Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Réaction après avoir tout perdu

Par help4429

Bonjour à tous.

Le 2 janvier, ma compagne m'a annoncé qu'elle me quittait, qu'elle n'en pouvait plus. Je ne sais pas s'il n'y a que ça mais en tout cas, ma consommation d'alcool y est pour beaucoup.

Ca fait 15 ans que je bois trop et trop souvent, quand je suis triste, quand je suis gaie, peu importe. Et ça fait 1 an et demi que ma consommation a augmenté en dose et en fréquence, ainsi que ma dépendance. Or ça faisait deux ans que nous vivions ensemble.

Au début elle a piqué des colères, presque jamais dans le dialogue, surtout dans la colère. Puis depuis cet été, elle ne me disait plus rien mais j'ai appris le 2 janvier, qu'elle cheminait seule dans sa tête pour se séparer de moi. De plus elle a déjà quelqu'un d'autre, elle n'a pas attendu d'avoir mis fin à notre histoire.

Je me doutais que mon comportement allait tôt ou tard poser vraiment problème, mais j'étais à mille lieues de penser qu'elle partirait sans me prévenir de ce qui se passait dans son esprit, sans me dire qu'elle s'éloignait de moi, sans m'avoir mis d'ultimatum ou parlé de ce qu'elle envisageait de faire (elle avait déjà regardé pour changer de logement).

Aujourd'hui je tombe donc de haut car non seulement elle part, avec quelqu'un d'autre, mais en plus elle m'a menti pendant presque 6 mois.

Son annonce m'a fait un déclic. Depuis le 1 Janvier, je n'ai rien bu et n'en ai pas envie. Je suis au plus bas. Je suis en arrêt. J'ai pris rendez-vous avec une psy qui m'a diagnostiqué un burn out depuis un an et demi, ce qui correspond à la période où ma consommation s'est accentuée.

Alors voilà. Aujourd'hui, outre l'absence et la froideur, je me sens vraiment coupable. Coupable de n'avoir pas réagi à temps, coupable de tout avoir foutu en l'air avec elle, à qui je tiens énormément. Tout arrive en même temps et je suis épuisée. Pour l'instant je ne vois pas comment remonter la pente et surtout je ne vois pas comment je vais parvenir à me pardonner d'avoir fait cette erreur fatale.

Merci de me répondre pour me dire ce que vous en pensez. J'ai vraiment besoin d'avis extérieurs.

Fil suivant

17 réponses


patricem - 10/01/2020 à 14h08

Bonjour,

en ne restant pas seul : psy, groupe type AA vous aideront.

Courage,

Patrice

Cambodge - 10/01/2020 à 16h03

Bonjour, je vis la même chose, mon ami m'a quitté le 2 janvier après 2 ans et demi de relation, pour le même problème et j'en suis dévastée, j'avais depuis un mois fais beaucoup d'effort et je pensais que cela lui suffisait mais non cela ne suffisait pas, je m'en veux énormément, il me manque atrocement mais j'ai compris que c’était de ma faute, je n'ai pas vu, je n'ai pas compris que c'était devenu un si gros problème pour lui, depuis je ne dors plus, je ne mange plus et j'ai beaucoup de mal à travailler, je n'imagine pas ma vie sans lui, alors suite à un message de ce matin ou il m'expliquait clairement qu'il me quittait a cause de cela, j'ai pris la décision du zéro alcool, je vais venir régulièrement sur ce forum, j'espère pouvoir apporter mon soutient et recevoir le votre, A bientôt

help4429 - 10/01/2020 à 19h45

Merci Patricem. C'est ce que je fais, je vois au moins une amie tous les jours. Et j'ai commencé un suivi avec une psychothérapeute. Pour l'instant je ne ressens pas le besoin d'aller au AA, mais si jamais je me sens faiblir, j'aurai la force de le faire.

help4429 - 10/01/2020 à 20h12

Bonsoir Cambodge.

Effectivement, on semble vivre à peu près la même chose, même si chaque situation est différente...

D'abord sache que mon moral varie un peu de jour en jour, voire au cours d'une même journée. Hier quand j'ai posté le message, j'étais comme toi dans une énorme culpabilité par rapport à l'échec de mon couple ; tout était de ma faute, c'est moi qui ai tout gâché, je ne peux m'en prendre qu'à moi d'avoir perdu cette femme, que j'aime pourtant tellement et avec qui j'ai tellement de points communs. Aujourd'hui, c'est un tout petit mieux. J'ai pu, depuis, discuté avec deux amies, séparément, qui m'ont toutes les deux certifié que j'avais certainement des choses à régler, que j'avais le droit de culpabiliser pour ma part, mais que tout n'était pas de ma faute. Dans un couple, il y a deux personnes, deux personnalités, avec leurs points forts et leurs problèmes, leurs façons de réagir aux soucis du couple ou de l'autre, leurs façons de faire les choses. Le fait que ton ami te quitte est-il vraiment inattendu pour toi ? A-t-il essayé de te prévenir avant ?

