Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Mari alcoolique..une voie sans issue

Par Mesfilles

Bonjour
Je suis avec mon mari depuis 20 ans . Jai deux filles adolescentes.
Mon mari a toujours bu mais au départ c'était occasionnellement. Depuis 8 ans environ c'est tous les jours ...il se dit non dépendant car il boit qu a partir de 11h ...
Il est sous traitement anti dépresseur car il broit du noir tout le temps il est pessimiste...
Quand il a bu il est imprévisible il peut partir dormir comme s'énerver mais pas de violences physiques juste verbale en m'accusant d d'etre à l'origine de son mal ou de le tromper....ce qui est faux...de le rendre malheureux bref tout est de ma faute.
Mes filles sont au courant...elles ont déjà caché des bouteilles pour pas que leur père boive....elles l'ont déjà vu tomber ou se ridiculiser ...a chaque fois je me dit quil faut que je parte mais a chaque fois je me dit aussi que je ne peux pas le laisser s'effondrer. Il a arrêter les séances de psy car selon lui pas nécessaire.
Je suis en colère des que je le voit boire....et devient cinglante dans mes propos...car il ne fait plus rien et s'occuper des filles est compliquée...parfois elles ne veulent pas de leur père..
Je sais pas quoi faire et suis devant un mur.
Après une crise lors dun anniversaire je lui ai dit que je partais...mais le doute est toujours là.
Qu'en pensez vous ?

Fil précédent Fil suivant

26 réponses


Québécoise - 09/09/2019 à 12h36

Bonjour , blunk
J’ai lu votre post, je vous comprend! Ce n’est pas une situation facile, ce que vous vivez. Vous avez ecris « juste de la violence verbale » c’est fou comment l’etre humain peut s’accomoder de chose . Vous trouvez cela maintenant presque normal? On ne devrait pas ..... il a certe un probleme d’alcool et c’est une chance je trouve qu’il a deja ete diagnostiquer depressif. Comprendre ne veux pas dire qu’il faut accepter . Comme vous , j’en laisse passer, des piqueries et des manque de respect .

Il sont malade et nous le devenons sans aide exterieur. Nous les aimons tellement! Mais cela n’a rien a voir avec leur guerison. Vous n’etes pas responsable , moi aussi , il m’a dit que c’est de ma fautes .... et ses coleres aussi et le fait qu’il m’a pas de proges personnel aussi .... il y a des techniques qui s’apprenne qui peuvent nous aider . Il m’arrive souvent de les oublier ;( et lors de ces moments je plonge ds un down assurement.

Informez vous sur cette maladie des emotions, engendrer par la dependance a l’alcool .

Je vous envoies pleins de reconfort
X

Mesfilles - 10/09/2019 à 14h11

Bonjour
Merci pour votre message pour votre réconfort.
Ça fait toujours du bien de voire qu'on est pas seule et que finalement ce qu'on vit n'est pas de notre faute mais les consequenxes de cette pathologie alcoolisme.
Vous parler de techniques quelles sont elles ?
Merci

Québécoise - 10/09/2019 à 16h46

Bonjourblunk
La premiere consiste a reellement integrer le fait que nous sommes avec qqun de malade. Nous choisissons de partager notre vie intime avec qqun de malade. Cette maladie est tres special comme pour l’aizemer ou la distrophie ca evolue par periode plus ou moins dure. Si vous parter en vacance avec qqun d’aizeimer et qu’il pers ses choses et qu’il s’enerve pour ca . Aller vous crier ? Aller vous accepter que cette personne vous cris dessus? Il y a des moments ou on peut essayer d’etre en control et d’autre ou ca reste inacceptable. Je pratique encore ..... et plus on pratique plus on devient bon.

