Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Témoignages de l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Déni et danger vis à vis des enfants

Par Mamanlouve

Bonjour à tous,

Après 8 années de mariage et deux enfants respectivement de 8 et 2ans, mon époux a sombré chaque année un peu plus dans l'alcoolisme. Pendant les trois premières années, je n'ai rien remarqué. Il buvait sans doute en cachette sans trop d'excès puis des problèmes de travail et des problèmes relationnels avec ses parents l'ont fait glisser.

Telle une bonne épouse, j'ai tout tenté pour l'aider, l'écouter, tenter de le comprendre tout en prenant des décisions fermes vis à vis de nos enfants. Il était inconcevable qu'ils prennent le moindre risque supplémentaire. C'est dur d'admettre que le père de nos enfants pourrait être dangereux vis-à-vis d'eux. Il est devenu pathologiquement irresponsable. Malgré que nous étions un couple, que je travaillais à temps plein, je m'occupais seule de nos enfants. Je m'arrangeais toujours pour qu'il ne soit jamais seul avec les enfants car il serait capable de s'alcooliser en leur présence. Ce n'était plus une vie, mais de la survie où chaque jour sans crise est un mini répit.

Il ya un an, un pallier supplémentaire a été franchi. Profitant de mon absence et de celles de nos enfants, il s'est alcoolisé à notre domicile. Lorsque je suis rentrée, la maison était saccagée et lui couché par terre. Je suis ressortie avec nos enfants car j'ai vite tout de suite compris qu'il était ivre. J'ai repris la voiture en direction de chez mes parents et 30 mn plus tard, lorsque je suis revenue chez moi sous escorte familiale, la police et tout le voisinage étaient devant chez moi car mon epoux était sorti dans la rue avec un couteau de cuisine et s'est mis à menacer les voisins.

Depuis cet incident qui aurait pu tourner au meurtre, je suis partie de notre maison avec les enfants et la maison a été mise en vente. Lui a passé deux jours en garde à vue puis a été relaché le temps de son procès. Après deux semaines chez ses parents a loué un studio d'etudiants et n'est plus revenu dans notre ancien quartier. Je me suis occupée seule de la vente, du déménagement et bien sûr de nos enfants.

Parallèlement, j'avais pris contact avec une avocate en droit de la famille afin de demander une ordonnance de protection car jétais traumatisée à l'idée qu'il cherche à revenir dans notre ancienne maison, au risque de la saccager et de rendre impossible sa vente. A l'heure d'aujourd'hui, il ne sait toujours pas où moi et les enfants vivons précisément.

Maintenant que la maison est vendue, je vais pouvoir lancer la procédure de divorce mais je suis horrifiée qu'il demande et obtienne le droit d'emmener les enfants avec lui, ce ne serait ce qu'une heure. Son instabilité psychologique conjuguée à son alcoolisme le rend désormais dangereux. Selon ses propres dires, un psychiatre libéral qu'il a consulté après sa garde à vue lui aurait diagnostiqué un trouble de la personnalité grave et un alcoolisme.

Notre médecin de famille que j'ai dû consulter tant le traumatisme était sévère m'a indiqué que mon époux souffrait de psychose alcoolique. Ce serait assez rare, les personnes qui en souffrent perdent complètement le sens de ce qu'elles font.

Comment cet état peut il être compatible avec le fait de s'occuper d'enfants? Eux que je préserve depuis leur naissance. Cela m'est inconcevable.

Depuis ces dernières semaines, le poids de la solitude aidant, il se rappelle avoir des enfants et me fait comprendre qu'il aimerait les voir, non pas juste une après midi par ci par là mais plusieurs jours consécutifs. Je crains vraiment qu'il ne demande et obtienne un droit de visite sans restriction.

Quant à sa famille, les ponts étaient coupés depuis un peu plus d'un an avant la séparation. Ce sont des vrais rustres, irrespectueux et manquant cruellement de savoir-être. Pour ne rien arranger, ils habitent à plus de 100 km de chez moi. Du côté de ma famille, personne ne pourrait servir d'intermédiaire. Ce qu'il a fait rend impossible tout contact.

Pensez-vous qu'un juge pourrait lui accorder un droit alors qu'il ne se soigne pas et continue à boire? Comment puis je prouver que tout cela continue alors que nous ne vivons plus ensemble depuis 1an?

Déposez votre témoignage

Retour à la liste