Alors nous, oui, on a un problème bien visible qui est notre consommation excessive d'alcool. Ca se voit vite. On est bien souvent incapables de se l'expliquer, et donc encore moins de l'expliquer à l'autre. La psy et l'hypnotiseuse que je vois m'ont toutes les deux dit qu'une dépendance (alcool, drogue, jeux,...) était avant tout le symptôme de quelque chose de plus profond, et certainement pas le problème en soi.
C'est là-dessus qu'il faut qu'on travaille, en se faisant aider. C'est maintenant ou jamais. Ce qui est fait est fait, mais faisons en sorte que ça ne se reproduise plus.
Maintenant je sais au fond de moi que je peux y arriver. Il y a 10 jours, j'étais incapable de penser ça. Cette séparation m'a ouvert les yeux. Le prix est cher, c'est vrai, mais dans les moments où je suis raisonnable et honnête envers moi-même, je sais au fond de moi que c'est ce qu'il me fallait pour réagir. Ressens-tu la même chose ? J'imagine que oui puisque tu as pris la décision du zéro alcool.

Pour tenir le coup de la séparation et de l'introspection nécessaire pour comprendre ton problème avec l'alcool, je te conseille vraiment de te faire aider : par tes amis (sont-ils au courant de ta consommation ?), par un psy (qui va t'aider à aller chercher plus loin), autres réunions AA si besoin, ce forum, médecine chinoise, massages, bref, tout ce qui peut te faire du bien. En tout cas ne reste pas seule. Si tu n'arrives pas à manger, va voir une amie le soir si tu peux et mange un petit peu avec elle.
Aller au travail te fait-il du bien ? Si c'est le cas tant mieux. Si ce n'est pas le cas, essaie de te faire arrêter un moment. Tu pourras te reposer, même par petits morceaux, et tu pourras réfléchir à tout ça et prendre tes rendez-vous.

Voilà, si tu repasses par là, je te dis à demain.

On va y arriver, tous autant qu'on est.

Cambodge - 11/01/2020 à 19h40

Bonsoir,

Merci pour ton message, oui effectivement, aujourd'hui je suis dans un état d'esprit différent, je pense moins à lui, je me concentre sur moi, j'ai été me balader au soleil avec un ami, j'ai été au restau, et je suis assez contente de moi car malgré ça je n'ai pas touché une goutte, bref j'ai passé une bonne journée malgré les circonstances ...
Mais j'ai compris que je suis trop faible en ce moment pour rester seule, mes amis sont surpris de me voir au thé toute la journée, mais ceux qui me connaissent vraiment sont contents pour moi, et je porte moins le poids de la culpabilité, car je sais que la vraiment je ne peux pas faire plus pour le récupérer et en même temps ça me fait du bien à moi, à mon corps et à mon esprit. Je me sens plus sereine, triste mais sereine, mais toujours énervé après moi même de ne pas m'être rendu compte avant cela que c'était tellement pesant pour lui qu'il envisageait de partir... et oui, après avoir revisité notre histoire, je me rends compte que l'alcool est un problème mais que je n'ai pas tous les torts, il n'est pas simple à vivre mais pour d'autres raisons,
En tout cas ces séparations nous permettent de réagir à notre problème... même si c'est un peu tard...
Je te souhaite une très bonne soirée, et je reviendrai demain,
Bon courage pour tout ça,

Gast - 12/01/2020 à 17h15

Bonjour,

Bon courage help & Cambodge. Une séparation est souvent difficile à vivre moralement... Essayez de vous rapprocher de personnes à qui vous pouvez parler et vous confier. Mettez de la distance avec l'alcool, l'alcoolisme est une maladie et certaines personnes sont plus vulnérables face à ça. C'est mon cas aussi...

Soyez forts dans cette épreuve

help4429 - 13/01/2020 à 12h22

Bonjour Cambodge.

Je suis contente de savoir que ton moral est un peu mieux, que tu as vu des amis et que tu n'as pas touché à l'alcool. Bravo !

Ne te flagelle pas à outrance sur le fait de ne pas avoir réagi plus tôt. Si tu ne l'as pas fait de manière aussi drastique que maintenant, tu n'étais sûrement pas capable de le faire. J'ai réfléchis à ça. Effectivement, ça aurait été encore plus courageux de notre part de réagir quand le couple pouvait encore être sauvé. Mais personnellement, je sais que j'aurais eu bien du mal à le faire profondément, pour moi. J'aurais, je pense, mélangé les raisons : pour moi un peu mais surtout pour la garder, pour notre couple, voire pour elle. Et je n'aurais pas tenu. A la moindre contrariété qu'elle aurait provoquée, j'aurais abandonné mon engagement. J'en suis quasiment certaine. Alors j'ai de moins en moins de regret. Le plus dur pour moi, c'est d'encaisser la trahison de 6 mois et du fait qu'elle ait déjà quelqu'un. Mais ça ne semble pas être ton cas.

As-tu réfléchis sur le pourquoi tu buvais ? Je ne te demande pas de te dévoiler ici, simplement savoir si tu y as pensé.

