Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Réaction après avoir tout perdu

Par help4429

70 réponses


help4429 - 24/01/2020 à 19h23

Re salut Ninoé et merci pour la fin de ton message me concernant.

Pour répondre à ta question, personnellement (et pour l'instant), j'ai arrêté seule. Mais tard. Disons que j'ai aussi d'autre chats à fouetter avec l'épuisement, le burn out, la séparation, etc... J'en avais déjà marre avant d'avoir besoin de l'alcool, tout ça n'est que déclencheur par rapport à ce problème. Et je suppose que j'ai un instinct de survie et aussi de liberté qui a pris le dessus et qui me fait penser que si j'avais continué à boire là en ce moment, c'était la fin. Ma fin à moi. J'ai donc "choisi" (mais à vrai dire ça s'est plutôt imposé à moi) d'arrêter cette dépendance. Tout le monde dans mon entourage et surtout les professionnels que je vois me félicitent grandement et sont impressionnés par le fait que je tienne bon, toute seule, sans médicaments dédiés, sans suivi dédié etc... Après, comme je te le dis, je n'avais absolument pas le comportement de ton conjoint, ni la même sorte dépendance j'imagine. Je ne me suis jamais vue devoir aller en cure pour réussir à stopper. Et malgré mon comportement malsain avec ce produit, j'ai toujours gardé la tête sur les épaules, je suis toujours allée travailler, je n'ai jamais conduit sous l'emprise de l'alcool. C'est en ça que je te dis que chaque cas est unique.

Je pense que tu fais très bien de te faire suivre par le CMP au niveau de l'entourage d'un malade alcoolique. Je comprends aussi les difficultés par rapport au crédit, à l'école de ton fils, à ton travail. Je sais que c'est plus facile à dire qu'à faire, mais tout ça, ce ne sont que des choses matérielles. Elles peuvent être un peu longues à régler, surtout si tu penses qu'il va te mettre des bâtons dans les roues, mais ça reste faisable. Par exemple, tu n'es peut-être pas obligée dans un premier temps de quitter la zone où tu habites, ce qui enlève déjà le problème du travail et de l'école de ton fils. Tu verras par la suite si vraiment tu veux changer de coin. Ton fils est encore très jeune, un changement d'environnement, s'il est bien accompagné, peut être très vivable pour lui.

Et pour ce qui est de la relation future entre ton fils et son père, ça, c'est quelque chose que tu ne peux pas contrôler et personne ne sait ce qui se passera ou pas. Une chose est sûre c'est que ton fils va grandir, comprendre davantage ce qui se passe et voir son père dans cet état, toi qui vas t'épuiser à côté s'il n'avance pas et l'ambiance qui continuera à se dégrader (encore une fois s'il ne fait rien pour aller mieux), ce n'est pas une vie non plus. Grandir avec un père absent (et encore, on ne sait pas) et grandir avec un père défaillant même s'il est physiquement présent n'est pas simple, dans un cas comme dans l'autre. C'est malheureusement le cas de beaucoup d'enfants, qu'il s'agisse de la mère ou du père.

Je te souhaite une bonne soirée et j'espère qu'il va tenir le cap de sa pause abstinente. Mais seul, c'est difficile. Je pense à toi en tout cas.

Co12 - 25/01/2020 à 00h00

Bonjour à tous

Gast je voulais t encourager à tenir bon mais si tu as faute. J espere que tu vas bien malgres tout je t envoie toute mes pensées positives et t encourage de tout cœur

Ninoe je te comprends sur tout ce que tu vie moi je le vie depuis 5 ans je te souhaite d etre forte et de ne pas t oublier comme moi. C est très compliqué comme situation je ne serais quoi te dire sur le faite de partir moi j y pense mais j y arrive meme si tout les jours c est pas facile.
Je t envoie toutes mes ondes positives.

Cambodge j espere que vous allez bien?

Help4429 j espere que vous allez bien. Je viens ce soir après une soirée de merde parmis tant d autres je me.demande comme une personne peut accepter de se faire insulter par son conjoint qui a aucune reconnaissance de se qu on fait pour lui.

La je songe de plus en plus à le quitter mais pas une pause définitivement j'ai tout fais et ça continu de pire en pire.

Je trouve cela dommage de se séparer pour cela car sinon tout vas bien dans notre couple. Mais la je pense a mon fils de 11 ans qui voit tout et entend tout. Mon fils lui a même dis lundi soir je t encourage papa et je suis fier de toi si tu y arrive.
Meme ça il l entend pas.
Notre vie de famille est bloquer sur ca et ça devient difficile d avancer .

Je suis dégoûtée de cette vie

Je vous envoie à tous mes ondes positives pour arriver à avancer et être heureux.

A bientôt

Bonne soirée à vous

Saissile - 26/01/2020 à 09h11

Bonjour à tous !

