Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je ne sais pas encore...

Par AM

Bonjour à tous,

Après avoir témoigné sur le post de Décibelle, je suis le conseil de Pfou et j'ouvre un autre post.

Tu as très certainement raison Sébastien, il faudra surement que j'en arrive à l’abstinence totale. Pour l'instant, j'ai besoin d'y aller par étape. Est ce simplement que je reste accrochée à une illusion ? Peut être... Mais il faut que j'essaie.

J'ai effectivement une consommation d'alcool anormale. Boire chaque soir en rentrant pour avoir le sentiment de "souffler" et ne plus pouvoir arrêter avant 4/5 verres, ce n'est pas normal. Ca, j'en suis consciente et je l'admets (enfin qu'à vous et moi...). Mais je peux ne pas boire et sans trop y penser à partir du moment où je ne suis pas seule et que mon attention est détournée.

Je veux donc arrêter cette consommation quotidienne. Le moment le plus difficile est de réussir à changer ce rituel : rentrer, poser les affaires, me servir "le 1er" verre et me mettre en route pour les enfants et la maison. Passer le cape est un véritable combat intérieur. Une fois que je suis passée à table, c'est bon, plus envie.

J'essai donc de manger plus tôt (même sans mon mari malheureusement), de prendre une autre boisson en m'occupant des enfants, de vous en parler pour débloquer la situation etc...

Comme je le disais, c'est peut-être une illusion de penser que je vais y arriver tout en consommant le WE mais je voudrais y arriver. Après tout, je ne risque pas grand chose à essayer.
- Soit j'y arrive (sur du long terme) et là je peux penser que j'ai réussi à rectifier le tire "en dernière limite".
- Soit je n'y arrive pas et là, la réponse s'impose simplement à moi : il n'y a pas de possibilité de demie mesure, Abstinence totale.

A vous lire.

AM

Fil précédent Fil suivant

103 réponses


sebastien - 30/09/2014 à 14h47

Bonjour AM.

Bonne idée d'ouvrir ton propre post. C'est plus facile de ne pas s'égarer dans les réponses car même si nous sommes tous semblables, on a quand même des différences et c'est bien normal.

J'aime beaucoup le "je ne risque pas grand chose à essayer" . J'adore !!!

Effectivement tu ne risques rien sauf peut être de ne rien changer à ta situation.

Je sens que tu t'accroches encore aux branches de l'arbre que tu vas scier.

Si tu as pris le soin de venir sur ce forum, c'est sans doute que l'alcool, Ton alcool, ta consommation te pose question. A partir de ce moment, j'ai bien peur ( et je parle par expérience) que l'alcool ait pris le dessus. Que recherches tu à travers l'alcool ? Son effet ou son goût ? Effectivement tu es tombée dans un rituel qui t'es néfaste mais on en est tous passé par là. Certains c'est avec les copains, d'autre au resto, d'autres en rentrant le soir ... mais il y a mille et une façon de tomber dans ce piège.

Je suis membre assidu des alcooliques anonymes et je peux te dire que tous ceux qui ont essayé de gérer leur consomation sont arrivés à un échec. Tous sans exception. Alors à moins que tu sois une femme extraordinaire, je ne vois pas bien comment tu peux y arriver. Désoler d'être brutal !

Le truc c'est que tu as encore en toi cette idée que tu peux et c'est ça qui bloque ta décision de poser ton verre une bonne fois pour toutes. En fait tu repousses l'échéance mais le danger c'est de descendre plus bas que tu ne l'est et d'accentuer les difficultés. Moi aussi, je pensais que je n'étais pas dépendant. Moi aussi, je me disais, je ne vais boire que le week end, moi aussi, je me suis dit seulement dans les occasions ou dans les fêtes. Moi aussi un moment j'ai bu du panaché et j'ai vite fait virer la limonade. ... D'ailleurs si aujourd'hui tu as du mal à arrêter ce verre du soir, c'est un signe. D'autant que c'est encore plus difficile d'arrêter celui du soir que celui de toujours. Un verre en appelle un autre et même si tu y parviens, ça risque d'être sur du court terme et tu commenceras tes week ends le jeudi pour les finir le mardi matin. A mon avis, tu es en train de te torturer sans le vouloir.

Tu admets que tu as un problème avec l'alcool mais il y a un mais.

Je t'assure que tu peux vivre sans et que c'est bien confortable.

C'est toi qui décide.

bise amicale et abstinente.

