Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

besoin de parler...

Par adele

Bonjour,

Voilà, mon conjoint est alcoolique, son principal problème est de commencer à boire et de ne plus s'arrêter... Il boit tous les jours, très rares sont ceux où il ne boit pas.... Aujourd'hui, j'en peux plus, je suis à bout déjà depuis plus d'un an, j'ai honte, j'ai peur, je pleure. Je pleure car je fais vivre cette vie à mes enfants, pourtant je l'ai moi même connue...
Il peut boire dès 8h du matin des canettes de bière à 8.6 degré. Il a déjà essayé d'aller consulter mais celà ne dure jamais il va au 1er rdv plus que motivé et au bout d'une semaine c'est reparti comme avant. J'ai essayé de l'aider comme je pouvais, j'ai essayer de comprendre, j'ai essayer de le soutenir, mais aujourd’hui(hui tout ceci n'a été qu une succession d'échec. J'en peux plus, je ne sais pas comment me sortir de cette situation, je suis malheureuse et dès que je le vois boire je suis en colère et pleine de haine, j'ai envie de pleurer toute suite dès la 1ere gorgée.
Quand il a bu, il fait n'importe quoi, il parle à des nanas sur des réseaux sociaux, il me dit que je suis bonne à rien alors que je fais le max pour qu'on s'en sorte. J'ai l'impression de le détester de plus en plus et l'aimer de moins en moins. J'ai peur de lui dire, car lui m'aime je le sais et je suis son "pilier". J'ai besoin de discuter avec des personnes vivant cette situation ou qu'ils l'ont déjà vécu, j'ai l'impression d’être seule, seule à vivre cela.

Fil précédent Fil suivant

35 réponses


brisée - 05/02/2016 à 09h33

Bonjour Adèle, ce que vous vivez je l'ai vécu aussi pendant plusieurs années. Je peux vous conseiller car j'ai fait pendant des années "l'autruche" par honte et j'organisais tout par rapport à l'alcool si bien que je me suis retrouvée seule face au problème d'alcool. J'ai sombré dans dépression et quand mon mari est devenu violent et irrespectueux car il allait voir des filles dans une boite, j'ai fait le numéro de alcool info service et ils m'ont donné numéro tél CSAPA, il doit y en avoir un près de vous, c'est gratuit et anonyme, vous y trouverai des réponses sur la maladie et comment la dompter car l'homme alcoolisé devient avec le temps menteur, provocateur, insultant, et mauvais (moi c'est comme cela qu'il était, car il parait que certains sont gentils !). Au CSAPA on m'a appris à penser à moi avant tout et à faire autrement dans ma vie de femme pour que mon mari voit ma souffrance et que j'arrête de vivre avec l'alcool : on appelle cela être codépendante car tout est géré par rapport à l'alcool (plus d'amis, plus de sorties, les courses avec alcool sur liste etc...)
N'en pouvant plus, épuisée psychologiquement et physiquement, j'ai faits une tentative suicide aux médicaments et alcool ! Mon mari n'a pas réagi tout de suite, il s'en foutait, mais il a essayé de s'en prendre à notre fille de 19 ans mais elle est parti et il s'est retrouvé seul chez nous, perdu ! Il a accepté RV avec psychologue et je lui ai donné un ultimatum "tu te soignes ou je pars car je peux plus supporter, sinon je vais en mourir." Depuis 09.2015 plus d'alcool Je l'accompagne à chaque RV ADDICTOLOGIE il a une sacré volonté et nous avons retrouvé une vie normale de famille et de couple, cependant le prix à payer c'est ma fille qui est parti de chez nous car elle n'a pas compris que je ne voulais pas quitter son père après 30 ans ensemble et il demandais de l'aide. Battez-vous contre ce fléau, allez dans CSAPA et sur ce forum vous y trouvez soutien. Il peut y avoir un espoir car moi je n'y croyais plus. Mais j'ai retrouvé mon mari et la confiance que j'avais perdu, je reste vigilante car avec l'alcool il faut l'être. Courage et profitez de la vie, vous en avez le droit.

Auriga - 06/02/2016 à 11h50

. Bonjour Adèle . C'est dur , ça réveille automatiquement des vieilles blessures , et toutes les interrogations , les questions qu'on se pose . Il faut hélas parfois savoir penser à soi ; quitte à ce que l'autre se sente lâché . Mais peut on couler avec un noyé qui vous entraîne vers le fond ? Non . Se faire aider , pour ne pas sombrer soi même . Je suis en lâché prise, en ce moment , c'est difficile ; c'est une rupture ; mais la vie continue , et il faut continuer à se "battre"... Je ne bois pas , j'ai eu des avatars avec ce que l'alcool amène , c'est un fait impossible à affronter , il sera toujours plus fort , jusqu'à ce qu'il renonce . Qui doit renoncer , votre conjoint . Faîtes vous suivre par , un bon complice , un complice associatif . Est ce une bonne suggestion ? Pensez à vous , pas facile de donner des conseils ; mais vous trouverez des solutions , non pas un échappatoire ; mais un chemin , avec vos mots à vous , pour vous reconstruire , ne pas vous fragiliser . On ne peut se mettre à la place de celui qui cherche à penser à autre chose . Tout ça , c'est de l'énergie perdue , pour vous . En association , on a des personnes qui ont perdu leur conjoint , et qui se sont fixé un objectif , pour elles . On a un petit bouquin qui s'appelle : Le courage de changer , c'est un programme de guérison , en groupe , on dit ce qu'on veut ; on peut même y pleurer , se lâcher ; dire ses états d'âme . Pas de jugement , il faut une cohésion de groupe parfois ; un soutien . Les Al Anon , pourraient peut être vous y aider . C'est totalement anonyme , rien ne peut sortir de ces réunions . Il faut une base fiable , parce que l'alcool est très déstabilisant , c'est comme un marais qui vous absorbe ... Je n'ai pas les bonnes formules ... Je ne sais pas , mais si vous avez une clef , qui vous ouvre une porte avec quelqu'un qui est prêt à vous aider faîtes le , n'attendez pas , vous verrez qu'en vous préservant vous l'aiderez peut être mieux . Bon courage , allez vers les centres CSAPA , ils ont des adresses .

