puis elle finit par passer. Quand ton corps te réclamera de boire, que la petite voix te chuchotera : Vas y , juste un verre ! Tiens bon, pense à nous, on à la même qui nous parle et on a décidés ensemble de ne pas l'écouter.
17ème jour pour moi. Il n'y a pas encore de jour facile, et chaque jour je pense à l'alcool , mais je commence quand même à être fier du reflet que je vois dans le miroir quand je me lève le matin.

Bien à toi.

Seb

Carte - 07/02/2022 à 09h54

Bravo Sebos. super journée 17 pour toi. soit en fier.
moi aussi mon visage à fortement changé. le teint est plus clair, les rides s'apaises et top le matin de se voir enfin avec un visage éclatant. grâce certainement à un élément de base qui est l'eau

Alors attaque ta journée comme hier. et je suis comme toi. 10h00 / 16 et 19 h mon cerveau se réveille et me donne l'infirmation qu'il serait bon de prendre un bon verre de vin..... Mais NIET NIET NIET et j'attends ce moment ou il me parlera le moins possible

Bonne journée

BeBop - 07/02/2022 à 15h46

Bonjour tout le monde,

Avant-hier, bien déterminé à arrêter de boire, j'ai découvert cette discussion, j'ai lu tous vos messages d'une traite, Guillaume, Carte, Chica et Sebos, ça m'a énormément motivé et surtout, comme pour tous ici j'imagine, on se sent moins seul face à l'alcoolisme, que personne ne semble réellement comprendre au final.. J'écris donc ce message pour vous dire que j'ai arrêté, aujourd'hui est mon JOUR 1, et j'aimerais monter dans ce fameux train de l'abstinence avec vous.

Donc je me présente, moi c'est BeBop, 29ans, étudiant en physique théorique fondamentale, actuellement en reconversion. J'aimerais vous partager un peu mon rapport à l'alcool, car si potentiellement quelqu'un lit ce message, qu'il puisse éventuellement se reconnaitre et savoir qu'il ou elle n'est pas seul non plus, puis aussi pour ordonner ma pensée, verbaliser tout ça sous forme de mots, pour ne pas avoir qu'un flot chaotique d'émotions et de réflexions fugaces qui virevoltent dans ma tête.

Mon alcoolisme remonte à mes 21ans, à ce moment-là j'essayais d'arrêter les drogues et principalement le cannabis, l'alcool était alors un moyen pour moi de supporter l'arrêt de la fumette. J'ai commencé par du vin et de la vodka, puis je suis très rapidement passé aux bières fortes, bien moins chères, plus de quantité et fait "le job". Mon péché mignon est la Mxxxxxxxxxx, une cannette de 0.5L à 11,6%. J'en bois environ 2,5L-3L par jour.

Je n'ai jamais été un fêtard, j'ai toujours bu seul chez moi. Avec le recul j'ai le sentiment d'avoir toujours été alcoolique, même avant de boire, pendant ma jeune adolescence. Drôle de pensée, mais c'est vraiment ce que je ressens, être alcoolique sans même connaitre l'alcool. Comme une fatalité que je n'aurais jamais pu éviter, peu importe le scénario que ma vie aurait pu prendre.

L'alcool est pour moi un moyen de combler un vide, cette solitude, ce sentiment d'angoisse existentiel permanent. L'alcool fait taire tout ça, et me permet de vivre "normalement", de "fonctionner". D'oublier la peur. De ressentir un peu de joie et d'enthousiasme dans les choses du quotidien, un film, la guitare etc. L'alcool est aussi ce qui me donne la force d'entreprendre des choses, car je sais qu'il sera toujours là pour me récompenser après l'effort. Et le problème est là... C'est ma récompense, mon essence pour fonctionner. Mais ça c'était au début.

A l'heure actuelle, l'alcool m'a complètement consumé, je bois dès le réveil, je suis seul, pas d'enfant ni de compagne, pas de job, pas vraiment d'ami, juste seul depuis trop longtemps. Et c'est évidemment l'alcool qui m'a mis dans cette situation, je me suis renfermé sur moi, je suis bourré toute la journée, je fais une sieste l'après-midi pour digérer l'alcool du matin, puis j'attaque de nouveau le soir. L'alcool me permet de tenir le coup, mais c'est aussi à cause de lui que j'en suis là. On pourrait dire que "non c'est de ta faute pas celle de l'alcool" et honnêtement je suis du genre à prendre mes responsabilités, à assumer sans me victimiser, mais franchement, l'alcool me dépasse complètement, il m'a dominé. C'est à la fois mon pire ennemi et mon meilleur ami, l'antidote de son propre poison. Puis on se met même à boire pour oublier que l'on boit. Horrible cercle vicieux qui s'alimente de lui-même.. Puis on se détruit à petit feu, aussi bien sa santé physique que mentale, on détruit sa vie, un lent suicide.