Sébastien

gaston - 30/09/2014 à 16h01

Salut AM,

Je suis exactement dans ta situation ; les verres le soir "pour décompresser", etc... Le même problème que toi dans la mesure où je n'ai pour l'instant pas réussi l'abstinence totale. ( c.f mon message posté sur le fil de Décibele dont j'envie la capacité de résistance à la tentation).

En plus, rien ne m'oblige vraiment à m'arrêter, car l'alcool n'a pas encore eu de grosse conséquence sur ma vie. D'ailleurs mon entourage est à 100 lieues de penser que j'ai un problème! Du coup, je n'ai pas encore accepté l'idée de dire à mes proches que je suis dépendant...

Sauf que le souffle du boulet est déjà passé très prêt lors de divers dérapage éthyliques, et que mon honnêteté m'oblige à reconnaitre que ma consommation n'a cessé de croître depuis 10 ans... Ce qui veut dire que la question n'est plus de savoir SI je dois arrêter totalement, mais QUAND je serai obligé de le faire.

Enfin bref, je crois malheureusement que Sebastien a raison... Et c'est bien sûr à moi-même que je le dis aussi!

Bon courage et bonne chance dans ta tentative... Et, à mon avis, si tu arrives déjà à ne plus boire pendant la semaine dans un premier temps, c'est déjà une belle réussite.

Bises (pas totalement abstinentes, malheureusement)

AM - 30/09/2014 à 16h49

Bonjour Sébastien,

Merci pour ta réponse. Je ne t'en veux pas du tout d'être brutal. Si je suis là, c'est bien qu'il y a bien une raison. J'espère que vos interventions, témoignages et conseils me permettront d'avancer.

L'image est très bonne : je m'accroche effectivement aux branches. Mais pourquoi ?

En fait, je suis consciente du problème mais je n'arrive pas encore à statuer. Suis-je alcoolique ou en passe de l'être ?

Est-il possible de n'être que sur le point de basculer ? N'y a t-il pas de prise de conscience qui permette de rectifier la situation avant qu'il ne soit trop tard ? Le fait de simplement se poser la question est-il déjà une réponse ? Lorsque tu réagis c'est déjà que tu es alcoolique ?

J'en ai encore beaucoup d'autres comme ça... Cela dit, nos échanges me permettent de faire un peu le ménage dans mes réflexions et/ou me poser d'autres questions.

Merci pour ton aide, même si tu peux avoir le sentiment que pour l'instant je fais du sur place. En discuter clairement est à mon avis déjà un progrès, enfin pour moi. Tu ne crois pas ?

Si vous avez un avis, n’hésitez pas à m'en faire part.

AM

(PS : si ! je suis une femme extraordinaire ! mais pas wonderwoman...)

sebastien - 30/09/2014 à 16h50

salut Gaston,

Quand tu dis : rien ne m'oblige vraiment à arrêter !

Est ce que tu penses que c'est mieux d'aller plus loin et de tout perdre ?
Tu as remarqué, c'est très dur de poser son verre. Tu sais je crois qu'il faut que tu ailles voir un alcoologue. Il va t'écouter t'aider, t'offrir un service tout a fait personalisé et ça sera un outil supplémentaire. Il y en a que très peu parmi nous qui ont arrêter de boire sans aide extérieure. Je sens que ta volonté s'estompe par une fatigue de luter. Il faut que tu franchisses ce cap de demander de l'aide. Pour moi, je me suis rendu en réunion alcooliques anonymes et j'y ai trouvé l'abstinence. Pourquoi ne pas essayer ? Tu jettes un oeil sur internet pour trouver la réunion la plus proche de chez toi et tu y fonces sans te poser de question. Tu seras très bien accueilli et crois moi, tous les gens que tu vas y rencontrer on exactement le même problème que toi alors soit sans craine aucune.

Il y a aussi la cure en hospitalisation et la post cure si tu veux mais c'est beaucoup plus contraignant. ( bien qu'il s'agisse de ta santé et que ça n'ait pas de prix )

En tous cas, je te sentais ultra motivé, sur un bon chemin et je sens que c'est difficile pour toi. Il faut que tu te fasses aider.

N'oubliez pas, vous ne gagnerez pas face à l'alcool parceque vous en êtes dépendant. Otez vous de la tête cette idée de gérer votre consomation.

Aller Gaston, je crois en toi alors merci de croire en toi aussi.

Sébastien

AM - 30/09/2014 à 17h07

Salut Gaston,

Oui, j'ai lu tes messages et ceux de Décibelle. Je voulais pouvoir discuter de cette situation et c'est vous qui m'avez donné envie de le faire ici.

Effectivement, nous sommes dans la même situation. Je suis derrière toi. Tu es a un stade plus avancé que moi. J'ai encore plein de questions en suspend (cf la réponse que je viens de faire à Sébastien mais qui n'est pas encore parue au moment où je t'écris).

