Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Témoignages de consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

La dépendance à l'alcool n'est-il pas le reflet d'une prédispostion naturelle

Par Lidie

Bonjour,

J'ai lu quelque témoignages sur le forum. Je viens de m'inscrire que le site car, comme la plupart des usagers, j'ai besoin de parler de mon rapport à l'alcool.

J'ai commencé à consommer de l'alcool à l’adolescence lors de fêtes entre amis, sans plus. Je buvais uniquement par "convention sociale" car je n'aimais ni le goût ni l'effet de gueule de bois du lendemain qui m’empêchais de faire quoi que ce soit.

Plus tard, lors de mes études supérieurs, j'ai décidé de diminuer grandement pour me consacrer à mon travail scolaire. Je devais passer un diplôme très important pour moi. Durant 1 an, je buvais quelques verres de temps en temps mais sans plus ( ce qui me valait des remarques telles que " bin alors ?? tu viens plus aux soirées"), je veillais de faire de mon diplôme l'objectif principal, tant pis pour le reste.

Depuis, le temps à passé et j'ai eue beaucoup de problèmes. Des problèmes d'argent, de couple de confiance en soit. J'ai du trouver un "job" qui ne me convenait pas et ou je ne me réalisais pas. Je suis devenue aigrie, mon amis m'a quitté et depuis je n'arrive plus a remonté la pente. Je suis un vrai poids financier pour ma famille, je me renferme chez moi et je n'arrive plus à me motiver pour quoi que ce soit.

Je me suis rendue compte, après ma rupture que j'étais anormalement attachée à lui, c'est pourquoi il est parti. C’était trop lourd pour lui et je le comprends maintenant tout en gardant beaucoup de rancœur. D'où le titre de mon post. Avec lui je ne buvais pas parce qu'il était mon addiction.

Quand il est parti, j'ai quitté mon job, je me sis écroulée. Je me sens honteuse d'avoir eue si peu de volonté. Ce qui est perturbant c'est que je n’étais pas comme ça avant. J'étais addict à mon travail, la meilleurs des addictions qui me soit arrivée, mais étant plus jeune j'avais beaucoup plus de fougue, j'étais plus souple avec les événements difficiles.

Bref, aujourd'hui je bois beaucoup, je n'arrive plus a trouver du travail et me renferme sur moi même, je ne me reconnais plus.

J'aimerais savoir si quelqu'un ressent ce sentiment.

Commentaire du modérateur

Bonjour,

Vous avez publié dans l'espace Témoignages, qui ne permet pas aux Internautes de partager avec vous. Je vous invite à reproposer votre écrit dans le forum pour les consommateurs.

Pour répondre brièvement à votre interrogation oui, il peut y avoir une prédisposition ou une inclinaison à être "addict" que d'autres n'ont pas. Cependant il n'y a pas pour autant de déterminisme absolu et des personnes qui ont cette prédisposition peuvent tout à fait ne pas l'exprimer ou la contrôler. Il existe des moyens d'être aidé et d'apprendre à contrôler ou arrêter.

N'hésitez pas à appeler notre ligne d'écoute pour en parler : 0 980 980 930 (8h-2h, 7j/7). 

Cordialement,

le modérateur.

Déposez votre témoignage

Retour à la liste