Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Témoignages de l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Incertaine et sans issue

Par cerise59

Mon conjoint est alcoolique. Il le reconnaît mais ne fera rien pour se soigner même quand je lui dis les horreurs grossières et immondes qu'il profère sur ma fille et moi et qu'il en pleure le lendemain.

Rien ne change. Il arrive à être sobre à l'eau 2 ou 3 jours début de semaine et ensuite il repart dans son commerce et avec ses copains. C'est reparti, du matin au soir c'est le rosé et ça fait des années que ça dure.

Là je suis à bout après 40 ans de mariage. Je fais chambre à part mais cette situation ne pourra durer éternellement. Ça va craquer, surtout que l'on n'arrive plus à aucune discussion à ce sujet. Je me sens prisonnière et je passe le week-end à stresser. J'évite l'affrontement. Je ne peux partir sans rien. Sans mes 3 amours de chats, sans argent et surtout où.

Il a de la volonté mais son métier est dur et c'est ça qui le tient. Prétextes et fréquentations. Il est trop égoïste pour admettre qu'il a détruit ma fille qui ne veut plus le voir et ne voit pas que je m'éloigne à grands pas de notre histoire après avoir subi en plus 40 ans d'infidélité. Mais je suis effectivement lâche... et perdue.

Commentaire du modérateur

Bonjour Madame,

Ne vous méjugez pas. Il n'est pas évident de savoir quoi faire dans ce genre de situation ni d'être capable de "tout quitter". Beaucoup de femmes comme vous viennent ici complètement perdues sur ce qu'elle peuvent faire ou sur ce qu'il faut faire. Les solutions pour vous viendront de l'information et du partage. En d'autres termes poursuivez ce que vous avez entamé ici en trouvant des interlocuteurs pour en parler.

Je vous recommande de pendre contact avec notre ligne dans un premier temps pour en discuter et être orientée vers un Centre de soins, d'accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA). Ces centres reçoivent l'entourage des personnes alcoolo-dépendantes et les soutiennent. Vous pourrez y vider votre sac, trouver des positionnements plus satisfaisants pour vous et tout simplement mieux comprendre ce que vous voulez faire. Cela sera aussi l'opportunité pour vous d'essayer de nouvelles choses auprès de votre mari pour faciliter chez lui le changement. Vous pouvez aussi trouver les coordonnées du CSAPA le plus proche directement dans nos Adresses utiles.

Puisque votre fille a aussi eu à souffrir de cet alcoolisme au point d'en être "détruite", il pourrait être une bonne idée, pour son bien-être, qu'elle prenne également contact avec un CSAPA pour en parler. Il existe dans certains lieux des groupes de parole pour l'entourage et notamment pour les enfants de personnes alcooliques.

Sachez également que l'association Al-Anon est une association dédiée à l'entourage (conjoints, enfants) des personnes alcooliques avec de nombreux groupes de parole dédiés. Voici son site : Al-Anon 

Deux mots sur votre mari. En vous lisant on a l'impression qu'il essaye de se contrôler (lorsqu'il se met "à l'eau"), montrant qu'il a un peu conscience de son problème. Il est cependant entraîné par son environnement si nous comprenons bien. Le travail sur l'entourage et peut-être sur la gestion du stress lié à son emploi seront donc des éléments essentiels pour qu'il réussisse à arrêter. Enfin votre mari peut paraître "égoïste" mais ce qui caractérise aussi les personnes alcooliques et qui les maintient également beaucoup la tête dans l'eau (si l'on peut dire) c'est leur immense culpabilité à être "comme ça" et avoir commis un certain nombre de choses lorsqu'ils étaient "comme cela". Reconnaître ce que l'on a fait et là où on en est est important pour avancer mais le moteur de tout cela est souvent l'espoir de pouvoir réparer ce que l'on a fait, se le faire pardonner ou se pardonner à soi-même. Sans cet espoir les choses ne changent pas et il est trop difficile à une personne alcoolique de reconnaître vis-à-vis des autres sa responsabilité. Cela peut expliquer aussi son "déni" vis-à-vis- de votre fille.

Cordialement,

le modérateur.

PS : la rubrique "témoignages" ne permet pas les échanges. Vous pouvez aussi raconter votre histoire dans les forums pour l'entourage. Cela donnera l'opportunité à d'autres personnes de vous répondre.

Déposez votre témoignage

Retour à la liste