Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment aider mon copain a arrêter de boire ?

Par LauraSD

Je m'appelle Laura. J'ai 17 ans, et mon copain, Dan en a 19. Il a perdu son grand frère, lors d'un voyage ou ils étaient tous les deux seulement, en Californie, pour faire du surf. Un jour, la mer étant trop agitée, mon copain décide de rester au bord, pas son frère... Il est mort, noyé, plus ou moins sous ses yeux... Depuis, sa mère ne lui porte plus autant d'attention, c'est très dur pour elle, mais elle se renferme sr elle-même, et n'en parle a personne. Dan aurais pourtant besoin de parler de sa avec elle, il aurais besoin d'affection de la part de sa maman, mais elle ne veux pas. Il leur est arrivé de s'engueuler a en venir aux mains.... Son ancienne petite amie avec qui il est resté plus de 3ans l'a trompé, plusieurs fois... Il l'a larguée et s'est mis avec moi. D'après lui je lui apporte bien plus que ce qu'elle ne lui apportait... Puis enfin, a 19 ans, il a de grave soucis de santé... Artères bouchée, maladie orpheline de takayasu je crois... Toutes ces choses la le font souffrir... Il a toujours bu, mais avant le décès de son frère, il ne buvais qu'en soirée. Depuis le décès de son frère, il s'est mis a boire, le soir, tout seul. Il s'est déjà mis dans de tels états... Sa mère, impuissante, l'a déjà réveillé le matin dans son vomi... J'ai oublié un détail, qui a son importance... Nous sommes dans une relation a distance, Paris/Nice... Tous les soirs on s'appelle, et on passe au minimum 3h a se parler, jusqu’à ce que l'on s'endorme en fait... Il est arrivé qu'il ai bu avant ou pendant notre appel... Sa me faisais du mal, mais je ne savais pas vraiment quoi faire. Un soir, il était vraiment saoul, je ne l'avais jamais vu comme sa. Il vomissait, il pleurait, me supplier de l'aider, et je lui ai fais la promesse de ne pas le laisser. Cela fais maintenant presque 2 semaines qu'il n'a pas bu, sa parait peu, mais c'est une première. Jusqu’à présent, je trouve les mots pour l'en dissuader quand il en as envie, mais tous ses potes boivent ou presque... Je l'empêche de toucher a la moindre goutte d'alcool, même juste un seul verre avec ses potes, je lui dit non, j'ai l'impression d'abuser par moments, je culpabilise, parce que j'ai l'impression de l'empêcher de profiter, mais je me dit que si il a de nouveau le gout en bouche, sa le fera replonger... En réalité, je n'ai aucune technique ou quoi, et j'aurais voulu des conseils, pour l'aider, en savoir un peu plus sur l'alcoolisme ect... Merci d'avance, et désolée si c'est un peu long, je crois qu'en réalité, j'avais un grand besoin d'en parler...

Mise en ligne le 03/03/2014

Bonjour,

Votre ami est confronté à de lourdes épreuves dans un moment où il est encore jeune et est sensé construire sa vie professionnelle, relationnelle etc… Il doit affronter ses problèmes de santé et le choc de la perte de son frère. Celle-ci doit sans doute induire de la souffrance pour différentes raisons. En effet, nous pouvons supposer qu’il doive faire le deuil de la perte de son frère, qu’il doive affronter une culpabilité d’être lui toujours en vie et de voir sa mère souffrir et enfin de ressentir un sentiment d’abandon de sa mère qui ne peut s’ouvrir à lui pour l’instant. Les épreuves qu’il vit semblent douloureuses. L’alcool et ses fréquentations jouent certainement un rôle important pour l’aider à supporter cette douleur en l’anesthésiant ou en l’amenant dans des états seconds qui lui permettent de fuir momentanément sa vie. Pour régler sa dépendance à l’alcool, il devra résoudre et affronter les changements et les souffrances induites par ces évènements traumatiques.

Vous semblez lui être d’un grand soutien. Il en effet très important qu’il trouve une aide et ne reste pas seul face à ce qu’il vit.

Seulement sa situation est très difficile et il nous semble que vous ne pouvez pas à vous toute seule supporter ou lui apporter toute l’aide dont il aurait besoin pour se re-construire après ces chocs. Il se pourrait même que vous ayez tous les deux besoin d’un soutien individuel de personnes extérieures à moyen ou long terme.

Vous dites d’ailleurs vous-même ressentir le besoin de parler de ce que vous vivez. Nous comprenons ce besoin. Il vous aide sans doute à vous alléger un peu, à vous sentir moins seule à supporter la situation, et à éclaircir certains points ou à prendre de la distance qui est utile pour continuer à avancer. Pour cette raison, nous vous encourageons tous les deux à trouver une aide auprès de professionnels. Certaines structures proposent des consultations anonymes et gratuites auprès de médecins, de psychologues, d'infirmiers et/ou d’éducateurs.

Trois types de structures pourraient répondre à vos besoins de parler et de soutien.

Les structures qui s’adressent aux jeunes jusqu’à 25 ans proposent de vous recevoir durant plusieurs consultations. Ce sont par exemple les PAEJ (Point Accueil Ecoute Jeunes) ou les MA (Maison des Adolescents).

D’autres structures proposent un soutien ou une psychothérapie à moyen ou long terme concernant tous types de problématiques. Ce sont les CMPP (Centres Médico-Psycho-Péddagogiques) jusqu’à 18 ans et les CMP (Centre Médico-psychologiques) à partir de 18 ans.

Enfin les CSAPA (Centres de Soins en Addictologie) sont spécialisés sur la question des dépendances et accueillent généralement les usagers d’alcool ou de drogues ainsi que leurs proches pour leur proposer un soutien.

Vous pourrez trouver des adresses de CSAPA dans notre rubrique « adresses utiles » ou en contactant notre ligne au  0980 980 930 appel anonyme et gratuit depuis un poste fixe 7j/7 de 08h à 02h. Nos écoutants pourront vous orienter au mieux et vous proposeront également une écoute, des conseils et un soutien ponctuel si besoin.

Bien cordialement.

Retour à la liste