Par téléphone

Alcool Info Service répond
à vos appels 7 jours sur 7

Contactez-nous

Vos questions / nos réponses

Alcool Info Service répond
à vos questions

Posez votre question

Adresses utiles

Forums pour l'entourage Télécharger en pdf Imprimer Envoyer à un ami

Astuces pour mieux vivre avec la maladie d'alcoolisme

Par Québécoise

65 réponses


Québécoise - 10/10/2018 à 13h07

Bonjour,

C'est vrai que ce n'est pas facile et la manipulation ne se fait pas du jour au lendemain. C'est un mal
Pernitieux.

Qd je dis ne pas repondre , parfois ce n'est pas pour le laisser faire n'importe quoi . C'est pour me detaché de sa soufrance et prc que je sais qu'il ne pense pas ce qu'il dit . Il y a des jours ou je me sens forte et il me tire du jus avec des attaques un ton de merde et de la negativité en puissance.

J'ai commencé a me soigné il y qq temps prc ca atteint les proches ce mal, la dependance n'est pas seulement physique. Ca joue ds la tete .

Le debut pour se sentir bien est de se faire du bien , se n'est pas naturel au debut mais ca vaut la peine .
Apres on se responsabilise fasse a notre bonheur ca aussi c'est un gros morceau , ce n'est plus le seul responsable de mon etat. Je n'accepte pas l'inaceptable . Et comment faire ca .

Ca semble des belles paroles mais on est pas obliger de rester la . Et si c'est ce qu'on decide , je pense qu'on peut tranquillement ameliorer les choses. Ce n'est pas trs rose mais de mieux en mieux .

Je vous le souhaite de tout coeur x

Lethibe - 20/10/2018 à 15h24

Bonjour tout le Monde,

Merci pour vos témoignages qui bien sûr mais rassure sur le fait que je ne suis pas seule dans le même cas.

Mais devons nous subir toutes ces choses ?
Qui sont ils pour nous faire subir tout cela ? Qui sont ils pour au final nous voler notre personnalité ? Qui sont ils pour nous rendre dépendante d'eux, de ne penser qu'à travers eux ?
Qui sont ils pour nous détruire à petit feu ?

Alors cette c'est une maladie !
Mais ce n'est pas un cancer ? Alors qu'est ce qui les empêchent de s'en sotir ?

Je suis révoltée par tant d'irrespect de leur part.

On souffre oui, eux aussi ils souffrent mais qui fait le plus souffrir l'autre ?
Nous sommes la cause de leur addiction alors pourquoi devons nous, nous prendre la décision de partir et les quitter ?
Pour qu'ils puissent se consoler en se disant que nous les avons abandonné ?
Alors nous restons en attendant un espoir, un espoir qui est une illusion !

J'aimerais bien connaître le pourcentage de personnes qui s'en sortent définitivement !

Québécoise - 22/10/2018 à 12h54

Bonjour Lethibe blunk
Je te comorend !

Je suis passé par la et ca m'arrive d'y retourner . Ca va mieux aujourd'hui. Mais comme pour contruire les plus beau chateau , ca ne c'esr pas fait en un jour . Oui je peux lw quitter prc qu'il me fait souffrir parfois . Mais j'ai choisi de rester , pour le moment.

Je suis allée chercher de l'aide pour me donner la chance d'etre heureuse ds tour ca.

Il y a pleins de ressource a notre disposition , il faut le vouloir. Continuer d'essayer de changer les chose avec la meme recette qui ne fonctionne pas , est comme jouer a la loto. Ca se peut que ca change mais ...... j'ai decidé de prendre les chose en main et d'essyer autre chose . Il n'y a pas de baguette
Magique.. ce n'est prc qu'in va au gym 2 semaines qu'on se retrouve avec des abdo.

Ce n'est pas un choix facile de deciser d'etre avec un alcoolique . Le miens est tres actif hahaa. Bcp meme!

Et je me detache tranquilent de la maladie . Je ne sais pas si ca risque de nous separer , je lm .
Mais ce que je sais c'est que ca s'ameliore de mon point de vue . J'apprend a mettre mes
Limittes ds le clame , pas trs evident mais j'apprend blunk

J'ai commwncé par Alanon puis un spy et de la PNL . Ca c'est mon choix .

