Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

QUOI FAIRE

Par Nad196

Bonsoir, j'avoue que j'ai du mal à en parler mais mon mari est alcoolique depuis très longtemps. J'ai beau lui en parler mais il le nie. J'ai toujours l'espoir que cela s'arrête mais cela recommence toujours. Je l'ai prie plusieurs fois à boire tout seul mais il trouve toujours une excuse. Comme aujourd'hui, je suis partie dans l'après midi avec mes filles et j'avais prie en photo le contenu du frigo où il y a des bouteilles. Et quand nous sommes rentrées, j'ai vu que le contenu des bouteilles avait baissé et il ose me dire qu'il n'a pas bu. J'ai vécu beaucoup de mauvaises choses à cause de son alcoolisme (ainsi que sa famille). Quelque fois, il peut être très méchant (verbalement car il n'a jamais levé la main sur moi ou mes filles). J'ai voulu le quitter plusieurs fois mais à chaque fois il menasse de se suicider. Je suis coincé. Mais en réalité, je n'ai pas envi de la quitter car c'est quelqu'un de très gentil, un bosseur et un bon père. A part quand il a bu !!! J'aimerai tellement qu'il est le déclic mais je ne sais pas comment faire. Je n'en ai jamais vraiment parlé à ma famille car je ne veux pas qu'on dise du mal de mon mari. C'est une bonne personne. Il a vécu des moments très difficiles dans sa vie mais je trouve que cela n'est pas une excuse (il a perdu ses parents et un frère très jeune, il a également perdu un autre frère qui était alcoolique) Je sais qu'on ne peut pas faire grand chose tant que la personne ne l'admet pas mais moi et mes filles, on en a marre. Je vous remercie d'avance pour vos conseils.

Mise en ligne le 19/05/2021

Bonjour,

Votre mari consomme de l'alcool depuis longtemps et malgré vos tentatives pour lui en faire prendre conscience , il demeure dans le déni. Vous souhaiteriez qu'il ait un déclic mais celui ci ne se produit pas et vous avez besoin de conseils car même si vous comprenez que cette prise de conscience ne peut venir que de lui, vous et vos filles souffrez de cette situation.

Votre mari consomme de l'alcool et, pour l'instant, c'est la solution qui lui permet sans doute de s'apaiser , de se sentir mieux, d'oublier peut être ses souffrances et les deuils qu'il a eu à traverser et qui peuvent encore être source de peine plus ou moins supportables. Même si cette solution est illusoire car l'alcool qui, en apparence a des effets anxiolytiques et desinhibiteurs,mène en réalité plutot vers un état dépressif et vers de l'isolement social.

Ce déclic auquel vous aspirez peut prendre du temps comme il peut survenir à tout moment dès lors que votre mari commencera à apercevoir les inconvénients de ses consommations. Cela peut par exemple être de l'inquiétude pour sa santé ou la perception que l'alcool entraine un climat familial plus difficile ou tout simplement que l'effet recherché ne fonctionne plus aussi bien qu'avant.

Comme vous l'avez bien compris cette prise de conscience ne peut venir que de lui et le contrôle et les reproches que vous pourrez lui adresser ne serviront pas à grand chose tant qu'il n'est pas prêt. Il est préférable dans un premier temps d'essayer de rentrer dans son monde et pourquoi pas le questionner sur les fonctions positives de l'alcool chez lui. 

Aujourd'hui nous entendons que vous et vos filles souffrez puisque vous osez exprimer cette souffrance. C'est pourquoi, nous ne pouvons que vous inviter à vous faire aider. Il existe sur tout le territoire national des Centres de Soins d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) qui reçoivent non seulement les usagers qui sont prêts à être soutenus mais aussi leur entourage (conjoints, fratrie, enfants...) Ce qui veut dire que vous pouvez être écoutée et soutenue par un professionnel bienveillant spécifiquement formé en addictologie (psychologue, infirmier, travailleur social...). Cela peut vous permettre par exemple de travailler des situations du quotidien qui vous mettent en souffrance, de réussir à poser vos limites ou de parvenir à mieux dialoguer avec votre mari. 

Dans ces centres de soins (CSAPA) vous serez reçue de manière confidentielle et gratuite. Vous y serez reçue sur rendez vous. Vous trouverez en fin de cette réponse des liens vers des CSAPA au plus proche de votre domicile.

Si vous souhaitez parler plus amplement de votre situation, n'hésitez pas à revenir vers nous. Nos écoutants sont joignables tous les jours de 8h à 2h du matin au 0 980 980 930 (appel anonyme au prix d'un appel local) ainsi que par Chat depuis notre site internet.

Bien cordialement.

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivan


APSYADES : CSAPA et Consultations Jeunes Consommateurs Antenne Ancenis

110 Place Charles de Gaulle
44150 ANCENIS

Tél : 02 40 96 01 93
Site web : www.lesapsyades.fr
Secrétariat : Lundi: 9h-12h30 et 14h-18h. Mardi: 9h-12h30 et 14h-16h30. Mercredi: 9h-12h00. Jeudi: 9h-12h30 et 13h30-17h. Vendredi: 9h-12h30 et 13h30-17h00
Accueil du public : Consultations sur rendez-vous: du lundi au vendredi, selon les disponibilités des professionnels. sauf mercredi après-midi.
Consultat° jeunes consommateurs : Consultations sur rendez-vous. Tel: 07 84 14 68 71.
COVID -19 : Décembre 2020 : Accueil en présentiel avec respect des gestes barrières

En savoir plus :

Retour à la liste