Je vous avais fait un petit message jeudi mais visiblement j'ai été trop longue à l'écrire et j'ai dû être déconnectée avant de le valider...

Je venais aux nouvelles... J'ai été triste par la suite de voir que gast avait "dérapé" bon, 21 jours c'est déjà énorme la prochaine fois ce sera plus !
Help et cambodge je pense qu'aussi difficile soit la vie du conjoint alcoolique on ne lâche théoriquement pas si facilement l'affaire. Auquel cas ninoé, co12 et moi même aurions déjà quitté nos conjoints. C' est difficile de voir l'autre s'auto détruire, être impuissant... C'est un gros sentiment d'échec personnel. L'impression qu'on ne réussit pas notre devoir de conjoint, notre accompagnement amoureux, en gros qu'on ne sert à rien alors on ne lâche pas l'affaire avec l'espoir de retrouver notre fierté personnelle et notre intégrité. Normalement on ne baisse pas les bras suite à un échec.
Mon mari a eu rdv au cmp jeudi, il en est satisfait. Dans mon message de jeudi je vous écrivait que je voulais y croire mais la rechute n'a pas tardé.
Parce que je suis au bord de l'épuisement (allaitement, bébé de 7 mois, entreprise, maison, mari à tenir à bout de bras) et débordée hier j'ai un peu moins prêté attention à mon mari. Du coup il est allé boire parce que pour lui je l'ignorais... J'ai donc veillé sur lui une bonne partie de la nuit. Je suis au bord du craquage et ça me bouffe de le voir se lever à 9h30 puis trainer devant la télé jusque midi alors que moi je suis obligée d'être à fond dès 6h quand le petit se lève. Rien qu'une fois je rêve de ne pas me lever le matin aux réclamations de notre fils mais juste parce que j'aurais bien et suffisamment dormi ! Le pire c'est qu'un des problèmes de mon mari est que les travaux à faire à la maison n'avancent pas... En même temps en restant collé au canapé c'est sûr que ça n'ira pas vite !!
Et pour répondre à vos questions, oui j'aime mon mari, je l'ai déjà filmé bourré et ça l'a fait rire, je lui ai écrit une longue lettre avec tout ce que j'avais sur le cœur, ça l'a à peine fait réfléchir. Je lui ai parlé de se forum, il m'a dit qu'il se pencherai sur la question à tête reposée mais je ne sais pas si il arrive encore à avoir les neurones au repos. Il cogiterai moins ça irait peut être mieux ! J'ai à maintes fois essayé d'en parler avec lui mais son résumé était qu'il n'était pas alcoolique car il pouvait ne pas boire pendant plusieurs jours et qu'il ne tremble pas quand il ne boit pas. Bref il se voile la face et l'amnésie réelle ou voulue qu'entraine l'alcool fait qu'il minimise un maximum le problème.
En attendant il se détruit à petit feu et entraîne notre couple dans sa chute...

Je repense aussi à l'histoire de la cigarette. Je fumais et j'ai arrêté à la demande de mon mari. C'est vrai qu'à choisir j'aurais presque préféré qu'il soit accro à la clope mais en fait non, accro à la vie c'est la seule adiction valable ! Dans notre village on se retrouve souvent pour diverses occasions, les rares fumeurs sont moqués, par contre quand il est temps de faire un pot si je ne me ramène pas un jus de fruit je n'ai rien à boire car seul l'alcool existe ici. Pour le Noël du village mon mari a préféré rester à la maison suite à sa méga murge début décembre et ses multiples chutes qui l'ont couvert de bleus. Il ne voulait pas avoir à s'expliquer. Quand j'ai excusé mon mari pour son absence prétextant qu'il était malade tous mon dit qu'il aurait dû venir boire un canon pour se soigner. Comment voulez-vous qu'il s'en sorte !

Je continue à penser fort à vous tous ! Tenez bon !!

help4429 - 27/01/2020 à 11h46

Salut tout le monde !

Saissile, j'ai lu ton long message. Pfff...quoi te dire ?
Je comprends que tu sois épuisée. Enfant en bas âge et quota de sommeil, ça ne va pas trop ensemble, d'autant plus quand on est seule à s'en occuper. Quel courage, quelle force tu as !!! Mais pour combien de temps ?
C'est vrai que des fois, l'entourage n'aide pas (je pense aux fêtes de village dont tu parles). Mais si ton mari se décidait à prendre les choses en main et à en parler autour de lui, ses amis proches, s'il en a, feront attention à ça. Les gens du village, ne sachant rien en plus, et se réunissant exprès pour boire des canons, ne peuvent pas comprendre pour l'instant. En plus il y a une espèce de fierté malsaine à "boire des canons" dans ces circonstances-là. C'est sûr que pour quelqu'un de fragile sur l'alcool, c'est loin d'aider.
D'après ce que tu dis, ton mari se met même en danger quand il a bu, en tout cas certaines fois. S'il tombe à plusieurs reprises et est couvert de bleus... C'est fou de se renier comme ça, à ce point-là ! Je ne juge pas, hein, fut un temps il y a quelques années, je me prenais moi aussi des belles gamelles.
Est-ce que tu penses qu'il va quand même retourner au CMP s'il a trouvé ça satisfaisant ? Comment vois-tu la suite ?

