Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Père alcoolique depuis bien trop longtemps...

Par OM

Bonjour à tous. Je me permets d'écrire ici car j'ai absolument besoin d'aide, ça devient très difficile à vivre. Cela risque d'être assez long, donc merci pour ceux qui liront mon message. J'ai 18 ans, j'ai un père qui est alcoolique depuis qu'il est très jeune, il travaillait à l'époque dans un restaurant dont il était le chef cuisinier. Il buvait très souvent dans ce restaurant même pendant la présence des clients, c'était atroce. (je tiens à dire que je n'étais pas encore née) et il a rencontré ma mère qui était serveuse dans ce restaurant même. Ensuite, ils ont déménagés, et c'est là où je suis arrivé, le début du calvaire pour moi.. En effet, même après ma naissance, il n'y a pas eu d'amélioration par rapport à son alcoolisme. J'ai vécu une enfance juste horrible, chaque fois il revenait de son boulot il buvait à peine arrivé. Il dérangeait ma mère pendant qu'elle dormait, parfois il venait la voir il était 3h du matin, alors que le lendemain elle se lève à 5h pour aller travailler donc ils se disputaient très souvent, et moi j'entendais tout ça à partir de ma chambre c'était très difficile à supporter. Ma mère, moi et mon frère n'en pouvaient plus donc ma mère lui a dit "si tu n'arrête pas l'alcool je te quitte" donc il est aller dans un centre pour pouvoir parler de son alcoolisme, au début il c'était calmé, mais cela a malheureusement recommencé quand il a arrêté d'y aller. Il a également pris des médicaments, mais rien n'y fait. Pour lui, il n'est pas "malade" et il ne fait aucun mal à sa famille. Pourtant c'est tout le contraire, mon frère est partie du domicile il y a plus d'1 an maintenant mais je vis toujours ce calvaire avec ma mère. Même si je sais que dans quelques années je vais de même partir, je ne veux pas laisser ma maman avec lui. Je sais qu'elle souffre, et je déteste ça. Je veux l'aider à être heureuse, car je sais que c'est pas le cas et qu'elle se bat contre son alcoolisme ça depuis des années maintenant. Récemment, mon père s'est fait arrêté car il a grillé un feu rouge et il avait de l'alcool dans le sang, résultat plus de permis pendant 6 mois. Suite à ça, il est tombé une nuit par terre car il était trop saoul. Il a du aller à l'hôpital car il s'était blessé le bras, il a du y rester 1 semaine et plusieurs jours après encore. Il a du se faire opérer, et faire de la réaducation après son opération. Sur le coup il s'était calmé par rapport à l'alcool car ça lui a foutue une bonne frayeur, mais ça s'est enchaîné et il a recommencé à boire le soir. Mon père achète des cubics d'alcool de 5L et ça lui arrive de boire tout ça en une seule soirée, un moment ma mère lui a interdit d'acheter les cubics pour qu'il consomme moins d'alcool. Résultat il achetait en cachette du whisky, et il buvait de l'alcool à la bouteille le matin en cachette de même. Ça me rend folle, de plus mon père et moi n'avons jamais eu de relation très profonde. Je me confie essentiellement à ma mère, car elle me comprends et on se soutient. Mon père, quand il me parle c'est pour me parler des cours, pour me dire "bouge ton cul la vie c'est est pas faite pour rien faire" alors que je fais mon possible dans mes études, j'ai des bonnes notes mais il ne s'en rend même pas compte que je bosse. À cause de l'alcool notre famille est très spécial, je parle pratiquement jamais à mon père, parfois il n'y a ni de bonjour ni de bonne nuit. J'ai l'impression qu'il ne s'intéresse qu'à lui même, et que les autres ils s'en fout totalement. Il dit qu'il ne fait aucun mal à sa famille et qu'on est heureux, alors que c'est faux j'en souffre depuis des années et je n'en peux plus. Plus les jours passent, plus j'ai du mal à lui parler et je me demande pas si je commence à le détester pour tous ce qu'il a fait. Je voudrais avoir des réponses à mon témoignage, si possible. Peut être des solutions, par rapport à son alcoolisme, sa façon d'être on ne peut pas la changer mais juste qu'il arrête cette addiction à l'alcool, je pourrais pas partir de la maison et laisser ma mère seule avec lui, je veux pas qu'elle souffre encore plus que maintenant.. merci d'avoir lu jusqu'au bout. Je suis désolée pour les fautes je suis dyslexique.

