Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

ma mère a recommencée à boire

Par cdf04

Bonjour, j’ai 17 ans et depuis peu ma mère est replongée dans l’alcool. Quand j’étais petite elle buvais beaucoup, deja même avant de rencontrer mon père. Je me rappelles que elle cachais ses bouteilles et moi et mes sœurs les cherchions et les vidions dans l’espoire qu’elle arrête de boir. Lors de sa séparation avec mon père elle a arrêter de boir pour pouvoir avoir la garde de moi et ma sœur, mais depuis qu’elle a rencontrée mon beau pere elle a recommencer et a même dis à mon père un jour qu’elle voulait que j’en partes de chez elle. je n’en peu plus ma plus grande soeur est partie à l’etranger et la deuxième dors chez son copain pratiquement tout les jours. mon pere nous avait conseiller de lui en parler mais ça a été une très mauvaise idée et ces partis en règlement de compte. j’ai vraiment envie de partir mais je n’ai pas les moyens et j’ai en plus peur de la laisser ici avec mon beau pere. c’est de pire en pire tout a l’heure je cherchais un peigne dans son sac et j’ai trouver une bouteille de porto cruz cacher a l’intérieur. je ne sais plus quoi faire cest l’année de mon bac et je n’arrives plus à me concentrer dans mes étude si vous avez des conseils aidez moi svp

Fil précédent Fil suivant

10 réponses


chewingum - 21/11/2017 à 22h19

Bonsoir,
Il y a une solution radicale qui s'appelle le 119. Ça permettra de déclencher une information préoccupante. Si l'enquête sociale qui s'en suit révèle que ces conditions de vie nuisent à ton épanouissement, tu pourras être aidé.
Tu pourrais également demander à tes parents de te mettre à l'internat.
Tu dis que tu as peur de la laisser avec ton beau-père. Ce n'est pas une ressource pour elle? Dans tous les cas, si le dialogue est rompu avec toi, c'est d'autant plus compliqué. Tu peux peut être lui écrire ou laisser traîner le flyer du centre d'addictologie le plus proche de chez toi.
En tout cas, pense à toi. Tu ne peux pas assumer ses choix de vie.
Courage

Siwel - 22/11/2017 à 16h28

Bonjour,
tu ne peux pas empêcher ta mère de boire et surtout tu ne dois pas inverser les rôles, tu n'es pas responsable d'elle. Demande de l'aide comme t'a conseillé chewingum ou adresse toi à ton père, il doit pouvoir t'aider à devenir interne ou à te reloger. En tout cas pense d'abord à toi.

cdf04 - 23/11/2017 à 13h04

bonjour chewingum merci pour ta réponse , étant donnée que mon année je terminal à déjà commencée et que j’ai déjà eu des épreuves pour le baccalauréat mon père m’a dis que sa allait être très compliquer de pouvoir changer d’établissement . je vais écouter tes conseil et laisser traîner un flyer merci

cdf04 - 23/11/2017 à 13h05

bonjour siwel , oui tu as raison c’est pour cela que ces derniers temps j’ai completement arrêter de lui parler de sa mais sa a empirer la situation donc je sais vraiment plus quoi faire . mon père m’a dis de m’adresser a une assistante sociale pour pouvoir avoir une chambre étudiante l’année prochaine . merci pour ta réponse

Willow1733 - 15/12/2017 à 16h39

Bonjour! Je suis tombé sur ce forum un peu par hasard. Je ne sais pas si ma réponse va t'aider, elle risque d'être un peut longue et je tiens à m'en excuser. J'ai 24 ans et ma mère est alcoolique depuis 10 ans maintenant. J'ai vécue avec elle de longues années qui m'ont parues être un enfer. On me disait à ma aussi de penser à moi, à mon bien être mais je n'ai pas réussi à tout de suite à le faire. Je trouvais ça égoïste de penser à moi et de laisser ma mère seule dans cette impasse. J'avais peur qu'il lui arrive quelque chose et j'etais persuadé que si je partait et qu'elle mourait ça allait être à cause de moi.
Je sais que le quotidien ne doit pas être simple. Qu'il n'y a pas un jour sans qu'on y pense et je sais aussi à quel point ça peut détruire même si on ne s'en rend pas compte tout de suite. Je me croyais assez forte pour supporter son alcoolisme, devenir mère à ça place, gérer le quotidien et en même temps m'occuper de moi. Mais cela ne c'est pas passé ainsi.
Elle était en couple avec mon beau père au début de sa dépendance et ça se passait très mail. Lui ne supportait pas qu'elle boive, et elle buvait pour oublier leur dispute. Un réel cercle vicieux mais à ce moment là, je ne me rendais pas compte de ce qu'il ce passais.
Puis un jour ils ce sont quittés et j'ai pris en pleine gueule la réalité : ma mère était alcoolique.
Au début je me suis battue pour l'aider au mieux, me disant que si elle voyait que j'etais présente elle allait arrêter, ce sentir moins seule, moins triste. Puis ça n'a pas marché. Après je me suis dit qu'il fallait la faire réagir, que ce soit par des mots ou des actes. Mais ça n'a pas marché non plus.
Au final j'ai fini par subir son alcoolisme. J'avais plus envie de rentrer. Une boule au ventre des que je franchissais la porte avec toujours cette question "que va til ce passer?"
Parce que voir sa mère boire et ce détruire est une chose aussi horrible soit elle, mais ce rendre compte que cela nous détruit aussi est encore plus dur. Avec l'alcool, tout deviens plus compliqué plus conflictuelle. La mienne était violante aussi bien dans les paroles que dans les gestes. Quand elle avait bu elle n'avais plus la notion du temps. Donc quand je rentrait à 18h chez moi, elle hurlait pour que j'aille me coucher persuader qu'il était tard, et si je n'y allais pas elle trouvait la force de ce lever pour venir me "corriger "

Je m'egarre... Je suis pas là pour raconter ma vie mais je voulais simplement te dire que je l'ai vécu avant toi, que quand les gens te dise de penser à toi et bien fait le. Casse toi de la, fuis la maison, que ce soit pour aller en internat en chambre étudiante ou autre, part avant qu'il ne soit trop tard. Ça peut paraître cruel et triste mais fuis ta mère avant qu'elle ne te détruise et que les séquelles soient irrémédiables.

