Par chat

Chattez avec
Alcool Info Service

Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage PDF Imprimer EnvoiMail

Quand on plonge ensemble ...

Par Filipana

Bonjour à toutes et à tous,

Je suis tombée sur ce site ce soir... quel soulagement de voir que je ne suis pas seule à vivre avec un conjoint alcoolique.
Cela devient difficile. Je ne peux plus en parler avec le principal intéressé qui sait avoir un problème mais nie qu'il en est malade !

Cela fait 4 ans que nous sommes ensemble. Au début j'étais attentive à cette maladie et j'ai essayé de l'accompagner vers la guérison. Au bout d'un d'un an pas de réelle progression... j'ai commencé les menaces et il s'est mis à la bière sans alcool... ça a duré quelques jours ...

Puis s'est enchaînée une descente aux enfers... il lui fallait un autre travail, et il arrêterait ... il a trouvé un travail mais n'a pas arrêté'... puis il lui a fallu manger à heure fixe ... et avoir un repas prêt... je me suis gentiment exécutée ... non seulement il n'a pas cessé' de boire mais il refusait de manger ...

Il y avait toujours une excuse... jusqu'au jour où je n'ai plus supporte' la situation et mais je l'aimais trop pour pouvoir le quitter. Cette nuit là, je me suis rendue et j'ai pris un verre pour oublier... depuis ce jour là et pendant un an j'ai dû boire autant que lui. À croire quil s'agissait d'une competiton. Je voulais qu'il vive ce que je vivais... mais grosse erreur ... j'ai développé une dépendance.

Du coup c'est presque devenu ma faute si lui buvait (j'ai été vraiment idiote) alors j'ai arrêté ... et lui bien entendu non...
il m'avait promis d'aller en cure... puis que ça se finirait en s'installant en maison... une fois le déménagement fait, tout s'est empiré... il a bu encore plus qu'avant, mangeait 1 fois par jour ou tous les deux jours.. À arrêté de m'aider dans les tâches ménagères... ne supportait plus son travail (prétexte pour boire)... je lui ai dis d'arrêter de travailler (notre situation nous le permet) ... maintenant qu'il a arrêté de travailler... vous devinez la suite ? Aucun changement ...

Mise à part que je n'ai plus de patience ... j'ai l'impression qu'un dégoût s'installe à la place des sentiments... et dès que je lui fais une remarque sur sa consommation il s'enerve en disant que c'est moi qui le stresse et que si j'étais zen... il arrêterait ... bref je ne lui fais plus confiance... je ne supporte plus cette surconsommation .. j'ai de la chance, il n'est pas violent. Mais il se torture l'esprit tout seul, il est exigent envers moi... et dès que je fais une soirée avec mes copines, je le retrouve toujours dans un sale état ...

Nous sommes jeunes (30aine) et nous parlions bébé il y a quelques temps. Depuis qu'il a réalisé qu'il fallait quil s'arrête de boire, il dit que ce n'est pas le moment. Nous ne faisons plus rien de nos vies... il ne veut plus rien faire ...

Qu'est ce que je peux faire de plus pour l'aider ? sad

Fil précédent Fil suivant

4 réponses


Olivierkeugue - 13/06/2019 à 00h10

Bonsoir je comprends très bien ton histoire et la situation que tu peux vivre. J’ai 44 ans et suis comme ton mari. J’ai bu pendant plus de 25 ans et l’année dernière c’était un déclic. J’ai arrêté sans aide médicale du jour au lendemain. Mais il 2 semaines j’ai replongé de plus belle. Bref mon histoire est très longue et c’est pas trop le but.
Que faire : il faudrait qu’il accepte d.integrer le fait qu’il peut se passer de l’alcool à vie. J’ai toujours autant replongé car au bout quelques semaines je me disais en me mentant que j’etais redevenu un consommateur normal.
Deuxièmement il doit accepter de ne pas pouvoir être le superman qui résoudra tous les problèmes du monde. Accepter sa vie et ce qu’elle est.
Le sevrage est compliqué et l’alcool détruit les fonctions cérébrales. Je sais de quoi je parle car il 3 jours j’etais fou. Ma fille de 13 ans me parlais comme à un bébé.
Mais qu’il sache aussi s’amuser et penser à autre chose qu’aux joies de l’absinthe.
Bref j’espere t’avoir un peu aidé

Filipana - 14/06/2019 à 03h06

Bonsoir,

Merci d'avoir répondu. Ça fait du bien d'entendre ton récit et d'avoir une vision de ce que vous pouvez ressentir tous les deux... mais ça me fait beaucoup de peine également de te lire... sad Tu as raison pour le côté' Superman ... c'est tout à fait ça... mais nous les femmes on ne veut pas de Superman, on veut juste pas etre oubliée ...

