Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Vos questions / nos réponses Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Comment aider mon père ?

Par Anne42000

Bonjour, min père a toujours eu une consommation d'alcool assez "prononcée". Plus jeune, je m'en rendez compte sans prendre toute la mesure du probleme. Mais depuis quelques années, la situation semblent se dégrader. Ma belle mere tente de gérer la situation comme elle le peut (discussion, chantage..) mais elle ne sait plus comment procéder pour qu'il admette son probleme. Il est conscient que sa consommation n'est pas normal et il a accepté de faire quelques concessions, mais il ne fait que deplaçer le probleme pendant pouvoir le gérer seul. Un exemple de concession selon lui : il s'autorise le pastis une fois par semaine (àlors qu'il pouvait en boire 2 ou 3 par jour à l'apéritif le soir) mais finalement, il se met à boire de la bière pour compenser... Nous ne savons plus quoi fairE, ni comment gérer tout ça. Comment lui faire comprendre qu'il ne pourra pas affronter ça seul, qu'il doit voir un spécialiste ? Par où commencer ? Devons nous prendre rendez vous chez le médecin nous mêmes ? Je commence à avoir peur pour sa santé, et je m'inquiète pour mes proches. Il ne sont rend pas compte qu'il fait du mal à mon frère et ma belle par son comportement... Merci d'avance pour votre aide

Mise en ligne le 07/06/2017

Bonjour,

Vivre avec un proche dépendant à l’alcool est souvent difficile. Votre père, bien qu’il reconnaisse parfois avoir un problème dans son rapport à l’alcool, ne semble pas encore prêt à renoncer à ce que cela lui « apporte » sur l’instant. En effet, l’alcool est un produit qui permet d’oublier ses soucis, de calmer les angoisses et de faire dormir. Vous qui êtes à côté, ne pouvez voir que les aspects négatifs de cette consommation. Lui, bien qu’il sache ce qu’il risque, sait aussi que cela fait office de « béquille » dans son quotidien.

Vous envisagez de contacter un médecin vous-même. Nous pouvons évidemment comprendre votre souhait qu’il se soigne. Pourtant, même si vous le faisiez, vous ne pourriez pas le contraindre à prendre une décision. Vous ne pourriez pas le contraindre à parler à ce médecin. Vous pouvez continuer ce que vous faites sans doute déjà, à savoir lui exprimer votre inquiétude, lui dire combien cela vous attriste, afin qu’il mesure les conséquences que sa consommation entraîne. Vous pouvez lui dire que le jour où il sera prêt, vous serez heureux de le soutenir dans cet arrêt et que vous espérez qu’il arrivera à prendre cette difficile décision.

En attendant, sachez que les CSAPA (Centre de Soin, d’Accueil et de Prévention en Addictologie) sont ouverts à l’entourage. Vous pouvez, vous ainsi que votre belle-mère ou votre frère, prendre rendez-vous avec un psychologue, afin d’avoir un lieu où exprimer votre sentiment d’impuissance et vos craintes. Les professionnels pourront vous recevoir de manière confidentielle et gratuite, et vous aideront à traverser cette épreuve, en vous proposant un espace de parole et un lieu de réflexion sur le comportement le plus adéquat à adopter pour aider votre père, tout en vous protégeant au mieux.

Si vous souhaitez une adresse, vous pouvez consulter notre site, dans la rubrique Adresses utiles ou nous contacter par téléphone au 0 800 23 13 13 (appel anonyme et gratuit de 8 h à 2 h, tous les jours).

Nous vous souhaitons bon courage.

Cordialement,

Retour à la liste