Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

comment va votre libido avec votre conjoint alcolo?

Par razo

Bonjour,
je suis conjointe d'un homme qui boit tous les soirs à la fin du travail... Au début, il s'en dort quand il est sou... donc, le libido c'est plutot le matin, ou rarement le soir quand il est pas sou..donc, on est un peu en paix. Mais ces temps ci, il s'est rendu compte que j'existe même la nuit... le fait qu'il me touche me dégoute, ses baisers me dégoutent quand il boit, c'est horrible... ces je t'aime m'exaspèrent.... et le plus énervant c'est qu'il raidit a peine, et que le libido dure un temps fou...

Est ce que ma réaction est normale? Est ce que son érection un peu molle est due à l'alcool? comment lui en parler sans qu'il réagisse négativement? ... car il est devenu amoureux la nuit car je lui i dit effectivement qu'il me manquait la nuit... ce que je regrette...

On est marié depuis 10 ans, et on a 3 filles... il travaille dure la journée, mais la nuit, 2 bouteilles de 75cl de vodka...

Merci de me donner des conseils.

Razo

Fil suivant

9 réponses


Alicia75009 - 20/07/2018 à 10h45

Bonjour ,
Pour ma part c'est tout le contraire (il boit aussi le soir et jusqu'a 10 bières fortes) . Moi il ne me touche plus du tout depuis 3 mois (5 ans de vie commune) . Je me demande si c'est par rapport à l'alcool(surement que ça ne marche pas correctement) ...durant ses crises sous alcool il me dit ne plus avoir envi .. je ne sais plus quoi penser

vanes18000 - 31/07/2018 à 15h52

Hello
Moi côté LIBIDO c mm pas la peine j'ai plus envie je fais l'étoile de mer pour ne pas avoir de reproche ou de crise et qd c un peu mieux Mr rentre bourré le lendemain soir.
En plus il a pris du poids et j'ai mm pas envie de lui, et idem qd le calin approche il met trois plombe à finir et fini par avoir une érection molle
CA devient un calvaire, mais j'ai pas la forte de partir je pense à mon fils et surtout je n'ai aucune envie de lui laisser un weekend sur deux sachant qu'il sera ivre avec lui

Que faire c un vrai dilemme

Si qq'un à une solution à me proposer je suis preneuse

Alicia75009 - 12/08/2018 à 01h22

Bonjour à tous . 3 mois qu’il ne m’anpas Touche ... bientôt 4. Le pire c’est qu’en je commence a plus avoir énvie non plus ... ce soir il est rentré ivre à 1h du matin je commence a me dire demander s’il ne voit pas ailleurs ... ou alors’ est ion allé cuver sa cuite dehors ... je ne sais plus si l’amour que j Ai vaut la peine de rester ...

Désespérée1117 - 19/08/2018 à 23h45

Et bien moi, tenez vous bien, je suis mariée depuis 8 ans et deux enfants (du même père) de 7 et 1 an et hormis les périodes de conception, nous n'avons aucune vie intime (en tout cas, de mon côté c'est le néant). Monsieur n'a aucune libido, ne fait rien pour me plaire et les traumatismes liées à ses excès d'alcool ont supprimé chez moi tout désir sexuel. Jusqu'à maintenant, je ne peux pour autant dire que les sentiments étaient complètement envolés mais la dernière crise survenue un peu moins de deux semaines avant les 1 an de notre bébé ont sonné le glas de notre couple et vie de famille.
Je suis terrifiée qu'il ait un droit de visite à son nouveau domicile mais je suis aussi effrayée de rester et de laisser cette situation se détériorait au risque que mon fils ne reproduise son comportement à l'adolescence. Il n'est pas un bon mari mais surtout il n'est pas un bon père. Pour cette raison, j'ai décidé de divorcer et de me battre pour mes enfants en constituant un dossier à charge. L'objectif n'est pas de me venger en prenant nos enfants en otage mais les protéger des comportements à risque et donc irresponsables de son père.

Québécoise - 22/08/2018 à 16h37

Bonjour,
Le soir c'est rare aussi , prc qu'il devient très brusque qd il bois , pas trs mais j'ai pu envie de prendre le risque . C'est surtout le matin que ça se passe .

Je lui ai dit , lorsqu'il est ajeun, avec douceur , que je n'ai pas aimer etre brusquer et que je préfère, et envie de lui qd il est ajeun.

