Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Le premier jour du reste de ma vie ?

Par guillaume

306 réponses


guillaume - 14/10/2022 à 15h08


Espoir0773 et Carte : Merciiiiiiii .....

Il faut prendre les choses au moment et ne pas anticiper , du coup je suis content de ma première petite victoire. Ce midi repas avec des collegues, j'ai bu une bière sans alcool .... la décision a été tres difficile mais là maintenant je suis assez content de ne pas avoir céder!

Bon courage a tout le monde et passer un tres tres bon week end sobre !

Guillaume

Today - 14/10/2022 à 22h42

Bonsoir à tous !

Je viens de lire les derniers messages et émerge en moi cette notion de "motivation". Du "pourquoi" et "pour quoi"?

Qu'est-ce qui motive notre arrêt, notre choix d'abstinence, notre envie de nous sortir de cette spirale infernale et si destructrice?

Au travers des lectures sur les différents posts, multitudes de réponses...:
La honte de cette "dernière" cuite de "trop", d'avoir encore dit et/ou fait n'importe quoi, de ne même plus se souvenir de tout, voir même de rien...
La santé, la peur des dégâts infligés à notre corps, nos organes.
Récupérer son permis.
Peur de perdre amis famille travail....la pose parfois d'un "ultimatum".
Le ras le bol des "effets indésirables", mauvais sommeil, troubles digestifs, maux de tête, le visage marqué....la "fameuse" gueule dans le c..l.
L'argent.
.....ect....

Toute raison est valable lorsqu'elle est sienne.

Je m'interroge: le noeud du problème ne résidera it-il pas parfois (peut-être) dans le fait que cette décision n'est finalement pas sienne mais soumise au contexte environnemental, aux conséquences de cet alcoolisme?

Se dire "j'arrête" pour ne pas perdre mon conjoint, pour ne plus avoir honte, pour récupérer mon permis, voir mes enfants et/ou petits enfants grandir, être en meilleure santé ou éloigner les risques de maladies....ect.... N'est-ce pas finalement une forme de "pression" que nous nous infligeons ? Un devoir, un impératif ?

Que de "motivations" pour boire aussi.....un événement qu'il soit positif ou négatif, une journée difficile, une journée agréable, une soirée entre amis, un bon plat à accompagner....

Que ce soit pour "boire" ou "arrêter de boire", il est toujours question de motivations/prétextes "extérieurs" .....et puis" culturellement", le prétexte est là aussi.

Du coup, je me suis demandée pourquoi cette décision d'abstinence cette fois-ci plus ferme que les fois précédentes me concernant ? Quelle motivation différente ai-je eu des fois précédentes de modération ou arrêt pour que cette fois-ci je sois allée plus loin ?
Je n'ai pas pensé à mes enfants, ni à mes proches, ni à mon travail....je ne me suis pas dite qu'il fallait que j'arrête par peur pour mon foie ou autres...je ne me suis pas dite que j'avais encore trop honte une fois de plus.
Il y a juste eu ce marre d'en avoir marre....une sorte d'electrochoc de la fois de trop, la conscience de ce raz de marée d'angoisses/souffrance que l'alcool ne canalisait plus.
Il y a juste eu ce sentiment en profondeur que là, c'était un tournant à choisir dans ma vie, seulement 2 choix possibles : continuer à "mourir" (à petit feu mais à mourir quand même) ou décider de vivre.
Je crois que ça a été ma seule motivation :vivre ou mourir.
Donc au final, je pense que cette dernière fois à été la seule fois où je ne l'ai vraiment fait que pour moi, dans un élan d'instinct de survie simplement.
Il n'y a pas eu d'impératif "je dois arrêter pour ceci ou cela"....juste "j'arrête pour tout simplement vivre".
Une forme d'égoïsme "salutaire".

Aujourd'hui, je me vois plus de motivations pour ne pas replonger qu'il y a un an à arrêter.
Donc oui, je crois en ce "si l'on arrête, on doit le faire pour soi".

Je ne sais pas si j'ai été très claire...mais juste ne le faites que pour vous !

Bonne continuation à tous


Nathie120 - 17/10/2022 à 18h52

Bonsoir à tous,
Je suis nouvelle ici et vous ai beaucoup lu, chaque témoignage a quelque chose d'intéressant suivant nos situations. Today, j'ai fait exactement comme toi , un matin c'était là..... pour moi.
Mais au bout de 56J c'est l'horreur, je tourne en rond, mais je n'ai envie de rien, alors je me demande à quoi bon.
J'admire ceux qui se sentent super bien en 3j et je les encourage.
Mais moi je trouve que c'est hyper dur.
Bonne continuation à tous.

Today - 17/10/2022 à 19h35

Bonsoir nathie120.