Ça me dégoûte de voir à quel point cet alcool peut détruire nos vies... la vie est courte, la vie est difficile... pourquoi la rendre encore pire ? sad

Horizon73 - 21/06/2019 à 22h01

Bonsoir Filipana
je te comprends si bien et surtout ce sentiment de dégoût... moi aussi je l’ai après tant d’années de support, de silence d’espoir., d’ultimatum et bien non, encore ce soir il me prouve qu’il n’y arrive pas ... son mal de dos, de cervicales (existant) qui l'obsèdent et qui avec la prise d’alcool ne font que s’intensifier! et comme qui dirait le médecin la douleur appelle la douleur et lui la calme avec l’alcool mais quel résultat déplorable... je l’ai accompagné encore ce matin chez le médecin pour tous ses problèmes de santé ( hypertension, cholestérol, surpoids, insuffisance pulmonaire, ait, rétrécissement du canal rachidien, apnée du sommeil, dépressif et alcoolique ! et le dernier mot n’est jamais évoqué bizarrement chez le toubib!!! quand on boit plus de 3 L de vin par jour on est censé le voir non ? et bien aucun médecin ne met le doigt dessus ... et bien aujourd’hui j’ai osé le dire au médecin pendant qu’il se rhabillait, discrètement j’ai évoqué une surconsommation mais aucune réaction... on passe notre temps à faire des bilans médicaux alors que le problème de base est l’alcool qui est entrain de lui bouffer ses nerfs, sa mémoire , sa réactivité, sa vie sociale, et sa vie professionnelle n’en parlons plus , il est inapte au métier à cause d’une agression physique il y a 2 ans qui lui a bousillé sa vie ... Et je pense que c’est la raison pour laquelle il n’arrêtera jamais..mais le quitter ce serait l’abandonner.... je suis mariée mais combien de fois j’ai rêvé de m’enfuir et là encore je voudrais sauter dans ma voiture .. je n’en peux plus ..
Le seul recours c’est les laisser dans leur état , être là sans juger et les soutenir mais surtout pas les pousser à arrêter s’ils ne veulent pas ça ne ferait qu’empirer en tout ça c’est ce que j’ai remarque. Mon mari ne craint pas pour sa vie , il s’en fout enfin c’est ce qu’il prétend. Accroches toi , penses à ta propre vie ton bien être et réfléchis bien avant de faire un enfant... s’il est alcoolique aujourd’hui il le restera toute sa vie... même abstinent le démon sera toujours là
Bonne soirée

Filipana - 24/06/2019 à 13h11

Coucou!

Ton message me touche beaucoup. Je ressens ce sentiments d'évasion... L'angoisse est tellement pesante qu'on a l'impression qu'on va s'etouffer.. ou éclater ...
On ne peut pas les abandonner c'est sûr mais on peut pas rester là an rien faire... Le seul truc qui m'aide à tenir c'est de boire avec lui...
et on finit par s'entraîner mutuellement ce cercle vicieux ou finalement tu. As plus goût an la vie... il faudrait les aider à trouver du positif, un but dans le vie.. elle est suffisamment courte comme ça ... c'est ca que je ne comprends pas ! Pourquoi se rendre malheureux et entraîner l'autre ? Je suis d'accord il faut qu'on pense en nous mais eux aussi doivent penser an nous. On est deux dans cette histoire... j'ai l'impression qu'ils sont centrés sur eux même. Ils ne voient que leur probleme.
Le tiens à visiblement des problèmes de santé' assez graves... certes c'est diificile mais il y a des solutions pour ça. Le mien son soucis chest le travail. Il est très exigent par rapport à la qualité' et par rapport an lui. Il fait une dépression car les gens s'en fichent du travail... on a suffisamment de soucis personnels pour se soucier de personnes avec qui il ne bossera plus jamais ? (Il est indépendant)...

Je pense qu'il y a des choses à faire pour eux... même si les médecins ne s'en préoccupent pas ... mais on ne peut pas laisser la personne qu'on aime se détruire ainsi ...

Tu as raison pour les enfants mais je me dis tellement que c'est peut être la chose qui l'aidera... son père était alcoolique aussi (beaucoup plus accro que mon conjoint). Il a fait une cure de 6 mois, notamment par rapport an sa femme et ses enfants et depuis il n'a plus aucun soucis... il boit des verres comme tout le monde sans sombrer ...

J'ai tellement envie d'y croire ... et je pense pour toi aussi ! On ne peut pas vivre toute notre vie avec cette douleur! Qu'on reste avec ou non... on en souffre dans tous les cas sad

Répondre au fil Retour