Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Alcoolique à 35 ans

Par sonow

Bonjour,

J'ai découvert ce site il y 2 semaines, j'ai lu beaucoup de fils de discussion et je me suis retrouver dans tellement d'histoires...

J'ai 35 ans et je suis devenu alcoolique. Je bois beaucoup trop depuis plusieurs année maintenant et je ne sais même pas comment j'en suis arrivé là. J'ai commencé à boire régulièrement quand j'ai fini mes études, et que j'ai eu mon premier appartement.

Je rentrais chez moi le soir en étant content d'avoir réussi mes projets de vies et en planifiant les suivants et tous ça accompagné d'un verre de whisky.
C'est devenu un rituel, quotidien et ce n'était qu'un verre au départ mais tous les soirs. Et avec le temps, le verre est devenu deux, puis trois puis plus vraiment de limite. A chaque fois que j'ai un événement qu'il soit positif ou négatif, alors ça devient une bonne raison pour boire.

J'ai calqué mon retour à la maison et mon comportement sur ce que l'on peut voir à la télé: un pichet de whisky synonyme de réussite ... c'est tellement médiocre!
Puis les sorties avec les copains, les verre de rhums sans limites, les retours à la maison complétement explosé et ce de manière régulière pendant plusieurs années. Alors que je buvais rien jusqu'à mes 25 ans.

J'ai essayé de limiter ma consommation en me disant chaque jour, ce soir je ne vais boire qu'un verre et pas plus, en me disant: "j'apprécie le bon whisky et le bon vin, allez je vais être pus sérieux et me maitriser..." tu parles, à chaque fois c'est pareil. Je me réveille à 4h du matin explosé dans mon canapé avec une demie bouteille qui est partie. J'ai déjà fait des pauses, parfois même d'un mois mais ça ne tient jamais, parce qu'à chaque fois je le vis comme une pause, et je sais que je vais reboire plus tard.

Je dois aussi dire que je n'ai jamais été très honnête avec moi-même...

La semaine dernière, je lisais les fils de discussions et je me suis dis que j'allais m'arrêter définitivement. J'ai tenu toute la semaine et ce week-end ce vieux réflexe du "je vais me maitriser... " est revenu.

Seulement je sais que c'était la dernière fois pour moi. A partir d'aujourd'hui, je me promet que je ne m'empoisonnerait plus: plus d'excuses, plus de premier verre comme j'ai pu le lire plusieurs fois, je ne veux plus de ce poison dans ma vie, je ne veux plus me lever le matin avec cette haleine désagréable, ces maux de ventre et de tête, cet état nauséeux, ces tremblements qui m'accompagne une bonne partie de la journée pendant que mon système nerveux se rétablit. J'ai une belle vie, j'ai un bon job, j'ai une maison, tout roule pour moi, je ne vais pas tout gâcher. J'ai ramassé toutes les bouteilles qu'il y a chez moi et je vais m'en débarrasser cet après-midi (je reviendrais pour confirmer tout ça) - Je suis déterminé, je ne peux plus laisser ce poison détruire mon quotidien.

Je vous remercie aussi tous autant que vous êtes car c'est en lisant toutes vos histoires que j'ai réalisé à quel point j'ai dégringolé - Et pour être honnête j'avais honte de venir écrire mon histoire ici même si c'est anonyme, je ne sais pas pourquoi. Je pensais pendant longtemps que je ça ne pouvais pas m'arriver à moi.

Merci à tous ceux qui vont me lire, je vous souhaite le meilleur.

Fil précédent Fil suivant

8 réponses


Goeve - 05/10/2021 à 17h52

Sonow,

Comme toi, j'ai découvert les forums de ce site il y a quelques jours et j ai lu des témoignages dans lesquels je me reconnais tellement...

Mais quand je vois aujourd'hui le tien, ça me déconcerte de voir à quel point notre parcours est similaire.

Ce forum je l aurai intitulé de même, car comme toi, j ai 35 ans et je suis alcoolique.

Pour ma part, il y a longtemps que je bois trop. Depuis le lycée où j etais interne et où l alcool était festif.

Arrivée dans le supérieur, je buvais déjà régulièrement seule.

Ensuite, la vie s'est installée... vie de couple... mon homme depuis l époque ne boit que très peu. Moi j ai continué et de plus en plus je buvais seule, les sorties se calment avec le temps.

Lui a toujours taché de me ralentir, en surveillant d'un œil ma consommation et parfois baissant les bras.

J ai maintenant une petite fille et j ai totalement arrêté de consommé alcool et tabac dès ma grossesse.

Je n ai jamais repris le tabac. Pour l'alcool, ça s'est fait progressivement.

Maintenant, je suis dans l escalade. Je sens que je perds totalement le contrôle.

Je bois toujours le soir... l appel de 18h et je tâche de rester soft jusqu'au coucher de ma fille.

Mais les sautes d'humeur se font régulières et sont exacerbées par la charge d'un enfant en bas âge.

Je sens aussi que mon corps est imbibé.

Je grossis.

Bref je sens qu il est grand temps pour moi d agir, mais je n arrive pas à imaginer vivre sans alcool.

J ai pourtant déjà su arrêter complètement...

sonow - 06/10/2021 à 10h58

Bonjour Goeve,

Merci pour ta réponse et ton témoignage. Je pense que le fait que tu ais su arrêter pendant ta grossesse montre que tu peux le faire de nouveau. Je dirais pour ta fille, pour tom mari et donc pour toi, pour ne pas gâcher ta vie.