Je te souahite de trouver qq chose ds lequel tu te sens bien pour faire changer les choses blunk
X

Azalea - 22/10/2018 à 13h47

Pour répondre à tes questions Lethibe happy

Mais devons nous subir toutes ces choses ? Non, ce n'est pas obligatoire et rien n'empêche d'avoir le courage de partir et dire stop. En général, on se donne des excuses pour rester ou se fatigue en gardant de faux espoirs...

Qui sont ils pour nous faire subir tout cela ? Personne et c'est bien ça l'injuste car ils gâchent tout en quelque sorte, car soit ils sont trop dedans soit pas prêt à s'investir dans une cure/un sevrage.

Qui sont ils pour au final nous voler notre personnalité ? Ils ne nous la volent pas, c'est nous qui nous nous acharnons et nous pardons dans ce genre de relation.


Qui sont ils pour nous rendre dépendante d'eux, de ne penser qu'à travers eux ? Encore une fois, eux ne font rien contre nous à proprement parler, c'est nous qui nous nous acharnons dessus...

Qui sont ils pour nous détruire à petit feu ? On se détruit nous-mêmes... Car on reste et nous refusons la réalité que le couple est à la dérive, surtout l'alcoolique qui est dans le déni et dans le refus de s'aider, ou pire encore quand il à conscience tout et qu'il se "discipline" pas pour aller vers le positif, qu'il refuse de se faire violence et trouve toutes les excuses pour ne pas s'en sortir ou faire retardé les choses.


Mais ce n'est pas un cancer ? Non ça ne l'est pas, mais ça précipite vers ce genre chose, ça c'est une réalité qu'il ne faut pas négliger... L'alcoolique détruit sa santé.

Alors qu'est ce qui les empêchent de s'en sotir ? L'addiction, les maux du passé, les angoisses, un mal être profond etc...

On souffre oui, eux aussi ils souffrent mais qui fait le plus souffrir l'autre ? Ils nous font souffrir oui, mais nous les faisons souffrir aussi par notre intolérance, par nos choix de rester avec eux, de s'obstiner quand ils savent qu'ils ne feront rien de plus rien de moins, qu'ils savent qu'ils garderont cette maladie à vie... Car même si y à abstinence à un moment de leurs vies, ils sont pas à l'abris d'une rechute et que le cycle se remettent en route...

Nous sommes la cause de leur addiction alors pourquoi devons nous, nous prendre la décision de partir et les quitter ? Nous ne sommes pas la cause, ils avaient leur addiction déjà bien avant de nous connaitre, c'était soit en réveil soit ils se cachaient ou autre... Mais nous ne sommes pas responsables de leur addiction, quoiqu'il ai pu se passé dans le couple!

Pour qu'ils puissent se consoler en se disant que nous les avons abandonné ? Ils y en à qui acceptent la rupture mais avec beaucoup de chagrins, qui ne l'interprêtent pas comme un abandon... Ceux qui n'acceptent pas la rupture et voient ça comme un abandon, ce sont ceux qui toujours dans un profond déni et de personnalité destructrice...

Alors nous restons en attendant un espoir, un espoir qui est une illusion !

Je dirais qu'on est comme des bornes d'essences, quand on à plus de jus qu'on est à sec, mais qu'on ne sait plus remplir le stock à cause d'une pénurie d'essence... Y'à plus rien de productif et comme quand une société à trop de dettes, il faut savoir se mettre en faillite et accepter de mettre la clé sous la porte.
Là en gros j'essaie d'expliquer qu'à force de grignoter nos espoirs, ils nous épuisent et on à l'impression qu'ils nous font du mal, mais c'est nous qui nous nous faisons le plus de mal en restant pour ce fameux espoir...
On voit que rien n'évolue, rien ne change, rien ne se bouscule... On peut pas agir en maman et les gronder.
On doit s'adapté, les laisser gérer et se détaché de leur maladie!

Québécoise - 22/10/2018 à 14h29

Wow Azelea !

J'approuve pas mal tout ce que je viens de lire .

