Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je souhaite arrêter mais je n'y arrive pas

Par RanxX

38 réponses


Fanfalain - 29/03/2019 à 03h38

Bonsoir à tous,
Merci pour tous les messages que vous postez.
Si je suis sur le site c'est pour m'informer car mon fils boit.
Cela me permet de voir que c'est loin d'être facile de s'arrêter mais pour la mère que je suis, vous m'aidez à comprendre ce que mon fils doit ressentir et ainsi, je parle beaucoup plus avec lui de ce problème d'alcoolisme et lui est bien plus ouvert er a surtout reconnu être tombé dans ce piège qu'est l'alcool et il est actuellement suivi dans un centre mais comme il me le répète: "c'est difficile maman, c'est dur, ça m'obsède".
Je tenais à vous encourager tous car c'est un combat dont vous pouvez être fiers et j'espère que vous serez nombreux à gagner et que mon fils gagnera aussi même si cela dure des mois.Bonne chance et courage à tous

Iris67 - 29/03/2019 à 13h04

Bonjour à tous,
Je me suis inscrite mercredi complètement désespérée et alcoolisée en espérant trouver de l'aide pour m'arrêter. Je suis comme la plupart d'entre vous. Je bois le soir jusqu'à 50 cl de vodka. Pas tous les jours. Je rends malheureux mes enfants de 14 et 19 ans et c'est un cercle vicieux car ça me donne encore plus envie de boire. J'avais réussi à arrêter pendant 3 mois fin de l'année dernière et j'ai replongé comme une imbécile. J'ai voulu "profiter" des fêtes!! Je pensais pouvoir reboire modérément... je pensais être différente et pouvoir redevenir comme avant!! Quelle imbécile! J'essaie d'en tirer des leçons. J'ai compris que la solution est d'arrêter toutes consommations. Mais faut il y arriver... oui, je le veux et vous m'y aider à travers vos contributions. Je me sens moins seule. Fin d'année, j'avais réussi en venant lire les forums mais je n'osais pas y participer. Et j'avais fait un journal intime quotidien sur mon portable. Je vais télécharger à nouveau cette application.
Je n'ai pas bu depuis mercredi soir. Je suis allée au resto avec des copines et j'ai pris un coca light malgré l'encouragement à prendre un cocktail avec elles... elles ne savent pas que je suis alcoolique et je n'arrive pas à passer le cap d'en parler. Seuls mes enfants, mon compagnon et mon ex mari le savent.
Allez! On tient, on sert les dents le soir et je ne vais pas chercher de bouteilles au supermarché. Je n'ai plus envie de la cacher.
J'ai envie d'avoir de nouveau le teint clair, la pêche et le sourire.

Anneuf55 - 29/03/2019 à 20h44

Bravo Iris, le désir d'avoir le teint clair et la pêche, c'est la meilleure motivation qui soit... Mais parfois le désir ne suffit pas, le partage peut aider. Question partage je n'ai pas encore eu le courage de pousser la porte des Alcooliques anonymes, mais tout le monde me dit que ça aide beaucoup. Ne pas rester tout seul face à son problème. Simplement, j'ai encore peur / honte d'en parler. Allez, on essaie de s'en sortir
Anneuf 55

Iris67 - 01/04/2019 à 21h59

Anneuf55, c'est difficile surtout quand l'entourage nous juge au lieu de nous encourager. J'ai craqué ce soir 20 cl de vodka. J'ai limité les dégâts. Mais qu'est ce que je m'en veux... J'ai le moral à zéro. Je me dis que demain est un autre jour, un meilleur jour pour s'arrêter. Ma seule issue est de m'en sortir