La 2 ime , je dirais de vous proteger si c’est possible qd la tension monte a l’interieur de vous . Pas pour le laisser dire et faire n’importe quoi. Mais pour proteger ,votre bien etre interieur est important, Il est ds le caos interieur .... ne vous t melanger pas trop , eloigner vous le temps de decompresser. Si possible , et de facon polie faut etre un peu comedienne a se moment . Pour esquisser sans rentrer ds les persecutions.
aller prendre une marche , si vous pouvez. Ca m’a souvent aider , qd il cherche les embrouilles. Leurs emotions sont instables , a cause du manque et du surplus d’alcool . Choisisser les bon moment pour vous exprimer et la bonne facon . Il y a des livres dessus

Je pourrais encore detailler c’est deja bcp a mettre en pratique , JE LE SAIS!

Je suis de tout coeur avec vous
X

patricem - 10/09/2019 à 16h59

Bonjour,


s'il se reconnait dépressif, peut-il envisager une cure dans une clinique psy ? Cela offre un moment de repos avec un accompagnement psy pour tenter de traiter la dépression et apprendre à mieux gérer ses émotions. Et l'alcool y est interdit comme tout autre substance...

Après, il faut bien le présenter : ce n'est pas un HP, mais bien un endroit où les gens en dépression (burn out, sentimental, autre) viennent chercher un temps pour se remettre d’aplomb...

Patrice

nathvaut - 12/09/2019 à 08h28

Bonjour Mesfilles,

Je me reconnais énormément dans votre histoire qui est la mienne.
Un mari alcoolique depuis (fortement) 1,5ans et 2 ados(garçon 16 ans et fille 15 ans).
Mon mari a toujours aimé faire la fête mais buvait le week-end, il y a 5 ans,il a commencé a boire des bières la journée sur ses chantiers(Artisan).En mai 2018 accident de voiture (vitesse) et depuis il est tombé dans le whisky quotidien.
2 hospitalisations ,plusieurs accidents etc... au départ suivi par AA mais il a arrêté car il n'aime pas la conseillère.
Je l'aime mais ne supporte plus l'alcool.Le médecin m'a dit qu'il n'aurait pas le choix de l'abstinence mais il ne veut pas et crois pouvoir revenir comme avant alors qu'il ne sait pas gérer.Mes enfants ont souffert et ma fille ne lui parle quasi plus,elle ne le supporte plus.
Elle va consulter une psy à sa demande (je lui avait proposé si elle avait besoin)
Je suis aussi perdu que vous,j'ai lu des livres pour m'aider et comprendre et ça m'a fait du bien.
J'ai décidé de ne plus me priver et de sortir avec mes enfants et avec des copines. Je ne vais pas gâcher ma vie.Lui en arrêt et il ne fait quasi rien a la maison.
Notre maison est en vente au départ pour un projet commun mais je pense que ça finira par la séparation. Les médecins m"ont dit il leur faut un déclic mais on sait pas quoi en fonction des personnes.
Je vous souhaite bon courage et si vous avez besoin de parler, je suis là.
Bon courage

Mesfilles - 12/09/2019 à 10h23

Bonjour
Merci pour vos réponses
Pour la cure jai déjà proposé cette option . Il refuse ...j'essaye de le persuader de retourner voire une psy ...il y a beaucoup de non dit dans sa famille et un pessimiste générationnel.
Avez vous des livres à le conseiller pour apprendre comme vous le dites québécoise les bonnes attitudes et me protéger.
Effectivement aller au conflit n'arrange rien ....jai tester hier le calme ...et ca la arrêter de suite ....
Nathvaut je comprends très bien votre situation . Ma fille aînée ne supporte plus mon mari .. c'est des tensions permanente entre eux et je ne peux pas la blâmer...je discute beaucoup avec elles....leur explique que c'est une maladie quil n'était pas comme ça lorsqu'elles sont nées. ..
Ma plus jeune a mûrit trop vite malheureusement ....elle me voit cacher les bouteilles .....et voit les dégâts...j'essaye de les protéger un max et leur expliquant surtout que ce n'est pas leur faute .. leur père n'est pas bien dans sa tete.....rien a voire avec elles .
Si vous avez aussi besoin de parler je suis également là.. ça fait du bien de voire qu'on est pas seule ..
Je profite aussi . On fait des choses sans lui ....cinema ballade ..il ne veux pas tant pis .. en vacances il reste dans la location nous on profite cest dommage mais jai pris cette décision il y a 3 ou 4 ans ...
Bon courage à vous
X

