Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

je ne supporte plus

Par sab1176

Bonjour

En couple depuis plus de 20 ans 2 enfants .............. vie de couple toujours compliquée je pense que l'alcool a toujours été un pb mais je me rends compte vraiment depuis 3 ans depuis que notre grande s'en soit rendu compte ............. il boit seulement le soir mais ce qui est dingue c'est que pourtant " ancien gros buveur en fête " aujourd'hui 2 verres lui suffisent pour partir en vrille ............. et là plus de contrôle le moindre détail le fait vriller ( la pelouse pas assez arrosée etc ) il en devient violent dans ses paroles et surtout avec la petite dernière de 11 ans elle essuie à chaque fois les plâtres et comme je tente de calmer le tout il supporte pas , au dernière nouvelle on engueule sa fille comme çà ( de toute manière il a beaucoup de mal avec elle )

j'en ai marre il peut être bien et çà repart beaucoup de stress au taf ( il bosse encore chez nous très tard il décroche jamais ) je pense que l'alcool lui sert d'anti dep mais cela a une forme inversée .
Et puis j'essaie de garder une "vie normale " quand je craque pas et çà il le supporte pas ( tu me mets de coté , tu t'en fous de moi ) un besoin sans cesse d'être rassurée c'est fatiguant lassant .............

Je crains pour tout de partir en vacances d'aller chez de la famille etc et marre de faire semblant ( on dort plus ensemble car l'odeur de l'alcool m'insupporte ) et lui voudrait toujours une vraie vie sexuelle donc çà rajoute un pb bien sur : comment lui expliquer que je peux pas être si je suis pas en confiance et bien et que 5 mn avant il vient encore de vous en coller plein la tête ou à la gamine .....

Je comprends pas pour moi y' a dépression derrière tout çà mais en attendant il n' pas de pbs c'est moi le souci


je compte plus les fois ou j'ai cherché à partir mais j'ai peur, peur de lui ( çà sera l'enfer çà je le sait )

Je me sens pas en sécurité j'en ai déjà parlé mais très peu comprennent vraiment il est tellement gentil en société , les gens n'osent pas il a du charisme , beaucoup ne comprennent pas ils voient çà comme de simples conflits mais c'est un mal être , une forme de maltraitance envers moi et les filles

Désolée c'est un peu brouillon tout çà mais j'ai du mal à être concise

Merci

Fil précédent Fil suivant

28 réponses


SurUnFil - 12/07/2019 à 01h05


Bonsoir sab1176,


Je suis comme toi conjointe d'un époux alcoolo dépendant, et bien qu'en couple depuis trente ans (je n'ai que 51 ans mais cela semble de nos jours si peu probable cette durée blunk), et comme toi pour diverses raisons (du à un éloignement géographique lié au travail), je découvre depuis 4 ans la dépendance de mon mari, je suis désemparée comme toi face à ce pb et je gère au mieux pour notre fille unique de 16 ans, mon mari comme le tien semble dépressif, le mien sait qu'il a un pb il a tenté de le régler avec une prise en charge par un centre d'alcoologie et prise de médoc mais a tout arrêté il y a 1 an et demi........

Le mien aussi travaille et ne boit que le soir (jusqu'à tard) mais aussi le Week-end (dès le midi) et rebelotte le soir donc la vie de famille et les sorties sont compromises. Je ne suis désormais que la mère de ma fille et sa co-locataire (je fais chambre à part), je sais que cela est extrèmement difficile d'essayer de comprendre pourquoi ??

Je ne me sens pas non plus en sécurité, car il a déjà par le passé mis sa vie en danger (chutes) mais il ne conduit jamais en étant alcoolisé. Je gère du mieux que je peux cette vie de famille bancale et je sais que cela est extrèmement usant d'autant plus que les autres (même ma famille et mes amis sont au courant) ne peuvent jamais vraiment réaliser car ils ne le vivent pas, combien cette maladie impacte le quotidien du malade mais aussi et surtout celui de l'entourage qui subit impuissant à cette descente aux enfers ...

J'ai pris le parti pour l'instant de garder les moments gais et simples mais aussi de m'éloigner pour me protéger ainsi que ma fille jusqu'à sa majorité (pas la force de divorcer et de tout recommencer pour l'instant). Il faut penser à soi pour pouvoir tenir c'est la seule solution....