RanxX - 02/04/2019 à 10h54

Je crois avoir compris au fil des discussions, des forums, des videos que j'ai pu regarder ou encore de mon alcoologue, que seule une abstinence totale est possible et que c'est la rechute au moindre vert.
Ce weekend j'étais a Paris pour voir des amis, nous avons fait la fête vendredi soir et samedi soir et je ne me rappelle de rien. Mes amis commencent à se faire du souci. J'ai même bu en journée en cachette en prétextant aller "faire une sieste". Résultat: weekend très difficile pour moi, je me dis que je ne pourrai plus jamais faire la fête avec mes amis (ou alors plus comme avant ça s'est sur).
J'ai enfin réussi à en parler et à me livrer à un ami très proche, en lui expliquant bien la maladie et les tourments qui vont avec (insomnie, dépression, culpabilité, honte) et cela fait un bien fou, endurer tout ça seul c'est insupportable. Il me soutient à fond et est très compréhensif.
Je pense bientôt en parler à ma copine mais j'ai vraiment peur de sa réaction, elle va être tellement déçue...
Mon alcoologue me propose toujours 4 semaines d'hospitalisation, je suis incapable de me lancer. J'aimerais essayer le baclophene mais j'ai essuyé un refus de la part d'un médecin ça m'a mis un bon coup au moral. Pourquoi ne pas vouloir alors que cela aide certaines personnes alcoolo-dependantes?
J'en suis à deux jours d'abstinence je me sens assez bien (à part la déprime) j'ai envie de continuer mais j'ai peur des effets secondaires sur j'ai pu lire (Délirium etc ...)
Bon courage à tous !

RanxX - 02/04/2019 à 11h16

Anneuf oui effectivement je pense qu'en parler c'est extrêmement important, je n'ai pas encore eu le courage d'aller aux AA non plus parce qu'on pense que c'est "pour les autres"... et toujours cette abominable honte...
Moi j'envisage même d'en parler à la plupart de mes amis car je pense que je vais devoir éviter certains contextes (ex: enterrement de vie de garçon dans 3 semaines). Mais ce qui le fait le plus peur c'est pas sur le moment, je sais que tout le monde serait compréhensif... Le problème c'est l'après : le jugement quand ils vont me voir boire des verres parce que je n'ai pas réussi a arrêter ou parce que j'ai fais une rechute!

J'en veux aux institutions et a l'école de ne pas avoir fait la prévention nécessaire, je n'ai pas vu venir cette addiction, et je ne l'imaginais pas aussi dure à vivre, aussi sournoise et désocialisante.

Courage Iris, moi ça me fait très leur le jugement de l'entourage c'est pour ça que j'en ai parlé qu'à un seul ami pour le moment.

Sinon voici ce qui moi me fait du bien, si cela peut aider certains : anxiolytiques (type Xanax) pour les crises d'angoisses et pour m'apaiser le soir, séances de méditation (sur youtube type bulle de sérénité de Cédric Michel), et sinon je suis danseur (hip-hop), et quand je danse ce sont les seuls moments où je ne pense pas à mon problème d'alcoolisme, le reste du temps j'y pense tout le temps. Donc une activité artistique..

Anneuf55 - 02/04/2019 à 11h55

Iris, moi aussi j'ai craqué hier, chez des gens, j'ai été obligée de partir avant la fin du repas parce que je ne tenais plus debout. Je meurs de honte, de tristesse, de désespoir, avec l'idée que ces alternances de sobriété et de crise violente ne finiront jamais. En plus c'était des gens que j'aimais...
Ranxx, je n'ai malheureusement pas le tempérament à méditer. Je prends du Séresta le soir, ça assomme. Bravo pour ton amour de la danse. Il faut se passionner pour autre chose si on veut s'en sortir. Mais comme c'est dur!
Je vous salue avec toute ma sympathie
Anneuf

Iris67 - 02/04/2019 à 12h37

Anneuf55, il faut qu'on essaie chaque jour. Je me rappelle de tout ce que j'ai fait hier soir. Ce n'est pas toujours le cas. J'ai laissé ma CB à la maison et pas d'espèces non plus.
J'ai déjà réussi à m'arrêter et je sais donc que je peux le faire mais quand je craque c'est incontrôlable.
Mon compagnon croit en moi ainsi que ma fille de 19 ans. Mon fils de 14 ans est très dure avec moi et va chez son père au moindre faux pas. Mais je le comprends. Il faut que ce soit pour moi et non pour les autres

Iris67 - 02/04/2019 à 12h44

Ranxx continue et si on chute. Il faut se relever. Je ne bois presque pas quand je vais chez des amis. Ils pensent que je bois très peu. On me fait des réflexions comme quoi je pourrai prendre un verre de plus... Mais moi si je joue avec le feu. Je descends la bouteille!!
C'est tout un cheminement. Il faut qu'on fasse le deuil de l'alcool. On ne sera jamais plus comme avant. On est incapable de s'arrêter... quand on commence. C'est une béquille. Je vais mal, je bois je passe une journée chargée, idem et aussi quand je bosse et que mon chiffre est bon.
L'alcool est notre pire ennemi.
Belles paroles pour me booster. Ça m'aide d'en parler ici

Répondre au fil Retour