Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment rompre

Par Amerantine

Bonjour à tous.

Je vous ecris ici car j'ai besoin de parler, je veux rompre avec mon compagnon et père de ma fille, il est alcoolique, possessif. Ça me fait peur, peur de sa réaction, peur de faire quelque chose de compromettant pour la garde de ma fille(je sais pas pourquoi).

Le quotidien est moins horrible qu'avant, il a réduit mais ses addictions sont un gouffre financier, j'ai tout le temps peur que ça dérape, qu'il interprète mal un mot. Il m'a fait un scandale l'autrefois car je suis allée au parc, un de ses potes s'est arrêté lui dire bonjour il m'a demandé si c'était pas lui que je voyais.

Il dit que c'est l'ennui qui le fait boire, quand il est occupé il boit quand même ! Il me rabâche tous les jours les même choses.
Il a commencé un suivi mais n'a pas baissé sa consommation d'une bière.

Je ne lui fais pas confiance, j'ai peur, je me retiens de parler, il ne m'écoute pas, tout doit tourner autour de lui, 6600€ de dettes à cause de lui. Au cour de la dernière année j'ai eu aucune dépense pour moi, je me suis totalement oubliée, il s'occupe à moitié de sa fille.

Il considère que c'est de ma faute, je ne vais plus vers lui, plus de tendresse, plus de mots doux. En même temps avec la grossesse qu'il m'a fait vivre, les insultes, les menaces... etc

Y en a qui arrivent vraiment à vivre heureux avec un ancien alcoolique qui leur en a fait baver? La violence verbale n'est-elle pas tout autant impardonnable que la violence physique ?

Fil précédent Fil suivant

6 réponses


Horizon73 - 22/07/2019 à 19h49

Bonsoir Amerantine,
Je crois rêver mais je vis un calvaire similaire au tien hormis le côté financier, j’ai encore la main mise ... Mais l'attitude de ton conjoint est semblable.., pas d’effort pour s’en sortir , pas besoin de thérapie, il contrôle lui même sa consommation mais c’est trop tard... On a encore revu le médecin ce matin qui lui a encore dit de baisser s’il n’arrive pas à arrêter et il a dit qu’il essaierait pour éviter le sujet... On a fait une batterie d’examens pour tous ses problèmes de santé et je sais que c’est l’alcool qui va l’achever ! il doit faire une échographie du foie car trop de fer dans le sang et ne parlons pas des gamma... Il n’est pas violent avec moi mais agressif donc je fais attention à mes paroles , et je ne sais pas comment il réagirait si je le quitte , il est très jaloux... l’alcool lui a bien détérioré les neurones et il est très souvent incohérent. Mes amies ne me comprennent pas pourquoi je reste avec lui , mais je suis mariée (pas d’enfants ouf !) et je ne sais pas où aller etc.., je ne le désire plus il me fait honte et parfois je souhaite un drame pour qu’il ait un déclic ... c’est devenu une prison ma vie ! et je ne peux pas aller sans qu’il vienne avec moi sauf les. courses il ne supporte pas .Monsieur. compte ses bouteilles de vin pour la semaine et c’est tout ce qui compte. Je reste gentille, prévenante gère toute sa vie mefdicale ,administrative etc... et en plus de ça il est inapte au métier donc il se considère retraité à 56 ans..
Voilà si je pouvais je viendrai te chercher et on s’enfuirait! c’est un rêve qui doit devenir réalité ! Ce n’est pas normal qu’on bousille notre vie et santé pour eux . Courage et écris moi
Bonne soirée

Amerantine - 23/07/2019 à 10h19

Le mien a refusé les examens médicaux qu'on lui a proposé de faire! Il veut pas savoir où en sont ses organes.

Pareil la honte, il ressens le besoin de justifier, de se faire remarquer, de faire des blagues totalement bidon, qui font rire uniquement les personnes totalement bourrées... La semaine dernière après son rdv psy on s'arrête dans un bar, lui bière, moi jus d'abricot, pour la seconde tournée le serveur avait compris qu'il prenait un jus comme moi "ah non de la bière, c'est pas pour moi ça, a part le matin à la limite. J'aime l'abricot, et il y a 2types d'abricots, j'aime les 2"... un truc dans le genre. Genre c'est honteux dd prendre une boisson sans alcoon!! LOL pour quelqu'un qui veut arrêter!!
Il se maitrise entre guillemets, il tombe plus mort saoul, hier par exemple il a pas pu se maîtriser, on est le 23, il nous reste 60 balles pour tenir jusqu'à la paie, génial!

Il se rend compte que c'est la fin au moins..

sab1176 - 23/07/2019 à 11h33

Bonsoir

Toute dans le même bateau j'espère qu'un jour l'horizon sera plus bleu ............ que je pourrais à nouveau sourire à la vie ............ aujourd'hui j'ai conscience qu'il est trop bas ( même si personne ne sait rien il ne boit que le soir seul comme un c**** et aujourd'hui c'est pas compliqué deux bières lui suffisent pour changer d comportement ) il refuse aussi sa prise de sang ............

courage à vous

Amerantine - 23/07/2019 à 11h57

Toutes nos histoires sont des copié/collé...

cb37 - 24/07/2019 à 09h28

Bonjour

Effectivement nos histoires sont des copie/colle . À lire les forums, J'ai de plus en plus l'impression que derrière tout cela il y a des histoires de vie dans l'enfance qui n'ont pas été résolue . C'est le cas de mon mari ainsi que ses 3 frères et sœurs !!!

Il est actuellement en cure pour 3 mois ce sera la troisième et même s'il a eu un déclic je sais parfaitement que rien n'est résolu puisque cette maladie se soigne mais ne se guérit pas .

Alors oui, nous sommes en colère, nous trouvons cela injuste à juste raison mais ce qui me choque le plus c'est notre solitude, nos conjoints sont parfaitement pris en charge lorsqu'il se font soigner mais nous rien, nada !!!!! Sans parler du déni de la famille, des enfants etc.... Car il est très difficile d'expliquer notre quotidien donc c'est l'isolement total.

Nous n'avons que peu de choix, partir avec tout cela comporte en courage, solitude, protéger nos enfants lorsqu'ils sont petits gérer les problèmes matériels, financiers, ou rester en intégrant le fait qu'il s'agit bien d'une vraie maladie, qui se soigne mais ne se guérit pas, j'essaie en ce qui me concerne de faire un gros travail sur moi en me détachant car j'avoue que je n'ai pas pour l'instant le courage de partir même s'il n'y a pas d'enfant en jeu.

Il n'y a pas de règle, pas de conseil à donner me semble t il, juste trouver la meilleure solution pour notre survie, personne n'a le droit de nous juger, ni de nous faire culpabiliser .

Bon courage à tout le monde

Amerantine - 24/07/2019 à 10h05

Je suis entièrement d'accord avec toi...

Lui aussi a une enfance affreuse et malheureuse, son père est clairement un pervers narcissique, mère décédée quand il était tout petit il a un demi-frère jamais reconnu, son père a largué la femme en début de grossesse, il a fait placer l'enfant de sa seconde femme, décédée également...
Jamais à l'écoute, manipulateur, malsain, il a beaucoup d'emprises sur ses enfants.

L'autre soir il pleurait dans le lit en parlant de tout ça.

C'est tellement compliqué, personne ne peut comprendre nos situations à part les personnes qui la vive... Je regrette l'absence de groupe de parole là où je suis, pour les malades il y en a, mais pas pour les proches.

Je me fais suivre par un psy, en général ils ont un service pour les proches dans les assos, j'attends le second rendez-vous là..

Répondre au fil Retour