Je te remercie pour tes encouragements, ça renforce ma motivation. Je te souhaite également de persévérer, tu es sur le bon chemin !!!

Bises

AM

sebastien - 30/09/2014 à 18h32

AM,

T'inquiettes, je n'ai pas l'impression que tu fais du sur place. C'est tellement de chose à admettre en si peu de temps que ton cerveau a besoin de les assimiler et c'est bien ce qui me fait dire que tu es une femme extraordinaire puisque tu avances à pas de géant dans ta réflexion.

Toutes les questions que tu te pose me parraîssent bien normales. Tu sais pourquoi ? Parceque je me suis posé exactement les mêmes.... Le truc, c'est toi comme moi, on connaît les réponses et c'est justement ça qu'on a pas envie d'entendre.

Tu as raison, c'est d'en discuter qui te fera avancer. Continue dans ce sens. Ne compte pas sur moi par contre pour te dire que tu vas arriver à gérer ta conso !!! T'es pas tombé sur le bon !!!

Pero, je suis alcoolique, je le sais parceque je l'ai apris à mes dépends. Je m'efforce juste de vivre sans et crois moi, c'est pas difficile et c'est tellemnt confortable. Je sais que j'y suis allergique. Une seule goutte va me faire replonger et je réduis à néant tous mes efforts. Je redeviendrais au même stade que toi peut être même pire si je puis dire. Je suis quelqu'un d'excessif et je sais qu'un verre ne me suffira pas, c'est pour ça que je m'abstiens de le prendre ce premier.

J'ai beaucoup travaillé sur mon humilité et mon orgueil. Je ne m'autorise pas la colère ou le ressentiment parceque ça me mettrai au bord du gouffre. J'ai appris à travers mon abstinence que les autres pouvait avoir raison !!!! J'avais pas tout saisi avant. J'ai appris que je pouvais recevoir des autres. J'ai appris à me livrer, j'ai appris à écouter, ....

Souvent j'ai entendu que les personnes addictes sont ultra sensible. J'ai pas choisis mais c'est comme ça.

aller, ne te tortures pas trop l'esprit et vis au quotidien ton abstinence. Y'a pleins de trucs et astuces que tu vas trouver pour ne pas boire. Et surtout tu vas très vite comprendre que ton corps va te remercier pour ces efforts.

A très vite

Sébastien

Pfou - 30/09/2014 à 21h25

Bonsoir.

merci d'avoir ouvert ton post AM.

Bien sûr que tu es une femme extraodinaire ! Et je crois que Seb en est conscient mais face à cette prison qu'est l'alcool Sébastien veut simplement t'attirer l'attention. il ne faut pas se donner les moyens de risquer de céder ou de se mesurer avec ce qui nous fait mal..la lutte est inégale et trop forte.
AM il faut passer par la case 0 alcool..jour après jour pour sortir de là..
Mais j'ai pas de doute parce que "tu es une femme extraordinaire" non?

tu sais quoi ? Montre nous le! Et si tu as besoin d'aide on est là ...
AM allez ...!
On attend des tes news, de ce qui te travaille, de ce que tu vis....

Pfou...

AM - 01/10/2014 à 12h58

Bonjour à tous,

Merci pour vos retours.

Avez vous des réponses ou des débuts de réponses aux questions que je me posais précédemment :

"En fait, je suis consciente du problème mais je n'arrive pas encore à statuer. Suis-je alcoolique ou en passe de l'être ?

Est-il possible de n'être que sur le point de basculer ? N'y a t-il pas de prise de conscience qui permette de rectifier la situation avant qu'il ne soit trop tard ? Le fait de simplement se poser la question est-il déjà une réponse ? Lorsque tu réagis c'est déjà que tu es alcoolique ?"

Bises

AM

gaston - 01/10/2014 à 15h28

Salut Sebastien,

N'ai pas de doute, je veux vraiment arrêter cette merde. Quqnd je dis "rien de m'oblige", c'est idiot; bien sûr que c'est LE COMBAT que je ne peux pas perdre. J'irais bien voir un alcoologue, mais je ne veux pas passer par mon généraliste qui est aussi notre médecin de famille (que je n'apprécie guère par ailleurs).


Salut AM,

je pense bien à toi, et je te souhaite de tout coeur de ne pas avoir encore "basculé". Essaie l'abstinence, et tu seras fixée.

Moi, pour l'instant, je n'y arrive pas totalemnt... et ce n'est pas mon premier essai...

Gaston

Répondre au fil Retour