nathvaut - 12/09/2019 à 11h15

RE,
On a beau retourner le problème dans tous les sens,on a le sentiment que rien ne changera.Si j'écoutais mes enfants, on seraient déjà parti, j'ai peur de les perdre car je persiste.Est ce que je prends le risque ou pas? Sa famille estime que les enfants n'ont pas à s'en mêler mais ils le vivent au quotidien.Je deviens agressive et n'arrive pas à me contrôler que ce soit verbalement voir physiquement.Je supporte plus le mensonge et le fait qu'il me dise ne pas boire alors qu'il a bu et que ça se voit.
Je sais que c'est une maladie mais si au moins il prenait son traitement régulier et se faisait suivre vraiment.Je ne sais pas ce qu'il cherche.Il bouffe son argent dans ça et ses cigarettes, ne s'occupe de quasi rien, il a la belle vie.Dès que je pars profiter , il me harcèle au téléphone et bois au volant ( plus de permis).
Que dois-je faire? Si je pars je pense qu'il s'effondre au risque de se retrouver à la rue, mais si je reste , comment faire? Est ce que ça vaut le coup, je sais plus.

Québécoise - 12/09/2019 à 16h47

J’ai bcp aimer les livres de Marshall B Rosenberg
Sur la communication non-violente. C’est des livre de poche tres clair et facile a mettre en pratique sur la communication. Comment faire part de nos besoin plutot que de dire ce qui nous deplait d’abord du comportement de l’autre ....... pleins de trucs interressant .

Natvau pas facile, je comprend , l’idee de brizer la famille et recommencer a zero . Par contre on a la chance d’avoir le choix, aussi dur qu’il puisse etre.

Les enfants souhaite votre bonheur j’en suis certaine. Et lui, il va soit se prendre en mains ou continuer mais c’est son choix , vous sembler avoir deja fait enormement , et comme vous l’avez ecris , il fait la belle vie ..... plutot que de prendre cette chance , d’avoir une famillle pour son parcour. Il sabote .... c’est cette maladie , oui, mais vous n’etes pas responsable . Plus facile a dire qu’a faire , je sais .

Bravo deja de ne pas vous privé et faire vos activités , j’en suis la aussi de plus en plus .

Je vous envois pleins de force
X

Mesfilles - 13/09/2019 à 09h57

Nathvau
je comprends totalement, je suis aussi agressive parfois, je voudrais lui montrer mon mécontentement mais je pense pas que ce soit la bonne solution, j'essaye de me calmer comme Quebecoise le suggère...la violence appelle la violence et c'est vrai c'est facile à dire...pas facile à mettre en pratique car des années d'alcoolisme la famille est à bout...
Mon mari ne me harcèle pas , lorsqu'il boit il finit par s'effondrer..généralement j'attends et je vais me coucher bien plus tard...mais il est vrai que faire des choses dans la maison ..c'est rare...dans ses moments de lucidités j'arrive à lui faire faire du bricolage ou la pelouse. Il ne boit pas le matin.
Personnellement, mes enfants ne me demande pas de partir mais ils passent avant mon mari...je ne juge pas...et je comprends le choix difficile..je suis déjà parti avec mes filles....devant sa détresse et ses promesses je suis revenues et mes enfants étaient contentes....si elles me le demandaient je sais pas....elles ont le droit à avoir une vie normale...avec un père qui titube pas! cela sera surement dur
vous et vos enfants vous n'êtes en aucun cas responsable et vous avez le droit de vivre une belle vie...c'est ce que je me dis....
Conjointes d'alcoolique, vous et moi, nous avons déjà fait la moitié du chemin lorsqu'on se prive pas d'activité...
.tous les samedis je vais faire un cours de yoga et je me ballade souvent avec mes enfants et mon chien dans la campagne...il ne vient pas tant pis

Merci Quebecoise, je vais regarder cette auteur...merci. Je pense que vous aussi êtes confronter à ce fleau..courage à vous également

Courage et pensez à VOTRE bonheur!
x

Répondre au fil Retour