Mise en ligne le 15/07/2019

Bonjour,

Tout d’abord, merci d’avoir pris le temps de nous expliquer en détails cette situation très difficile pour vous et votre famille. Vous n’avez pas à vous excuser pour la longueur du texte, bien au contraire.

Sur cet espace de question/réponse, vous êtes mise en relation avec des professionnels. Or votre texte est exposé tel un témoignage et vous semblez attendre le retour de personnes ayant vécu une situation similaire à la vôtre. Pour se faire, vous pouvez copier votre texte dans nos rubriques « Forum » et/ou « Témoignages » afin d’être mise en relation avec d’autres internautes.

Nous sommes attentifs à votre situation et nous comprenons les difficultés dans lesquelles vous vous trouvez.

Même s’il ne l’exprime pas en tant que tel, votre père va possiblement mal. L’alcool, de par ses effets anxiolytiques et antidépresseurs, est souvent le seul moyen trouvé, par la personne qui consomme, pour s’apaiser, pour oublier.

Ainsi, même si de votre point de vue, sa consommation le détruit, pour lui, elle l’aide certainement à tenir au quotidien. Bien entendu, nous sommes d’accord que, dans les faits, sa dépendance affecte sa santé physique et mentale un peu plus chaque jour.

Un des éléments les plus difficiles à vivre pour vous et votre famille est probablement le sentiment d'impuissance dans lequel vous vous trouvez.

Votre père semble effectivement être dans le déni, ou en partie, et cela complique un peu plus vos rapports, votre quotidien auprès de lui.

Comme vous l'avez compris à travers son parcours, nul n'a le pouvoir de l'obliger à se faire aider s'il ne le souhaite pas et arrêter ses consommations si ce n'est pas son désir ou si il n'est pas prêt à cela, si cela n'a pas de sens pour lui. Il n’existe malheureusement pas de solutions miracles. Tout dépend de son niveau de reconnaissance et d’acceptation de sa problématique mais également de sa volonté et de l’énergie qu’il va pouvoir mobiliser pour s’en sortir.

C’est pour toutes ces raisons que nous vous encourageons fortement à solliciter l’aide de professionnels afin d’obtenir du soutien et des conseils quant au positionnement à adopter et notamment comment vous protéger, vous et votre mêre, des conséquences de cette consommation sur vos vies.

Le fait qu’il aille mal ne justifie, en aucun cas, que vous subissiez les conséquences de ses agissements.

Afin de vous aider au mieux, sachez qu’il existe des CSAPA (Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie). Les consultations externes sont gratuites, confidentielles et reçoivent les usagers mais également, de façon ponctuelle, leur entourage. Des professionnels de santé (médecins, psychologues, psychiatres, assistante sociale, …) seront là pour vous aider à travailler sur votre positionnement. Ils pourront également recevoir votre mère qui semble également beaucoup souffrir de la situation.

Vous trouverez ci-dessous, les coordonnées des CSAPA proches de chez vous.

Bien entendu, n’hésitez pas à joindre nos écoutants pour un soutien et un échange plus approfondi. Ils restent joignables, pour vous, vos parents et votre frère, soit par téléphone au 0980 980 930, tous les jours de 8h à 2h, appel anonyme et non surtaxé, soit par Chat, via  notre site internet alcool info service tous les jours de 14h à minuit.

Bien à vous

 

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA Odyssée - ANPAA 06

37 boulevard Carabacel
Immeuble le Centralia
06000 NICE

Tél : 04 93 62 62 10
Site web : cjc-anpaa06.blogspot.fr/
Accueil du public : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h15, la structure est fermée le mercredi après midi.
Secrétariat : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h15, la structure est fermée le mercredi après midi.
Consultat° jeunes consommateurs : du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h15, la structure est fermée le mercredi après midi.

En savoir plus :

Retour à la liste