Aujourd'hui est donc mon JOUR 1. C'est bon j'en ai marre, je veux vivre ma vie en cohérence avec mes valeurs, être épanoui et libre. Dans ma vie j'ai probablement dû faire une cinquantaine de tentatives d'arrêt, mon record est de 3 jours. Mais je ne comprends que maintenant mon erreur, à chaque fois : je n'acceptais pas de souffrir de l'arrêt. Je n'acceptais pas cette traversée des enfers que je vivais le premier jour. Et ça se comprend : "Pourquoi est-ce que je souffre, alors que j'arrête enfin cette merde?". C'est paradoxal quand on y pense. Donc je me disais qu'il y avait encore des choses à creuser, ce n'était pas logique que je souffre alors que justement je me libère !! Et donc pendant plusieurs années je tournais autour du pot, avec cette envie, consciente ou non, de comprendre ce paradoxe. Je n'acceptais tout simplement pas l'idée de devoir souffrir pour arrêter. Je voulais trouver "un truc" qui rendrait cet arrêt facile, ou en tout cas le moins pénible possible pour être certain d'y arriver.

MAIS NON. Et c'était ça mon erreur pendant tout ce temps. Je ne pouvais pas tricher, il fallait que j'y passe. Si certaines personnes vivent leurs tout premiers jours comme un moment de jubilation intense, tant mieux pour elles moi ce n'est pas mon cas. Je l'accepte. J'accepte cette souffrance des premières semaines, des premiers mois qui sait. Je m'en fout, je l'attends cette souffrance, je la désir même. J'en suis au point où je préfère largement cette souffrance que celle de boire et de gâcher ma vie. Ramène-toi la souffrance, je ne vais faire qu’une bouchée de toi. J'en ai trop marre maintenant. Je capitule, l'alcool à gagner. Je peux donc arrêter de boire maintenant.

Je m'excuse pour ce long message, il y aurait tellement à dire que je pourrais ne pas m'arrêter d'écrire. Je monte donc dans le train à vos côtés, j'espère que vos compteurs d'abstinence avancent, mais surtout que vous allez tous bien ainsi que vos proches. Au plaisir de vous lire.

BeBop

Profil supprimé - 07/02/2022 à 17h03

Bonjour et merci à tous pour vos encouragements. Bienvenue à BeBop. Tu verras, monter dans ce wagon de la délivrance fait vraiment du bien...C'est tellement reposant après tous ces jours, ces mois, ces années de souffrance, de decheance...J'en suis à mon 3ieme jour et, grâce au sevrage, je ne souffre pas du manque...Hier, j'ai eu une très grosse contrariété, j'ai très fortement pensé que l'alcool pourrait apaiser mes tourments mais non, j'ai pris un bon jus de tomate () et l'envie est passée...De toutes façons, l'alcool bien sûr, ne résout rien, bien au contraire... Voilà, malgré les épreuves du quotidien que la vie ne manque pas de nous envoyer, je tiens bon...Le seul hic, quand même, est que je mange beaucoup...Est-ce que de votre côté vous compensez par autre chose? Bonne soirée.

sebos - 07/02/2022 à 17h25

Salut BeBop

Bienvenu à bord !

C'est sûr que ça ne va pas être facile, ça ne l'est pour personne, perso j'ai fumé des joints pendant des années enfin des dizaines d'années et maintenant j'ai arrêté ça (sauf occasions très exceptionnelle). Je ne vais certainement pas faire ici l'apologie du shit, mais une chose est sure : Ça a été beaucoup plus facile pour moi d'y mettre un terme que pour l'alcool ou la cigarette. En plus d'être hyper addictives ces deux drogues légales s'achètent à tout les coins de rue !

Une autre choses est certaine et tu devrais pouvoir le vérifier en lisant les différents post, plus le temps passe et plus le fossé qui te sépare de l'alcool s'élargit, chaque jour est un petit peu plus facile que le précédent.
Alors attention, je dis pas que c'est facile, aujourd'hui après 17 jours j'ai de féroces envies, mais elles durent moins longtemps et quand je les aient je me dit : "Et Carte ? et Chica ? et Guillaume? je suis sur qu'ils tiennent en ce moment", alors ce soir je me dirais et BeBop ? je suis sur qu'ils va penser que ce soir il est monté avec nous dans le train et que ça va le faire tenir.

Un jour après l'autre. Pas de secret.

Demain nous serons un peu moins addict, un peu plus fier de nous.