Ne pense jamais que tu es égoïste cruel ou pas normal. Crois toujours en toi peut importe ce qu'elle te dira. Construit toi, construis ta vie à toi, pas au tour de la sienne.

Bon courage tu va en avoir besoin...

cdf04 - 17/12/2017 à 02h23

bonjour Willow1733 et merci pour ta réponse en réalité je pense que tu était vraiment dans le même cas ou j’en suis actuellement et je pense que tu me comprends aussi dans le faite que je sais que je n’arriverais pas à partir de chez moi de peur qu’il lui arrive quelque chose. je sais que avec mon beau pere leur histoire ne vas pas durer longtemps puisque il commence déjà à en avoir marre de son alcoolisme (alors que c’est lui qui a recommencer à la faire boire) et ce jour là je sais pas comment j’en pourrais faire puisque le jour ou moi je partirais et bien ma mère sera vraiment toute seul et j’ai peur en vrai j’ai peur de la laisser seul je sais de quoi elle est capable et je ne me vois pas m’occuper plus de ma vie que d’elle. je sais plus où j’en suis je ne sais plus quoi faire

Willow1733 - 22/12/2017 à 09h23

Oui j'ai bien l'impression aussi que tu es au meme point que ou j'en étais a ce moment. Je comprend que tu n'ose pas partir, et le jour ou tu le fera c'est que tu aura eu un déclic, moi ça c'est fait comme ça. Avant je refusais de la quitter et un jour ça a été beaucoup trop loin. J'ai pris un sac, quelques affaires et j'ai claquer la porte. Comment ça se passe dans votre quotidien ? Ça fait combien de temps quelle boit ? Et en qu'elle quantité ?
Je voulais te laisser mon adresse mail pour continuer a en parler mais mon post a du coup été refusé....

TBCorrèze - 26/12/2017 à 20h26

Bonsoir,
J'espère que tu sois partie. J'avais 19 ans quand j'ai rencontré un alcoolique violent et agressif. J'ai aussi perdu ma jeunesse en aidant mes parents et les parents de mon mari.
La vérité est dans les mots mère et fille. Elle est ta mère, donc il n'est pas ta responsabilité de ressentir que tu doit abdiquer ta vie pour elle. De faire ça c'est la codépendence et c'est malsain. Elle doit garder sa place et toi la tienne, la place d'une fille sur le seuil de sa vie d'adulte. Tu n'est pas du tout égoïste, quelqu'un égoïste n'aura aucune sens de culpabilité.
Tu n'a pas causé son alcoolisme, tu ne peut pas le contrôler et tu ne peut pas le faire guérir. Seulement elle peut décider d'arrêter de boire, et pour ça elle doit toucher le fond. Ça n'arrivera jamais quand tu sois là sur place.
Je ne veut pas lire tes paroles en 40 ans pour apprendre que tu n'est pas partie.
Je viens de quitté mon mari de 40 ans qui est alcoolique, violent et abusif. Il a volé ma vie. Je t'en prie de ne pas laisser ta mère voler la tienne.

Willow1733 - 27/12/2017 à 09h28

Mère-fille, effectivement c'est une vérité qui normalement ne dois pas s'inverser. Mais ça ne marche pas quand la mère devient plus dépendante que la fille. Quand j'etais dans cette situation j'aurai aimé trouver ce forum et pouvoir en parler.

TBCorrèze félicitations. Tu as réussi à le quitter et à partir, la vie est devant toi maintenant. Il ne t'a pas voler ta vie, juste une partie.

Par contre je suis pas forcément du même avis concernant le fait qu'elle arrêtera quand elle touchera le fond. À quel moment on peut dire que quelqu'un touche le fond? C'est peut être une réponse propre à chacun, quelque chose de très personnel. Ça dépend aussi de la personne alcoolique, de son état d'esprit sur son problème. Si je prend l'exemple de ma mère, je sais que ça ne s'arretera pas. Que jamais elle ne cessera de boire. Pour elle c'est un suicide sur le long terme. Elle continuera à acheter de l'alcool, a prendre des médicaments en même temps, à fréquenter des gens qui son nocif pour elle, à détruire tout ce qu'elle touche, tout ceux qui essaie de l'aider. Elle veut mourir depuis des années mais n'a pas le courage de faire l'acte elle même.

Alors elle passe par d'autre chemins pour essayer d'en finir.

Sa limite à elle, le jour où elle touchera le fond, c'est quand elle mourra. D'autre c'est quand ils perdront tout, certain ça sera juste un électrochoc.

Bref, pour moi une personne alcoolique ce soignera quand dans sa tête le bouton stop s'enclanchera. Mais chaque malade pocède des limites différentes.

Encore une fois, bravo d'etre partie. Et maintenant profite de la vie, de ce qu'il te reste à faire, prend soins de toi, fait toi plaisir, mange, vie, rie, soit heureuse ici et maintenant.

Répondre au fil Retour