Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Une vie perdue à tenter de sauver ma mère

Par AnaJones32

J'avais 10 ans je crois, elle devait de ce fait en avoir 35.
Au début, je ne me suis rendue compte de rien, nous habitions avec son nouveau mari, avec ses 2 enfants à lui. Sauf qu'elle avait été sa maitresse et que la femme l'a découvert et qu'elle s'est suicidée. Nous avons débarqué dans cette famille explosée, dans une grande maison, je ne savais pas, je ne comprenais pas pourquoi les enfants ne m'aimait pas... je l'ai compris plus tard. L'ambiance et les conflits ont amené ma mère vers son nouvel amour : le whisky.
Rapidement nous nous sommes faites virées de cette maison, nous nous sommes retrouvées à deux, enfin à 3 avec la bouteille.
Rapidement des huissiers, plus d'eau, plus d’électricité, plus de téléphone... et le fantôme d'une mère. Un père absent, des grands parents qui ne comprenaient pas... j'étais seule.
Je l'ai retrouvé plusieurs fois, en retour de colonie à l’hôpital, sans vraiment comprendre à l'époque qu'elle avait tenté de se séparer de l'alcool en prenant beaucoup de cachets avec... Elle a fait des cures, plusieurs, sans succès.

La vie a continué.. vers mes 18 ans, elle a eu un petit accident de voiture, pas grave, mais assez pour lui faire peur alors du jour au lendemain, elle a arrêté. J'ai rencontré ma mère, elle était revenue. Nous sommes devenues les meilleures amies, c'était génial. Nous avons voyagé, nous sommes sorties, nous échangions beaucoup et nous aimions à la folie... nous nous sommes même écrit un livre sur notre relation.

Et puis elle a rencontré un nouvel homme, je n'étais pas fan, mais elle avait l'air heureuse. J'avais quitté le nid depuis longtemps, je suis partie habiter à Paris et elle est restée dans la région lyonnaise, alors j'étais contente qu'elle soit avec quelqu'un. Mais elle n'a pas parlé de son passé, et une proposition d'apéro après l'autre... elle est retombée et s'est refait virer... c'était il y a 13 ans je crois.

Depuis c'est la descente aux enfers. Elle se laisse vivre, passe la majorité de son temps sur son canapé à s'abrutir devant la télé en fumant et buvant. J'ai retrouvé son appart dans des états d'insalubrité indéfinissable ... et j'ai nettoyé, j'ai payé les factures en retard, trier des années de courriers cachés, j'ai tenté de parler sur tous les tons possible, j'ai appelé les pompiers x fois pour qu'ils aillent vérifier qu'elle était toujours en vie. Je l'ai fait hospitaliser de force pour qu'ils prennent soins d'elle, mais son état n'était pas "urgent", quelques mois plus tard je l'ai amené à nouveau au urgence... ils lui ont trouvé un hématome cérébral. Je suis restée deux mois chez elle après l'opération, avec elle, puis je l'ai amené en vacances, un mois... espérant que ce nouvel élan changerait quelque chose. Ça c'était cet été. Elle est partie quelques jours avant la fin des vacances, sans explications et n'a plus donné de nouvelles...

J'ai passé les 27 dernières années entre des moments où j'ai tenté de tout faire pour l'accompagner, la comprendre et l'aider et des moments de rejets complets, pendant lesquels je la maudit de m'ignorer, d'être si égoïste, de ne jamais faire un pas vers moi...

Elle a 62 ans, elle ne travaille plus depuis presque 10 ans (elle a fini sa carrière en invalidité), elle est dans un état de santé déplorable (incontinences depuis 5 ans, marche avec une canne depuis autant de temps, mémoire catastrophique) mais "malheureusement" le reste n'est pas dans le rouge, donc l'hopital ne peut rien faire)

J'ai enfin décidé de lancer la procédure pour une mise sous tutelle/curatelle, je n'en peux plus d'être seule à porter cette responsabilité.

Je suis à mon tour dépressive, je suis tellement seule. J'ai 37 ans, je n'ai jamais eu d'enfants, j'ai été les 3/4 du temps célibataire ou dans des relations toxiques. J'ai passé mon enfance à m'occuper d'elle et c'est tout ce que je sais faire de ma vie. J'ai découvert la "co-dépendance" et je suis en plein dedans. "Je" ne m’intéresse pas, faire des choses pour moi ne m’intéresse pas. J'ai bousillé ma vie à tenter en vain de sauver ma mère, je n'ai pas réussi, c'est l'échec de ma vie.

Noël arrive, c'est demain soir... la pire épreuve de l'année. Je fais tout pour fuir toutes invitations chez des amis (aucune envie de célébrer la famille dans une autre, de voir à quel point ça serait bien d'avoir une famille) et vais passer encore une fois cette soirée seule, comme elle. Au moins on sera dans la même situation.

Désolée, tout ça est un peu long.