Je t'envoie du courage et plein de pensées.

sab1176 - 12/07/2019 à 21h21

Merci je reviens plus tard

sab1176 - 16/07/2019 à 14h58

Bonjour

week end encore compliqué

et là il y a un truc bizarre hier ces parents étaient là hier soir ils venaient chercher notre dernière pour 10 jours elle va pouvoir se poser un peu ..............
et là au cours de l'apéro il avait bu une bière et deux verres de blanc juste avant de passer à table il s'absente 20 mn au toilettes pas bien il y retournera plusieurs fois au cours de la soirée en tentant de faire bonne figure ( moi je le connais ) et vomissements .... c'est drôle c'est comme si il supportait plus du tout disons son corps ( il doit aller faire une prise de sang c'est déjà la troisième qu'il refuse ) a suivre

SurUnFil - 16/07/2019 à 19h01


Bonjour,

Il semble que ton mari soit dans le déni (le fait de refuser la prise de sang qui révélerait son pb), et si effectivement son alcoolo-dépendance est ancienne, il est sûr que les problèmes de santé vont finir par s'accentuer,

Le mien, lorsqu'il avait abusé et était malade, c'était tjs parce qu'il n'avait pas digéré le repas mais jamais à cause de sa consommation, il minimisait la chose ou la passait sous silence.

C'est une stratégie pour ne pas se remettre en cause. Je te souhaite de prendre soin de toi et d'éviter tout angoisse inutile, c'est malheureux mais ils sont les seuls à pouvoir se soigner et malgré notre soutien et notre attention, tant que le déclic ne sera pas là, c'est inutile voire néfaste pour nous de vouloir contrôler, conseiller, ils le ressentent comme une atteinte à leur liberté de boire tranquillement. Cette maladie est tellement complexe !!!

Je te souhaite de pouvoir te ressourcer tout de même avec l'été qui est là malgré ces craintes sur son état de santé.

sab1176 - 18/07/2019 à 16h12

C'est tout çà il minimise il est pas fou il a compris .................... quand je pense qu'avant au moindre bobo il allait au médecin .................

a suivre c'est douloureux quand même tout çà

Joyeuse triste - 18/07/2019 à 20h52

Bonsoir Sab,
Comme toi après 18 ans de vie de couple j'ai dis stop. Il m a fallu 3 ans pour comprendre que sa consommation d'alcool venait combler un manque, des frustrations une dépression...
En 3 ans je l'ai vu devenir une loque. Comme l'image du SDF, sale et bourré. Il a très peu fait d'efforts pour arrêter. Dans mon cas avec le recul j'ai se sentiment qu'il est allé au max pour me dégoûter et que notre couple cesse. Peut être inconsciemment il n'avait pas la force d'arrêter notre relation. Bref tout ça pour te dire que j'ai pris l'initiative de le quitter quand je suis arrivé au point d'être malade psychologiment. Angoisse et crainte... je pleurais tout les soirs sur le trajet après le taf car je ne voulais pas vivre cet enfer. J'ai voulu aussi protéger mon fils 8 ans à l'époque. J'avais aussi très peur des conséquences de cette rupture jusqu'au jour où j'ai trouvé la force.
Je ne fais pas l'éloge de rompre avec un alcoolique mais surtout survivre à cela. Et si il ne se soigne pas tu as deux options subir et accepter ou partir et vivre. La vie est vraiment trop courte et elle est précieuse. Pour info j'ai perdu mes rêves (maison, bord de mer ...) mais j'ai gagné une sérénité qui vaut tout !
Bon courage à toi, soit forte et maitre de ton destin !

link - 18/07/2019 à 23h52



Bonsoir, San,

Comme toi aussi et comme joyeuse triste j' ai dit stop aussi après 21 ans de vie de couple avec l'alcoolisme de mon épouse et par conséquent
MON ALCOLISME codependent je m'oriente des la séparation salutaire je lai déjà fait avec l'alcool , 1 mois d'abstinence grâce au capsa qui
m'aide admirablement bien...
Pour info aussi j'ai tt perdu mes rêves aussi, vacances maison essayer de croire au miracle d'une vie sans alcool et disputés avec ma tendre aimée et sans violences physiques de sa part....
J'ai aujourd'hui gagné aussi une vie sans tourment sans angoisse une vie enfin tranquille...
Même si je dois rester seul je préfère une vie seul q'une vie dans l'enfer de l'alcool
On vit qu'une fois et on a le droit aussi au bonheur....
J ai le grand saut dans une nouvelle vie j'espère que tu feras pareille
Bon courage bise ERic

