Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses PDF Imprimer EnvoiMail

Je suis acoolique et j'ai besoin de vos conseils pour avancer...

Par Snooky03

Bonjour, Voilà aujourd'hui je me prépare à essayer de l'avant... J'ai un problème avec l'alcool depuis plusieurs années et clairement ça fait des années que je n'ai pas arrêté de boire de l'alcool pendant plus d’une semaine maximum. Le problème c'est ma tête, je suis très seul et j'en ai perdu l'envi d'être entouré, je ne prends plus plaisir à être avec les gens. Mon métier n'aide pas non plus ma vie sociale mais je me suis enfermé dans cette routine et j'ai quelque chose en moi qui n'a plus envie d'aller vers les gens (après de grosse déception notamment, amoureuse, amicale et familial ou j’ai été dénigré et sous-estimé toute mon enfance avec beaucoup de violence psychologique et parfois physique). J'ai un métier qui me fait beaucoup voyager depuis maintenant huit ans. Les premières années, je buvais dans mon hôtel. J'allais m'acheter une bouteille de whisky, du coca, des conneries à manger et je passais ma soirée à ça. Au début c'était une moitié de bouteille de 70cl qui me faisait donc deux soirs. Puis je commençais à passé à deux tiers de la bouteille puis trois quart. J'enchainais de plus en plus facilement les soirées à beaucoup boire. Puis j'ai commencé à acheter des bouteilles d'un litre, parfois je me prenais bière + whisky...Puis après j'arrivais à boire la bouteille entière tout seul. Les matins sont difficiles, manque de sommeil, gueule de bois et esprit perturbé. La plupart du temps je suis incapable de me rappeler comment la soirée c'est terminé. Cette addiction à l'alcool est mélangée à une addiction sur ordinateur, tabac et cannabis. Aujourd'hui, j'ai inversé la tendance. Je bois moins en déplacement et à l'hôtel mais c'est chez moi que je bois encore et toujours seul. Je n'arrive pas à me sortir de cette situation car c'est mon esprit qui me joue des tours. Je repense aux choses qui m'ont fait mal, je suis en colère contre tout le monde, je m'énerve très facilement quand je ne bois pas. J'ai une envie d'exploser intérieurement et quand je bois et fume j'ai l'impression d'être apaisé, comme si je laissais un répit à mon esprit tourmenté. J'ai au moins la chance de ne pas avoir l'alcool mauvais, je ne l'ai jamais eu malgré ces années à boire et je suis complètement contre la violence malgré ce que j’ai vécu. J'ai pourtant la conscience de me dire que ça fait des années que je m'auto-détruis. J'ai par exemple les dents très abîmés je suppose à cause de l'alcool et tous les sodas que je bois avec (surtout le coca). J'ai beaucoup de choses qui me hantent à l'intérieur, mes démons comme je dis. J'ai également perdu toute confiance en moi, je ne suis plus très sociable. Aujourd'hui, j'ai envi que ça s'arrête mais c'est compulsif chez moi. Aujourd'hui je n'en veux plus, je suis en déplacement et j'ai des sautes d'humeurs, je m'énerve, perd patience puis je pense au passé et j'en ai les larmes aux yeux puis de nouveau je suis énervé puis ensuite j'ai envie de trouver une solution pour que ça cesse. Mais je n'ai personne à qui vraiment en parler je ne sais pas je n’ai pas de solution car je sais qu’une fois chez moi ça recommencera ! J'ai dit à ma mère que j'avais des soucis mais elle est très loin du compte de savoir à quel niveau j'en suis, il ne s'agit pas de la petite bière de trop bu avec des collègues ou amis. La raison pour en avoir parlé à ma mère, c'est parce qu'elle est infirmière et je voulais qu'elle me donne une ordonnance pour faire une prise de sang et je vais la faire à mon retour la semaine prochaine mais une fois les résultats en main, que faire ? qui dois-je allé voir ? un généraliste ? Je n'ai même pas de médecin traitant dans la région ou je vis maintenant et très sincèrement, me trouver un médecin traitant et lui exposé mon problème comme ça sur la table d’entrée ça me fait peur, si c’est un généraliste ce n’est pas sa spécialité. J'ai l'impression que le fait de vouloir arrêter (en une semaine je n'ai bu qu'une bière) ça libère une noirceur chez moi que je ne contrôle pas comme si c’était le vrai moi que j’essaie de tuer depuis des années. Je n'ai pas envie d'être en colère ou encore triste mais c'est plus fort que moi. J'ai envie de pouvoir passer une nuit à dormir paisiblement sans me réveiller une seule fois avec des sueurs froides. J'aimerai me réveiller le matin et être en forme, motivé, actif et vif mais je n'ai aucune idée de comment me sortir de tout ça maintenant. Puis peut être que toutes ces années à boire m'ont détruit de l'intérieur. J'ai baissé les bras il y a plusieurs années en arrière, aujourd'hui j'ai besoin de conseil pour essayer de les relever. J'ai besoin de pouvoir parler et qu'on me guide vers la bonne direction. De tous ce que j’ai lu, l’agressivité est plutôt présente en buvant, pourquoi est-ce le contraire chez moi ? Est-ce à cause de tous ce que j’ai renfoui à l’intérieur de moi ? Une chose est sure, je vais allé faire cette prise de sang la semaine prochaine, que dois-je faire après ? qui pourra m’aider pour continuer ma démarche… Je remercie toutes personnes m’ayant lu jusqu’au bout…

