Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Conseils

Par Profil supprimé

Bonjour,

J’écris sur ce site car j’avoue ne plus savoir quoi faire. Mon père est alcoolique depuis des années et les choses ne vont pas en s’arrangeant. Il boit en cachète, avant les invitations et parfois avant midi. Il a plusieurs fois été ivre « sans raison » dans la soirée où même en après-midi.

Ma mère lui a fait part de ses inquiétudes il y a quelques années mais il a tout nié en block. Elle a essayé de façon douce avant de s’énerver face à sa « mauvaise foie ». Je lui ai moi même fait part de mes inquiétudes il y a environ 2 ans, en essayant de discuter avec lui sans le faire culpabiliser en lui disant que nous étions là pour lui ect. A ce moment il a dit qu’il irait consulter (chose qu’il n’a jamais faite). J’en ai parlé au médecin traitant de la famille qui avait des soupçons mais qui malheureusement ne peut rien faire si mon père n’aborde pas le sujet.

Je vis maintenant au Canada depuis 1 an et les choses sont apparement de pire en pire d’après mon petit frère de 15 ans et ma mère. Il se voile la face, répète qu’il ne boit pas, qu’il n’a pas de problème. Il nous reste souvent de l’alcool pour les invités lors de soirée, Ma mère en est venu à prendre les bouteilles en photo, compter les bières et peser les cubi de vin et même avec la preuve il continu de dire que ce n’est pas lui (ma mère n’a jamais bu l’alcool de sa vie, mon frère non plus). Et lorsque ma mère n’achète plus rien, il y va lui même et les cache dans le garage, coffre de voiture ect.

Même si je lui loin je m’inquiète énormément pour lui et j’aimerais l’aider ainsi que ma famille. Je ne sais pas vers qui me tourner et j’aimerais qu’il admette avoir un problème d’alcool et qu’il se décide à se soigner..

Fil suivant

1 réponse


Moderateur - 28/09/2022 à 15h21

Bonjour Canada123,

Votre famille est confrontée à ce qu'on appelle le déni. Les personnes qui ont un problème d'alcool ont du mal à s'en rendre compte mais surtout à admettre que leur consommation est un "problème". C'est très difficile parce que cela soulève plein de questions, met en avant une difficulté personnelle et chez les hommes une "faiblesse". Il faut en fait beaucoup de courage pour affronter cela.

Vous n'obtenez pas d'aveux mais sachez qu'en lui en parlant avec délicatesse vous avez déjà fait ce qu'il faut faire. Il faut continuer ainsi, souligner les excès mais sans le juger, dire qu'on est à ses côtés s'il a besoin d'aide mais qu'on ne peut pas faire les choses à sa place.

Le déni se développe aussi en proportion de l'adaptation de l'entourage à la situation. On laisse passer certaines choses, on s'habitue (jamais complètement mais tout de même un peu), on s'adapte et du coup on ne sait plus forcément réagir à bon escient. Lorsque la situation se dégrade la coupe est pleine et les réactions inadaptées mais "nécessaires" surgissent.

C'est la raison pour laquelle il serait intéressant - et en tout cas il est possible de le faire - que votre mère et même votre petit frère puissent en parler. Ils peuvent être reçus par des professionnels dans un CSAPA (Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie) où ils recevront informations et conseils sur la maladie alcoolique et les comportements favorables au changement. Ils peuvent aussi participer à des groupes de parole (et vous-même au Canada aussi car cette organisation y est présente) organisés par l'association Al-Anon. Il existe des groupes en présentiel et en distanciel. Il existe des groupes pour les conjoints et de groupes pour les enfants de personnes ayant un problème d'alcool. Le partage d'expériences et les lignes de conduite portées par cette association vous seront utiles. Voici leur site internet pour la partie française : https://al-anon-alateen.fr/

Pour ce qui est de trouver un CSAPA, votre mère peut nous appeler au 0 980 980 930 (appel anonyme non surtaxé, 7j/7 de 8h à 2h).

La situation de votre père n'est pas une situation qui se règlera à court terme mais la famille peut recevoir un soutien et de l'aide. Faire cette démarche est un premier pas pour changer les choses.

Cordialement,

le modérateur.

Répondre au fil Retour