Carte - 07/02/2022 à 18h42

Bonsoir à tous et bienvenue à BeBop

Rassure toi, tu n'es pas seul. Je peux juste te dire une chose avec ma petite personne c'est que "tu viens de prendre la décision d'arrêter et de reprendre ta vie en main" C'est le plus important ce déclencheur.
Alors repose toi sur les écrits des uns et des autres. Nous avons tous , nous vivons tous et avons subit ces premiers jours d'abstinences qui sont affreux. Mais comme Sebos vient de l'écrire ta force mentale est plus forte que l'alcool. Tu gagneras cette bataille. Cela ne va pas être simple, les 3/4 jours qui arrive ne vont pas être sympa mais après ces 3/4 jours, tu auras passer le pire de la crise Physique. Après c'est un travail de volonté.....Je fini ma journée 21 ce jour et chaque matin je me remercie d'avoir pas succomber. Après la rechute fait partie de l'apprentissage et il faut prendre ceci comme une nouvelle aventure pour le lendemain. Je suis alcoolique depuis 30 ans. J'ai eu la chance d'être abstinent grâce à un super Addictogue qui m'a accompagné pendant 3 ans de 2010 à 2013 et de 2013 à 2018 'j'ai connue l'abstinence" mais la vie à fait que j'ai repris un verre de vin il y a 3 ans. La maladie te rattrape immédiatement.... Depuis 21 jours c'est fini... et je vais gagner cette bataille car il y a une chose qui est certaine c'est que la vie est magnifique après. Maintenant un petit conseil si je puis me permettre, fais toi aider. Addictologue, Médecin, Psy, groupe de parole.... Seul c'est très très difficile... Enfin moi je n'y arrive pas... Je suis gavé de médicament mais après 21 jours la vie reprend. L'envie de boire n'est plus forte du tout. Il y des crises de Craving c'est certain, mais jour après jour cela est de plus en plus facile à combattre. Alors courage, courage, force. nous sommes présent pour t'aider... Chica, Sebos , Guillaume et l'ensemble des personnes inscrites, sont tous la pour en finir avec cette addiction, afin de pouvoir reprendre le contrôle de sa vie et ceci permet de partager et de trouver du soutiens Rien n'est simple, ce n'est pas facile, mais tu y arriveras.... Alors fonce et ne te laisse pas abattre... Sy

Profil supprimé - 07/02/2022 à 19h57

Coucou. Je souris car j'adore l'émission"des trains pas comme les autres"...Je pense toujours que le gars qui fait l'émission, Philippe Gougler, pour ne pas le nommer, a une chance inouïe de gagner sa vie en sillonnant le monde, en train...Ben, depuis 3 jours, j'y suis dans mon train pas comme les autres!...Les passagers sont de belles personnes, courageuses et fortes, j'ai de la chance...Je suis contente et même un peu fière de faire partie de ce voyage à destination de la reconstruction...

Le déclencheur principal, pour moi, a été en 2014, le 5 août exactement, date à laquelle mon fils aîné, pour diverses raisons, est parti de la maison et depuis ce jour, ne m'adresse plus la parole...Je vivais à l'époque avec un barman...L'alcool festif et gai du début est devenu l'alcool reparateur, l'alcool oubli, l'alcool "endormisseur" puis l'alcool enfer car, petit à petit, il m'a fait devenir une autre, une larve...
Mon fils n'est toujours pas revenu dans ma vie...Je précise que je n'etais pas encore accroc à l'alcool quand il est parti, ce n'est pas la raison de son choix de vivre loin de moi...
Ce manque m'a tuée, la culpabilité m'a rongée et j'ai rempli ma vie avec le vin rosé...

Je n'ai pas d'excuses , rien ne justifie de se laisser aller comme je l'ai fait pendant toutes ces années mais je voulais vous raconter un petit bout de mon chemin...Notre voyage va durer quelques jours alors autant faire un petit peu connaissance...

Demain, j'entame le 4ieme jour..

Au plaisir de vous lire, bon courage et bonne soirée.

BeBop - 08/02/2022 à 08h29

Bonjour à tous,

Je vous remercie pour vos messages de soutien et vos conseils. Ca fait un bien fou de savoir qu'on est pas seul et d'être compris.

Toutes mes félicitations pour tous ces jours d'abstinence, j'espère que vos proches vous le disent, mais en tout cas sachez qu'il y a un inconnu sur internet qui vous le dit, ça vaut ce que ça vaut, mais je me rends compte de votre exploit et vous êtes des titans !

Personnellement je suis très fier de ma journée d'hier, je n'ai rien bu de la journée, rien acheté en allant faire mes courses, j'ai réussi à m'occuper sans trop angoisser. Seul hic, j'avais oublier de jeter un petit carton de 6 bières artisanales qu'on m'avait offert et qui trainait dans un coin depuis longtemps. Je m'en suis rappeler le soir et sans même réfléchir je les ai bu et je me suis arrêté là sans retourner acheté quoi que soit après. Mais c'est pas grave, je suis quand même très fier de ma journée, et c'était finalement l'occasion pour moi de dire "aurevoir" une bonne fois pour toute, en pleine conscience.

J'ai trébuché sur la première marche à l'entré du train de l'abstinence, mais je me suis raccroché à la rambarde et je compte bien monter à bord.

Chica, pour répondre à ta question :
Je ne sais pas si je suis légitime pour répondre mais c'est connu, l'alcool rempli l'estomac, donc lors du sevrage on "redécouvre" le sentiment de faim. Puis l'alcool n'est que du sucre au final, donc normal que tu aies des envies de nourriture et de sucre. Moi je te dirais fait toi plaisir comme tu peux au début, tant que tu ne bois pas c'est l'essentiel, mais reste vigilante avec la nourriture sur du plus long terme.

Au plaisir de vous lire

Répondre au fil Retour