Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Nouvelle

Par Calyv

Bonjour à toutes je me prénomme Caly j'ai 36 ans maman de deux enfants. En couplé depuis 11 ans. J'ai tout pour être heureuse mais l'alcool me pour la vie. J'ai besoin de soutien et d'échanger avec vous si vous le voulez bien. Je consomme de l'alcool tout les soirs arrivé à une certaine une 17h 18h la tentation est la et je craque.... Je suis terriblement mal le lendemain je me lève pour mes enfants et me recouche jusqu'à 10h 12h.... J'ai décider qu'hier serai le dernier jour avec mon ennemi la bouteille j'espère tenir... Serons les mains à bientôt pour vous lire. Caly

Fil précédent Fil suivant

89 réponses


johana39 - 13/03/2019 à 09h11

Bonjour, Moi aussi comme toi j’ai tout pour être heureuse, et comme toi je viens de m'inscrire : j'ai 39 ans, j'ai également 2 enfants, un mari depuis 18 ans, j'ai une belle maison et un très bon boulot.
Ton témoignage fait écho chez moi !
Voici mon histoire en qq mots.
Aujourd'hui, je crois que je comble mon ennui dans l’alcool (boulot bien payé mais qui ne me passionne plus, enfants ado et préados qui restent dans leurs chambre, mari qui rentre tard et ne fait aucunes taches ménagère…) car je suis tout le temps seule (ma famille habite loin).
Je ne bois pas tous les jours.. mais surtout en soirée, lors des repas entre amis, barbecue et apéro avec mon mari. Je suis toujours celle qui boit le plus, quand je commence, je ne peux plus m’arrêter…J'ai l'impression que je m'amuse et il m'en faut toujours plus car je ne veux pas que cela s’arrête. J’enchaîne les verres et les cigarettes. A ce moment je ne mesure jamais les conséquences de mes actes. (je vois bien que les autres femmes sont depuis longtemps au jus d’orange alors que moi j’ai toujours un verre à la main mais j’occulte..)
Et puis.. le scénario, toujours le même, je me couche saoule et je me réveille en plein milieu de la nuit en sueur, la bouche sèche avec ce goût d'alcool et de cigarette dans la bouche qui ne part pas même avec des litres d'eau, pétrie de honte, de dégout et de culpabilité.
Je me remémore le film de ma soirée, je vérifie mon téléphone pour être sure que je n’ai pas envoyé de message ou de post sur les réseaux sociaux qui pourrais indiquer mon état de la veille. Puis, je me lève pour manger et étouffer ce sentiment de honte, de culpabilité, de détresse. Alors en plus de la gueule de bois, j’engloutis tout ce que je trouve. Cercle vicieux, je me dégoute encore plus, je culpabilise d'avoir bu et trop mangé, la journée est gâchée, je suis fatiguée, déprimée, angoissée. Focalisée sur ma personne et plus sur mes proches.
Avant je ne buvais que le week-end avec des amis et puis petit à petit apéro du jeudi avec mon mari voir le mercredi.
Je sens que l’étau se resserre et que je commence à perdre prise.
Mon mari minimise mon état, je suis allé voir un professionnel qui ma dit que je n’était pas alcoolique, mais moi je sais, je glisse, j’ai envie de boire dès que j’ai un coup de stress. La pire heure : 18h00 ou l’envie vient et je sais qu’il ne faut pas grand-chose pour que je bascule..

J’ai décidé comme toi d’arrêter tout lundi 11/03 suite à un déjeuner chez des amis où, non contente d’avoir bu toute l’après-midi, j’ai continué à boire chez moi le soir. Signal d’alarme, bourrée le dimanche soir, mon ado ne m’en parle pas mais je sais bien qu’elle voit, et ce dimanche j’ai bien vu qu’elle avait vue…
C’est un déclic, je vais arrêter pendant un long moment, le temps de réapprendre à gérer ma vie sans cette béquille. Reprendre du temps pour moi avec des activité pour avoir d’autres plaisirs dans la vie que de boire trop en soirée.
Si tu veux nous pouvons nous soutenir ?

Obiwan - 13/03/2019 à 11h45

Bonjour johana39

Quel spécialiste es-tu allé voir ?
Que t'a t'il dit exactement (sans rentrer dans les détails !)


T'a t'il prescrit des médicaments?


Prends soin de toi…..et sois courageuse….il en faut….beaucoup !!