En ce qui me concerne, j'ai eu quelques explications de la part de mon ex conjointe. Dans le long mal qu'elle m'a adressé, elle ne parle que de l'alcool, de rien d'autre. J'ai l'impression que pendant 2 ans, elle n'a vu que ça en moi. Son mail est assez plein de reproches, même si elle me dit ne plus être en colère contre moi. En fait c'est depuis le début de notre histoire qu'elle sait que ça n'allait pas marché entre nous. Elle me dit que si elle avait su que je buvais, elle n'aurait jamais eu de relation avec moi. Elle me dit même que si je m'étais fait "soigner" pendant qu'on était ensemble, elle n'aurait pas continué parce qu'elle aurait eu peur à chaque instant que je replonge... C'est dur de lire ça. C'est dur de se rendre compte qu'on s'est trompée pendant 2 ans. C'est dur de comprendre que l'autre n'a rien vu d'autre en nous, que c'était voué à l'échec depuis le début, même si j'avais réagi plus tôt. C'est dur de voir qu'elle n'a jamais eu confiance en moi là-dessus et même pas aujourd'hui (alors qu'elle sait que je n'ai rien bu depuis 26 jours). Elle pense que mes rendez-vous avec les professionnelles (psy, hypnose, etc...) ne sont dédiés qu'à l'alcool alors que ce n'est pas du tout le cas, personne ne me traite pour l'alcool, mais pour les vraies raisons qui m'ont poussée vers cette faiblesse. Elle me dit même "j'espère que tu t'en sortiras"... et pense que les alcooliques choisissent de boire.

J'en ai un peu gros sur le moral, là. Son mail a au moins le mérite de me faire comprendre qu'elle ne m'aurait jamais aidée, même si elle me dit avoir eu l'impression de le faire...mais comment, dans la colère et les non-dits.

Je suis un peu perdue sur tout ça du coup...

Je vous souhaite plein de courage en tout cas.

Saissile - 27/01/2020 à 13h34

Help, je suis impressionnée par ta compagne... Et pas dans le bon sens du terme ! Je ne comprends pas comment on peut se mettre en couple avec quelqu'un si on sait d'avance que ça n'ira pas... Je suis dubitative. Pour le coup ne te reproche rien, visiblement tu n'as pas été soutenue comme il se devait !
Quand j'ai commencé à sortir avec mon mari j'ai découvert qu'il avait des problèmes d'alcool, ça restait largement "vivable" et les épisodes assez rares. Je pensais que le fait d'être en couple l'appaiserais et qu'il n'aurais plus besoin de boire. Je n'avais juste pas pigé qu'il buvait beaucoup plus que ce que je voyais. Puis on s'est installés ensemble et j'ai même fini par l'épouser et faire un enfant, c'est bien qu'on peut voir au delà de la maladie !
Un immense bravo pour ces 26 jours ! C'est génial

Cambodge - 27/01/2020 à 13h46

Bonjour à tous,

Merci à tous pour vos encouragements qui je pense que je peux parler au nom de tout le monde, font du bien !

, Gast je ne te jettes pas la pierre, j'ai bu quelques verres ce week-end, mais dans mon cas, ce n'est pas que j'en ai eu besoin ou que j'ai "craqué", c'est encore plus naze que ça... simplement, mon père sachant que je vis très mal ma rupture est venu me voir 2 jours et à emmener une "bonne bouteille" pour accompagner son plat préféré que je lui avais fait...

Bref, il manque un peu de couleur sur mon calendrier, mais j'ai décidé de ne pas me flageller pour ça, hier il est reparti et aujourd'hui je n'ai aucune envie de boire, donc je reprend mon fluo pour la semaine qui arrive..

Pour répondre à Help, je ne sais pas si c'est le fait de l'abstinence depuis quelques semaines, mais je n'étais pas particulièrement mal le lendemain matin, après je n'ai pas eu une grosse consommation...

En fait, l’alcool, j'y pense pas, je sombre simplement parce que je ne me remets pas de son départ, et je gère pas du tout le manque que j'ai de lui, je me sens perdre pied, je ne pense qu'à lui et je ne remonte pas la pente, vendredi c'est mon anniversaire, je sais qu'il ne sera pas la, et ça me réduit en miette... bref, c'est pas le sujet premier, mais il faut expliquer ce qui nous arrive sinon on ne comprend plus rien ..!