J'ajoute juste ma colère et ma haine du lobby de l'alcool qui se contrefou des effets de cette drogue sur les personnes et se permet illégalement d'afficher de la publicité pour cette merde dans tous les espaces publiques possibles... #rage




Fil précédent Fil suivant

4 réponses


ArcEnCiel - 28/12/2017 à 12h03

Bonjour Ana,

Je ne connais pas votre âge mais je pense qu'il est temps de penser à vous. C'est plus facile à dire qu'à faire, je le conçois. La mise sous tutelle semble être une bonne idée. Ca vous permettra de souffler et de penser à vous.

Je vis un peu cette situation avec mon conjoint, ca prend la tête, on ne pense qu'à ça, c'est un fardeau que l'on porte au quotidien et chaque problème nous lie à ce fléau.

Je suis assez d'accord que toute cette pub autour de l'alcool c'est de l'hypocrisie pour nous dire au final, faite attention sur la route etc. et puis ça bousille des familles entières, les conséquences sont terribles, alors on soigne et on aide d'un côté et de l'autre on continue à promouvoir l'alcool partout, dans les films, pub etc.

#rage

mimi50 - 28/12/2017 à 15h03

Bonjour les filles ,je vis ça aussi et le meilleur moyen de l aidée c est de penser à toi .si tu me demande comment je ne pourrais pas te répondre car je cherche encore pour moi car cette maladie que je vie avec mon mari me suit du matin au soir mais j arrive pas à faire autrement tellement je l aime alors je te comprend.
Tu te sens impuissante, déçu,triste ,avec un noeud au ventre tous les jours avec un SEUL espoir que un declique ce produit .alors fait comme moi viens parler sur le site quand tu en a besoin ou tu te sens seule, la solitude qui est devenu notre quotidien .j ai toujours espoir qu un jour mon mari et le courage de venir sur ce site et lis mon mal être .car nous aussi on en a .même plus que malheureusement bon courage à nous
Le pire c est que je ne les plein car je pense qu ils veulent vraiment se libérer de cette merde.aujourd hui c est mon anniversaire et mon plus beau cadeau que je pourrais avoir serais de lui donner pendant 1 min mon esprit et surtout mes yeux qu il puis voir comment notre vie et belle et riche sans cette dépendance snifff bon courage

AnaJones32 - 28/12/2017 à 23h14

Bonsoir Arcenciel et Mimi, merci pour vos réponses happy
Penser à moi.... je tente de le faire, par cycle, je tente de me consacrer à moi, je la laisse vivre sa vie et avancer sans moi ... quelques jours, quelques semaines voir quelques mois et puis la culpabilité me rattrape, et les problèmes qui vont avec...
J'ai vu nombre de psy en tout genre dans ma "carrière", mais je sais bien que tant que son ombre, l'ombre de sa maladie, sera toujours au dessus de moi, je ne parviendrai pas à couper la responsabilité que je sens envers elle et le poids que cela pose sur mes épaules.
Je vois une psy d'une asso pour famille de malades alcooliques depuis peu, elle est bien dynamique et me secoue pas mal, et j'ai donné à ma mère une deadline pour la mise sous tutelle... j'espère qu'après ça je me sentirais moins seule face à elle.

Je trouve extrêmement compliqué de trouver la solution, où la placer, où demander de l'aide...
J'avais installé autour d'elle un cercle de sécurité, une femme de ménage, une infirmière qui passait à domicile, une assistante sociale pour l'aider à faire ses papiers, un psy dans un service d'addicto... elle a été d'accord pour tout ça quelques semaines, et maintenant plus rien et tous ces gens là n'ont pas insisté, je suis à nouveau la seule responsable de sa survie et c'est un poids que je ne veux plus.

J'ai 38 ans, j'ai déjà gâché la moitié de ma vie.

ArcEnCiel - 29/12/2017 à 16h14

J'ai 37 ans Ana, et moi, j'ai l'impression de perdre mon temps, ma vie défile surtout depuis 3/4 ans et je réalise qu'il va falloir que je prenne une décision pour l'année prochaine car je ne peux plus continuer ainsi avec mon enfant.
Quand mon conjoint a bu, je suis exaspérée et énervée et du coup je n'ai plus de patience pour mon fils et lui crie dessus, je pense être arrivée au bout.
Mon conjoint avait fait des efforts ces dernières semaines, ca se passait mieux à la maison, pendant les fêtes il s'est bien tenu, j'étais convaincu qu'enfin tout allait changer, mais non, que de désillusions ...

Encore une fois, la mise sous tutelle est ta dernière solution, je ne pense pas que tu es d'autres choix ...
Ce sera salutaire pour tout le monde.
Ta maman ne pourra s'assumer seule et l'âge venant.

Nous avons quasi le même âge, et encore beaucoup de route à faire !

Ca fait du bien de discuter ainsi avec des personnes qui nous comprennent.

Répondre au fil Retour