marie90 - 14/02/2016 à 21h19

bonsoir, ton histoire et un peu la mienne mon compagnon boit quand on c'est rencontrée sa aller il buvait les week end mais qu'avec ces copains et pas tout les week end puis après sa a était tout les week end , il ne sait pas s'aretter donc tant que sa le couche pas il en boit...
au bout de 2 ans il a commencer a etre méchants dans ces paroles il m'insulter mais se n'était pas tout le temps puis maintenant quotidient... meme c'est pire il boit tout les jours il et violent il casse tout dans la maison il insulte me bouscule je fait tout pour l'aider mais il dit qui boit pas qu'il arrete quand il veux ... cette nuit il c'est reveiller a 4 h du mat il a était boire son wisky il a rien manger pendant 4 jours il boit du matin au soir et moi je suis la impuissante terrifiée de rentrer en me demandant comment je vais le trouver si il va me jeter de la vaiselle a la figure il me fait peur mais je l'aime tellement je voudrai tellement l'aider mais la j'ai plus de force j'arrive plus a gerer je vais partir et le quitter parce qui me tue a petit feu... tout mon entourage et meme sa famille me dit de partir loin mais je n'arrive pas je l'aime alors voila ou j'en suis je pleure tout les jours je veux partir mais une partie de moi me pousse a rester car si je suis plus la qui l'aidera c'est comme l'abandonner ....

adele - 17/02/2016 à 01h33

Merci à toutes pour vos témoignages... Brisée quel courage 30 ans! Moi ça en fait bientôt 7 et je suis à bout, j ai plus de courage... Ce soir j ai encore le droit de le supporter il est 1h20 il est censé se lever à 6h je sais déjà qu il n ira pas travaillé demain et qu il perdra de nouveau son job et qu on sera toujours dans la galère ..2 semaines qu il a repris le taf et c est déjà des dérapages... J osé parler de lui a personne tellement j ai honte, j essaie d être forte le lendemain auprès de mes enfants et mes collègues en disant que tout va bien alors qu au fond j ai envie d hurler et de pleurer....j ai essayer de lui parler mais il me dit que je ne peux pas comprendre c est facile pour moi... Alors que je souffre et je pars dans la solitude...marie nos histoires sont quasi similaire moi non plus je n arrive pas à le quitter pourtant j aimerais tant que cette situation s arrête. Il n y a pas un jour sans larmes ou je me demande ce que je dois faire. Je vais essayer de me rapprocher de ces centres afin s essayer de ne pas sombrer ou de remonter la pente, je suis de nature très joyeuse et je suis devenue avec le temps qqn qui s énerve très rapidement et limite déprimée... Je veux sortir de cette enfer, de cette dépendance qui le tue et qui me tue petit à petit. J ai tellement de colère après lui, il me ment et refuse toutes ses responsabilités,... Il me laisse la charge s'de notre foyer j ai l impression d être juste un intérêt pour lui... N hesitez pas à échanger avec moi, vous lire me réconforte en quelque sorte, je vais voir avec le centee mais avec le boulot et les enfants cela ne va pas être évident, j ai envie de contacter le service par téléphone mais je ne sais pas si j arriverais à en parler via le tel. Qu en pensez vous? Merci à vous et du courage pour vous...

Lody2607 - 20/02/2016 à 02h55

Tu n'est pas seule... vraiment...

Lody2607 - 20/02/2016 à 02h57

Bravo à toi brisé

suz - 23/02/2016 à 15h29

Je me reconnais tellement dans vos témoignages. Mon mari doit commencer une cure la semaine prochaine, malheureusement je n'y crois pas. J'ai l'impression qu'il n'a pas la volonté qu'il faut. J'ai tellement été déçue, il m'a si souvent promis d'arrêter.
Comme vous, j'ai perdu ma joie de vivre, je me bat pour ma fille mais j'ai peur que tout ça finisse par me tuer.

sab22 - 24/02/2016 à 09h34

bonjour moi aussi je me reconnais dans vos témoignage je suis perdu il vient de perdre son boulot et je ne sais pas comment on va vivre, alors la il a pris un rendez vous dans un centre mais en attendant il est sous traitement qu'il prend quand il y pense je ne crois pas qu'il va se soigné, je n'ai plus confiance. bon courage à vous adèle

suz - 24/02/2016 à 10h37

Bonjour Sab22, nous sommes dans la même situation, mon mari a perdu son travail début décembre. Et comme vous je n'ai plus confiance.

Répondre au fil Retour