Par expérience (et vécu relaté d'autres abstinents), il y a des caps à passer.
Au début, une fois le sevrage physique passé, il y a ce petit nuage ! La vie est belle ! On se sent zen, des warriors !!!!
Et puis, paf! Cette belle période euphorique se barre sans prévenir, nous laissant seuls face à nous même, face au vide laisser par l'alcool abandonné sur son rayonnage ! Tout semble si morne, gris, pas très drôle, le temps semble s'être arrêté ! On a envie de rien ou du moins on ne voit pas de quoi on pourrait avoir envie ! Faut s'occuper qu'ils disent, trouver quelque chose qui nous plait!!!! Bah ok ! Mais le hic pour moi c'est que je ne savais pas trop qu'est-ce qui pouvait bien me plaire ! Et puis en plus j'en avais marre de toujours devoir "faire quelque chose !". Alors je n'ai rien fait ! Je savais (après lectures sur le sujet) qu'il y allait avoir un manque d'endorphine dans mon p'tit cerveau mais que ça allait revenir. J'ai surtout occupé mon temps à réfléchir sur moi, à dompter ce vide et ainsi apprendre à m'ennuyer sereinement !
Quand le doute se faisait trop fort, je repensais à moi quelques temps avant, à cette "vie" subie sous alcool. Ça me faisait me dire que même si c'était pas la panacée, c'était déjà moins pire qu'avant. Ça suffisait pour me dire de continuer pour voir ce qu'il y aurait plus loin.
Certains te diront de faire du sport ou autres loisirs afin de stimuler la production d'endorphines...c'est propre à chacun mais ça en a aidé quand même beaucoup.

Écrire m'a été d'une grande aide....je n'ecrivais que pour moi, sans forcément me relire. Ça me permettait de mettre des mots sur mes ressentis /émotions, ça m'a permis d'apprendre à me connaître.

Ce que tu vis n'est qu'un cap, une période. Il y aura de plus en plus de mieux plus souvent et plus durablement, plus tu te seras éloignée de l'alcool.
Tiens bon, tu es dans la bonne direction !
Cette "sale période" va passer.

À bientôt.....et sois fier de tes 56jours sans alcool !

Jenny89 - 04/12/2022 à 12h54

Bonjour,
J15 pour moi aujourd'hui, j'ai lu tous vos messages depuis la création de ce fil, quel plaisir de vous lire. Pour la première fois, j'ai envie de me confier et de partager mon expérience, j'espère que cette conversation va perdurer. Merci à Guillaume pour cette initiative, où en es-tu d'ailleurs, dans ton combat de tous les jours?
J'ai hâte d'avoir de vos nouvelles, vos témoignages sont bouleversants. Bravo à Carte, à Espoir...
A très bientôt!

Profil supprimé - 05/12/2022 à 11h07

Bienvenue ici Jenny et bravo pour tes 15 premiers jours . Bonne continuation un jour à la fois

salmiot

Carte - 05/12/2022 à 15h09

Bonsoir à tous

Bravo à tous pour votre démarche première de vouloir arrêter l'alcool. C'est déjà une première victoire.
Jour après jour, le travail se fera... Doucement et pas d'inquiétude sur les faux pas, cela est dans la normalité des choses.

J'en suis à mes 284 jours sans alcool et je vais avouer que la vie est plus calme...Le cerveau est toujours compliqué à gérer et le 17h00/19H30 pénible avec les envies qui reviennent. Pas du tout des crises de Craving, mais juste l'amertume des soit disant bons moments.

Alors ce soir, eau fraiche et coca et bon repos...Objectif bien dormir, lire au calme et retrouver la tranquillité d'esprit.
C'est le plus compliqué à trouver mais après quand cela devient presque simple, OUFFF ont respire

A tous, courage dans vos débuts et soyez fier de vous et des 24H de gagné...Demain est un autre jour

Sylvain

Profil supprimé - 05/12/2022 à 16h00

Belle analyse et beau programme des 24 heures Sylvain .

C'est lorsque j'ai eu capitulé devant l'alcool, que j'ai eu admis que j'étais alcoolique et que je perdais de plus en plus la maîtrise de ma vie que tout fut bien plus simple.

C'est ce que je vous souhaite à toutes et à tous

salmiot1

Jenny89 - 07/12/2022 à 15h53

Bonjour,
Sylvain, alias Carte, tu me fais rêver avec tes 284 jours, FELICITATIONS!
J'en suis au Jour 18 blunk
En revanche, j'ai remplacé mon plaisir de boire par une addiction au chocolat (moi qui ne suis pas très sucrée à la base…): 4 carrés le matin, 4 carrés au gouter et 4 carrés le soir.
Pensez-vous que c'est trop?

Répondre au fil Retour