Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

compagnon traceur pour BRISER LE SILENCE www.fh3g.net

Par YBEL

Résumer  notre parcours en quelques lignes n’est pas chose  facile
Dire d’abord que ma démarche  tiens du devoir de mémoire, de l’instinct de survie ,de la démarche de deuil et de la nécessité de donner une suite à notre combat contre la maladie.
Commencer par la fin :
Le décès  accidentel de mon épouse le 15/11/2017 à notre domicile des suites d’une alcoolisation massive
Ne pas écrire  ici l’indicible l’inavouable mais vouloir le crier pour faire évoluer les parcours de soins
Dire plus de 9 ans de combat contre cette maladie, ponctué d’alcoolisations massives  prise en charge aux urgences
Dire l’absence de dialogue avec la responsabilité médicale en charge des structures de secteur qui ont suivies ma femme.
Dire que cette absence de dialogue est institutionnelle et revendiquée par déontologie au nom des droits du patient
Dire les hospitalisations sous contraintes que j’ai demandé, les séjours en service fermé, la contention
Dire que cette phrase «  protégez-vous et protégez vos enfants » n’est pas une proposition de participation à la démarche de soin
Dire la brutalité pour les « personnes à prévenir » des procédures d’exclusion des centres de cure en cas d’alcoolisation.
Dire que la prise de risques que comporte ces procédures est insupportable pour l’entourage
Dire la solitude, le stress, le déni, la vigilance, les distances qui se creusent  et la résilience de notre amour toujours
Dire l’absence de dispositif d’annonce et d’accompagnement quand la question : « connaissez -vous le syndrome de Korsakoff » est posée par un soignant aux urgences qui vous confronte à l’impuissance collective
Dire que le droit à l’espoir est respectable
Suivra une liste d’évènements indésirables et de silences entre les murs de la psychiatrie
 
Dire l’impuissance de l’amour, la mienne ,celle de nos trois garçons , et la sienne.
Dire que cet amour perdure 
Affirmer ma volonté de témoigner pour faire bouger les choses
Refuser que ma femme repose sous une chape de silence
Espérer votre aide pour faire entendre ma voix

Tu n’es plus là où tu étais, mais tu es partout là où je suis. Victor Hugo

Fil précédent Fil suivant

1 réponse


lenou - 26/12/2017 à 18h50

Bonsoir Ybel ,Je suis touchée par votre histoire .Je ne connais pas votre épouse ni son parcours de vie . L'alcoolisme est une maladie très grave et elle prend souvent naissance bien loin , à l'enfance et même parfois plus avant encore (la grossesse de la maman de votre femme par exemple...)Ce mal être qui surement envahissait votre femme n'a pas pu se soigner et parfois les services de psychiatrie et autres ne peuvent jamais cicatriser ces blessures si profondes . Tous les gens ayant soufferts dans leur vie ne se détruisent pas par l'alcool mais certains si ou la drogue , ou la vitesse ... Bref tout ce qui soulage l'angoisse existentielle et détruit surtout ... pour n'être plus rien.
Je pense que votre femme ne souffre plus là où elle est . Il reste biensur votre peine et vos enfants . Soutenez vous les uns les autres (je sais c'est facile a dire...). Essayez de penser aux bonheurs que vous avez eu ensemble , avant la révélation de cette maladie si grave. Bon courage .A bientot sur le forum.

Répondre au fil Retour