Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour les consommateurs Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

En espérant que ce partage pourra aider..

Par Justine45

Bonjour,

Je ne sais dans quelle logique je suis présente sur cette discussion.
J'aimerai m'exprimer, montrer à tous les consommateurs que tout est possible, qu'il existe toujours une personne ici bas pour vous aider... J'aimerai apporter un réel message d'espoir à tous, qui que vous soyez.
Je tenais à vous dire que oui, l'alcoolisme est une maladie et que oui, elle se soigne si vous en avez la volonté, et la force. Mais croyez moi, si vous êtes arrivés jusque sur ce site, croyez en vous, le plus dur c'est le premier pas.

Je ne suis qu'une simple jeune de 25 ans. Et je tenais à raconter mon histoire afin que tout individu ayant de près ou de loin une dépendance puisse comprendre la difficulté des proches à endurer tout ça. Bien moindre que tout consommateur je n'en doute pas.

Vous savez il y a encore 3 mois je jubilais de voir mon père me dire droit dans les yeux "Va me chercher du coca s'il te plait." Vous imaginez... après 10 ans de mauvais combat de la part de ma maman, mes soeurs et moi même, entendre une telle phrase ? Vous imaginez la joie que cela peut procurer à une enfant, même à 25 ans ?
La première fois ou l'une des rares ou il buvait autre chose que du vin. C'était matin, midi, soir, nuit. Les repas devenaient presque inexistants, comblés par des litres d'alcool.
Oh, petite je ne voyais rien, mais j'ai pris conscience bien assez tot.
15 ans à peine et je le relevais. 15 ans à peine et ma maman faisait un burn out. 15 ans à peine et ma soeur tombais dans la dépression. 15 ans à peine et j'essayais de faire mon possible..
Plus les années passaient, plus la violence de ses paroles nous anéantissaient. Ah mais vous inquiétez pas on gardait espoir, on continuait de lutter, de lui faire ouvrir les yeux... déni total. On cherchait la solution, il ne voulait rien entendre et préferait se tuer que d'arrêter de boire pour nous.
Pourtant si vous saviez quel homme merveilleux il pouvait être, quel homme attentionné, intelligent il était, et je ne douterait jamais du fait qu'il nous aimait profondément.
Seulement, plus les années passent, plus il veut en finir, plus sa dépendance passe avant tout. Plus on le relève, on lui donne à manger, ...
Vous savez quoi ? Le plan des urgences en arrivait à être parfaitement maitrisé.
Jamais, jamais on n'a laché. Seulement il ne voulait pas, il avait mis la clé sous la porte, rendu les armes.
Et il a fini par nous quitter, une semaine après me demander du coca.

Je n'ai pas respecté sa volonté. Il ne voulait pas de médecin ni d'hopital, mon inquiétude à fait que, ce jour de juin, j'ai appelé. Mon papa nous a quitté, quelques heures après avoir appris qu'il passerait la nuit aux urgences.
Il nous a quitté, trahi par sa fille, à cause du non respect de sa volonté. Il nous a quitté en m'en voulant et en en voulant à mon autre soeur.

Alors vous tous, qui faites la magnifique démarche d'être ici pour vous faire aider, je vous remercie. Je vous souhaite d'y arriver, vous allez y arriver.

Dans mon histoire il n'y a jamais eu de premier pas, un simple lacher prise de la part de mon papa qui me coutera une blessure inguérissable et une culpabilité sans précédent d'avoir en quelque sorte mis fin aux jours de mon papa. Ce n'est pas facile, mais ne serait-ce que de voir certains pères, frêres, certaines mères soeurs... essayer pour eux mais aussi pour leurs proches, sera ma plus belle récompense face à mon échec.

J'ai essayé en vain, mais vous y arriverez.
Vous avez fait le premier pas, alors vous y arriverez!

Fil précédent Fil suivant

3 réponses


NonoN - 12/10/2018 à 14h47

Bonjour,

Whaou, quel témoignage poignant. Merci de l'avoir partagé.

Après 3 essais de "baisse de consommation" qui se sont révélés infructueux, j'ai décidé d'aller plus loin en allant voir, de moi même, un addictologue.

Volontairement abstinent depuis maintenant 1 mois, votre témoignage me donne l'envie de continuer le combat, en votre honneur.

Merci.

nicolas97420 - 13/10/2018 à 12h18

bonjour votre témoignage me donne encore plus l'envie de continuer mon parcours et ma volonté est te plus fort

lybo - 26/10/2018 à 23h02

Merci pour votre témoignage, je l ai lu et relu, accompagné par des larmes d espoir.... De la part d un père, qui à grâce à vous va tout faire pour poursuivre ses 74 jours d abstinence....
Merci...

Répondre au fil Retour