Il fait plus d'effort depuis que je ne suis plus sur son dos , à lui faire des reproches .

Ca fait 3 ans que j'ai commencer à aller chercher de l'aide . Ca ne se fait pas du jour au lendemain.
C'est petit à petit que ça change .

nate9595 - 09/08/2020 à 20h04

Bonsoir,
Je me permets d'intervenir, bien qu'étant non concernée par la question du Viagra et autres médicaments du même type. En tout cas, je sais que le Viagra n'est pas contre-indiqué avec le Valium, mais le mieux est d'en parler à son toubib. Je ne sais pas s'il y a une confusion libido-érection, mais c'est clair que le fait d'avoir peur de n'y pas y arriver pour vous les amis ne doit pas pousser à avoir une libido échevelée.
Personnellement, je crois que les premières semaines de sevrage, on est amené à contrôler beaucoup de choses pour éviter les tentations d'alcool. Et le contrôle permanent ne fait pas bon ménage avec le désir, il me semble, mais ce n'est que mon opinion.
Et j'ajouterai que ce n'est pas non plus facile pour nous les femmes. Et non, il ne suffit pas de se laisser faire, car dans ce cas, c'est fort désagréable.








<a href="https://www.goviril-site-officiel.com/">egoviril</a>

Chocolatnoir - 10/08/2020 à 16h49

Bonjour,

Pour moi c'est simple : ma libido est inversement proportionnelle à la consommation d'alcool de mon homme. plus il boit, moins je le désire, et cette non-envie grandis au fur et à mesure que j'ai cette impression qu'il a besoin de boire pour avoir envie de faire l'amour. Je me sens humiliée, j'aimerais que nos rapports soient normaux et pas uniquement guidés par l'alcool, de son côté.

On ne fait plus de câlins le matin, lorsqu'il est sobre. C'est uniquement le soir après une demi-bouteille de pastis, alors j'en ai marre. Je lui ai dit à plusieurs reprises, et il ne comprend pas. Il boude, il fait des caprices, mais je ne lui cède plus.

Moins il fera d'efforts, plus notre couple en pâtira. Il a entamé une réduction de sa consommation d'alcool, mais cela ne vaut que pour la semaine, parce que son boulot lui dicte des impératifs. Visiblement, sa femme n'est pas un impératif assez grand pour diminuer sa consommation le weekend… j'ai donc décidé, le weekend prochain, de le laisser tout seul. Advienne que pourra.

Québécoise - 11/08/2020 à 13h28

Allo chocolat noir,

Tu fais bien de te retirer, il n’y a rien a faire. L’alcool est plus fort que tout pour l’alcoolique. J’ai la chance de ne pas encore habiter avec mon chéri, meme apres 10 ans . Ca me permet de me ressourcer. Surtout maintenant , apres les vacances . J’ai du degout, envers lui , et de la colere envers moi-meme de mettre laisser manquer de respect de la sorte. Je suis decu de moi. Je ne me suis pas ecouter , je l’ai suivi pour etre avec mon chéri et j’ai failli a mes valeurs .

Comment j’ai pu le laissé dire a une autre femme qu’il voulait coucher avec elle devant moi , et je suis restée la , a faire comme si ca n’existait pas. Le landemain, il dit regretter et demande qu’on retourne voir cette femme . J’etais en colere et j’y suis allee et je n’ai rien dit! Je m’en veux tellement

Pour moi un amoureux ca se partage pas . Et ca me degoute qu’il fasse ca , je suis triste de vivre ca .

patricem - 12/08/2020 à 11h02

Bonjour,

comme le dit l'étude, 63 % des alcooliques ont des problèmes d'érection : https://fr.medipedia.be/troubles-...n-news/alcool-et-erection-leffet-bof. Je cite :
Si les troubles de l’érection sont dus à une consommation chronique d’alcool, la première chose à faire est d’arrêter de boire. Dans certains cas, le sevrage peut suffire à améliorer la qualité des érections. Par contre, si des lésions du foie ou des nerfs sont présentes, il n’améliorera pas forcément le problème. Au mieux, empêchera-t-il la dysfonction érectile de s’aggraver. L’utilisation de médicaments facilitateurs de l’érection peut alors permettre de retrouver des érections de qualité. N’hésitez donc pas à en parler avec votre médecin traitant.


Et cela fait aussi parti de l'effet secondaire de certains traitements aidant à faire baisser la consommation.

Cdt,

Patrice

Répondre au fil Retour