Stéphane

johana39 - 13/03/2019 à 12h27

bonjour Stéphane
Je suis allée dans un Centre CSAPA et j'ai vu un psy. Aucun médicaments ne m'a été prescrit et de toute façon je n'en veux pas.
ce psy ma fait entendre que je n'étais pas assez alcoolique et que les vrais alcooliques avaient besoin de boire des le matin. Que je devais aller voir un psy mais que ce centre n'était pas fait pour moi.
johana

patricem - 13/03/2019 à 13h35

Bonjour,

réponse bizarre de votre psy. Boire dès le matin est une étape dans l'alcoolisme. Mais boire ne serait-ce que tous les week-end en perdant le contrôle est déjà un signe.

Allez voir un addicto, changez de psy et tester des groupes de paroles (type AA, Vie Libre, Croix Bleues). Quand aux médicaments, il ne faut pas en avoir peur : ils peuvent aider à franchir certaines étapes sevrage, craving, etc). Discutez en avec l'addicto, fixez vos objectifs et vos contraintes (genre pas de produit pouvant induire une dépendance, pas de produit qui assomme), et retournez le voir régulièrement pour ajuster votre traitement.

Cdt,

Patrice

Obiwan - 13/03/2019 à 13h55

Alors il y a beaucoup d'espoir !!

Les conseils à tout va c'est facile….mais soit vigilante, ce que je lis de toi me parait être d'une grande lucidité…..

Aussi, cette si précieuse lucidité devrait t'aider à ne pas perdre pied…Soit tolérante avec toi-même….


Garde espoir, toujours !!

Bien amicalement


Stéphane

Miniboulette - 14/03/2019 à 11h21

Bonjour à toutes et tous,

Comme vous j’ai décidé non pas d’arreter de boire, mais de ne pas boire ce soir, j essaye de ne pas me mettre la pression. Cela fait deux jours que je n’ai pas bu d ‘alcool. J’ai 40 ans le 20 mars.
Je bois depuis que j’ai 16 ans, j’ai arrêté l’alcool à chaque grossesse, ça a été dur surtout que je n’en ai jamais parlé.
J’ai deux magnifiques filles, une belle maison, un travail qui me permet de bien vivre. Je suis divorcée, j ai retrouvé un compagnon de vie très gentil. Mais malgré tout je continuais de boire.
Crises d angoisses sur crises d’angoisse depuis un an et demi et mardi 12 mars je me suis réveillée super mal, envie de mourir. Je me suis recouchée et j’ai fais une séance d.auto hypnose, je me suis endormie et réveillée à la fin de la séance comme ressourcée. Et j’ai dis stop ce soir et pourquoi pas stop demain,
. Deux jours sans alcool alors qu il y en a chez moi, une forte envie vers 18h, et des pensées récurrentes pour ma copine la bouteille de blanc, mais stop

johana39 - 14/03/2019 à 13h19

bonjour
Nous avons le même profil ! pourquoi ne pas nous soutenir ? Ca fait 4 jours mais je n'ai pas envie de boire ce n'est donc pas trop dur. Mais je n'ai également pas fumé depuis 4 jours non plus et là c'est plus dur... j'ai l'impressin d'avoir la tête dans le brouillard. C'est ce week end qui va être difficile. Il y a une telle pression sociale sur l'alcool... dur de dire non... réunion associative : verre de l'amitié. concert de l'école de musique = pot de fin de concert. Réunion syndicale= apéro entre voisins...+ mon mari qui commence à envisager un resto samedi....je balise à fond... je vais zapper les réunions... le week end dernier nous sommes restés 4 heures à table pour un anniversaire, à aucun moments une bouteille d'eau à été posée sur la table, seulement du vin toujours du vin et champagne au dessert. Je trouve cela dingue...

je m'appelle jo - 19/03/2019 à 19h02

bonsoir
Hier soir j'avais pris mon courage à deux mains et je m' étais longuement livrée sur ce fil, quelle tristesse de voir que cela n'a pas fonctionné.

moune78 - 20/03/2019 à 09h31

Bonjour Johana,
Comme toi je cherche toutes les solutions possibles pour me sortir de l'enfer de l'alcool... comme toi la bouteille est ma béquille.
J'ai le même dégout de moi, la même honte, la même envie de réussir à retrouver ma liberté.

Je suis maman solo de 4 enfants, 18,16, 11 ans et demi et 10 ans.
Je bosse à temps plein, et même si ma vie a été bien compliquée, j'ai quand même réussi!
Je suis propriétaire, maman de 4 supers gamins qui grandissent, jusqu'à maintenant dans le bon sens, un boulot dans la fonction publique, des amis.... et pourtant, je suis prisonnière de l'alcool.

Si tu le souhaites, on peut échanger!

Moune

Répondre au fil Retour