Comme dit Gast (merci pour ton message), nous ne sommes pas tous égaux devant notre rapport à l'alcool, comme aux différentes drogues, comme à la nourriture, aux jeux d'argent, au shopping, etc... Nous maintenant on a bien pris conscience de notre faiblesse. Pour moi, je sais que c'est par le zéro alcool que ça passe. J'imagine ça comme le capital soleil qu'on a. J'ai atteint mon capital alcool (et j'ai déjà ingurgité bien plus d'alcool que beaucoup de gens !). Il faut que le reste de ma vie s'en passe. Heureusement, ce n'est pas le cas pour le soleil !

Gast, j'ai lu sur ton autre post que tu te mettais au janvier sec. C'est très courageux ! As-tu eu un déclic comme nous ou en as-tu juste marre de cette prison ? Je sais que ce n'est pas très original, mais moi je fais une croix sur un calendrier tout neuf, chaque soir avant d'aller me coucher. Au début, on se dit ouais, trois croix, y a pas à exulter non plus... Mais quand elles s'accumulent et se suivent, là ça matérialise bien le temps qui passe et notre réussite. Quand tu ne te sens pas assez fort, évite peut-être de voir ton ami qui ne t'a pas suivi là-dessus...

A bientôt.

Bonne journée à vous deux. Et profitons de chaque petit moment de répit, Cambodge.

Gast - 13/01/2020 à 19h24

Bonjour Help,

J'ai déjà fait de nombreuses pauses dans le passé, mais le déclic cette fois a été la soirée du 31 et la difficulté du lendemain. A chaque nouvelle cuite je retombe 6 pieds sous terre et il me faut 6 mois pour me relever. Donc je dis stop aussi, et la nouvelle année est un très bon moment pour arrêter.

Oui je fais le janvier sec, je reviendrai faire le point le 15 ! N'hésite pas à laisser un message, ensemble on est plus forts. J'ai prévu de prendre un calendrier aussi !

Bon courage

Cambodge - 14/01/2020 à 11h06

Bonjour Help, Bonjour Gast,

Ça me fait toujours plaisir de voir nos nouveaux échanges ! Alors Help, tu vas rigoler mais les pompiers sont passé pour le traditionnel calendrier... qui est désormais dans ma cuisine, mais moi je coloris ma case le lendemain matin ! une fois que je suis bien sur d'avoir tenu la journée et surtout dans mon cas la soirée, pour moi c'est toujours plus dur entre 18 heures et 22 heures environ, alors oui pour l'instant ce n'est pas encore très coloré mais je suis contente de voir que déjà j'ai commencé, ce qui ne m'étais jamais arrivé jusqu'ici... Bravo Gast pour ton janvier sec, et le 15 c'est déjà demain ! happy
Oui, je sais que j'ai commencé à boire de bonne heure, avec des amis, en fête.. bref rien de bien exceptionnel, mais j'ai commencé à vraiment abuser quand j'ai perdu ma mère subitement à 20 ans alors que nous avions tout, des parents très amoureux, un petit frère à l'époque en pleine santé, qui a depuis ce jour là déclenché une grosse maladie, mon père qui n'a pas supporté son départ et qui s'est transformé en quelques jours en l'ombre de lui même, nous vivions dans un cadre de rêve, un chalet en station à la montagne... et je me suis retrouvé en quelques semaines à gérer mon père, mon petit frère et mon chagrin... et j'ai craqué petit à petit, complétement submergé par la peine et par l'incapacité de les aider plus, chacun a des parcours de vie bien différents.. pour moi c'était celui-çi.. la ou je me rassure c'est même si je n'ai pas toujours été des plus efficace, j'ai toujours garder ma boite, (je suis à mon compte) et je n'ai jamais sombré au point d'avoir des problèmes d'argent ou de mettre mon foyer en péril... maintenant tu me dis de ne pas me flageller mais je ne peux pas m'empêcher de penser que si je n'avais pas bu, il serait toujours là, et son absence est bien pire que le fait de ne pas boire, on a fais des voyages merveilleux au bout du monde, nous sommes encore rentré au mois de novembre d'un pays fantastique et ces moments sont tellement magiques par rapport à un pauvre verre de rosé toute seule dans ma cuisine... je ne dis pas que c'est simple mais j'aurais pu le faire avant, quand il était la, je pense que ca aurait été plus facile, car la j'ai l'impression de gravir une montagne et que même arrivé en haut, je ne le récupérerai pas et cette idée m'est insupportable, je tiens uniquement en me disant, si tu touches une goutte tu as 100 % de chance de ne jamais le revoir, si tu ne bois plus tu as 50 % de chance qu'il revienne et je m'accroche à ces 50 %... c'est surement un peu pathétique mais ça m'aide à tenir... Et sinon le matin, maintenant que je me réveille en pleine forme ... j'imagine que tout mon corps me remercie... j'imagine mes organes et mes membres me dire "Merci (mon prénom) !! " et ca me fait du bien !!! happy Alors sur ce, je vais bosser, je reviendrai ce soir vers mes heures démoniaques pour m'aider à passer cette nouvelle soirée, Je vous souhaite une belle journée, et courage à tous, et Gast mon anniversaire est à la fin du mois, je compte sur toi pour tenir jusque la et m'offrir comme cadeau qu'avec la volonté tout est possible !

Répondre au fil Retour