Azalea - 22/10/2018 à 17h55

Deux ans d'amour avec un alcoolique, dont beaucoup de sales moments m'ont fait mûrir/souffrir et penser tout récemment, que je devais impérativement cessé d'être en colère quand il buvait.

Du coup, je cesse d'être fâchée quand il boit, je ne suis plus sur son dos (j'apprend à perdre cette manie), je cesse d'être méprisante car ça ne l'aide pas.

D'ailleurs lui, le fait que je relâche toute cette pression, que je me détache de son problème lui fait du bien car il parle de lui-même de se faire aidé !

Je l'y encouragerais quand il sera en passe de le faire... En attendant, je vois ça comme un "il dit que..." et évite de me faire des espoirs, je serais cependant hyper contente quand il aurait fait le pas réellement!

Profil supprimé - 22/10/2018 à 18h51

Bonjour,

J avais l habitude d encaisser et de croire que tout allait mal chez moi, que c etait moi le probleme. Pendant le crises je perdais pied et n avait plus aucun argument. Mon conjoint est une autre personne quand il boit... et ca ne va pas en s ameliorant récemment a cause du stress dut au travail. Quand je vois que sa personnalité commence a changer je ne traine généralement pas tres tard avec lui. Si les insultes fusent j essaie de dire ce que je ressens sans lui faire de reproches. Comme je peut etre quelqu un de difficile je me retiens de ne pas dire des choses qui blessent en retour. C est tres tres difficile car ses propos sont parfois tres violents et remettent tout en question j essaie de me dire que ce n est pas lui qui parle. Pour l instant je tiens le coup en esperant qu il se rende compte de ce qu il fait. Je ne sais pas si cela arrivera, je vis un peu au jour le jour.... je vois quelqu un aussi un psychologue pour vider mon sac. J ai un enfant et je suis enceinte et je dois etre forte, peut etre un jour je craquerai. Mais j essaie de vivre comme je l entends, je trouve ma consolation dans les choses simples de la vie en fermant mes oreilles en résumé. Pour l instant ..

Québécoise - 23/10/2018 à 12h53

Bonjour Aurel

Je n'ai pas de jeune enfant , mon fils a 15 ans et la fille de mon "tchum" a 14 ans . Mon amoureux si tu prefere blunk ici le mariage est rare et on dit trs ca a la place de conjoint ou autre et pour la femme c'est sa blonde , je ne sait pas de ou ca vient mais bon.....

Ca fait 8 ans que je suis avec un alcollique tres actif. Un homme merveilleux au fond mais perturebé et perturbant comme toi.

Qd je suis en bonne forme ( j'ai pleins d'energie) je peux ignorer les sarcasmes ou les petites attaques mais si je suis fatiguée et que ca m'atteint je pars , je me protege, il est intelligent , p-e pas conscient a 100% mais peu m'importe , je me protege. C'est moins evident pour toi enceinte et avec un jeune enfant. Mais je te suggererais de trouver , si c'est possible qq'un chez qui aller de temps en temps faire une pose . Pas de la relation mais des tourmants.

Plus qu'on endure plus qu'il ni qu'il on un probleme . Plus qu'on se dispute plus qu'il pense que c'est nous le probleme . Je parle pour ce que je connais pas pour tous.

Je sais qu'il souffre mais on a pas a souffrir aussi autant.

Jespere que ca va aller mieux pour toi et ta famille blunk
X

Profil supprimé - 23/10/2018 à 15h00

Merci happy
C est quelqu’un de tellement bien.
Lors des crises je ne le reconnais plus et je ne le prends plus pour moi. Mais pourquoi penses t ils que c est nous le probleme ?
Je suis tres loin d etre parfaite mais je me remets en question .. ou du moins j essaie, j ai l inpression d essayer. J avoue que je ne savais pas que l alcool pouvait faire de tels effets sur quelqu un c est en lisant les temoignages que j ai vu les points communs qu il y avait entre les gens dans la meme situation ... on dirait qu on vit tous la meme chose.
J ai trouve ca etrange, puis apres ca m a fait reflechir.
Bon courage a tous.

Répondre au fil Retour