Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je souhaite arrêter mais je n'y arrive pas

Par RanxX

38 réponses


Anneuf55 - 22/03/2019 à 10h18

Salut RanxX,
Moi aussi je suis enseignante. Tu n'as absolument pas à expliquer à ta direction pourquoi tu veux quatre semaines de congé à l'hôpital. Ton médecin est tenu par le secret médical. Tu peux raconter n'importe quoi, ou mieux, ne rien dire. Mais prends absolument ce congé à l'hôpital qui va te remettre à neuf.
Le baclophène n'a pas marché pour moi. Là je prends à midi un truc, le Selincro, qui coupe un peu l'envie pour l'après-midi. Un peu seulement...
Surtout ne va pas en classe en étant bourré: les collègues et les élèves étant ce qu'ils sont ça te collera à la peau pendant très longtemps. Mieux vaut un arrêt médicalisé. Tu te retrouveras avec des gens comme nous, qui savent et ne jugent pas.
Quelqu'un a-t-il vu Nos vies formidables? C'est un film sur une postcure, avec ses difficultés et sa solidarité.
Moune, comme tu le dis, c'est ensemble qu'on s'en sortira. Merci d'être là!
Bon courage à tous et à toutes
Anneuf

Calyv - 22/03/2019 à 17h15

Bonsoir à tts

RANXX... T'as pas à justifier ton absence pour les quatre semaines ça peu être une intervention ou autre.... Mais comme le dit Anneuf55 ne te rend surtout pas sur ton lieu de travail en ayant consommer. Allez on va y arriver !!!!

Je ne consomme que le soir je ne peu plus m'arrêter jusqu'à être vraiment ivre et aller me coucher.

Nous sommes vendredi soir l'angoisse monte pour moi.

A très vite.

CALY

Anneuf55 - 23/03/2019 à 06h58

Bon courage, Caly. Je suis comme toi, l'angoisse me prend le soir et j'utilise l'alcool comme somnifère. Ce qui n'est pas une bonne affaire car cela entraîne réveil cauchemardesque à 4 heures du matin, avec suées etc... Quand je m'endors à jeun, le réveil est beaucoup plus chouette. Mais on ne fait toujours ce qu'on veut. Allez courage, essaie de passer un bon week-end Amitiés vives Anneuf

Anneuf55 - 24/03/2019 à 11h26

C'est bizarre, j'avais répondu à Caly, mais mon message n'est pas passé.
Je voulais dire que pour moi aussi, c'est le soir que l'envie, non le besoin, me prend. Le psy m'a dit de chercher un autre moyen de gérer l'angoisse, mais d'ici là, je n'ai pas trouvé. Il paraît que la course à pied légère est très efficace, libérant des endorphines, mais manque de chance, je ne suis pas sportive. Alors marcher vite, peut-être. En tout cas ne pas rester chez soi à ruminer.
Allons, on se tient la main. Bon courage à tous
Anneuf55

Calyv - 25/03/2019 à 12h09

Bonjours à tous

Anneuf.... Ton msg est bien passé. J'espère que le week-end à été moins passable que le mien....

fidou - 25/03/2019 à 16h20

Moi aussi j etais prof.Je pense avoir reussi à me cacher sans en ètre absolument sur.Je connais à peu prét la dose à ingérer pour limiter la casse.Parfois je derapais et j allais bosser avec de mauvaises gueules de bois,Je crois qu il ne faut rien dire à personne ...surtout pas si on s arrète...Aujourd'hui je suis à la retraite et c'est encore pire car rien ne m'empeche plus de picoler la journée.IL faut saisir le problème à bras le corps dés aujourd'hui.Je ne crois qu'à la vertu de la volonté.

Anneuf55 - 25/03/2019 à 17h33

Salut Fidou, cher ex-collègue,
Ton message me touche d'autant plus que dans deux ans la retraite me tendra ses bras inquiétants.
D'abord bravo d'avoir tenu toute ta carrière sans rien laisser voir.
Maintenant que tu es à la retraite, il est clair que la situation est dangereuse. As-tu vu un médecin? Essayé une cure à l'hôpital maintenant que tu n'as plus à rendre de comptes à personne? Essayé d'en parler aussi?
Un autre site sur ce forum (réservé aux femmes, celles qui ont le plus à subir la honte) me conseille d'aller voir les AA. Il y a des réunions partout et peut-être que de parler, maintenant que tu ne risques plus rien, te ferait du bien. Sans parler de rencontrer des "frères" et des "soeurs" qui, comme toi, comme moi, seront passés par le même chemin et ne te jugeront pas...
Je suis assez tentée, mais j'ai peur, très peur, de me présenter à visage découvert à d'autres personnes. D'où l'intérêt de ce forum.
A bientôt, confraternellement à toi, et chaleureusement à tous et toutes
Anneuf55

fidou - 28/03/2019 à 17h52

merci anneuf.J ai été chez les AA .Sans succès.Tu n es pas tenu de parler.J aurais continué si cela était près de chez moi.Ces personnes te comprennent très bien.Certains ont arreté et viennent toujours entre autre pour t aider. Il n y a pas de honte à avoir.

Profil supprimé - 28/03/2019 à 18h48

Bonjour je ne suis pas alcoolique moi même mais je partage la vie de mon compagnon qui est aujourd'hui très affecté par cette maladie
L'alcoolisme à entrainé une dépression ou l'inverse toujours est il qu'il ne peut plus vivre normalement ni travailler ni voir ses enfants grandir ni vivre tout simplement tellement l'alcool à pris le dessus
Le plus important dans tout ça est de vouloir s'en sortir et c'est ce que vous voulez accrochez vous à ce sentiment
En parler à votre entourage est important car vous aurez besoin de leur soutien et il vaut mieux ne pas leur cacher et leur en parler que de les laisser s'en apercevoir par eux mêmes
Mon sentiment est qu'il faut de la volonté celle de vivre et de l'accompagnement thérapeutique
Les médicaments ne soigneront pas le côté psychologique
Addictologue thérapeutes hypnose psychologue sophrologie et cure quand cela est nécessaire mais celle ci doit se poursuivre par la suite par un accompagnement personnalisé
N'attendez pas de ne plus avoir envie de vous en sortir
Allez y foncez

Répondre au fil Retour