Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Conjoint alcoolique

Par Krys07

Bonjour, j'ai des soupçons de dépendance à l'alcool chez mon conjoint depuis un an , j'ai déjà essayé d'en parler il n'avait pas nié à l'époque et je pense que cela avait un peu ouvert ses yeux vis à vis de son problème. Ce soir en rentrant de chez une amie je l'ai retrouvé ivre , j'ai traversé de grosse période difficile de mon côté et je pense avoir réagi de la bonne façon en lui demandant simplement si cela allait bien, et s'il voulait en parler. Il a lui même dit qu'il avait un problème. Malgré les soupçons je n'ai jamais voulu ni essayé de lui tirer les vers du nez car nous avons assez confiance en l'autre pour savoir que s'il on est pas prêt pour dire les choses cela ne sert à rien de faire la police ....Bref ce soir le problème est enfin verbalisé.Je suis soulagée mais désemparée également. Je compte bien évidemment l'aider mais en me protégeant, je suis devenue forte après plusieurs années de dépendance à l'autodestruction...mais par où commencer ? Il ne voudra pas prendre d'arrêt maladie. Arrêter d'un coup ne doit pas être possible non plus d'un point de vu manque ... Est ce qu'un alcoolique doit arrêter totalement l'alcool in fine ou bien la réduction de la consommation est elle possible ? Je compte lui conseiller d'aller voir mon psychiatre qui m'a "sauver" à Lyon , il a une très faible opinion des médecins, du coup je ne sais pas si cela va être possible pour lui de faire appel à des spécialistes dans le domaine médical...En bref je prends toutes les pistes possibles....

Mise en ligne le 26/07/2022

Bonjour,

Votre conjoint rencontre des difficultés avec ses consommations d'alcool, et vous vous interrogez sur les recours possibles pour le soutenir.

Nous tenons à saluer votre approche. En vous intéressant non pas à l'alcool en lui-même, mais au mal-être que votre conjoint tente d'apaiser avec, vous avez privilégié une approche compréhensive et non-jugeante de la situation. Il nous semble que malgré vos inquiétudes, vous avez su prendre les choses du meilleur angle possible. C'est un grand pas pour votre conjoint que d'avoir pu poser des mots sur ce qu'il traverse. Le climat de confiance et de bienveillance sur lequel est construit votre couple y est pour beaucoup.

Il est tout à fait normal de vous sentir démunie. Les conduites addictives affectent non seulement la personne qui consomme, mais également son entourage, en particulier les conjoint-e-s. Entre l'envie d'aider, les inquiétudes, et ses propres émotions, on peut vite se sentir submergée.

Si votre conjoit est volontaire pour être soutenu, il n'est pas obligé de demander un arrêt maladie ou d'entamer des démarches avec lesquelles il n'est pas à l'aise.

Il existe des espaces spécialisés dans les conduites addictives, où il pourrait bénéficier d'un suivi personnalisé, par une équipe pluridisciplinaire (médecin si besoin, psychologue, infirmier-e...). Il s'agit d'un dispositif intitulé CSAPA: Centre de Soins, d'Accompagnement et de Prévention en Addictologie, dans lequel toute personne en demande peut être accompagnée dans son projet (arrêt, réduction, soutien...). Le suivi y est gratuit et confidentiel. Ces CSAPA peuvent être rattachés administrativement à des centres hospitaliers, mais se situer plutôt en ville, dans un cadre moins médicalisé qu'à l'hôpital.

C'est le cas du CSAPA de Privas, qui se trouve pas très loin de chez vous. Vous pouvez proposer cette adresse à votre conjoint, s'il se sent prêt à être aidé. Ce centre propose également un suivi pour les couples, si jamais vous ressentez le besoin d'avoir un espace pour vous confier ou communiquer avec votre compagnon.

Nous ajoutons une autre adresse, bien que plus éloignée, au cas où celle de Privas ne convienne pas à votre conjoint. Le CSAPA de Tournon sur Rhône a un délais d'attente important pour un premier entretien (plus de 4 mois), mais il peut constituer une alternative à celui de Privas, "au cas où".

Comme vous l'avez justement évoqué, l'arrêt de l'alcool n'est pas l'unique option. L'abstinence est un objectif qui ne convient pas à tout le monde, pour de multiples raisons. La gestion des consommations apparaît alors comme un objectif mieux adapté aux capacités et aux contraintes de vie de la personne. Il est toutefois possible de passer par l'un pour aller vers l'autre, ou inversement. Ce sont deux options tout à fait valides que l'on peut explorer avant de trouver celle qui convient le mieux à son mode de vie.

Nous ajoutons, en fin de réponse, quelques articles de notre site internet qui pourraient nourrir la réflexion de votre conjoint. Nous glissons également l'article consacré à la posture de l'entourage, pour vous.

Vous semblez être consciente de vos limites et de la nécessité de prendre également soin de vous. C'est très important de garder cela en tête, afin de vous préserver. Bien sûr, ce n'est pas toujours facile. Notre service reste disponible pour vous si vous ressentez le besoin de parler.

N'hésitez surtout pas à proposer notre ligne d'écoute à votre conjoint. Il est parfois plus facile d'évoquer ses difficultés sans le regard de l'interlocuteur, et cela pourrait lui permettre d'avancer dans sa réflexion. Notre service est ouvert tous les jours sans exception, entre 8h et 2h par téléphone (au 0 980 980 930) et entre 14h et minuit par tchat.

Nous vous envoyons tous nos encouragements.

Prenez bien soin de vous.

Bien à vous

Pour obtenir plus d'informations, n'hésitez pas à prendre contact avec les structures suivantes


Centre de Soins d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie

13 cours du Temple
07000 PRIVAS

Tél : 04 75 66 12 51
Site web : csapa07.fr
Secrétariat : Lundi, mardi, mercredi et Vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h, Jeudi 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 18h
Accueil du public : Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h Jeudi jusqu'à 18h - Permanence CAARUD du Sémaphore animée par une éducatrice spécialisée le mercredi de 9h à 12h
COVID -19 : COVID-19 : juillet 2022 - Accueil en présentiel sur rendez-vous. Reprise des groupes en septembre 2022

CSAPA de Tain -Tournon - Association Addictions France

Impasse Emile Junique
ZAC de Champagne
07301 TOURNON SUR RHONE

Tél : 04 75 08 09 86
Site web : addictions-france.org/
Secrétariat : Lundi et mardi de 9h à 12h et 12h45 à 16h45 Mercredi de 9h à 12h et de 12h45 à 16h15 Jeudi : 9h à 12h et de 12h45 à 16h45 Vendredi : 9h à 12h
Accueil du public : Lundi et mardi de 9h à 12h et 12h45 à 16h45 Mercredi de 9h à 12h et de 12h45 à 16h15 Jeudi : 9h à 12h et de 12h45 à 16h45 Vendredi : 9h à 12h
Service mobile : Jeudi de 13h à 15h au CSAPA Impasse Emile Junique ZAE de Champagne Entrée Sud de Tournon et Voir CAARUD Le Sémaphore sur TOURNON le Jeudi de 15h30 à 17h au 20 boulevard Mongolfier CHRS Entraide et Abri
COVID -19 : Février 2022 : accueil, accompagnement en présentiel et téléphonique sur rendez-vous. Activités groupales maintenues dans le respect des gestes barrières

En savoir plus :

Retour à la liste