Mise en ligne le 29/04/2019

Bonjour,

Nous lisons dans votre témoignage beaucoup de souffrance et de mal-être que peut-être l’alcool devait apaiser ou recouvrir.

Il est possible que cela explique pourquoi votre agressivité ne se manifeste qu’en l’absence d’alcool, lorsque le manque vous tiraille.

Vous êtes très conscient de cela et du fait que votre situation soit en grande partie liée à ce que « vous avez enfoui à l’intérieur » de vous. De plus, vous vous êtes replié sur vous-même, ce qui vous « enferme » en quelque sorte dans ces idées noires. Nous pensons fortement que tout cela a besoin d’être exprimé, ce qui vous soulagera, et mettra ce qui semble nourrir votre mal-être au grand jour. Aussi, nous vous suggérons d’en parler à un psychologue, en parallèle avec votre démarche de soins.

Vous avez décidé de faire le point sur votre santé et avez des objectifs de bien être, ce qui va vous aider. Après votre prise de sang nous vous suggérons de vous rapprocher d’un CSAPA (Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie) où des professionnels des addictions vous accueilleront et vous accompagneront dans votre sevrage. Il s’agit de professionnels (médecins, addictologues, alcoologues, psychiatres, psychologues…)  qui travaillent de manière interdisciplinaire. Il s’agira également de traiter votre dépendance  dans sa globalité. L’accueil y est gratuit, discret et bienveillant.

Nous vous avons mis le lien de notre site pour accéder aux adresses et vous aurez tout simplement à entrer votre département avant le lancement de la recherche.

Si vous souhaitez que nous reprenions tout cela n’hésitez pas à revenir vers nous par tchat via notre site (gratuit et anonyme) tous les jours de 14h00 à minuit ou au 0980 980 930 (Alcool Info Service, anonyme et non surtaxé) tous les jours de 08h00 à 02h00 du matin.

Bien cordialement.     

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes :


CSAPA APRETO ANNEMASSE

61 rue du Château-Rouge
74100 ANNEMASSE

Tél : 04 50 38 23 81
Site web : www.apreto.fr/
Secrétariat : Lundi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 18h45 - Mardi et jeudi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h15 - Mercredi de 13h30 à 17h15 - Vendredi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h
Accueil du public : Lundi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 18h45 - Mardi et jeudi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h15 - Mercredi de 13h30 à 17h15 - Vendredi de 9h30 à 12h15 et de 13h30 à 17h
Consultat° jeunes consommateurs : A Vétraz-Monthoux, 2 rue Pierre et Marie Curie, à la Maison des Adolescents, au 04 50 95 09 59 A Saint-Julien-en-Genevois, 3 rue du Jura, à la Maison Intergénérationnelle de l'Enfance et de la Famille au 06 45 60 98 51

Retour à la liste