Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Astuces pour mieux vivre avec la maladie d'alcoolisme

Par Québécoise

86 réponses


Nini777 - 21/06/2021 à 14h29

Bonjour a toutes et tous,
J'ai lu tous les messages de cette discussion. J'y ai trouvé à la fois du réconfort de ne pas me sentir seule dans cette démarche de ne pas vouloir abandonner mon mari a son triste sort et à la fois ça me fait très peur de me rendre compte qu'il ne changera probablement jamais.
J'aimerais pouvoir agir avant que cela ne deteriore trop sa vie, notre vie, mais je me demande si il n'est pas déjà trop tard. Et surtout je me rend bien compte que ça n'est pas a moi d'agir mais a lui. Mais lui est encore dans le déni... Malgré mes appels à l'aide; je vois bien que la colère ne resoud rien au contraire mais c'est tellement dur d'être impuissante...
Je ne me sens pas capable de partir aujourd'hui, d'abandonner, mais plus le temps passe et plus je me demande ça n'est pas ce que je devrais faire, pour me protéger et protéger nos enfants. Je n'imagine pas ma vie sans lui, mais je le déteste tellement quand il est alcoolisé. Pourtant j'ai la chance qu'il ne soit pas (encore) violent ou agressif. Non ça le rend juste très con... Je vais essayer de prendre du recul et m'échapper quand il est dans cet état que je déteste, continuer à me centrer sur moi et sur nos enfants, mais je réfléchis à comment organiser une séparation parce que mince je n'ai que 43 ans et ça n'est pas être vie la que je veux vivre...
J'avais besoin d'exprimer, merci a tous d'avoir écrit out ça je me sens moins seule et c'est déjà énorme...

Delpa - 26/06/2021 à 22h58

Bonjour !
Oui, je crois qu'il faut partir, car on ne peut rien y faire, au fond, et on reste là à souffrir...
Mais comme on n'arrive pas à partir, comme on a la trouille de l'inconnu et des difficultés, on se trouve tout un tas de raisons pour ne pas le faire. Et on se gâche la vie.
Toi, Nini777, tu te dis que mince, à 43 ans, ce ne peut continuer ainsi. Moi, à 64 ans, je me dis qu'il ne faut pas que le temps d'existence qu'il me reste soit tellement pourri... Et pourtant je n'arrive pas à partir.
Alors, oui, il va sombrer sans moi... Mais il sombre déjà ! Et il m'entraîne avec lui !
Mais il y a d'autres choses, il y a les conditions matérielles dans lesquelles on se trouve et auxquelles on ne veut pas renoncer. Parce que la pauvreté, ce n'est pas drôle non plus.
Ce n'est pas même pour "refaire sa vie" qu'il faut partir, mais juste pour vivre ! C'est si bon de vivre dans la joie ! Et s'il y a bien quelque chose d'impossible avec un alcoolique, c'est bien la joie.
Je sais tout ça, les années passent, et je n'arrive toujours pas à partir.
S'il suffisait de partir comme ça, clac, en claquant la porte. Hélas, c'est une séparation qui va s'éterniser, des partages de biens, de comptes, du temps qui va durer dans la douleur.
Alors, on fait comment ? On se laisse crever à rester ?
Je désespère d'y arriver... et je pleure... et ça ne sert à rien les larmes, là.
Si nous pouvions nous encourager à partir, quelle délivrance ce serait !

Farandole - 20/05/2022 à 05h06

Bonjour
15 /0 c ' est peu
Comment vérifier ?

Les alcooliques sont pour la plupart dans le déni

Ils ne vont pas chez le médecin

Impossible de comptabiliser

Mon mari est décédé de cette addiction

Bon courage à vous

mamoune - 11/08/2022 à 19h29

Bonjour Azalea,
Ton message me fait vraiment écho. Je réagis de la même manière que toi et je culpabilise beaucoup après que je me sois mise très en colère et que je lui ai fait tous les chantages possibles.
Après on ne se parle plus pendant plusieurs heures voire plusieurs jours et je sais que ça ne l’aide pas du tout et je culpabilise. Et je vis très mal qu’il fasse tout en cachette et qu’il me mente quand je découvre une bouteille. Je me sens trahie et je n’arrive plus à lui faire confiance.

Pepper - 13/08/2022 à 21h42

ça y est , le point de non retour a été franchi, après des insultes de trop, une altercation et voilà.
J'ai déposé une main courante avant qu'il ne le fasse il a joué les victimes comme d'habitude. Mais il a promis aux gendarmes de partir et d'accepter la séparation. Il a déménagé , j'ai vu un avocat. Maintenant c'est du stress et beaucoup de nuits sans sommeil , mais ça n'était plus possible.
Le pensait le pire derriere moi mais j'angoisse tellement, j'ai peur pour l'avenir .

Répondre au fil Retour