Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Enfin partie !

Par Ninoé

14 réponses


Ninoé - 16/11/2020 à 17h09

Bonjour Chantal, merci pour vos encouragements ! Je suis bel et bien partie, depuis le mois d'août. Et j'ai effectivement la chance d'avoir beaucoup de soutien sans lequel j'aurais peut-être fait marche arrière. Ce n'est pas tous les jours faciles, il y a des jours où je me demande pourquoi je fais tout ça parce que finalement ma nouvelle vie n'est pas plus agréable que l'ancienne pour le moment, son père manque clairement à mon fils, et puis reviennent les insultes, le harcèlement et les menaces alors je me dis que j'ai fait le bon choix. Je cherche constamment l'équilibre entre me protèger et ne pas priver mon fils de son père... J'ai mon dossier pour dépôt de plainte pour menaces qui est prêt, qui est alimenté régulièrement, mais qui n'est pas encore déposé... Parce que c'est le père de mon fils, parce que je sais que c'est une maladie et pas un choix de sa part, parce que je ne veux pas détruire sa vie... Je ne suis pas partie parce que je ne l'aimais plus, on était bien ensemble quand l'alcool n'était pas là, on arrivait encore à partager de beaux moments, on a un merveilleux petit garçon... Tout ça c'est un terrible gâchis mais l'alcool a été plus fort que moi et j'ai fini par accepter que je ne le sortirai pas de ça juste par ma volonté... Je ne ferai plus marche arrière, mais je n'en ressors pour le moment aucun réconfort... Mais mon fils est là, il me donne le sourire tous les jours, je ferai tout pour qu'il ne perde jamais le sien. Je pense que c'est douloureux de quitter cet enfer parce qu'on se sent impuissant, parce que pour ma part j'ai eu l'impression de le laisser tomber et de le laisser partir vers une déchéance assurée, parce que ce sont des années de combats et d'espoirs qui s'envolent. Et surtout parce que ce n'est pas un choix. Quand je dis que je me sens seule le soir à de tierces personnes et qu'on me répond "en même temps c'est ton choix" ça me fait bondir car non ce n'est pas mon choix. Ce sont les évènements qui m'ont poussée à ça mais non ce n'est pas le choix que je voulais faire ! Merci pour vos encouragements et malgré mon message qui ne le laisse sûrement pas beaucoup entrevoir je reste quelqu'un d'optimiste et je sais que de meilleurs jours arriveront !

chantal92 - 16/11/2020 à 17h59

Oui il ya beaucoup de douleurs, vous la décrivez très bien.

Continuez à vous protéger. les menaces doivent être prises au premier degré. Je n'aurais qu'un seul conseil, c'est de déposer votre dossier de plainte car votre enfant ne doit pas voir son père seul. Il faut une tierce personne.

Normal que votre fils réclame son père. Ils détestent le changement. vous pouvez aussi le faire accompagner dans un Centre de pédopsychiatrie de secteur (CMPP). Les consultations y sont gratuites. Et les effets chez les petits extraordinaires! Cela soulage leur inquiétudes. Ils sont souvent inquiet pour d'autres motifs que ceux que nous imaginons. Vous êtes une mère formidable. Une maman avec des doutes, juste normale ...

Lucie30 - 16/11/2020 à 18h48

Je suis tout à fait d'accord, quitter une personne dépendante à l'alcool n'est pas un "choix" (oh mon Dieu, en tout cas pas de coeur) c'est en quelques sorte une question de "survie" car même quand il n'y a pas de violence physique ( heureusement) c'est très énergivore, on est face à plusieurs ressentiments qui vont fluctuer au cours de la journée ou même du temps.
. C'est épuisant.
On passe de la tristesse, à la colère,à la culpabilité parfois en une fraction de secondes. Et puis à un moment donné la joie revient on est heureux mais pour combien de temps. Trop peu, finalement !!!
On aime la personne, mais on ne peut plus vivre dans une situation comme cela.
Parfois on ne reconnaît plus notre compagnon c'est un fait. Mais on ne se reconnaît plus nous même, on à l' impression d'être devenue colérique incapable de l'aider. Et pourtant on ne souhaite que ça, l'aider, que l'amour sera plus fort !On voit son potentiel mais ça ne marche pas toujours comme cela...
C'est très dure de quitter qqn qu' on aime.

Fred - 16/11/2020 à 18h49

Oui Ninoe déposez votre dossier de plainte c est la seule solution pour vous protéger et proteger votre fils.
Les regrets et la culpabilité nous empêchent de penser à nous car personne n est la et personne ne comprend sauf nous

Ninoé - 16/11/2020 à 22h08

Chantal, vos mots me vont droit au cœur... En effet je refuse qu'il voit son fils seul, et pour l'instant je fais office de tiers malheureusement... J'essayais jusque là d'organiser des rencontres dans des endroits neutres (parcs par exemple) mais l'hiver arrivant cela s'est fait chez lui (la dernière fois que j'y suis allée il n'était pas en état et j'ai du repartir donc j'ai dit plus jamais). C'est donc maintenant lui qui vient chez moi (chez nous en fait car j'habite notre maison commune). Je demande à son père de l'appeler avant qu'il vienne pour s'assurer qu'il a les idées claires... J'attends avec impatience la première audience chez le juge (en février) qui tranchera sur le mode de garde (avec une pointe de stress car je ne sais pas quelle sera sa solution, je n'ai plus envie d'avoir cette position de tiers et de spectatrice des ces rencontres, j'ai proposé que ça se fasse chez ses parents, mais ils n'ont jamais organisé ça et le confinement est arrivé, et j'ai peur que ça se fasse dans un endroit impersonnel sous la surveillance d'inconnus, je trouve ça très dur pour mon fils...). J'ai déjà vu une psy pour mon fils qui est suivi pour une pathologie et qui a déjà une psychologue attitrée, elle m'a donné les axes à surveiller (sommeil, jeu, appétit), m'a dit qu'il avait l'air de très bien gérer la situation pour le moment...
Lucie vous résumez parfaitement la situation ! Vos mots sont très justes ! C'est ma réponse en général "je suis partie pour survivre, pour ne pas couler avec lui..."
Fred je vais le faire... Les gendarmes m'avaient rappelé suite à ma main courante pour m'auditionner à nouveau sur les menaces (demande des supérieurs de la brigadiere qui avait pris ma main courante, ils ont dû percevoir qu'elle ne m'avait pas tellement prise au sérieux...). Ils ont malheureusement annulé le rdv me disant qu'ils me rappelleraient pour un nouveau rdv, et le confinement est arrivé juste après et je n'ai plus eu de nouvelles... Mais c'est vrai que la démarche venant d'une convocation des gendarmes est plus facile à mener à terme que de s'y rendre soi même... Jamais de ma vie je n'aurais imaginer porter plainte et encore moins contre celui qui a partagé 18 ans de ma vie et avec qui j'ai eu un enfant... Triste fin d'une histoire qui aurait pu être bien plus belle...

Répondre au fil Retour