Je pense que c'est cette chose qui m'a frappé dans toutes ces discussions: on voit des personnes qui ont réussi à arrêter parfois avant les dégâts, mais beaucoup trop ont perdu beaucoup. La première perte est bien sûr sa santé physique, puis moral, mais aussi tous ce que l'on a construit.

C'est ma motivation aujourd'hui: j'ai bosser dur pour arriver ou j'en suis, et je ne veux pas tout gâcher.

Hier j'ai pris le temps de jeter toutes mes bouteilles, comme signe de rupture. Je m'interdirais dorénavant d'en acheter (je n'irais plus faire les courses seul dans un premier temps) et je vais éviter pendant un temps les sorties qui sont "à risque".

Je reviendrais ici aussi régulièrement pour donner des nouvelles, ce sera un peu un checkpoint de mon avancement.

Je te dirais aussi que je ne veux pas me poser la question de savoir comment sera ma vie sans alcool: avec ce n'est pas vraiment vivre...

Sois forte, regarde ce qui t'importe vraiment mais ne te culpabilise pas, ne regarde pas en arrière (on le fait tous et c'est inutile): tu y arriveras et appuis toi sur ton mari qui saura certainement te supporter dans cette épreuve.

RK_Satie - 08/10/2021 à 10h38

Bonjour Sonow et Goeve,

Je suis dans vos âges et dans la même situation que vous avec une famille adorable, un travail qui me plait, mais une consommation excessive et incontrôlable. De mon côté je m'attelle aussi à arrêter, avec plus ou moins de succès.

Votre démarche est super et vous allez vite voir tous les bénéfices que vous en tirez.
Alors je vous souhaite une bonne route dans votre voie et j'espère lire vos témoignages prochains.

sonow - 11/10/2021 à 14h56

Bonjour RK_Satie, Bonjour Goeve,

Nouvelle semaine qui commence pour moi, après une abstinence complète depuis mon dernier message.
Ca fait du bien d'enfin sentir son esprit plus serein, et pour l'instant pas de sensation réelle de manque. Je me sens bien mieux.
Je pense a tous ces effet positifs (même si ce n'est qu'un début) et ça me motive pour la semaine qui s'annonce.

Le plus dur à mon sens est de remplacer ces moments d'apéro pour ne pas être tenté. Et bien sûr c'est beaucoup plus facile quand il n'y a rien n'a consommé happy.

Bref tout ça pour dire que rien n'est possible tant qu'on ne démarre pas. Ce sera peut-être difficile mais je crois que le seul déclencheur c'est de démarrer. Pour ma part me débarrasser de toutes mes bouteilles sans exception m'a fait l'effet d'une bouffée d'air. Je vous apporte tout mon soutien également et j'espère avoir des nouvelles bientôt.

Bon courage à vous! et belle semaine.

Lyna11 - 20/10/2021 à 20h03

Ou en êtes vous Sonow, Rk eh Goeve?

sonow - 21/10/2021 à 11h47

Salut Lyna11,

Disons que ce n'est pas facile tous les jours, mais ma boisson apéro se limite maintenant à un perrier citron.
J'évite de trop y penser et j'arrive pour l'instant à me tenir à mes décisions. Je suis assez content de voir que j'ai posté le premier message il y a 15 jrs maintenant.
Au début je comptais les jours mais c'est une très mauvaise idée (en tous cas pour moi). J'avais l'impression de ne pas avancer.
Maintenant je cherche surtout à être actif pour ne pas avoir le loisir de penser à prendre un verre. Et pour l'instant ça marche.
Et je dois dire que ça fait du bien: je me sens beaucoup mieux il n'y a pas photo...

Et toi tu veux en dire un peu plus sur ta situation ?

demoiselle89 - 21/10/2021 à 16h40

Bonjour goeve
Comme je me reconnais dans tes écrits ! Incroyable
J essaye moi aussi de réduire ma consommation car l arrêt complet me fait peur je n’y suis pas encore prête
Je buvais 8 verres minimum de rosé par soir sous les yeux de mon fils la honte....
J ai réduit à 5 depuis une semaine et je vais tenter de retirer un verre par semaine pour atteindre je l espère les zéro alcool un jour....
Mais même avec 5 verres j ai l impression de me coucher à jeun juste un cauchemar pour trouver le sommeil
Et toi ou en es tu depuis 3 semaines?

RK_Satie - 22/10/2021 à 08h45

Bonjour Lyna11, Sonow, Goeve et demoiselle89,

Pour ma part les choses vont très bien. Une reconsommation abusive de 4 jours au début du mois après un gros mois d'arret complet, et je suis retourné dans l'abstinence. Chose importante, c'était beaucoup plus facile de ne plus reboire la seconde fois, car mes mécanismes sont déja en place et tout les monde est au courant de "mes problèmes d'estomac" blunk.

Sur le positif, la je sens vraiment un décrochement. Je ne pense plus vraiment à cette sobriété. Je ne suis plus omnubilé en fin de journée par le fait de me dire, il faut que je tienne. Du coup, je pense également moins à vous (à tort!). Sur le plan physique en tout cas c'est incroyable la différence: j'ai repris le sport, perdu du poids, remis des vêtements qui étaient trop petits, je me regarde dans le miroir, je fais des trucs le soir... Donc je pense que j'ai franchi un cap.

Affaire à suivre!

Je vous souhaite à tous et à toutes une bonne route dans cette aventure.

Répondre au fil Retour