Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Je ne connais pas l'ampleur du problème de mon conjoint

Par AUC84

Bonjour,

hier en rentrant du travail, j'ai trouvé mon conjoint, qui ne travaillait pas, soûl et malade à cause de l'alcool.

Ce n'est pas la première fois que je le surprends dans cet état. Il y a deux ans, alors que je jardinais, il a bu en grande quantité du rhum. A l'époque j'avais mis ça sur le compte du stress du fait de nos échanges de la journée. Il m'avait promis que ça ne se produirait plus...

Hier soir j'ai trouvé une bouteille de sangria vide ainsi qu'une bouteille de gin. Il m'a dit qu'il a transvasé une partie de la bouteille de gin dans la bouteille que nous avons et qui était vide mais je ne sais pas quelle quantité d'alcool il a pu boire...
Quand je lui ai demandé pourquoi il avait fait ça, si quelque chose n'allait pas, il m'a dit qu'il n'avait pas de soucis particulier, qu'il était heureux, qu'il en avait simplement eu envie...

Je lui ai demandé à quelle fréquence ça lui arrivait mais il est resté évasif et il s'est contredit (peut être à cause de l'alcool), il m'a simplement dit qu'il lui arrivait de prendre un verre seul pour se faire un apéritif.
J'ai la sensation qu'il me ment et qu'il me cache la réalité des choses (et peut-être à lui-même).
Et avec tout ça je n'arrive pas à savoir quelle est l'ampleur de son problème.

Je me sens d'une part blessée et trahie qu'il ne se soit pas tourné vers moi avant de boire pour que je l'aide et parce qu'il me ment.
Je suis également très inquiète de ne pas savoir si son état est grave ou moins grave.

Son père a également des problèmes avec l'alcool, je ne sais pas si ça peut dans une certaine mesure avoir un lien avec son problème à lui.

Pour l'instant il ne souhaite pas d'aide d'un inconnu, il dit qu'il peut y arriver seul avec mon aide... Mais je ne sais pas comment l'aider.
C'est la raison pour laquelle j'écris sur ce forum aujourd'hui. Je tiens à lui et je veux l'aider!

Merci pour tous les conseils que vous pourrez me donner.

Fil précédent Fil suivant

2 réponses


paparanga - 17/08/2017 à 22h36

Bonjour,

Je connais le même problème que vous, mais à un stade plus avancé...

J'ai connu mon conjoint il y a 5 ans, je sortais d'un divorce suite à un épisode de violence physique et lui d'une relation qui l'avait visiblement très affecté (psychologiquement) contrairement à moi.

Il avait beaucoup d'amis et moi pas, j'avais fait le vide avec mon ex mari ou peut-être l'inverse. Ce groupe d'amis d'âges assez variés aimaient bien se retrouver et faire la fête. L'alcool coulait à flot et systématiquement la plus part étaient saouls. J'ai d'ailleurs participé quelques fois à ces beuveries pour me rendre compte que cela m'amusait à 16 ans mais plus à 30.

Je pensais que sa consommation d'alcool se limitait à ces soirées mais après avoir emménagé avec lui la réalité a été toute autre.

Je l'avais déjà retrouvé ivre mort dans le jardin au début de notre relation, et puis il m'a avoué qu'il traversait une période difficile etc et qu'il fallait lui donner un peu de temps.

Cela a été mieux dans le sens où il n'était plus jamais "ivre mort" mais parfois en rentrant le soir il avait un comportement anormal, des attitudes différentes... J'ai commencé à avoir des doutes et puis vint la question fatidique : est-ce que tu bois?

Alors je vous déconseille de lui demander car si il a un problème avec l'alcool il y a de très forte chance qu'il vous réponde par la négative. Et là vous allez commencer à douter de vous, à croire que vous êtes parano et que c'est vous qui avez un problème. J'ai cru en devenir folle!

Un jour j'en ai eu marre et j'ai réussi à le faire souffler dans un alcootest. Le premier s'est révélé positif, il m'a donc dit que ce n'était pas fiable et je l'ai donc fait souffler dans un second et là encore une fois positif et à nouveau la même explication. Il est parvenu à téléphoner a son médecin traitant pour lui expliquer qu'il n'avait pas bu et que l'Alcootest était positif.

Un jour nous sommes disputé pour je ne sais plus quel motif et ce jour là je lui ai dit que je le quittais, cela faisait un peu plus de 3 ans et demi de vie commune et une petite fille de quelques mois.

Il a alors reconnu son problème et m'a proposé une thérapie de couple. En parallèle notre thérapeute lui a conseillé de faire une thérapie pour son problème d'alcool chose qu'il fait depuis un an.

Vous devez savoir une chose essentielle : vous ne pouvez pas l'aider, l'alcool sera toujours plus fort même si il vous aime éperdument. Il n'y a que lui qui peut se sortir de là, vous pouvez rester à coté de lui et le soutenir mais oubliez l'idée de pouvoir le sortir de l'alcool. Je vis un cauchemar avec lui mais pour lui c'est encore pire car il doit lutter contre ça et replonger c'est pour lui à chaque fois un sentiment de culpabilité, de honte, de rabaissement à tel point qu'il n'arrive pas à avouer avoir bu alors que cela saute aux yeux.

Aujourd'hui je ne sais pas si je suis résignée, ou si je reste juste pour nos enfants, l'idée d'être séparée d'eux m'est impossible et pourtant parfois je me dis que je serais bien plus heureuse et je culpabilise alors d'avoir mis au monde des enfants avec un père alcoolique. Parce que oui il est alcoolique mais ce n'est ni un monstre ni un mauvais père... juste qu'il y a cette dépendance qui plane toujours au-dessus de nous et qui nous bouffe.

Ne restez pas seule et parlez en à des personnes qui vivent la même chose. Je viens de m'inscrire sur ce forum pour cela.

Ne lui en voulez pas si il vous ment, ne vous sentez pas trahie c'est très difficile pour vous mais ça l'est encore plus pour lui! Et le fait de vous en parlez m'apaise quelque peu.

marie07 - 10/09/2017 à 21h54

bonsoir, je vous répond car mon histoire est similaire à la vôtre. mon conjoint boit pas tout les jours juste le week-end mais l'alcool le rend mauvais agressif il n'est pas violent dans ses gestes mais dans ses paroles. Nous avons pris conscience de l'ampleur du problème et il veut se faire aidée, mais voilà vers qui se tourner ? il n'est pas alcoolique car il boit pas tout les jours il boit pas tout le week-end non plus. pouvez vous me conseiller ?

Répondre au fil Retour