Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Témoignages de l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Malade et alcoolique

Par Helenelapepette

Bonjour,

Je viens pour vous parler de mon PERE qui a un problème avec l'alcool depuis 30 ans.

En 2016 on lui a détecté un cancer du pancréas. Il a été opéré puis chimio donc, pendant l'année pas une goutte d alcool. Une autre personne malgré la douleur qu'il avait avec la chimio.

Et il a eu beaucoup de chance pas de métastase le cancer dort. Mais depuis trois mois il boit tous les soir au bistrot ça devient invivable.

Commentaire du modérateur

Bonjour,

Il est toujours triste d'assister à la rechute d'un proche, surtout après une maladie grave. Les rechutes peuvent cependant être transformées en événement permettant de mieux se connaître et de mieux résister à l'envie de boire lorsqu'on arrête de nouveau. Ce qui est difficile sans doute dans la situation de votre père c'est qu'il n'a pas arrêté par choix mais par nécessité. Pourtant, si l'on positive les choses, on peut aussi dire qu'il a réussi à arrêter, donc qu'il en est capable, alors même que cela fait 30 ans qu'il boit.

Il est important que vous puissiez avoir un dialogue avec lui sur le sujet. Sans le culpabiliser en lui reprochant sa rechute mais plutôt en insistant sur ce que vous avez aimé quand il ne buvait plus et sur sa capacité à le faire s'il le voulait bien. Cependant s'il ne veut pas arrêter ça va être difficile pour vous.

Le second conseil que l'on puisse vous donner est de vous-même vous faire aider en tant que proche d'un malade alcoolique. Les Centres de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) reçoivent gratuitement les proches. Cela vous permettra de partager vos angoisses à son sujet et d'y trouver les attitudes qui vous permettront d'un côté de mieux endurer la situation, de l'autre de favoriser le changement chez lui sans le braquer. Ce n'est pas une voie simple mais en tout cas ne restez pas seul avec cette histoire car l'alcoolisme d'un proche, qui plus est d'un père, a des répercussions sur soi-même qu'on le veuille ou non. L'aide vous fera du bien.

Vous pouvez appeler notre ligne pour en parler et obtenir des adresses ou vous pouvez aussi utiliser notre rubrique "Adresses utiles".

Cordialement,

le modérateur.

Déposez votre témoignage

Retour à la liste