cb37 - 19/07/2019 à 07h42

Bonjour

Je suis mariée à un malade alcoolique depuis 27 ans. Famille recomposée ce qui ne facilite rien, bien au contraire . Cela fait 33 ans qu'il boit mais c est ce que l'on appelle l'alcoolisme mondain. Il aurait dû investir dans un pipeline de Whisky.

Classe moyenne supérieure, j'ai toujours caché, excusé,, fait le pare feu, fais à sa place, je me suis isolée, plus beaucoup d'amis trouver des excuses même avec toutes les violences phychologiques, physiques etc......
Depuis le 12 mai j'ai dit STOP , violence de trop , il en était de ma survie. Comme vous plus confiance et tout ce qui en découle inutile de faire un dessin nous avons toute le même.

Ce que je peux affirmer aujourd'hui c' est que l'entourage n'est absolument pas pris en compte dans le parcours de soins il n'y a rien ou peu, bien sûr il y a les al ânons qui ont le mérite d'exister, que la faute c'est toujours le conjoint, que nous sommes toutes atteintes du " syndrome de l'infirmière " nous voulons sauver l'autre, mais nous nous oublions et nous nous épuisons .

Pour ma part j'ai cherché à ME comprendre et J AI compris . Je suis codependante, ne pas confondre avec co alcoolique Je ne bois pas.

J'ai trouvé un livre,une pépite ( livre de poche). Vaincre la codependance Mélodie Beatty

Et puis je me suis renseignée j'ai demandé à rencontrer des associations en dehors des hôpitaux , le psychiatre de mon mari. Etc.....

Ce que je peux dire c'est que derrière tout cela il y a toujours une histoire de vie non résolu , des noms dits, des blessures , des schémas de reproduction de l'enfance . Toujours cherchons bien
Et progressivement j'ai compris non plutôt j'ai intégré le fait que je n'y peux rien et que si on le vit pas on ne peux pas comprendre ce qu'est la vie avec cette maladie.
J'ai décidé de prendre soin de moi c'est à dire mettre à distance cette famille toxique, y compris ses enfants 33 et35 ans, j'ai expliqué, écouté, pris en compte mais je suis restée ferme, je ne dérogerai pas, hors de question . Je suis même partie le laissant seul face à lui même cuite plus forte que les autres au whisky .
Mon mari rentre pour la deuxième fois en cure lundi prochain pour trois mois. Depuis le 12 mai en allant sur les forums j'ai compris que cette maladie ressemble à la maladie d’Alzheimer c'est à dire que quelquefois, je retrouve le mari que j'ai épousé il y a 27 ans et quelquefois ce c'est l'autre personne Doc Jekyl et Mrs Haye.
Je passe par des phases.
actuellement c'est la phase colère et injustice et progressivement je me détache de cette maladie et de cette famille (Haute Bourgeoisie Normande)

Je ne connais actuellement l'aboutissement de ces trois prochains mois, une chose est sûre c'est qu'il HORS de question que je replonge dans la codependance .
Mon cas est bien évidemment différent de certaines d'entre nous ,j'ai 65 ans pas d'enfant à charge et je sais qu'il nest pas simple de tout quitter tout recommencer il faut du temps pour prendre une décision mais lorsqu'elle est prise C'est la bonne décision j'en suis convaincue.

Plein de courage à toutes et à tous

link - 22/07/2019 à 23h46


Bonsoir, cb

Je viens de lire en entier ton message et je vois que tu as pris la bonne décision, il faut tenir et surtout penser à toi
Je pense que l'on a tous ce déclic un jour, marre de supporter une vie de m... à cause de l'alcool et mare
Aussi d'être tjrs là pour les autres et absent dans notre vie à nous nôtre moi
Je viens de lire qques passages d'un ouvrage du Dalaï-lama il disait déjà que derri des belles façades ce caché bien des misères
Et j'ai pensé à vous,le courage du changement de vie quel bonheur par la suite..
Bon courage et à bientôt à vous lire
Eric

Répondre au fil Retour