Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Conjointe

Par mayalic

Bonjour


Voilà mon mari boit depuis que je le connais mais je ne supporte plus celà. Il ne boit pas tous les jours n est jamais ivre,ni violent . Mais l ayant vécu enfant par maman en vieillissant je suis de moins en moins tolerante et celà deviens une spiral INFERNAL

Merci


Mayalic

Fil précédent Fil suivant

3 réponses


laurette - 22/11/2013 à 10h09

Bonjour

Je suis dans le même cas que vous ,j'avais un père alcoolique mais qui s'est arrêté de boire à 50 ans,mais les

dégats étaient fait tant que pour lui que pour ma mère.J en ai beaucoup souffert .Mon mari est dans la même

dépendance mais il est dans le déni total , impossible d'aborder le sujet.

J'ai toutes les émotions de mon enfance qui remontent ,je me sent très mal .Je passe de l'espoir au désespoir.

Je ne sais plus ou j'en suis c'est vrai que c'est une spiral infernal.

J'aimerais tellement que ca s'arrête mais je ne trouve pas de solution.

Laurette

JESSICA - 01/12/2013 à 16h39

Bonjour,

Mon ami est actuellement dépendant de l'alcool et la situation que nous endurons mes trois enfants et moi-même

est tès difficile à gérer. Il est également dans le déni car pour lui tout va bien, ce n'est qu'un verre alors qu'il boit

quasiment deux bouteilles par jour. Lorsqu'il arrive à s'arrêter, c'est pour deux jours maximum et après il

recommence. Il est en arrêt de travail et passe ses journées à boire, je redoute à chaque fois le moment de rentrer

car je ne sais pas dans quel état il va être. Au stade d'ébriété très avancée, il devient odieux, méchant et le

lendemain il ne se rappelle jamais de rien. C'est en effet une spirale infernale et pour ma part je pense qu'il n'y a

plus d'espoir, sa priorité devrait être ses enfants, mais ce n'est pas le cas car la bouteille a pris le dessus. Il faut

que je pense à notre avenir à mes enfants et moi-même, partir et accepter le fait que je ne peux rien pour l'aider si

lui même ne reconnaît pas sa maladie.

Jessica.

regardconscient - 04/12/2013 à 16h24

Bonjour MAYALIC,

LAURETTE dit:
"J'aimerais tellement que ca s'arrête mais je ne trouve pas de solution."

Et JESSICA dit une chose très juste:
"Il faut que je pense à notre avenir à mes enfants et moi-même, partir et accepter le fait que je ne peux rien pour l'aider si lui même ne reconnaît pas sa maladie."

c'est exact. Le mettre au pied du mur peut-être aussi une manière de le faire cogiter, faites vos valises, et quand il verra les armoires vident de vos affaires avec une petite lettre lui expliquant que vous l'aimez, mais que vous reviendrez que quand il aura fait une cure. ça refroidi !!! et surtout ne vous laissez pas impressionné si il vous culpabilise, vous n'y êtes pour rien. Il va peut-être vous reproché que c'est à cause de vous qu'il boit parce que vous êtes parti et que soi-disant vous n'arrangé rien. Surtout ne vous laissez pas piéger par ce genre de discours caractéristique aux dépendants alcooliques.
Bon courage
Hervé.

Répondre au fil Retour