Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mon compagnon très addicte

Par Marion35

Bonjour, je suis avec mon compagnon de 41ans depuis maintenant trois ans. Auparavant il a été marier et eu deux petits garçon. Mais cette femme la détruit mentalement à passer son temps à le rabaisser en public du coup il ces mît à boire et cela fais maintenant un peu plus de dix ans qu'il boit. Il y a quatre ans il a fait une pancréatite et heureusement il s'en ai sorti. Mais son état en pire de jours en jours. Sa journée commence avec du rosé et il enchaine les verres au fil de la journée il boit environ deux litres cinq de rosé par jours. Je ne sais plus quoi faire je le vois se détruire son visage est très fatiguer et et très rouge. Il me pourrit la vie pourtant je l'aime mais je me sens impuissante surtout à mon âge ces très dure de gérer cela .

Mise en ligne le 23/03/2015

Bonjour,

Nous comprenons que vous vous sentiez impuissante face à la situation de votre conjoint qui boit du matin au soir. La situation que vous décrivez et qui se dégrade de jour en jour est particulièrement lourde à gérer et à supporter pour vous.

Nous entendons votre désir de l'aider, mais pour l’instant votre conjoint ne semble pas prêt à se soigner. Cela ne veut pas dire qu’il ne le sera jamais.

Il est difficile voire impossible de faire arrêter quelqu'un de consommer s'il ne le désire pas. Sa guérison ne dépend pas de vous, seul votre conjoint peut décider de sa vie.

Face à ce type de situation bloquée, nous vous conseillons de continuer à vous soucier de lui, à maintenir le dialogue. Orientez la discussion sur le plan de sa santé, de votre avenir en commun, de vos inquiétudes. Ses consommations sont  l’expression de son mal-être qu’il n’arrive pas à surmonter autrement pour l'instant et que seule, la consommation d'alcool  vient apaiser. A travers ces échanges, il est important qu'il ne se sente pas jugé.

Reconnait -t il avoir un problème avec sa consommation ? Est - il conscient que sa souffrance le fait boire ? Connait-t-il les centres d'addictologie (CSAPA) où il pourrait consulter pour se soigner ? Des réponses à ces questions pourraient vous indiquer des pistes et l'amener a consulter. Il s'agirait tout d'abord de faire un point sur sa consommation et ensuite d'envisager avec un médecin addictologue et un psychologue une prise en charge, voir une hospitalisation qui l'aiderait à s'en sortir.

Sachez que la plupart des centres d'alcoologie, CSAPA (Centre de Soin, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie) proposent également un accueil et un accompagnement aux personnes de l'entourage qui, comme vous, souffrent de voir un proche aller si mal.

Aider un proche n'est jamais facile, c’est à la fois être à ses côtés pour lui proposer un soutien mais il s'agit aussi et surtout de faire attention à vous parce que vous avez vos propres limites. Aller en parler permet souvent de prendre le recul nécessaire pour analyser ce qui se passe et vous permettra également de vous sentir moins isolée face à ce problème. Vous trouverez ci-dessous les coordonnées d'un centre de ce type dans votre ville. Les consultations y sont confidentielles et gratuites.

Pour d'autres informations nous vous conseillons de consulter la rubrique " Comment aider un proche "

Si vous souhaitez discuter de cette situation qui vous préoccupe, vous pouvez nous joindre par téléphone sur la ligne Ecoute Alcool au 0 811 91 30 30 (appel anonyme, coût d'un appel local depuis un poste fixe) ou par chat via notre site. Vous pouvez également encourager votre conjoint à prendre contact avec notre service pour un premier contact.

 

Prenez soin de vous.

Unité de soins en addictologie - Equipe de liaison en addictologie

Retour à la liste