Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Modération d'alcool / Sevrage

Par Rébecca Flower

J'ai mon fiancé Nicolas ( né en 1970 ) qui est alcoolique. Il a fait un traitement avec Baclofène qui a ete très lourd, tres difficileà supporter. Il sest retrouvé à l'hôpital, Son foie était à 10% de ses capacités. Il a récupéré. Maintenantil boit à nouveau, un peu moins mais quand-même alcool fort. Il est tres fatigué, obligéde boire. Il fait des sevrages tous les trois ou quatre jours pour ne pas boire. A chaque fois qu'il se réveille, il se remet à boire la même quantité dalcool. Il dort toute une journée et toute une nuit, donc beaucoup. N'est ce pas dangereux de s'arrêter de boire puis de reprendre et ainsi de suite ? Peut-on boire moins dalcool ? Au lieu de tout arreter. Apparemment il n'arrive pas à boire moins. Est-ce que c'est possible ? Est-ce qu'il y a un substitut quil pourrait prendre ? Car sans alcool, il est angoissé. Merci pour votre aide.

Mise en ligne le 11/10/2018

Bonjour,

Il est toujours délicat de donner des réponses générales à une situation particulière, d'autant plus lorsque les interrogations portent sur des aspects médicaux ou psychologiques. Il semble que votre fiancé soit dans de grandes difficultés avec l'alcool, qu'il en soit dépendant, et que ses usages aient déjà malheureusement eu des conséquences sur sa santé. Dans ce type de contexte, c'est plutôt l'abstinence totale qui est préconisée. Néanmoins, lorsque ce n'est pas possible pour la personne, modérer ses consommations peut être un pis-aller, c'est donc une voie à ne pas négliger si votre fiancé se sent prêt à aller dans ce sens.

Nous ne savons pas s'il bénéficie toujours d'une prise en charge en addictologie, si ce n'est pas le cas, nous ne pouvons que vous inviter à l'encourager à revoir des professionnels afin d'être suivi, si ce n'est pas pour un arrêt au moins pour tenter de mieux contrôler ses consommations. Des traitements médicamenteux pourront lui être prescrits pour l'aider dans sa démarche, mais seul un médecin pourra dire, en fonction de son état général de santé, ce qui serait adapté. Au-delà du suivi médical, les lieux de consultations spécialisées en addictologie offrent l'opportunité de bénéficier d'un soutien psychologique bien utile et, si besoin, d'une aide sociale. Un usage problématique d'alcool s'inscrit souvent dans un contexte de difficultés plus larges que simplement l'abus d'alcool, c'est pour cela qu'une prise en compte globale de la personne est privilégiée.

Votre fiancé semble ne pas vouloir rester sans rien faire devant ses problèmes, vous nous dites qu'il tente de se sevrer tout seul tous les trois ou quatre jours. Malheureusement, il est fort possible qu'il se fasse plus de mal que de bien en se mettant ainsi à l'épreuve, physiquement et psychiquement. Ces sevrages répétitifs, "à la dure", pourraient effectivement  occasionner des dommage sur son métabolisme.

Comme vous l'aurez compris, il nous parait important que votre fiancé se fasse aider, soit auprès de professionnels qui le connaissent déjà soit en se rapprochant de nouveaux lieux de soins, les possibilités sont nombreuses à Paris.

Nous restons disponibles, s'il souhaite nous contacter, pour l'orienter ou simplement prendre le temps d'échanger avec lui sur sa situation. Si de votre côté de nouvelles questions se posent n'hésitez pas aussi à revenir vers nous. Nous sommes joignables tous les jours de 8h à 2h au 0 980 980 930 (appel anonyme et non surtaxé) ainsi que par Chat de 14h à minuit.

Avec tous nos encouragements.

Cordialement.

Retour à la liste