Je vous souhaite à tous une bonne journée, et beaucoup de courage, que l'on soit d'un côté ou de l'autre de la barrière...
Biz

help4429 - 27/01/2020 à 14h16

Merci pour ton message Saissile. Moi non plus je ne comprends pas comment on fait durer une histoire 2 ans tout en sachant que même si la personne se fait aider et arrête de boire, on ne sera pas capable de le vivre... Je pense qu'elle a clairement attendu d'avoir une situation stable professionnellement (CDD enchaînés depuis 2 ans et enfin CDI fin décembre) pour s'en aller... Heureusement qu'elle ne l'a pas eu 5 ans après ce CDI ! Bref, je vais encore mettre un peu de temps à digérer tout ça, forcément. Je réalise maintenant que ce n'était clairement pas quelqu'un pour moi et vice versa, elle aurait juste pu me le dire avant. Comment peut-on envoyer des je t'aime tous les jours alors que ce n'est pas réellement vrai ???

Je suis vraiment dégoûtée.

Cambodge, je comprends que tu aies du mal à vivre sans ton compagnon... Mais il va quand même falloir remonter la pente au bout d'un moment. Pourquoi ne vas-tu pas voir quelqu'un pour vider un peu ton sac et avoir un avis extérieur ? Quant à la bouteille que ton père a amenée, tant pis, c'est une petite entorse à ton calendrier, surtout si tu n'as pas eu une consommation excessive. Je suis quand même contente que tu reprennes ton jeûne, ah ah !!!

Ninoé - 27/01/2020 à 14h31

Bonjour à tous,
Help le message de ton ex compagne ne fait effectivement que confirmer que l'alcool n'y est pour rien dans votre rupture mais plus évidemment un manque de sentiments... Mais elle préfère rejeter la faute sur toi que de devoir s'expliquer... je trouve ça un peu facile et très dur de continuer à t'enfoncer tout en sachant les efforts que tu fais pour t'en sortir.
Saissile et Co12 que vous dire à part que je pense qu'on se comprend très bien... N'hésitez pas à vous faire suivre aussi dans un cmp qui propose des suivis pour l'entourage, même si cela ne résout pas le problème ça permet d'avoir un lieu neutre pour parler et dire ce qu'on a sur le cœur... j'y vais depuis peu, j'ai mis beaucoup de temps à me décider mais je dois dire que ça fait du bien... Et j'ai l'espoir de finir par convaincre mon mari de venir avec moi... Pour ma part situation un peu compliquée, après avoir annoncé à mon mari m'a décision ferme et définitive de divorcer, ce qui m'a valu 3 jours d'enfer à la maison, il a fini par revenir à lui et réaliser qu'il allait tout perdre.. il m'a donc promis d'arrêter de boire... dans l'espoir que je puisse revenir sur ma décision.. difficile pour moi de lui faire confiance et de croire qu'il y arrivera sans aucune aide, mais tout aussi difficile de lui dire que non il n'y a plus d'espoir pour moi et que je reste sur ma décision (ce qui reviendrait à l'inciter à boire de plus bel)..bref je lui ai dit que je ne faisais aucune promesse et que j'attendais de voir.. alors j'ai l'impression d'être revenue au point mort..malgré tout nous avons passé un bon weekend sans alcool malgré quelques passages de nervosité aux heures habituelles de l'apéro, j'ai voulu lui montrer qu'on pouvait faire plein de choses en famille et agréables sans l'emprise de l'alcool.. bon reste une grosse difficulté c'est qu'il travaille dans ce milieu... Et que l'apéro le midi au travail est courant.. alors il ne sait pas encore ce qu'il va dire pour justifier qu'il ne boit plus.. je lui ai dit de faire simple : tu dis non et tu te justifies pas ! Bref on verra comment il tient, j'ai rdv demain au CMP je demanderai conseil pour l'accompagner au mieux dans ce moment..
Saissile j'ai l'impression d'être un peu dans la même situation que toi, il nie exactement pour les mêmes raisons, qu'il peut rester plusieurs jours sans alcool...et c aussi pour ça qu'il pense ne pas avoir besoin d'aide.. alors oui peut être que tant qu'il vit dans un cocon ça va tenir mais à la moindre contrariété j'ai plus de doutes...
Cambodge tu me donnes un peu d'espoir en disant que tu as réussi à boire raisonnablement et que malgré tout ça ne t'a pas fait rechuter..car je ne pense pas que mon mari arrive au 0 alcool mais si il arrivait au moins à ça...
Bon courage à tous, continuez à vous battre pour des jours meilleurs !

help4429 - 29/01/2020 à 11h42

Bonjour tout le monde.

Alors quelles sont les évolutions pour chacun-e ???

Répondre au fil Retour